lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
click Recherche Avancée

Casper

Section Test.


Herbal Viagra Buy Sortie JAP non communiquée
________________________
http://ncnaglegemsandbeads.com/?medz=Cheap-Pamelor-25mg&c98=6f Casper
??/??/1996
Edité par Interplay Entertainment
________________________
http://seniorenzentrum-diedorf.com/?yah=Cost-For-Mobic&35d=05 Sortie EURO non communiquée
________________________
http://stoneworksap.com/?meds=Claritin-Anti-allergy-Plush-Top-Fiberbed-Reviews&7ba=5b Console: Panasonic 3DO
enter site Genre:Action/Aventure
Where Can I Buy Erythromycin Topical Solution Développeur: Logicware
go to site Joueurs: Solo uniquement
go to link Existe aussi sur: Sega Saturn- Sony Playstation-

Photo de la boite de Casper
Casper, capture d'écran Casper, capture d'écran Casper, capture d'écran
follow link Un jeu en 3D sur une console 32 bits… aie, j’en imagine déjà qui préfèrent se crever les yeux ou se bourrer d’aspirine avant de se lancer dans le carnage visuel… et bien non ! Contrairement à ce que pourraient penser les mauvaises langues, le titre qui nous intéresse aujourd'hui n’est pas un amoncellement de gros carrés texturés immondes propres à la génération 32 bits débutante dont le héros vaporeux nommé Casper aurait pu faire penser à la machine à laver bien carrée de la mère Denis.

Scénario : 12/20

La jaquette du jeu le précise bien, « a haunting 3D challenge based on the hit movie ». On incarne donc Casper le gentil fantôme, dans le manoir de Whipstaff avec pour but de récupérer tous les morceaux du Lazare, machine censée redonner vie terrestre aux fantômes. Bon on retrouve tout de même les trois oncles déjantés Teigneux, Crado et Bouffi, bien décidés à vous mettre des bâtons dans les roues au cours de l’aventure… Kat et son père le docteur Harvey sont aussi de passage dans le manoir pour récupérer le trésor caché et vous aideront parfois avec des objets utiles à votre quête.

Réalisation : 14/20

La vue principale est par le dessus, les objets, meubles et déco divers sont bien représentés et reconnaissables au premier coup d’œil. Le manoir est gigantesque et malheureusement les décors sont bien souvent les mêmes, d’où le problème de repérage dans le jeu faisant qu'on se perd assez facilement. L’animation des fantômes (principalement de Casper) est correcte, les diverses transformations possibles du revenant sont amusantes malgré un petit temps de pause entre la forme originale de Casper et l’objet final (scie pour découper les portes, marteau pour cogner les fantômes adverses, ampoule pour éclairer les passages sombres, fumée pour passer d’une bouche d’aération à une autre, tournevis, tornade, ventilateur, balle etc…). Ces moments de loading assez pénibles se retrouvent à chaque changement de secteur ou d’étage, ce qui casse fortement l’ambiance. Sur la version Playstation nous avons droit à un écran de loading bien laid avec une barre qui se remplit léthargiquement. La version 3DO, mieux pensée évidemment, fige Casper d’une à deux secondes mais pas d’écran de loading intermittent ! Bon, le résultat d’attente est certes le même mais au moins on reste dans le manoir.

Gameplay : 14/20

Le but du jeu est donc assez simple dans le fond : trouver tous les morceaux du Lazare et ainsi revenir à la vie ! Il faudra donc explorer de fond en comble le manoir, les jardins et défaire au passage les pièges tendus par les trois oncles fantômes. De nombreux objets disséminés ça et là vous permettront de redonner des points à Casper (pas de points de vie puisqu’on est déjà mort), points permettant de se transformer au moyen de pouvoirs spéciaux qui en nécessitent pas mal. Ramassez donc le plus possible de sandwichs au thon, brocolis, carottes, et autres joyeusetés… sans oublier bien entendu les clés nécessaires aux ouvertures de portes et les pièces d’or du trésor !

Les commandes ne sont pas bien compliquées : un bouton action (ouverture de porte, de coffres), bouton utilisation (pour se transformer en objet particulier et débloquer des passages jusque là inaccessibles. A noter que ces pouvoirs ne seront disponibles que sous la condition de trouver des morceaux de puzzle formant un tableau représentant une partie ou un habitant du manoir), et enfin un bouton d'inventaire (pour sélectionner les fameux pouvoirs de transformation, les clés de fer ou de cuivre qui ouvrent respectivement les portes et les coffres, d’autres clés de couleurs particulières ouvrant des pièces secrètes et passages dérobés etc…). Les gâchettes servent également à faire léviter plus ou moins Casper, pas très utile puisque le jeu se déroule sur un même plan (les marches d’escaliers que l’on monte ne sont qu’un effet d’optique). Cette option sert en fait à se décoincer de meubles divers, Casper ayant plutôt tendance à obstinément rester collé à ceux-ci comme un string sur un anus de marathonienne, plutôt bizarre de la part d’un être censé passer à travers toutes les matières…

Bande son : 14/20

Les musiques sont assez sympa et rappellent un peu les films des années 50, ambiance polars et vieux films fantastiques. Les bruitages sont trop peu nombreux et assez banals : bruit de porte qui s’ouvre, passage secret grinçant, bois qui craque et Casper qui couine de temps en temps lors d’une action ou pour sortir une phrase sans intérêt. Tout cela contribue cependant à l’ambiance de maison hantée. Les voix des trois oncles fantômes sont quant à elles assez marrantes. A noter que les nombreux jeux de mots en anglais qu’ils prononcent en début de combat (qui révèle leur point faible) sont mal traduits à la franchouillarde. Il faudra donc essayer plusieurs objets au hasard si l'on ne comprend pas la langue de Shakespeare pour voir lequel viendra à bout du méchant fantôme.

Durée de vie : 16/20

Assez conséquente, une parfaite maitrise du sens de l’orientation sera nécessaire pour terminer l'aventure. Caspet est un jeu soit-disant destiné aux plus jeunes : peut être ceux nés et ont grandi dans la jungle. Personnellement, j’ai ramé pour arriver jusqu’au bout sans me perdre un bon millier de fois. En effet, un simple interrupteur peut ouvrir une porte ou un mur secret à l’autre bout du manoir. Pour progresser, il faut donc un excellent sens de l’observation et une mémoire d’éléphant. Fort heureusement, il est possible de sauvegarder n’ importe où et n’importe quand au cours du jeu. Le manoir est en outre littéralement bourré de passages secrets à côté desquels il est facile de passer sans forcement être bloqué. Triturer le moindre petit bout de branche et découvrir tous les secrets du manoir représente donc un challenge colossal pour l'adepte du jeu d'aventure.

Conclusion : 14/20

Un jeu assez amusant, pour les fans de portes secrètes, boutons cachés, passages dérobés et surtout d’amateurs de labyrinthes, la difficulté pour se repérer dans le manoir devenant quasi inhumaine au bout d’un moment ! On préférera la version 3DO forcément. Elle n'est certes pas exempte de défauts mais c’est bien cette mouture 3DO qui en comporte le moins, la version Playstation insupportable avec ses écrans de loading et la version Saturn et ses éternels effets de transparence « gros points noirs acnéiques » faisant peine à voir à côté d'elle...


Article publié le 20/04/2010 Jeu testé par Grand_Barbare