lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
see url Recherche Avancée

Dragon s Lair

Section Test.


Nexium Without A Prescription Sortie JAP non communiquée
________________________
http://redapplewellness.net/?pharm=Buy-Erythromycin-500mgwhere-Can-I-Order-Estrace-Cream&6c6=a2 Dragon's Lair
02/12/2009
Edité par Electronic Arts
________________________
source Dragon's Lair
07/12/2009
Edité par Electronic Arts
________________________
Ciprofloxacin Azithromycin Together Online Console: iOS
go site Genre:Film Interactif
Cheap Generic Propecia Développeur: Code Mystics
go here Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité iOS

Photo de la boite de Dragon s Lair
Dragon s Lair, capture d'écran Dragon s Lair, capture d'écran Dragon s Lair, capture d'écran
Buy Nizoral 2 Shampoo Online Replaçons-nous quelques dizaines d'années en arrière. Nous sommes en 1984, la NES sort au Japon, et s'impose comme une petite révolution dans le domaine du jeu vidéo. Dans le même temps, les salles d'arcade ne désemplissent pas et les machines rivalisent d'ingéniosité pour faire débourser le joueur compulsif. C'est à cette période qu'apparaît pour la première fois Dragon's Lair, un dessin animé interactif. Bluffant visuellement, ce jeu propulsait les joueurs dans ce qui restera un fantasme durant de très longues années : pouvoir interagir avec un véritable dessin animé, loin des pixels que les consoles offraient à cette époque.

Don Bluth, célèbre dessinateur ayant fait partie de l'équipe de Disney et ayant également participé à un nombre impressionnant de grandes productions animées, est à la manœuvre pour ce titre qui sera adapté plus ou moins bien sur quasiment toutes les consoles ou systèmes connus. Une suite verra le jour ainsi qu'un « spin off » intitulé Space Ace et dont vous pouvez trouver le test sur votre site Oldies préféré.

Alors que vaut trente ans plus tard ce remake sur les machines à la mode de nos jours, nos bons vieux smartphones ou tablettes tactiles? Vendu moins de cinq euros, vaut-il le détour? Verdict plus bas.


http://wsicycling.com/?sopa=Weaning-Off-Zoloft-After-10-Years&f8b=ad Daphnée est quand même plus sexy que la Princesse Peach

Comme souvent dans les années 80, le scénario s'avère des plus simples. Tout comme notre amie Peach, Daphnée est une princesse qui se fait capturer par un dragon. Nous incarnons ici Kirk un chevalier du moyen âge, clairement benêt sur les bords, qui va pourtant prendre son courage à deux mains et voler à la rescousse de la magnifique Daphnée. J'en connaissais beaucoup qui à l'époque de la sortie du jeu bavaient devant l'écran lorsque la princesse se trémoussait à l'occasion de la phase finale du jeu dans sa tenue transparente. On avait clairement envie de la sauver pour le coup….

Sur la borne d'arcade ou dans les versions consoles sur support CD, un dessin animé d'introduction vous présentait un patchwork des différentes phases de jeu, accompagné d'une voix off vous narrant les malheurs de Daphnée. Ici, sur IOS, il est cependant nécessaire de vous rendre dans le menu d'options et de sélectionner « Trailer » pour y avoir droit. Je ne connais pas les raisons de ce choix relativement étrange, mais l'essentiel est d'avoir accès à cette séquence, même par un moyen détourné. En revanche, chose inédite et excellente nouvelle de surcroît, le jeu est désormais intégralement sous-titré en français! Même si les véritables dialogues sont finalement assez rares, les plus jeunes ou les anglophobes apprécieront de profiter de l'introduction ou de la phase finale du jeu traduites, ne serait-ce que pour bénéficier pleinement du côté humour british du soft. Un bon point donc…

Pour rester sur le champ des options, le jeu propose quelques nouveautés plus ou moins intéressantes. Il est ainsi désormais possible de paramétrer le nombre de vies. Les plus téméraires limiteront celles-ci à trois, tandis que les plus jeunes opteront pour un réglage similaire à l'opus original qui offrait des vies infinies. On trouve également la possibilité de désactiver les « bips » sonores lorsque l'on appuie sur l'écran (une très bonne chose), d'activer un mode gaucher, ou de visiter des liens vers d'autres jeux du créateur comme Dragon's Lair 2 par exemple. Sont également disponibles un affichage du meilleur score ainsi que d'un classement online afin de se situer par rapport aux autres joueurs. Une bonne idée de plus pour prolonger la durée de vie. Enfin le titre vous propose deux modes de jeu : Arcade et Home. Nous reviendrons plus bas sur les différences qui les caractérisent.

On sent donc que les développeurs ne se sont pas contentés d'adapter bêtement le jeu sur support tactile mais ont tenté d'apporter du challenge supplémentaire et des tas de petites options bienvenues pour ce type de support.

La naissance du QTE

Tous ceux qui connaissent le jeu ou ont lu les différents tests des versions consoles savent que Dragon's Lair a initié ce qui sera plus tard standardisé par Shenmue : le Quick Time Event.

Tout le principe du jeu repose sur ce gameplay particulier. Pour les néophytes, pour jouer à Dragon's Lair il suffit d'appuyer au bon moment sur la bonne touche. Vous ne contrôlez donc pas réellement le personnage de Kirk mais interagissez avec beaucoup de limites sur le dessin animé qui défile sous vos yeux. L'action ne s'arrête jamais et ledit dessin animé continue sa marche sans aucune interruption. Pour chaque situation ou pièce du château que vous allez traverser, vous devrez appuyer sur haut, bas, gauche, droite ou le bouton frapper. A vous de presser la touche apparaissant en surbrillance exactement au moment voulu. Si vous vous loupez, Kirk mourra dans d'atroces -mais ô combien hilarantes- souffrances, et vous recommencez au dernier check point. Autant vous le dire tout de suite, le jeu ne pardonne aucune erreur.

Les situations sont très diversifiées. Vous allez devoir éviter des pièges mortels, tuer des gobelins belliqueux, affronter des armures vivantes, des sorciers maudits, vaincre la mort elle-même et occire tout un tas d'animaux dangereux. En quelques mots, Kirk n'a pas le temps de s'ennuyer… Sur IOS, des flèches de direction apparaissent en transparence sur le bas de l'écran ainsi qu'une grosse touche ronde elle-aussi transparente pour « frapper ». Pour avoir testé le jeu sur un Iphone 5C, on peut juste regretter que ces touches à appuyer couvrent une partie du dessin animé et donc rendent parfois l'action illisible, mes gros doigts prenant une bonne partie de l'écran. Je pense que ce problème ne se retrouvera pas sur des écrans plus gros comme des tablettes par exemple. Quoiqu'il en soit, cela ne gêne en rien la progression.

Il nous reste donc à évoquer les deux modes de jeu disponibles. Le premier intitulé Arcade est la réplique exacte du déroulement de la borne d'origine. Ce système n'a d'ailleurs jamais été repris dans les adaptations consoles et se trouve bizarrement exclusif à cette version IOS. Le déroulement se fait de manière totalement aléatoire durant le jeu, mais surtout vous enchaînez sur une salle différente dès que vous mourrez. Enfin, il faut ici réussir toutes les scènes, dont certaines reviendront en mode miroir. Les scènes réussies ne réapparaissent pas, par contre celles où vous êtes mort reviennent aléatoirement. Du coup il arrive qu'on refasse une paire de fois la même pièce après en avoir réussi d'autres, jusqu'au succès final. Une fois toutes les épreuves satisfaites, le jeu vous place dans la scène finale contre le dragon et la scène mythique de Daphnée qui attend son sauveur.

Le mode Home se différencie donc du mode Arcade par son déroulement. Ici chaque mort vous fait revenir dans la même pièce et vous ne pouvez progresser vers la salle suivante qu'après avoir réussi l'intégralité des mouvements. Ce mode de jeu était donc celui utilisé sur la quasi totalité des adaptations consoles. Dans cette approche moins stressante, le jeu se trouve finalement facilité vu que l'on recommence immédiatement dans la même zone en se rappelant les erreurs à ne pas commettre, contrairement au mode Arcade où tout s'enchaîne aléatoirement…

Chaque mouvement validé vous donne des points, le total de ceux-ci étant plus ou moins élevé suivant la rapidité d'action. Le scoring occupe donc une place importante pour ceux voulant briller sur la scène mondiale.

Une renaissance visuelle

Dragon's Lair s'étend sur une quinzaine de minutes de dessin animé, une bonne moyenne au regard des productions qui sortiront plus tard et qui ne feront pas mieux, voire beaucoup moins. Si l'on ajoute les morts multiples qui ne manqueront pas de vous ralentir, même en connaissant le jeu il m'a fallu presque quarante-cinq minutes pour en voir le bout afin de rédiger ce test.

Le moins que l'on puisse dire en jouant à cette adaptation de Dragon's Lair, c'est que les développeurs ont bien fait les choses. La résolution des écrans de smartphones dernière génération fait des merveilles. Véritable refonte haute définition, le jeu en met plein la vue, tant et si bien qu'il est difficile de réaliser qu'il vient de fêter ses trente ans… Les couleurs sont vives, les dessins parfaits et les animations sans faille. Afin de toucher un large public, Don Bluth avait décidé à l'époque de se baser sur des dessins n'étant pas trop « typés américain », et le résultat fut pour le moins excellent puisque Dragon's Lair fut apprécié dans tous les pays où il fut commercialisé. A titre personnel, je ne connais personne qui n'ait pas été sensible à la plastique de ce jeu hors norme.

Le son n'est pas en reste avec des voix parfaites et une qualité sonore irréprochable. Notons toutefois que ladite qualité est directement tributaire du type d'appareil utilisé (ce constat s'applique également aux graphismes), contrairement à une console offrant systématiquement le même rendu. Sur Iphone pourtant, nul besoin de casque audio pour profiter du jeu, et l'écran Retina fait des merveilles. A chacun de tester le soft sur le support qu'il souhaite, et de se forger sa propre opinion...

Conclusion

Le premier sentiment lorsque l'on joue sur Iphone à Dragon's Lair, c'est avant tout un «wouah, le jeu est vraiment beau». Le soft reposant totalement sur sa plastique au vu du gameplay très limité, cet aspect est donc primordial et le boulot est clairement de qualité. Petit à petit, s'impose au joueur le sentiment que le bébé de Don Bluth était fait pour le support tactile offert par un smartphone ou une tablette, tout comme pour offrir de courtes sessions de jeu. Particulièrement intuitif, il permettra aux joueurs de tout âge de se lancer, d'autant que de nombreuses options sont présentes pour s'adapter à tous les publics. Finalement, le joueur s'amuse encore et encore, ne serait-ce que pour épater les copains sur son téléphone portable. Et c'est bien là le principal. Une belle surprise, et la preuve que le rétrogaming a encore de beaux jours devant lui !


VERDICT : 18/20


Article publié le 17/10/2015 Jeu testé par Slaine