lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://whoisnickasmith.com/?medz=Lexapro-User-Reviews-For-Depression&fc1=f5 Recherche Avancée

[Rétrovalue]Super Mario 3D Land


Un bien bel hommage au plombier moustachu


http://uie.dk/?swq=Cialis-Generico-5-Mg-Costo&9b1=7a Un article en rapport avec la saga Mario
image d'illustration du dossier: Super Mario 3D Land, Un bien bel hommage au plombier moustachu

http://sharlhosting.com/?aa=Purchase-Accutane-%28isotretinoin%29&8a6=e2 Un article de Manuwaza

http://hollyhockclothing.com/?fvn=Buy-Nizoral-Shampoo-Online-Amazon&a5d=bd Cialis E Viagra Online Pendant de Mario Bros sur consoles portables, la saga Mario Land a su gagner ses lettres de noblesse en offrant une expérience à la fois proche des opus de salon, tout en s'en distinguant par un univers radicalement différent. Plusieurs dizaines d'années plus tard, la Game Boy a laissé la place à une descendante bien plus évoluée nommée 3DS. Celle-ci n'a pas pour autant oublié ce qu'elle devait à son illustre ancêtre, et accueillit dans le courant de l'année 2011 un certain Super Mario 3D Land. Un nom évocateur s'apparentant à un hommage plus qu'à une véritable volonté de s'approcher des premières aventures portables du plombier moustachu. Que vaut ce nouvel épisode pour le rétrogamer ? Réponse à suivre...

Ciprofloxacin Online Apotheke 2014 Déroulement de l'aventure

Sans surprise, l'antagoniste de ce nouvel opus n'est autre que Bowser qui n'a rien trouvé de mieux que de kidnapper une certaine princesse blonde dont nous tairons le nom. N'écoutant que son courage, un plombier moustachu décida de partir la délivrer tout en mettant un terme définitif aux exactions de l'horrible bestiole ! Concrètement, la progression de Super Mario 3D Land se répartit sur huit mondes différents, chacun étant divisé en une demi-douzaine de stages. Le joueur peut aborder ces derniers dans une sorte de hub lui permettant au besoin d'en délaisser certains, une possibilité toutefois limitée par la nécessité de posséder un certain nombre de pièces étoilées pour accéder à certaines parties, notamment la dernière occasionnant l'apparition d'un boss. Ces précieux sésames pourront être collectés à raison de trois par niveau, certains étant bien évidemment plus faciles à glaner que d'autres. En plus des levels pouvant être qualifiés de classiques, quelques niveaux bonus offriront quelques étoiles bonus, tandis que les maisons de toads octroieront des items utiles sur lesquels nous aurons l'occasion de revenir plus bas dans cet article.

En matière de challenge, Super Mario 3D Land ne se montre hélas pas à la hauteur de ce que l'on pouvait être en droit d'attendre. Non pas que les jeux Mario fussent à l'époque insurmontables, mais il apparaît évident que le soft dont il est ici question s'adresse avant tout au grand public. Vous n'aurez que rarement l'occasion de vous retrouver bloqué dans un niveau à multiplier les essais pour venir à bout d'un passage difficile, et si tant est que vous soyez confronté à ce cas de figure, le nombre de vies astronomique que vous aurez préalablement gagnées vous mettra à l'abri de ce sentiment d'angoisse ressenti dans un Megaman à l'approche de l'écran de Game Over. En effet, les manières de collecter de nouvelles vies sont nombreuses dans Super Mario 3D Land, et certaines méthodes pousseront la complaisance jusqu'à vous en offrir plusieurs en quelques secondes. Notons en outre la présence systématique d'un checkpoint en milieu de niveau, vous octroyant en prime un super champignon si vous aviez eu le malheur de perdre votre grande taille. Pire encore, le soft vous offrira des bonus totalement aberrants si vos médiocres performances le justifient. Mourrez cinq fois dans un même niveau, et vous bénéficierez d'un nouveau costume vous rendant invincible sans limite de temps tout en vous fournissant les capacités du Tanuki (vol en utilisant sa queue). Périssez cinq fois supplémentaires, et vous aurez même droit à un item vous amenant directement à la fin du niveau ! Sans doute faut-il voir là une volonté de Nintendo de s'adresser à un public plus large, en faisant disparaître la frustration naissant d'échecs répétés. Mais par ces mesures outrageusement permissives, la firme de Kyoto est parvenue à tuer dans l’œuf un principe aussi vieux que le jeu vidéo lui-même : le die and retry. Certes, il n'est aucunement obligatoire d'utiliser ces aides, mais leur simple présence est à mon sens une aberration détruisant totalement le mérite que pouvait avoir un joueur des années 90 à finir un jeu difficile. Et même le plus intransigeant des rétrogamers deviendra négligeant au fil des heures, perdant parfois des vies par dizaines en raison d'une totale absence de pression quant à sa réserve semblant inépuisable.

Une fois les huit mondes terminés, la princesse sauvée (que voilà un énorme spoiler!) et le générique de fin visionné, s'ouvrira l'accès à huit nouveaux mondes spéciaux haussant toutefois d'un (gros) cran le challenge par la disparition des aides mentionnées ci-dessus, et par l'apparition d'éléments semblant pour certains en provenance directe du Super Mario Bros 2 originel connu dans nos contrées sous le nom de Lost Levels. Sans vous gâcher la surprise, sachez qu'il vous faudra être méfiant à l'égard de certains champignons. De même, les stages comportent pour certains un temps extrêmement limité pour être terminés, s'apparentant à une véritable course contre la montre, tandis que d'autres vous mettent aux prises avec un alter-ego maléfique vous traquant et dont le simple contact suffit à vous faire passer de vie à trépas. Pire encore, certains levels cumuleront plusieurs handicaps, les rendant extrêmement délicats à aborder et nécessitant de fait de nombreux essais pour être terminés, voire même un apprentissage méticuleux de leurs architectures respectives. Enfin, les adeptes du scoring ne manqueront pas de noter la comptabilisation de leur meilleur temps sur chaque niveau (caractéristique également présente dans les huit premiers mondes dès le second passage), les poussant à rejouer encore et encore les différents stages pour obtenir un chrono frisant la perfection. Notons pour terminer que Luigi, doté d'une maniabilité différente de son frère (sauts plus importants s'accompagnant d'une certaine tendance à glisser), devient jouable à l'occasion de cette seconde moitié du jeu.

Loin de moi l'idée de remettre en cause la durée de vie dantesque offerte par ce Super Mario 3D Land frisant les cent niveaux et offrant une excellente rejouabilité pour le joueur souhaitant en obtenir toutes les médailles étoilées, même si au contraire de Mario 64, celles-ci peuvent toutes être ramassées en un seul passage. Précisons également que de nombreux secrets sont à découvrir pour qui souhaite boucler l'aventure à cent pour cent. Mais force est de constater que l'assistanat exacerbé mis en place par Nintendo s'avère regrettable, d'autant que l'immense stock de vies récupérées dans la première partie de l'aventure permettra d'aborder les mondes spéciaux avec une certaine sérénité.


source Un gameplay à mi-chemin entre Super Mario 64 et Super Mario Bros 3

Ce parti pris est d'autant plus dommageable que le titre offrait une maniabilité d'excellente facture donnant au joueur toutes les armes pour triompher d'un challenge plus important. Dans son gameplay, Super Mario 3D Land s'avère beaucoup plus proche de l'épisode N64 que du soft dont il tire son nom, tout en empruntant également nombre d'éléments aux chapitres estampillés « Bros ». Vous dirigez donc votre personnage dans des environnements en trois dimensions, ce en utilisant le stick de la console. Les contrôles de base consistent en une touche de saut, une autre de course (utile en outre pour sauter plus loin), et enfin une charge au sol. S'y ajoutent quelques mouvements supplémentaires comme une roulade, roue, ou autres sauts accroupi et en longueur permettant respectivement de sauter plus haut ou plus loin. Bien évidemment, notre cher plombier sait également utiliser son environnement, par exemple en s'appuyant sur les murs pour gravir des parois semblant infranchissables.

Afin de s'adapter à toutes les situations, le plombier peut en outre compter sur un petit panel de tenues récupérables en cassant certains blocs. La tenue de Tanuki, en provenance directe de Super Mario Bros 3, s'ajoute à la fleur permettant de lancer des boules de feu, ainsi qu'un costume octroyant la capacité d'utiliser des boomerangs. L'utilisation des capacités spéciales correspondant à chaque item passe par une pression sur la touche habituellement dévolue à la course. Il s'agit là d'une volonté manifeste des développeurs de ne pas surcharger la maniabilité par un trop grand nombre de boutons, afin de coller au maximum à ce gameplay ayant fait la renommée de la saga par sa simplicité et sa redoutable efficacité. Le joueur peut utiliser ces bonus dès leur ramassage, et conserve la possibilité d'en stocker un dans son inventaire auquel il pourra avoir recours à tout moment par une simple pression sur le sigle correspondant affiché sur l'écran tactile. Petit détail intéressant, le costume de Tanuki s'enrichit d'une seconde utilité dans les mondes spéciaux puisqu'il permettra alors de se transformer en statue, poussant ainsi les ennemis à vous ignorer tout en augmentant l'efficacité des attaques tombées, notamment contre les adversaires à piquants. Une corde de plus à l'arc d'un Mario qui n'en manquait déjà pas !

Mais les costumes ne sont pas les seules subtilités présentes dans ce gameplay d'une richesse admirable, les niveaux en eux-mêmes regorgeant de bonnes idées. Chaque stage est l'occasion pour le joueur de découvrir une thématique renouvelant l'expérience de jeu. Vous aurez ainsi, à titre d'exemple, l'occasion d'arpenter un level dans lequel les blocs apparaissent et disparaissent en suivant le rythme de la musique, vous obligeant à vous calquer sur celui-ci pour progresser. De même, certaines plates-formes comporteront deux parties activées alternativement à chacun de vos sauts, vous obligeant ainsi à anticiper leurs futurs mouvements afin de programmer un itinéraire viable, tout en échappant aux ennemis bien décidés à faire voler votre concentration en éclats. Dans le même registre, vous devrez parfois évoluer sur des plates-formes découpées par des scies circulaires suivant une séquence bien précise, ou encore explorer un manoir évoquant Luigi's Mansion ne laissant apparaître le chemin à suivre qu'au tout dernier moment avec en prime des fantômes vous poursuivant sans relâche si vous les laissez sortir de votre champ de vision. Autre exemple, les blocs hélice, une fois activés, se placeront par dessus le personnage, lui octroyant la capacité d'effectuer des sauts vertigineux puis de planer. Le soft ira même jusqu'à vous proposer certaines petites énigmes basées sur un angle de vue à modifier pour dévoiler de nouveaux itinéraires. C'est donc une foule de subtilités que Super Mario 3D Land se propose de vous faire découvrir au fil de votre partie, et même s'il n'évite pas une certaine redite, l'expérience de jeu se renouvelle suffisamment pour tuer dans l’œuf tout début de lassitude.


go to site Un effet 3D mis au service de l'immersion

Sur le plan technique, l'appellation « 3D » présente dans le titre n'est aucunement usurpée puisque le plombier, pour son arrivée sur 3DS, exploite parfaitement les capacités de cette dernière. Ainsi la 3D stéréoscopique, bien que dispensable en termes de gameplay, apporte un réel plus à l'immersion en paraissant constamment à deux doigts de faire voler en éclats le quatrième mur. A chaque stage visité, vous aurez l'impression d'évoluer dans un diorama Mario, et le soft fourmille de détails exploitant de manière admirable cette technologie inédite sur console portable. Fréquemment, des éléments arriveront du background pour finir au premier plan, que ce soit des ennemis, des éléments de décor, ou tout simplement des taches d'encre maculant l'écran et nécessitant de souffler dans le micro pour les faire disparaître. Certains niveaux exploitent en outre pleinement ce changement de plan pour le joueur, commençant par une caméra de côté, pour continuer par une vue du dessus et finir sur une séquence rapprochant notre héros de l'écran ou le plaçant dans un environnement plus vaste laissant une certaine liberté dans l'itinéraire, comme cela pouvait être le cas dans Super Mario 64. C'est par cette alternance visuelle influant directement sur le gameplay que ce nouvel épisode fait fort, et il apparaît comme évident que la 3D stéréoscopique apporte ce petit plus en matière d'effet de profondeur qui aurait manqué dans un jeu traditionnel. Mieux encore, la croix directionnelle, en plus de permettre une rotation -limitée- de la caméra, influera également sur la profondeur de la 3D afin d'offrir un ultime réglage au joueur en fonction de ses préférences. Le gyroscope est lui-aussi mis à contribution dans les séquences nécessitant une visée, même s'il peut être remplacé par une approche plus classique utilisant le stick pour les plus réfractaires. Finalement, la fonctionnalité la moins utilisée de la 3DS semble être le tactile, l'écran du bas se résumant à l'affichage d'informations et l'utilisation d'objets en matière d'utilité.

En mettant de côté la stéréoscopie, Super Mario 3D Land demeure une réussite visuelle s'approchant à mon sens du rendu de la Gamecube. La modélisation des personnages est remarquable de finesse, tout comme celle des décors qui regorgent en outre de clins d’œil aux précédents épisodes. Ainsi pourrez-vous, à titre d'exemple, admirer une revisite du premier niveau de Super Mario Bros, prendre d'assaut les fameux bateaux volants de Bowser, ou bien explorer des zones bonus en empruntant les tuyaux prévus à cet effet. Bien évidemment, cette beauté visuelle ne s'accompagne d'aucun ralentissement, laissant le plaisir de jeu intact. Côté bestiaire, les inévitables Goombas, Chomps et autres Koopas sont bel et bien présents et le casting s'inscrit dans la droite lignée des précédents volets tout en offrant pour certains de ses membres quelques subtilités bienvenues en matière de gameplay.

La bande son a elle-aussi bénéficié d'un certain soin, multipliant les thèmes remixés de précédents épisodes tout en y ajoutant quelques musiques inédites. L'oreille attentive ne manquera pas de remarquer un souci du détail ayant poussé les développeurs à quelques savoureux partis pris, comme cette musique devant plus assourdie lorsque Mario plonge dans l'eau. Bruitages et voix, aussi classiques que pertinents, viennent parachever cette partition de haute volée qui offrira aux joueurs un inévitable retour en enfance, au cœur des années 90 !

Where To Buy Risperdal http://westernparomancewriters.com/?rqa=Viagra-Kauf&c2d=f3 Conclusion

Historiquement, les jeux de la saga Mario n'ont jamais offert un challenge insurmontable. Il apparaît toutefois évident que le passage à la troisième dimension s'est accompagné d'une baisse significative de la difficulté, une tendance semblant atteindre son paroxysme avec ce Super Mario 3D Land. Une fois cette réserve énoncée, difficile de ne pas qualifier ce nouvel épisode de digne successeur de ses aînés envers lesquels il multiplie les clins d’œil, que ce soit dans le gameplay ou dans la réalisation technique. Le potentiel rétro de ce volet ne fait par conséquent aucun doute, celui-ci vous replongeant quelques heures durant dans un univers enchanteur et baigné de nostalgie que tout trentenaire ayant touché dans son enfance à une console Nintendo connaît comme sa poche.




Article publié le 25/07/2015

photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land  photo d'illustration pour le dossier:Super Mario 3D Land