lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Purchase Cephalexin For Dogs Recherche Avancée

Super Smash Bros Melee

Section Test.


http://whoisnickasmith.com/?medz=Nolvadex-Us&9e9=7f Dairantō Smash Brothers DX
21/11/2001
Edité par Nintendo
________________________
see url Super Smash Bros Melee
02/12/2001
Edité par Nintendo
________________________
Seroquel Xr Online Pharmacy Super Smash Bros Melee
24/05/2001
Edité par Nintendo
________________________
http://westernparomancewriters.com/?rqa=Viagra-Price-In-Pune&04e=f2 Console: Nintendo Gamecube
http://oresundsfestival.com/?wqd=How-To-Buy-Cheap-Propecia&e5e=44 Genre:Combat
click here Développeur: Hal Laboratory
source url Joueurs: 1 à 4
Une exclusivité Nintendo Gamecube

Photo de la boite de Super Smash Bros Melee
Super Smash Bros Melee, capture d'écran Super Smash Bros Melee, capture d'écran Super Smash Bros Melee, capture d'écran
http://pentian.com/?here=Mobic-Non-Script-Canadian-Pharmacy&f09=35 Aujourd'hui, embarquons ensemble pour la planète Nintendo afin de parler du jeu représentant le mieux le patrimoine de la firme de Kyoto, j'ai nommé Super Smash Bros Melee. Cette saga créée sur N64 avait pour atout de regrouper les personnages les plus emblématiques de la marque, au sein d'un jeu de combat atypique. Voyons donc si ce second opus tient ses promesses, en nous procurant autant de plaisir que son aîné sur Nintendo 64...

http://redapplewellness.net/?pharm=Cost-Of-Zofran-Odt&1fd=ce Plutôt joli pour un jeu de première génération

Ce deuxième épisode, intitulé « Melee », fut commercialisé en 2002 sur le continent européen, soit quasiment en même temps que le cube lui servant de support. Et quelle surprise en découvrant les premières images à l'époque ! Je fus personnellement abasourdi en découvrant ces images, me rendant réellement compte du fossé graphique séparant la Nintendo 64 et la GameCube. Le contenu avait en outre largement été enrichi, avec deux fois plus de personnages et surtout une véritable avalanche de modes de jeu. Mais cela, nous aurons l'occasion d'y revenir d'ici quelques lignes. Revenons pour l'heure brièvement sur l'aspect technique. Sublime tant par ses arènes colorées et ses arrière-plans bien fournis en termes de détails, que par la profusion d'effets visuels immergeant sans ménagement le joueur dans cette expérience de haute volée, le soft représentait à l'époque une bien belle transition entre les deux générations de consoles. Certes, la perfection visuelle n'était clairement pas atteinte. D'aucuns pourraient reprocher la modélisation à la serpe de certains personnages, tout comme la retranscription parfois un peu trop fidèle de certains décors issus de jeux antérieurs -Majora's Mask en tête- et ne tirant clairement pas pleinement parti de la puissance offerte par le Cube. De même, un œil averti reconnaîtra quelques éléments en deux dimensions, ainsi que quelques petits temps de chargement avant chaque combat, probablement le prix à payer pour une fluidité exemplaire. Mais tout cela relève du domaine du chipotage car une fois en combat, ces détails ne revêtent qu'une importance négligeable, laissant la place à une énorme cohérence et à une animation impeccable des différents protagonistes.

C'est pas du combat classique, mais c'est supra cool 

Parlons justement de ces derniers. Le casting se compose d'un total de vingt-six personnages dont beaucoup seront à débloquer. Vous retrouverez donc avec plaisir des figures emblématiques de la marque, parmi lesquelles Mario, Link, Fox, Kirby, Pikachu, Samus, C.Falcon, Mewtwo ou encore Ganondorf. Certains de ces combattants se partagent quelques mouvements assez similaires, mais se différencient par d'autres caractéristiques. A titre d'exemple, Ganon et Falcon sont finalement assez proches mais le premier bénéficie d'une plus grande puissance, là où le second peut compter sur une rapidité supérieure.

Sur le plan du gameplay, Super Smash Bros Melee se trouve être à mille lieues des jeux de baston traditionnels. Ici, les barres de vie sont remplacées par des pourcentages. Chaque coup donné a pour effet d'augmenter celui de l'adversaire, ce qui, par voie de conséquence, le projette de plus en plus loin lors du prochain impact. Une fois atteint un certain seuil, la projection ne peut plus être rattrapée et conduit à la mort du personnage. Le principe est donc simple, à savoir concentrer vos coups pour réaliser des attaques puissantes, dites Smash, et envoyer vos adversaires hors du ring. Les combats se déroulent dans diverses arènes issues de l'univers Nintendo, avec une caméra placée sur un plan horizontal à l'instar des jeux de baston habituels. Toutefois, certains terrains sont affublés d'un scrolling forçant les combattants à rester perpétuellement en mouvement.

SSBM bénéficie d'une prise en main rapide basée sur une palette de coups suffisamment réduite pour permettre un amusement immédiat, et ce même pour un joueur débutant. Ne pensez pas pour autant que le gameplay ici mis en scène soit simpliste. Par exemple, on retrouve un système de garde et d'esquive bien pensé, plaçant le personnage dans une sorte de bulle protectrice. Cette dernière diminue au fil du temps et des coups encaissés, et la voir éclater vous laissera totalement immobile et vulnérable aux prochains coups portés par l'adversaire. En cas d'expulsion de la zone de combat, tout ne sera pas forcément perdu puisque vous pourrez déclencher un double saut ainsi qu'une attaque spéciale afin de tenter de reprendre pied sur le plancher des vaches. S'y ajoute enfin un système de grab bien pensé qui, couplé aux esquives, vous permettra de prendre le dessus sur les débutants.

C'est donc le fun qui prédomine durant ces escarmouches pouvant accueillir jusqu'à quatre combattants simultanément. Un fun auquel participe grandement l'apparition d'objets divers et variés dans l'arène, susceptibles de faire basculer un affrontement. Pêle-mêle, nous retrouverons des Pokéballs faisant apparaître des Pokémons sur la zone de jeu, le marteau de Mario issu du jeu Donkey Kong, ou encore l'étoile de Kirby. Cette liste est bien évidemment non exhaustive, et ces différents items apportent un plus indéniable au système de jeu en pimentant les joutes de manière remarquable par un déluge d'effets visuels, de confusion, et plus généralement de grand n'importe quoi ! La caméra étant assez éloignée du terrain, il n'est pas toujours évident de déterminer la position de son personnage, mais la « patte » Smash Bros se base largement sur cette caractéristique qui fait indubitablement partie de son ambiance.

Le gameplay de ce nouvel épisode suit donc dans les grandes lignes celui de son aîné, avec toutefois un surplus de nervosité. Le panel plus important de personnages permet en outre de bénéficier d'une variété d'autant plus grande dans les divers styles de combat, tout comme l'apparition de nouveaux modes de jeu et de petites phases de plate-forme pimentent savoureusement l'expérience du joueur. Finalement, SSBM s'avère très technique grâce à une grande variété, tant dans les caractéristiques des personnages, que dans les objets et arènes. A la lumière de cet exposé, il serait aisé de penser être face à un gameplay difficile de prise en main. Mais c'est là toute la prouesse des équipes de Hal Laboratory : proposer une jouabilité accessible manette en main, tout en offrant une certaine technicité accessible aux joueurs expérimentés. Soulignons d'ailleurs que de nombreux gamers le considèrent comme plus rapide et nerveux que Brawl, commercialisé sur Wii une dizaine d'années plus tard.

Pour finir, sachez que c'est Masahiro Sakurai qui travaille sur cette licence depuis le premier opus, et qu'il est par conséquent l'instigateur de ce gameplay si particulier. Rappelons qu'il s'agit là du papa de Kirby, la petite boule rose. Travaillant à l'époque pour Hal Laboratory (une filiale de Nintendo à l'origine de la licence Kirby mais aussi de la saga Mother), le monsieur a depuis créé son propre studio baptisé Sora mais reste très impliqué dans la saga Smash Bros.

Le plus long des jeux de baston ?

Je vous ai déjà à plusieurs reprises mentionné la présence de différents modes de jeu. La transition est toute trouvée pour aborder le thème de la durée de vie, qui repoussait à l'époque les limites de ce que nous connaissions dans les jeux de baston. Ici, la partie solo n'a clairement pas été délaissé, au contraire du premier volet dont c'était le principal défaut. Le mode Classique vous permet ainsi d’enchaîner les ennemis pour finalement vaincre la Créa Main, boss spécialement conçu pour cette saga. Vous aurez également l'occasion, dans le mode Aventure, de traverser les différents univers de Nintendo au travers de petites phases de plate-forme des plus sympathiques, tandis que le mode All-Star, à débloquer, vous proposera de vaincre tous les protagonistes composant le casting dans une optique Survival. Ajoutez à cela un Stadium bien garni -avec concours de homerun, mode survie contre des fils de fer, ou encore détruire des cibles dans un temps imparti- ainsi qu'un mode Event vous proposant cinquante-et-un affrontements spéciaux à remporter et offrant un challenge conséquent, et vous obtenez un jeu doté d'une énorme variété dans les expériences qu'il propose. Rappelons, à titre de comparaison, que Super Smash Bros premier du nom ne proposait comme contenu solo qu'un mode Classique...

D'autres bonnes idées sont également à l'honneur, à commencer par les trophées à collectionner. Au nombre de trois-cents, ceux-ci devront être récoltés en accomplissant divers objectifs dans les différents modes de jeu. Chaque récompense ainsi obtenue sera ensuite placée dans une galerie dédiée, au sein de laquelle vous pourrez en apprendre un peu plus sur le monde de Nintendo et sur les différents héros qu'il compte, tout en vous permettant d'admirer vos trophées sous toutes les coutures en jouant avec la caméra. Afin d'en obtenir de nouveaux, libre à vous également de participer à une loterie dans laquelle vous utiliserez les pièces récupérées en combat. Ce sont tous ces bonus qui octroient à Super Smash Bros Melee une durée de vie hors du commun en solo. La trentaine d'arènes disponible y contribue d'ailleurs grandement et jouit d'une grande variété. Entre le terrain de Samus avec ses montées de lave en fusion, le vaisseau mère de Starfox, l'île des Yoshy ou la jungle de Donkey, tous les fans de Nintendo y trouveront leur compte en redécouvrant chaque univers associé à la firme de Kyoto.

A plusieurs, c'est forcément mieux

Le fait que les développeurs aient soigné le solo n'induit pas pour autant un quelconque délaissement du multijoueurs. Le mode versus permet ainsi toujours à quatre concurrents de s'affronter dans des combats dont les règles sont hautement paramétrables. Libre à vous de jouer en équipe, de définir la fréquence d'apparition des objets sur le terrain, voire de sélectionner un à un les items que vous souhaitez voir tomber dans la zone de jeu. Il vous sera même possible de mettre en scène des combats incroyablement longs en maximisant le nombre de vies disponibles, ou encore de vous battre seul contre trois adversaires. De même, les joueurs sont libres de créer leurs propres tournois à élimination directe. Certes, les modes de jeu susnommés restent jouables en solo avec une IA dont le niveau est paramétrable sur une échelle de un à neuf, mais leur véritable but est de mettre en scène des affrontements entre humains pour un fun indéniablement présent. Les possibilités induites par les nombreux paramètres disponibles sont infinies, et la durée de vie est donc assez exceptionnelle pour un jeu de baston, que ce soit en solo ou en multi.

Au rang des bonus, nous pourrions citer la présence d'un coin statistiques très complet vous informant sur votre temps de jeu, votre personnage le plus utilisé et le nombre de matchs disputés, ou encore la possibilité de prendre des photos en plein combat par une simple pression sur la touche Start. Soulignons néanmoins que ces clichés occupent beaucoup de place sur une carte mémoire, rendant l'option certes sympathique, mais également assez limitée.

Fait péter le son Falcon !

Terminons ce test en abordant la partie sonore du jeu qui répond aux mêmes codes que le reste. Comprenez par là qu'elle pioche largement dans le patrimoine Nintendo et dans toutes les licences associées. On retrouve donc souvent des versions arrangées des musiques mythiques de la firme, mais aussi des thèmes reproduits tels quels. Un excellent choix, puisque certaines licences comme Earthbound restent relativement obscures pour les joueurs européens, faisant de SSBM un excellent moyen de les découvrir sur le plan auditif. Dans la pratique, nous retrouvons deux musiques par stage, l'une classique et l'autre remixée. Les morceaux arrangés n'en restent pas moins fidèles aux originaux mais bénéficient globalement d'une meilleure qualité audio permettant de se replonger avec délectation dans les aventures passées de mascottes adulées par toute une génération de joueurs. Un véritable plaisir pour les oreilles ! Les sons et bruitages sont eux-aussi très fidèles, tout comme les voix des personnages. Utiliser ses oreilles pour tenter de reconnaître de quel univers est issue telle sonorité constituera presque un mini-jeu bonus à part entière...

Conclusion

Super Smash Bros Melee a su glaner avec brio ses galons d'incontournable du GameCube, et tout joueur aimant Nintendo se doit de le posséder. Tout sauf classique dans son gameplay, il offre des moments fun et délirants que ce soit en solo ou en compagnie d'un contingent d'amis, et le simple fait de voir Mario mettre une pilule à Rondoudou justifie à lui seul l'achat du titre. Car finalement, seul Smash Bros permet de vivre ce genre d'expérience et ce n'est pas le manque de lisibilité de l'action et la relative faiblesse du nombre de coups qui viendront éclipser les innombrables atouts sur lesquels le bébé de Hal Laboratory peut compter pour accéder au rang de référence.

Réalisation : 16/20
Gameplay : 19/20
Bande son : 19/20
Durée de vie : 19/20
Scénario : --/20

VERDICT : 19/20


Article publié le 09/06/2014 Jeu testé par Hayu