lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
see url Recherche Avancée

Worms (PC)

Section Test.


Can You Viagra Advertised On Radio Over The Counter In The Us. Men's Health. Weight Loss, Women's Health , Mastercard, Herbals Sortie JAP non communiquée
________________________
Where To Buy http://promedanips.com/?acv=Cialis-Buy-From-Canada mastercard . Prevents the bacteria and protozoa from forming new DNA. This means that in an unlikely event that Worms
31/10/1995
Edité par Ocean
________________________
follow link 100mg kamagra oral jelly kaufen berweisung the the next occasion i just read a weblog, hopefully that this doesnt disappoint me up Worms
??/??/1995
Edité par Ocean
________________________
| Best Buy🔥 |. No side effects Buy Cialis 5mg Daily Use ,Online Drug Shop, Big Discounts No Prescription Required.. Check More » Console: PC
Side Effects Of Coming Off Of Lexapro - no prescription needed, order Sildenafil (viagra) with discount 15% - low prices for all ED pills, support 245, levitra buying Genre:Stratégie
🔥 | instock | ☀☀☀ Augmentin Prescription Price ☀☀☀. Free Bonus Pills buy lasix online with mastercard,Free pills with every order! Free Développeur: Team 17
| Best Price🔥 |. Bonus Pills with every order! Viagra Prescription London ,We collect what you are looking for here.. Check More » Joueurs: 1 à 2
| Best Deals🔥 |. coupons 75% off ☀☀☀ where can i buy http://houseofbigthings.com/?author=24 ☀☀☀,Free Bonus Pills. Buy Now » Existe aussi sur: Atari Jaguar- Commodore Amiga- Commodore Amiga CD32- Nintendo Super Nes- Sega Megadrive- Sega Saturn- Sony Playstation-

Photo de la boite de Worms (PC)
Worms (PC), capture d'écran Worms (PC), capture d'écran Worms (PC), capture d'écran
Topamax Purchase, Is http://vanakkamcanada.ca/?pla=Can-You-Get-High-Off-Zithromax&e71=9f Legal [img] Where to Buy Topamax Online? Buy Cheap Topamax Online - CLICK HERE!... Qu'est-ce qui est petit, rose et explosif ? Un Worm ! Youpi. La question de l'introduction étant passée, intéressons-nous à ce titre légendaire. Initialement sorti sur Amiga, ce jeu d'artillerie fut porté sur la plupart des systèmes de l'époque. La version PC est sans doute la plus réussie, et également la plus populaire (en dehors évidemment de la version originale).

Gameplay (17/20)

Worms est donc un jeu d'artillerie en tour par tour. Késako ? Eh bien, le jeu se déroule sur des cartes en 2D, vues en coupe. Le(s) joueur(s) dirige(nt) une équipe de petits vers tout roses, chacun armé jusqu'aux dents (enfin, si les vers en ont). Le but du jeu est d'annihiler l'équipe adverse. Pour ce faire, de nombreuses armes sont à la disposition des "soldats". Il en existe de plusieurs sortes : explosifs qu'on tire à distance (bazooka, grenades, attaque aérienne...) ou qu'on pose (mines, dynamite...), armes à feu (uzi et fusil à pompe) et tout un fatras de trucs divers et variés (coup de poing, attaque suicide, téléporteur, corde ninja, marteau-piqueur...). L'arme de base est le bazooka, dont les munitions sont illimitées (ce qui n'est pas le cas des grenades à fragmentation, dynamite, attaque aérienne...). On dirige chaque ver séparément. On peut le faire avancer avec les touches fléchées et sauter avec Entrée (mais en général on reste où on est, tant le terrain est accidenté). On affiche l'inventaire en cliquant sur le bouton droit de la souris, et on choisit son arme. Ensuite, un viseur est affiché pour la plupart des armes. On peut ainsi tirer selon un angle très large, et également jauger la puissance du tir. Mais ça n'a rien de simple, car non seulement les ennemis sont souvent assez éloignés, mais en plus le vent modifie la trajectoire des projectiles... C'est là tout l'intérêt du jeu d'artillerie : essayer de toucher l'adversaire, et accessoirement ne pas s'envoyer sa roquette en pleine tronche. La grenade, l'autre arme principale (elle aussi en munitions illimitées, contrairement à la grenade à fragmentation ou cluster bomb) a la particularité d'exploser au contact d'un ennemi ou après un certain laps de temps, tandis que les missiles du bazooka explosent dès qu’ils touchent quelque chose. Les rebonds des grenades sont également une composante cruciale... Les autres armes s'utilisent de manière moins complexe : pour les armes à feu, il suffi d'être près d'un ennemi, de le viser et de vider son chargeur. Ou alors, on peut poser un petit bâton de dynamite à côté de lui et prendre la fuite en s'esclaffant. L'attaque aérienne est bien pratique : on clique à l'endroit désiré et aussitôt cinq bombes tombent du ciel. Enfin, des outils comme le chalumeau ou le marteau-piqueur permettent de s'enfoncer sous terre (où l'ennemi a bien du mal à nous atteindre), tandis que la corde ninja sert à atteindre des endroits très élevés (mais son utilisation est très délicate). Bref, la richesse de l'arsenal (ridicule comparé à celui des épisodes suivants, mais déjà largement suffisant) et la complexité du maniement des armes font que chaque partie de Worms est un pur régal. Tenter de déclencher des réactions en chaîne est un vrai plaisir, et si on réussit rarement à faire ce qu'on veut et qu'on tue autant ses vers que ses ennemis, le fun est très présent.

Seulement, ceci n'est valable que pour le mode multijoueur. Celui-ci est d'ailleurs excellent et très simple, puisque le tour par tour permet à deux joueurs de s'affronter sur le même ordinateur, avec un clavier et une souris. C'est clairement dans ces conditions que Worms est excellent. Car, quand on joue seul contre l'ordinateur... Comment dire... On ne peut pas gagner ! L'ordinateur est bien trop fort, il ne rate jamais sa cible. Essayez de tirer une roquette à deux mètres au-dessus de vous pour que le vent l'emporte pile poil sur l'ennemi... L'ordinateur y arrive.

Réalisation (15/20)

Comme je le disais, Worms est entièrement réalisé en 2D. Les vers sont disposés à la surface des cartes qui sont vues en coupe. Celles-ci sont plutôt jolies, et plusieurs environnements sont disponibles. On a ainsi la jungle probablement inspirée de la guerre du Vietnam, la forêt avec ses sapins, la plage, la neige, l'enfer, la décharge publique, le monde du sucre (bonbons, chocolats...) et deux univers aliens. Certains comme le sucre ou la plage ont un côté délirant qui sera plus largement repris dans les suites du jeu, mais la plupart des environnements restent sobres, ce qui ne les empêche pas d'être détaillés et agréables. Le principal regret concerne à mon avis les vers, qui sont ici minuscules et ne sont composés que de quelques pixels roses. On aurait aimé les voir plus gros. En fait, la réalisation de Worms est très correcte et ne souffre d'aucun véritable défaut, les arrière-plans sont beaux, les explosions aussi, mais il n'y a rien d'époustouflant.

Bande-son (15/20)

Les musiques signées Bjorn Lynne sont principalement des morceaux d'ambiance, calmes mais un peu inquiétants, qui maintiennent la tension des affrontements. De là à dire que c'est plat, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai qu'à moitié : c'est vrai que parfois les parties s'éternisent, et la musique n'est en rien dynamique. Mais les pistes restent agréables et confèrent une bonne petite ambiance au titre.
Signalons également le thème principal, joué dans le menu, aux airs "patriotiques" ainsi que la débile "Wormsong" et ses voix fluettes de vers.

Durée de vie (16/20)

Worms ne compte aucun mode scénario, campagne ou quoi que ce soit. Tout ce que l'on peut faire, ce sont des parties seul ou en multi, où des équipes de vers s'affrontent... Pour autant, le caractère addictif du gameplay en scotchera plus d'un à son écran. Worms est typiquement le genre de jeu sur lequel on passe des heures avec un pote, à se faire des coups bas et à s'esclaffer de voir l'autre accidentellement exterminer sa propre équipe. Worms est LA solution aux après-midi pluvieuses où on ne sait pas quoi faire, aussi bien pour une petite partie de cinq minutes que pour un marathon de plusieurs heures !

Conclusion (17/20)

Worms est un jeu qui ne prend tout son sens qu'avec un ami, où la tactique devient passionnante et hilarante, là où elle n'est qu'humiliante face à l'ordinateur. Son univers débile et militaire rend également très originale l'atmosphère du titre.


Article publié le 22/01/2009 Jeu testé par Tony_Montana