lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Xenical Diet Pills Reviews Recherche Avancée

God of War

Section Test.


Roche Accutane Online God of War
17/11/2005
Edité par Sony Computer Entertainment Inc
________________________
see God of War
22/03/2005
Edité par Sony Computer Entertainment Inc
________________________
source site God of War
22/05/2005
Edité par Sony Computer Entertainment Inc
________________________
Voltaren Online Apotheke Vaduz Console: Sony Playstation 2
Buy Levitra In Usa Genre:Beat'em All
Kamagra Sklep Online Opinie Développeur: Santa Monica Studio
watch Joueurs: Solo uniquement
follow link Existe aussi sur: Sony Playstation 3-
http://yotayard.com/?pla=Zithromax-500-Mg&cec=8d Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de God of War
God of War, capture d'écran God of War, capture d'écran God of War, capture d'écran
Ayant toujours porté une attention particulière aux franchises développées exclusivement pour les consoles Sony, c'est en toute logique que God of War a aiguisé ma curiosité. Élu meilleure surprise de l'E3 2004, ce beat'em all épique à l'arrière goût de péplum prend place au cœur de la Grèce antique à l'époque où les dieux règnent en maîtres sur l'Olympe. Dirigé par David Jaffe qui avait travaillé dans les années 90 sur Skyblazer et Mickey Mania, le game designer de Twisted Metal va obtenir la consécration ultime avec la saga God of War. Retour sur la naissance d'une légende.

Le destin brutal d'un chauve en sandales.

La série God of War que nous allons abréger "GOW" durant ce test ne serait rien sans son personnage principal au charisme indéniable: Kratos (du grec signifiant force/autorité). Jeune commandant de l'armée de Sparte, ce gaillard chauve et tatoué est un redoutable guerrier ayant le respect de milliers d'hommes sous son autorité et l'admiration de sa femme et de sa fille Calliope.

Au fil des batailles victorieuses, les troupes de Kratos vont se retrouver confrontées à une armée de barbares venant de l'est qui va décimer la majeure partie de ses soldats. Sentant sa fin toute proche, Kratos implore Arès, dieu de la guerre, afin de lui venir en aide lors de cette bataille dont l'issue semble inéluctable pour son armée. Redevable envers Arès de l'avoir sauvé d'une mort certaine, Kratos se voit investi d'une mission divine: être le serviteur du dieu de la guerre. En possession des lames du chaos forgées dans les flammes de l'enfer, Kratos va poursuivre sa quête de destruction. Le destin de notre héros va basculer de manière tragique lors de l'attaque d'un village abritant un temple de la déesse Athéna où il commettra l'irréparable, sous l'influence d'Arès.

Rongé par sa culpabilité, ayant perdu le reste d'humanité qu'il avait en lui, Kratos jure de faire payer à Arès d'avoir ainsi infléchi son destin. Quelles erreurs irréparables le capitaine de Sparte a-t-il commises? Pourquoi Kratos sera-t-il affublé du surnom de ''Fantôme de Sparte"? Que se cache-t-il derrière les cauchemars récurrents de notre héros depuis cette nuit destructrice? Autant de questions qui trouveront des réponses tout au long de votre aventure et une chose est certaine: vous n'allez pas en revenir indemne.

Un gameplay solide et complet

Le jeu reprend les bases des meilleurs titres du genre sortis sur la machine de Sony. Devil May Cry, Onimusha, les influences sont indiscutables. Mais là où le titre de Santa Monica Studio fait fort, c'est qu'il sublime le concept du beat'em all moderne jusqu’à le rendre jouissif. Le titre est riche et accessible à tous, ce qui représente pour moi sa plus grande force. Même un novice du genre prendra du plaisir dès les premières minutes de jeu.

C'est donc logiquement à la troisième personne que vous remplirez votre quête de rédemption grâce à l'aide des dieux de l'Olympe. Kratos dispose de deux armes de base. Ces deux dernières ne sont autres que les lames du chaos cités plus haut. Fixées sur une chaîne au bout de ses avant-bras, elles s'étendront sur vos cibles jusqu’à les atteindre à une vitesse phénoménale. En matraquant activement la touche carré du Dual Shock 2, vous enchaînez très facilement les frappes sur vos adversaires le tout dans une débauche de magnifiques effets visuels. A l'écran, on a vraiment la sensation de mettre la pâtée à tous nos ennemis ce qui en devient très vite jubilatoire. Devant vous, derrière vous, aucune cible ne vous résistera. Nerveux et précis, le gameplay de GOW ne souffre d'aucune approximation. A ce coup de base vient s'ajouter la possibilité de projeter votre adversaire dans les airs à l'aide de la touche triangle. N'hésitez pas, donc, à sauter avec croix afin de l’enchaîner en l'air avec plusieurs coups de base pour augmenter votre compteur de combos. Méchant, sauvage, sanglant, inhumain. Tels sont les noms qui caractériseront votre degré de barbarie envers le bestiaire de ce God of War.

Afin de dynamiser au maximum les combats, les californiens de Santa Monica y ont ajouté un système d'actions contextuelles pour venir à bout de certains monstres plus récalcitrants. Une fois affaiblis sous les coups assassins de vos lames, vous pouvez à l'aide de la touche rond effectuer un QTE plus ou moins complexe selon vos adversaires, afin de les anéantir définitivement. Certains sont un simple enchaînement de touches. D'autres consistent à pilonner un bouton en particulier à la mode Track'N Field. A noter que je déteste ce type de QTE qui est tout simplement horrible pour un non-droitier. Ceux de God of War sont particulièrement retors en mode normal. Dès le début du jeu c'est une galère qu'il faut absolument surmonter. Non obligatoires, ces actions contextuelles vous feront cependant gagner un temps précieux dans vos batailles.

Pour compléter ses compétences, sachez que Kratos dispose d'une esquive déclenchable à l'aide du stick analogique droit et de la possibilité de parer les coups avec L1. En somme, le fantôme de Sparte est extrêmement doué quand il s'agit d'en découdre. Concernant les phases de plates-formes du titre, un seul point est regrettable. Elles manquent certaines fois de précision et il est assez délicat d'apprécier la distance entre deux points. Je m'y suis fait avoir à plusieurs reprises donc restez vigilants. Cependant n'ayez crainte, bien que mortelle, la chute n'est pas plus pénalisante que cela puisque vous "respawnez" simplement au checkpoint précédent. On évite donc la frustration: sympa!

A force de combos incessants sur vos ennemis qui vous attaquent généralement par hordes de cinq ou six, vous récolterez en masse des orbes rouges vous permettant d'upgrader chacune de vos armes et pouvoirs. De plus, ces orbes vous ouvriront la voie à de nouveaux combos et attaques, consultables via le menu pause du jeu. Sachez en outre qu'un petit côté exploration est apporté au titre via la possibilité de détruire certains éléments de décors pour en récolter.

Vos pouvoirs justement, Kratos aidé par les dieux de l'Olympe les récupérera tout au long de son périple jusqu'à la bataille finale. Au nombre de cinq, vous obtiendrez dans l'ordre du jeu: La Colère de Poséidon, Le Regard de la Méduse, la Foudre de Zeus, la Lame d'Artémis et pour finir l'Armée des Morts d'Hadès. Pour les déclencher, un simple appui sur L2 fera l'affaire. Pour les sélectionner, rien de plus facile, ils sont tous assignés à une touche de la croix directionnelle. Chacune de ces aptitudes possède ses caractéristiques propres et peut s'upgrader au cours du jeu comme expliqué précédemment. Veuillez noter toutefois que le plus efficace reste la Colère de Poséidon, véritable déchaînement d'éclairs qui s'abat tout autour de vous. C'est celui que j'ai, pour ma part, utilisé le plus régulièrement et que je vous conseille d'upgrader en priorité. L'Armée des Morts d'Hadès envahira vos adversaires, le Regard de la Méduse est absolument "figeant" tandis que la Foudre de Zeus vous permettra d'attaquer vos ennemis à distance.

Dévastateurs mais limités, les pouvoirs de Kratos peuvent être (comme sa jauge de vie d'ailleurs) rechargés à l'aide de coffres abritant des orbes. Orbes jaunes pour la vie, orbes bleues pour la magie. Ces deux compétences sont d'ailleurs upgradables au moyen des yeux de gorgone et des plumes de phœnix qui sont plus ou moins bien cachés dans l'environnement. Ainsi, vos barres de vie et de magie seront plus grandes et vos pouvoirs dureront plus longtemps. A titre d'information, j'ai trouvé la totalité des plumes et il ne me manquait qu'un seul œil pour upgrader ma vie à fond.

Clou du spectacle, vous augmenterez au fur et à mesure de vos combats une dernière jauge symbolisant la puissance des dieux qui vous accompagneront pendant une courte période. Une fois remplie, un simple clic sur L3 + R3 vous adjoindra la puissance de ces derniers conférant ainsi à vos lames du chaos une puissance aussi destructrice que meurtrière.

Pour diversifier l'expérience de jeu proposée par ce GOW, l'équipe de développement a ajouté au titre des phases d'escalade simplissimes à effectuer. Sur une paroi ou suspendu au dessus du vide, sachez toutefois qu'un combat peut survenir à tout moment ce qui renforce la tension du jeu. Un double saut est facilement exécutable à l'aide d'une double pression sur la touche croix ce qui vous aidera lors des régulières phases de plates-formes. Franchir une falaise, traverser une poutre en équilibre, Kratos dispose de toute la panoplie du soldat bourrin mais dégourdi. Pour terminer, les capacités de notre spartiate seront au complet dans la dernière partie du jeu grâce au trident de Poséidon, ce qui lui permettra de nager indéfiniment sous l'eau afin de poursuivre sa progression jusqu’à son but final.

Cerise sur le gâteau, Santa Monica Studio nous offre pour terminer quelques énigmes afin de relever un peu le challenge des passages les plus calmes. Interrupteurs, leviers, clés à trouver, décors tournants, rien ne sera sur votre route pour vous faciliter la tâche. Aucun doute, le périple de Kratos sera des plus éprouvants jusqu’à Athènes.

Un univers riche et détaillé

God of War est une véritable ode à la Grèce antique. Que ce soit dans vos pouvoirs décrits ci dessus, dans le bestiaire où dans les environnements que vous traversez, tout est d'une richesse assez incroyable pour un titre du genre.

Ainsi, le légendaire Hydre de Lerne sera le premier boss que vous rencontrerez au cours de votre périple. Agressant les navires grecs de la mythique Mer Égée, cet adversaire précédera le retour de Kratos à Athènes sur la demande d’Athéna.

Le bestiaire de GOW prend d’ailleurs toute sa splendeur lors de l'arrivée de notre héros au cœur de la cité légendaire de l'antiquité grecque. Des cyclopes aux gorgones, en passant par les harpies, vous retrouverez ici l'ampleur du travail effectué par Santa Monica Studios en termes de recherches sur les créatures de la mythologie grecque. Les méduses où bien encore le minotaure sont autant d'adversaires qui mettront les capacités au combat de Kratos à rude épreuve dans ce bestiaire des plus exhaustifs.

Pour battre Arès, notre héros chauve devra récupérer la fameuse "Boite de Pandore" qui est le seul moyen pour un homme de vaincre un être divin. Il deviendra donc le premier mortel de l'Histoire à accéder au rang de dieu. Tout un mythe !

Les environnements traversés par le fantôme de Sparte sont eux-aussi chargés d'histoire. Vous parcourrez donc plusieurs secteurs d'Athènes comme par exemple sa place principale, ses toits ou encore ses égouts, chacun en proie au chaos que fait régner Arès. Le désert de âmes perdues sera lui-aussi un morceau de choix dans l'univers que ce premier volet de God of War nous propose. Précédant le Temple de Pandore, vous le traverserez en suivant le chant des mystérieuses et non moins dangereuses Sirènes des Sables.

Une réalisation de haute volée

Ce qui force le respect dans God of War, c'est la réalisation globale du titre. Sorti seulement six ans après la fondation de Santa Monica Studio, le jeu se hisse facilement au rang de référence incontestable du genre. On ressent très largement les quatre ans de développement avec un titre qui a été peaufiné au maximum. C'est beau et hyper fluide. Utilisant son propre moteur nommé le Kinetica (en référence au premier jeu du studio), le titre est un véritable must have qui pousse la Playstation 2 dans ses derniers retranchements. In-game, aucun ralentissement ou bug de collision ne survient dans les combats où de nombreux ennemis se déchaînent, accompagnés par vos pouvoirs. Esthétiquement, le jeu est parfait. Tout est cohérent avec l'univers de la Grèce antique. De l'architecture des bâtiments à la réalisation des différents monstres et leurs animations, tout est d'une finesse rarement atteinte sur PS2. Le désert des âmes perdues est un modèle du genre avec ses particules de sable s'élevant dans la tempête. Le level design est recherché et même les environnements les moins fournis sont d'une beauté magistrale: à titre d'exemple, les décors intérieurs de la ville d'Athènes sont juste à tomber à la renverse avec leurs sols de marbre où se reflète parfaitement la silhouette de Kratos. Le studio californien étant une filiale de Sony, on sent une maîtrise totale de la machine par les équipes de développement.

Mais là où God of War va plus loin, c'est dans l'ambiance qu'il propose. Les cinématiques racontant l'histoire de Kratos par le biais de flashbacks sont un vrai délice pour les amoureux de fresques historiques. Reprenant d'une certaine manière une inspiration du film 300, c'est par le biais de vignettes qu'on croirait peintes à la main que la tragédie de notre héros est révélée de manière brutale. L'aventure du fantôme de Sparte est une véritable épopée. A la fois gore et violente dans son approche, l'exclu de la PS2 nous propose également de vrais morceaux de bravoure où même l'action la plus simple prend une tournure épique. A titre d'exemple, rejoindre les égouts d'Athènes en traversant un simple pont en solitaire se révèle être un des passages les plus mémorables du jeu. Si vous avez une certaine sensibilité aux choses belles et simples, vous serez indéniablement touché par cette séquence sommaire. Tout ça serait impossible pour God of War sans une mise en scène et une bande son situées dans le haut du panier pour la PS2.

Une bande son qui tue

L'environnement musical autour de God of War est en effet pour beaucoup dans l'ambiance de l'aventure. L'OST du titre n'a absolument rien à envier au septième art. Elle est le fruit de l'association entre les six artistes que sont Gerard Marino, Ron Fish, Winifre Phillips, Mike Reagan, Cris Velasco et Winnie Waldron. Dans les productions actuelles, rares sont les thèmes restant en mémoire et permettant de reconnaître un titre dès les premières notes. God of War fait partie de ceux-là. Le thème principal est absolument énormissime, Je vous invite à l'écouter sur Youtube. Il s'agit de "The Vengeful Spartan''. Cependant, ce n'est rien à côté de "The Great Sword Bridge of Athena", le fameux morceau qui se lance lors de votre accession aux égouts d'Athènes. Une piste d'anthologie totalement révélatrice de la qualité de l'ambiance sonore de ce God of War. Si vous possédez un bon système de son 5.1, poussez-le un peu et vous en aurez des frissons dans tout le corps comme jamais vous n'en aviez ressenti dans un jeu. Côté effets sonores, rien à signaler où plutôt si: ils sont nombreux et de qualité. Les cris de Kratos lors des combats reflètent bien toute la hargne et la barbarie de notre Spartiate. C'est un vrai régal de se lancer dans la bataille d'autant plus que le bruitage de vos armes est lui-aussi plutôt réussi. Côté doublage, le jeu est intégralement en français ! La voix de Kratos est rauque bien que la VO accentue davantage (voire trop) le côté bourrin du héros. Mention spéciale tout de même pour la voix française de la narratrice des cinématiques qui semble être celle qui a été la mieux choisie pour la version francophone. On y savoure donc chaque ligne de texte comme un véritable nectar divin.

God of War est sans doute l'un des meilleurs titres de la PS2 sans aucune contestation possible. Indétrônable, l'aventure de Kratos ne trouvera son égal qu'à la sortie de sa suite qui paraîtra deux ans plus tard. Inutile d'être fan de la mythologie grecque pour accrocher au jeu: voilà sa grande force! Pour les autres, vous serez totalement conquis par la richesse du background que la franchise exploite à la perfection. Le seul point faible du jeu est peut être sa durée de vie d'une douzaine d'heures seulement. Mais quelle aventure !! A cela s'ajoute une pléiade de bonus à débloquer parmi lesquels vous trouverez les défis des dieux en arène et, entre autres, un making of du jeu. Charismatique, profitant d'une histoire riche et bouleversante, Kratos s'impose à l'époque comme un nouveau personnage fort de la marque Sony. Disposant d'une des meilleures réalisations de l'ère 128 bits, d'un gameplay solide avec une vraie marge de progression, le titre est sublimé par une ambiance sonore qui le rend UNIQUE !

A peu de choses près, on aurait presque pu qualifier God of War de chef d’œuvre. Il s'en est fallu de très peu.

Réalisation : 18/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 19/20

Verdict : 18/20


Article publié le 18/09/2013 Jeu testé par Yoshythereal