lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Sonic the Hedgehog (Master System)

Section Test.


400 Bad Request Sortie JAP non communiquée
________________________
Sonic the Hedgehog
??/??/1991
Edité par Sega
________________________

400 Bad Request

Sonic the Hedgehog

??/??/1991
Edité par Sega
________________________

nginx
Console:
Sega Master System
Genre:Plates-Formes
Développeur: Sega
Joueurs: Solo uniquement
Existe aussi sur: Sega Game Gear- Sega Megadrive-
Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Sonic the Hedgehog (Master System)
Sonic the Hedgehog (Master System), capture d'écran Sonic the Hedgehog (Master System), capture d'écran Sonic the Hedgehog (Master System), capture d'écran
Sonic le hérisson bleu fut pour beaucoup de joueurs Mega Drive comme une révélation, autant du point de vue du potentiel de leur machine que du point de vue de la nouveauté et de l’originalité du gameplay. Le titre ne fut pas seulement une vitrine ou une nouvelle mascotte, mais aussi une nouvelle façon de penser un platformer en terme de plaisir pur. Les premiers niveaux permettaient de foncer à toute allure sans se soucier des conséquences d’une chute ou de la rencontre avec un ennemi placé ici ou là avec sadisme, du fait de la récolte des anneaux, donnant une chance de survie supplémentaire au joueur. Très riche en alternatives non linéaires, le jeu offrait une jubilation inégalée jusqu’alors. Sorti après cette version Mega Drive, Sonic The Hedgehog sur Master System a tenté de repousser les limites de son support pour fournir une expérience équivalente au joueur. Très différent de son aîné, tant au niveau technique qu’au niveau du gameplay et du game design, cette version Master System n’en est pas moins une franche réussite.

Point de rushes à la vitesse du son ici, mais une allure somme toute assez modérée, support oblige. On est plus proche d’un platformer classique, où comptent surtout précision dans le placement et les sauts. Il faut de plus savoir gérer l’inertie du personnage, et surtout ses « freinages » en bout de course. Le hérisson, pour passer d’une plate forme mouvante à une plate forme fixe hors écran doit être maîtrisé avec beaucoup de concentration et de doigté (je pense au niveau « jungle » en particulier). On se réjouit donc d'un gameplay de jeu de plateforme reprenant celui des classiques du genre en y ajoutant une touche de vitesse et d'inertie, sans frôler la crise d'épilepsie, comme il en était question pour la version Mega Drive. Le level design, bien dosé, présente des aspérités parfois d'une difficulté extrême à surmonter, notamment dans le dernier niveau: skybase, ou des courants électriques de grande envergure et aléatoires empêchent la progression de manière assez arbitraire.

Ce sont d'ailleurs les niveaux les plus ardus qui sont les plus réussis techniquement, les effets de lumière et les décors de skybase sont tout simplement magnifiques et contribuent à rendre l'atmosphère dramatique. Sonic prend vie, s'impatiente, fait la moue, fonce , se met en boule dans des environnements minimalistes mais esthétiques , qui sont la clé d'une vitesse d'animation et de déplacement des sprites records. Les couleurs flashy à souhait conviennent parfaitement aux formes géométriques et un peu agressives de certains décors.

Un premier niveau se situant probablement sur une île fournie en palmiers au design robotique et futuriste, un deuxième plus champêtre, le suivant plus amazonien (et surtout tout d'un coup d'une difficulté beaucoup plus élevée), et enfin « Labyrinth Zone », déjà présent sur Mega Drive, ainsi que Scrap Brain Zone, superbe (et au level design ingénieux: un système de téléporteurs compliquant la tâche et plus particulièrement l'exploration du joueur) et Skybase. A noter: le jeu présente quelques défauts de clignotement, peu esthétiques mais pas gênants pour la progression. Le problème technique majeur du jeu étant une version PAL atroce, ralentie énormément (horreur pour un Sonic) et surtout amputée d'une très grande partie de l'écran.

Tout, dans Sonic, s'articule autour d'un ensemble homogène et d'un background scénaristique qui aurait pu être écrit par une groupe de rock psychédélique sous LSD: le docteur Robotnik, kidnappeur de mignons petits animaux devant l'éternel et nemesis du hérisson, est à la recherche des émeraudes du chaos, que Sonic devra récupérer (mais c'est optionnel) tout au long des niveaux du jeu.

Remasterisées par le maître Koshiro Yuzo, également auteur des musiques des séries Streets of Rage et Shinobi, les musiques du jeu sont entrainantes et joviales; on retrouve le thème de Green Hill Zone et six autres BGM inédits. A cet environnement sonore s'ajoutent les sons de sauts et d'impact, sans plus. On ne peut donc pas prévoir un tir ennemi au son qu'il produit, par exemple: dommageable mais pas non plus indispensable.

Plus dur et très différent de la version Mega Drive (la comparaison était inévitable...), postmoderne plus que révolutionnaire, Sonic sur Master System revoit à la hausse les platformers de ce support, comme Alex Kidd ou Wonder Boy et peut voler à ces derniers la place de mascotte de l'une des compagnies de jeux video les plus prolifiques dans l'originalité et la qualité du design de ses jeux. Sonic peut même se targuer dès lors de faire figure iconique du media, au même titre que Mario.

Gameplay: 19/20
Scénario: 15/20
Design: 18/20
Bande-son: 16/20
Verdict: 17/20


Article publié le 16/09/2009 Jeu testé par Rhyscard