lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Best Price Nexium Online Recherche Avancée

Sega GT

Section Test.


Sega GT, capture d'écran Sega GT, capture d'écran Sega GT, capture d'écran
source Nous sommes en l’an 2000, Gran Turismo est un succès mondial sur la Playstation de Sony et voilà que s’annonce sur la toute nouvelle Playstation 2 sa suite : le bien nommée Gran Turismo 3 !

Sega, qui a bien compris depuis le succès des opus Playstation que le genre GT était porteur pour une console et surtout synonyme de ventes conséquentes, a donc décidé de développer son « Gran turismo » afin de tenter d’imposer sa Dreamcast comme la nouvelle console de référence pour les férus de courses automobiles .

De ce constat simple est donc né le jeu qui nous intéresse aujourd’hui : SEGA GT. Sorti en février 2000 soit juste avant la sortie de la ps2 au japon et en décembre 2000 chez nous autres, pauvres européens, le jeu de Sega avait donc un double objectif : démontrer que la Dreamcast n’avait rien à envier à sa nouvelle concurrente de chez Sony et essayer de convaincre les fans de Gran Turismo de passer à la concurrence! Mais qu’en est-il vraiment? Alors Sega GT bombe absolue ou pétard mouillé? Nous allons le voir immédiatement!


Dès l’introduction du jeu lancée, le doute n’est plus permis, nous avons bien affaire à un clone de Gran Turismo, mais un clone de qualité! En effet Sega GT propose plus de cent voitures différentes provenant de prestigieux constructeurs, 22 circuits situés dans des environnements divers et variés (ville, montagne…..), et d’énormes possibilités de customisation.

La progression est similaire à celle de son modèle de chez Sony, c’est à dire que vous commencerez par passer des permis, puis achèterez ensuite une voiture d’occasion et de basse catégorie, puis une fois quelques courses gagnées, vous aurez accès à une nouvelle catégorie avec des voitures de plus en plus puissantes que vous pourrez bien sur customiser. Tout le jeu est donc basé sur l’argent récolté lors des courses et sur ce que vous allez en faire! Un principe usé et abusé mais toujours efficace malgré tout! Petite différence notable tout de même par rapport à son homologue sur Playstation : vous pouvez ici assembler votre propre voiture! Un avantage donc mais tout relatif tant vous avez intérêt à vous y connaître un minimum pour ne pas créer une véritable caisse à savon …

En ce qui concerne la réalisation technique : l’ensemble du jeu est extrêmement convaincant, les décors sont biens réalisés et proposent une excellente distance d’affichage, les bolides sont parfaitement modélisés, et l’animation ne souffre d’absolument aucun ralentissement, mais malheureusement durant les premières heures de jeu l’impression de vitesses vous semblera beaucoup trop faible, la faute aussi aux véhicules auxquels vous aurez accès à ce moment là!

La bande son est dans l‘ensemble tout à fait correct mais le bruit des moteurs n’est vraiment pas réaliste, un défaut non négligeable pour un jeu de cet envergure!


Le gameplay est sympathique et la prise en main est immédiate mais la jouabilité propose néanmoins un défaut de taille : on ressent en effet par moment une légère sensation de flottement…pas insurmontable, loin de là même…mais curieux tout de même.

Passons rapidement sur le scénario vu….qu’il n’y en pas….ce qui est fréquent pour le genre bien évidemment.


Enfin la durée de vie est tout bonnement gigantesque si vous aimez le genre : en effet gagner toutes les épreuves, acheter tous les véhicules, puis les customiser vous occupera quelques bonnes dizaines d’heures !

Pour conclure et enfin répondre à la question d’origine : alors SEGA GT bombe absolue ou pétard mouillé? Eh bien la réponse est en fait ni l’un, ni l’autre ! Nous pouvons dire sans nous avancer que nous avons affaire ici à un excellent jeu de GT, l’une des références même de part sa richesse, ses graphismes, et sa durée de vie, mais malheureusement la sensation de vitesse trop faible avec les premiers véhicules et la légère sensation de flottement dans la jouabilité l’empêche d’atteindre des sommets et de tutoyer le maitre du genre qu’il n’est pas utile de nommer une fois de plus.





Réalisation technique : 16

Bande son : 12

Gameplay : 13

Scénario : ---

Durée de vie : 18



INTERET GENERAL : 15


Article publié le 04/08/2008 Jeu testé par RedRevan