lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Buy Levitra Recherche Avancée

Wario Land 3

Section Test.


Buy Generic Link Viagra Xanax Wario Land 3
21/03/2000
Edité par Nintendo
________________________
Online Levitra Purchase Wario Land 3
??/05/2000
Edité par Nintendo
________________________
Abilify Buy Canada Wario Land 3
14/04/2000
Edité par Nintendo
________________________
Cymbalta Online Order Console: Nintendo Game Boy Color
http://jeannie-ology.com/?fvn=Adalat-5-Mg&4ee=1d Genre:Plates-Formes
watch Développeur: Nintendo
http://folkekirkenshus.dk/?swr=How-To-Get-Real-Viagra-Cheap&9f4=2d Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Nintendo Game Boy Color

Photo de la boite de Wario Land 3
Wario Land 3, capture d'écran Wario Land 3, capture d'écran Wario Land 3, capture d'écran
http://daronkrueger.com/?xol=Doxycycline-Cost-In-The-Philippines&024=93 « L'argent ne fait pas le bonheur » nous dit une célèbre citation. Si pour certains cette maxime s'avère plus ou moins vraie selon l'angle avec lequel on aborde la vie, d'autre spécimens plus rapaces n'en croient pas un traître mot. Vous l'aurez compris, notre héros du jour nommé Wario entre dans cette seconde catégorie. Cette cupidité l'a amené à maintes reprises dans des aventures périlleuses et ce n'est pas avec le troisième opus de ses aventures que cela va changer !

Drinking Alcohol 24 Hours After Taking Flagyl Une aventure en or :

Le personnage principal de cette aventure n'est autre que Wario, qui avant de posséder sa propre série de jeux, a commencé sa carrière en tant que méchant dans Super Mario Land 2. Il y jouait le rôle du squatteur du château de Mario pendant que celui-ci combattait Tatanga dans Super Mario Land premier du nom. Face au succès rencontré par notre affreux, Nintendo décida de lui offrir ses propres aventures. Ça c'était pour la petite histoire, revenons à notre jeu. Alors que Wario survolait tranquillement une île à bord de son bel avion rouge, ce dernier rencontre des avaries techniques qui le conduisent à un crash pur et simple. Notre anti-héros étant de constitution solide, il s'en tire sans trop de bobos et décide d'explorer l'île jusqu'à tomber sur une grotte mystérieuse située en pleine forêt. A l'intérieur se trouve une boite à musique, possédant une île en son centre. L'objet étant du plus bel effet, Wario ne peut s'empêcher de le toucher avec ses gros doigts. Seulement voilà, comme vous l'aurez deviné celle-ci était enchantée et elle absorbe Wario. Une fois réveillé à l'intérieur de la boite, un fantôme apparaît et lui confie une mission : retrouver 5 boites à musiques lui permettant de recouvrer ses pouvoirs, en l'échange de quoi Wario sera renvoyé dans son monde et pourra garder tous les trésors qu'il aura ramassé. Inutile de préciser que c'est cette dernière stipulation qui décidera finalement notre pingre à passer à l'action !

Un trésor en matière de réalisation :

Replaçons-nous dans le contexte de l'époque : la Game Boy Color arrive en fin de vie et est donc totalement maîtrisée par les studios souhaitant développer des jeux dessus. Wario Land 3 bénéficie en plus de tout le savoir faire de Big N en matière de jeux de plates-formes, donc inutile de préciser que le potentiel de base est énorme. Et devinez quoi ? Le pari est parfaitement gagné. Les graphismes sont fins et détaillés, ils surpassent même ceux du deuxième opus qui avaient déjà placé la barre très haut. On devine aisément les objets soumis à notre regard impitoyable de joueur, le perfectionnisme est poussé jusqu'aux clignements des yeux de Wario. Concernant les sprites, ils sont plutôt grands et détaillés comme dit plus haut. Les ennemis de base tout comme les boss ont fait l'objet d'un travail particulier, et possèdent tous un petit quelque chose qui les rend attachants. De l'originalité comme seul Nintendo en a le secret. Enfin, concernant l'animation, le soft se révèle là aussi redoutable et écrase toute la concurrence de l'époque avec une fluidité hors pair. Seuls quelques très rares ralentissements sont à signaler lorsqu'un très grand nombre d'éléments est présent à l'écran.

Une jouabilité 18 carats :

Une croix, deux boutons. Pas de gâchettes. Voilà en tout et pour tout ce dont disposait Nintendo pour nous sortir un jeu doté d'une maniabilité à la fois complète et simpliste. Avec un bouton pour sauter et un autre pour attaquer, on pouvait craindre que l'action ne devienne vite répétitive, malgré la possibilité d'attraper les ennemis ou d'écraser le sol. Et bien non ! L'action se renouvelle sans cesse grâce à un mécanisme qui a déjà fait ses preuves dans l'épisode précédent : les transformations. On y accède par différents moyens, que ce soit en se faisant mordre, en mangeant des beignets ou en buvant des potions. On devient alors un zombie, un obèse, un homme de neige voire un Wario fou ou invisible ! Chacun de ces états modifie à sa façon la manière de diriger le personnage, sachant que les changements d'état sont quelquefois obligatoires pour passer certains obstacles et accéder à la suite du niveau. Elles constituent à coup-sûr le cœur du gameplay. De plus, il est assez amusant de voir Wario dans différentes postures peu ordinaires, pour le coup il battrait presque Mario et tous ses costumes (surtout celui de Tanuki hin hin) !

La douce mélodie des pièces tombant du ciel :

Une fois encore il est nécessaire de rappeler que nous sommes sur une des premières consoles portables, et qu'en conséquence elle se situe à des années lumières de ce qui se fait aujourd'hui en matière de performances musicales. Néanmoins, les mélodies ne sont pas désagréables pour autant. Sans avoir l'énergie de celles d'un Zelda Link's Awakening, elles ont le mérite d'être discrètes et de ne pas être trop répétitives. Généralement, elles collent plutôt bien aux thèmes des différents mondes (forêt, intérieur, grottes, etc...) et changent même quelquefois lorsque Wario subit une transformations. Du bon travail de la part de Nintendo de ce côté-là.

Une durée de vie avec un taux de 100% d'intérêts :

Les Wario Land sont différents des autres jeux de plates-formes, grâce à un petit détail qui fait toute la différence : le personnage principal est immortel. Oui, vous avez bien lu, dans ce soft l'écran « game over » est tout simplement absent. Que se passe-t-il alors lorsque vous êtes victime d'une attaque ennemie ? Et bien vous perdez tout simplement de précieuses pièces qui vous sont utiles pour découvrir les trésors auxquels Wario tiens tant ! On comprend donc que même si l'on ne peut pas mourir, on évitera autant que possible de se faire toucher. Rajoutez à cela les multiples niveaux, possédant chacun moult passages secrets et divers trésors, ainsi que différentes fins selon votre fortune et vous obtenez un jeu à la durée de vie immense !

Conclusion :

Wario Land 3 est le digne représentant d'un genre sur portable : celui d'un jeu de plates-formes qui donne envie d'emmener sa console sur la plage ou à l'école afin de profiter partout de l'aventure. Doté d'une maniabilité exemplaire, renforcée par une réalisation impeccable et pourvu d'une durée de vie colossale, ce soft est a acheter les yeux fermés d'autant plus qu'il est trouvable pour une poignée d'euros aujourd'hui.

Scénario : 12/20
Réalisation : 17/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 15/20

Note finale : 17/20


Article publié le 10/08/2010 Jeu testé par Jonat