lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Die Hard Trilogy

Section Test.


400 Bad Request Die Hard Trilogy
13/12/1996
Edité par Fox Interactive
________________________
Die Hard Trilogy
20/08/1996
Edité par Fox Interactive
________________________

400 Bad Request

Die Hard Trilogy

??/11/1996
Edité par Fox Interactive
________________________

nginx
Console:
Sony Playstation
Genre:Action
Développeur: Probe Entertainment Limited
Joueurs: Solo uniquement
Existe aussi sur: PC- Sega Saturn-

Photo de la boite de Die Hard Trilogy
Die Hard Trilogy, capture d'écran Die Hard Trilogy, capture d'écran Die Hard Trilogy, capture d'écran
Sorti en 1996 sur la console de salon de Sony (spéciale dédicace à ce crétin de Julien de Gameone), Die Hard Trilogy est tiré de la trilogie sortie au cinéma à la fin du siècle dernier (1988 pour Die Hard, 1990 pour Die Harder et enfin 1995 pour Die Hard With a Vengence). Développé par Probe Entertainment aujourd'hui devenu Acclaim Cheltenham (Mortal Kombat, Forsaken, Extreme-G, Road rash...) et édité par Fox Interactive, Die Hard Trilogy était attendu au tournant par les fans des films qui, il faut le dire sont de véritables monuments du cinéma. Alors McClane ? C'est du bon boulot ?

Dehors les boches ! (second degré pour les rageux qui n'auraient pas le même humour que moi)

Penchons nous en premier lieu sur le pourquoi du comment dans Die Hard. Les terroristes allemands (ah lala, ils nous laisseront jamais tranquilles !) s'emparent à plusieurs reprises de lieux stratégiques afin d'en tirer des profits qui leur sont propres. Je ne vais pas spoiler les films à ceux qui veulent les découvrir, mais en gros ce seront un immeuble, un aéroport et pas moins que la ville de New York toute entière qui seront sous l'emprise des malfaiteurs. Tout ça pour une histoire de thunes (ou non, vous verrez). C'est à chaque fois le lieutenant McClane qui se trouve au bon endroit et au bon moment pour montrer aux terroristes de quel bois il se chauffe (perso j'adore le chêne, c'est très tendance !). Qui dit « trilogie », dit trois jeux au gameplay et principes différents, si ce n'est qu'ils ont comme but commun de réduire à néant la menace terroriste.

Piège de Cristal au Nakatomi Plazza Hotel

C'est dans un hôtel luxueux, très prout-prout que l'action va se dérouler dans un premier temps. Vous incarnez donc le lieutenant McClane en vue de « derrière-dessus », la caméra étant située suffisamment en hauteur pour que l'on puisse voir tout autour du gentil policier américain. Afin de vous débarrasser des malfrats, vous aurez à votre disposition un pistolet et des grenades pour commencer, arsenal qui s'étendra à mitraillettes, fusils à pompe, grenades fumigènes...bref il y a de quoi faire, et c'est cadeau pour vous mesdames et...enfin messieurs parce que c'est bien connu, les femmes ne jouent pas aux jeux vidéos (là encore c'est du second degré ^^). A chaque étage (du sous-sol au toit) de l'immeuble, vous aurez comme mission de désamorcer une bombe qui n'apparaîtra qu'une fois que vous aurez anéanti tous les méchants présents à l'étage en question, après quoi vous pourrez passer au niveau supérieur. Vous aurez également la tâche de libérer des otages qui seront exécutés si vous ne tuez pas assez rapidement leurs ravisseurs.


Côté technique

Le jeu est très présentable, tout est très lisible, les décors comme les ennemis, mais il est parfois rageant de se faire canarder de tous les côtés et de ne pas pouvoir s'occuper assez rapidement de tous les ennemis, la faute à une maniabilité assez sommaire, même si celle-ci n'est pas frustrante pour autant. Elle est parfois un peu rigide mais elle est tout à fait correcte pour un jeu sorti en 1996 (et je vous rappelle que les 3 jeux ont un gameplay totalement différent). La bande son est ultra pêchue, même si le son eletcro ne plaira pas à tout le monde, moi je trouve que le style colle bien à l'action. Les sons de balles qui ricochent sur les différentes surfaces sont aussi agréables à entendre, et les cris des otages « help meeeee » ou encore « don't shoot ! » bien qu'énervants sont assez réalistes. Un bon jeu qui ne peut que faire espérer que le suivant le sera aussi.

58 minutes pour vivre dans l'aéroport de Los Angeles

Le déroulement du jeu, cette fois-ci, se déroule en vue subjective, il s'agit d'un « rail-shooter » à la manière d'un Time Crisis ou encore House of the Dead pour faire simple. Sauf que là, vous incarnez John McClane qui se trouvait là et qui a eu un pressentiment d'attaque terroriste, sentiment qui s'est avéré être fondé. Vous aurez donc le choix d'utiliser soit la manette, soit un gun quelconque (mais pas le GCON45, il n'est pas compatible, bien joué les développeurs) afin d'éliminer la racaille qui a investi la totalité de l'aéroport. Si au début vous n'êtes munis que d'un simple pistolet de policier municipal sorti du fin fond de ma Picardie natale (quoi qu'ils n'ont même pas de matraque quand j'y pense), vous aurez vite le loisir de vous essayer à des mitraillettes, fusils divers ou encore lance-roquettes (extrêmement jouissif). Pendant votre chemin, vous constaterez que tout être humain n'est pas bon à brûler en enfer, vous devrez donc sauver des otages et abattre les truands. Vous constaterez aussi la présence de nombreuses options (balles puissantes, invincibilité...) qui ne sauront vous déplaire, j'en suis certain.


Côté technique

Bien qu'un peu fouillis, l'action tend plutôt vers l'agréable, mais je me réserve un peu pour les plus exigeants d'entre vous. Le jeu a peut-être un peu mal vieilli et il y a aussi de nombreux autres jeux plus amusants dans le genre (les deux opus de Time Crisis sont largement mieux par exemple). Côté ambiance, le sérieux est de mise, même si la rigolade sera de la partie, les petites réflexions orales que dit McClane au cours de la partie du style « You want a turkey ? It's Christmas » sont délicieuses et font que la personnalité de McClane a été retranscrite, ce qui est un bon point et ce, pour les 3 jeux. Les musiques, elles, collent parfaitement à l'ambiance orientée action.

Die Hard with a Vengence in Niouiork

Cette troisième et dernière adaptation de la trilogie est donc consacrée à la ville de New York menacée par un dénommé Simon, un terroriste qui menace de faire exploser plusieurs endroits stratégiques dont des écoles, quel monstre ce Simon ! Pour faire face à ce chenapan, McClane et Zeus (qui gueule tout le temps au cours du jeu) sont en voiture et doivent désamorcer tous types de bombes en traversant la ville en long en large et en travers. Plusieurs endroits sont reconnaissables comme Central park par exemple. Il vous faudra donc foncer à toute blinde afin d'entrer en contact avec une bombe qui explosera mais ne fera pas de victimes (enfin j'ai jamais réellement compris car McClane est censé la désamorcer, or elle explose tout le temps). Il vous arrivera d'avoir à faire la course avec d'autres véhicules dans les aqueducs de la ville (oui comme dans le film !) ou alors de devoir détruire des véhicules piégés. Votre voiture est munie de turbos pour vous aider à accomplir vos missions dans le temps imparti. Ceci dit, de nombreuses options jonchent les rues de NY et vous aideront à vous donner du sursis qui, décidemment est le souci principal pendant votre aventure. A noter que Simon est en permanence en liaison avec vous et ne manquera pas de se foutre de vous ou encore de vous complimenter d'une manière assez ironique.

Côté technique

Des trois jeux, je pense que c'est celui qui a le plus mal vieilli. Tout est carré, les collisions pas évidentes à gérer, le tout rendant le gameplay très frustrant. Si l'on passe sur ce détail (assez problématique tout de même), on peut prendre son pied à foncer tête baissée dans NY en éclatant les piétons qui vous masqueront la vue a cause de leur sang répandu sur votre pare brise (vive les essuie-glaces !). La musique est orienté rap, je ne la trouve pas très bien adaptée à la situation mais bon c'est tout de même assez dynamique. Les bruitages sont corrects, sans plus. Les répliques bourrées d'humour à la McClane sont encore de la partie genre quand il écrase un piéton, un « Whoops » très comique peut se faire entendre.

Verdict

Voici un jeu qui me pose un problème de cœur, je l'adore car il m'a apporté beaucoup de joie mais aussi de grandes frustrations. Le côté décalé qui s'en dégage me force à admettre que c'est un titre sans grande prétention mais qui vaut le coup d'œil, pour peu qu'on aime un jeu qui propose un certain challenge. Les trois jeux ne sont peut-être pas parfaits, mais ils sont assez riches et bien fichus (sauf graphiquement). Je ne saurai vous conseiller autre chose que de vous forger votre propre opinion en vous y essayant. Le fait est que l'on a tendance à revenir sur Die Hard Trilogy assez souvent et pour ma part, je classerais les jeux par ordre de préférence comme suit : Die Hard, Die Hard 3 et enfin die Hard 2. Un bon jeu, tout simplement.


Histoire 14/20 : Le scénario suit plus ou moins celui des films, en très simplifié, mais l'ambiance est là, assez décalée et sérieuse à la fois.

Graphismes 12/20 : Le tout est un peu carré et la fluidité laisse parfois à désirer. Ce n'est pas moche, on arrive à jouer mais il est vrai que les développeurs n'ont pas su rendre le tout un peu plus agréable.

Gameplay 14/20 : Une fois les touches assimilées, on peut jouer assez serainement, mis à part pour le troisième épisode qui impose des gros problèmes de collisions avec les autres véhicules et les décors. Frustrant mais motivant !

Musique 14/20 : Tout est assez plaisant, les musiques reviennent facilement en tête. Sans faire preuve d'ingéniosité, les développeurs ont livré un travail sérieux et appliqué.

Durée de vie 16/20 : Pour le coup, avoir trois jeux au gameplay si différent, il faut admettre que c'est pas mal, surtout que chacun des jeux est assez long, dur (pas de mauvais esprit) et riche.


NOTE GLOBALE 15/20


Article publié le 11/06/2009 Jeu testé par MaitreCoq