lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Cheap Cialis Not Generic Recherche Avancée

Turok 2 - Seeds of Evil

Section Test.


http://redapplewellness.net/?pharm=Clomid-Online-Overnight&d75=ae Violence Killer Turok : New Generation
18/06/1999
Edité par Gen Soft
________________________
follow site Turok 2 : Seeds of Evil
21/10/1998
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
follow url Turok 2 : Seeds of Evil
??/??/1998
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
source Console: Nintendo 64
http://2sl.com.au/?clid=is-accutane-on-line-a-scam&598=c9 Genre:FPS
Buy Flagyl Metronidazol 500mg Développeur: Iguana Entertainment
http://adisw.com/?plas=Buy-Benicar-20mg&be7=f2 Joueurs: 1 à 4
go to site Existe aussi sur: Nintendo Game Boy Color- PC-
Find Cheap Cialis Without Prescription Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Turok 2 - Seeds of Evil
Turok 2 - Seeds of Evil, capture d'écran Turok 2 - Seeds of Evil, capture d'écran Turok 2 - Seeds of Evil, capture d'écran
Turok est à la base un comic. Transposé en jeu vidéo pour la première en 1997, il revient naturellement l'année d'après et sous le nom de Turok 2 : la graine du mal. Goldeneye est sorti entretemps et on voit bien que celui-ci a inspiré ce second opus. Pour le meilleur ou pour le pire?

Un indien dans la ville

Vous incarnez Joshua Fireseed (nom pas très indien), le nouveau Turok qui apparaît via un portail. Une jeune femme à la peau bleue lui explique alors qu'il doit combattre le Primagen, un être surpuissant qui a tenté d'envahir les Terres Perdues. Il est aujourd'hui enfermé dans des ruines, mais son armée essaye de le libérer. Sa libération mettrait en péril tout l'univers. Joshua doit donc voyager à travers différents endroits afin de combattre les dinosaures du Primagen et protéger les cinq totems d'énergie indispensable à la prison du Primagen. Vous voilà donc parti avec votre arc pour sauver l'univers d'une horde de dinosaure, le combat risque d'être rude. D'autant plus dur qu'une entité appelée Oblivion vous mettra des bâtons dans les roues.

Génétiquement modifié

Les pauvres victimes de notre indien assoiffé de sang sont des dinosaures modifiés, tant et si bien qu'ils possèdent des armes à feu et autres jouets dans le même style. Dans ce FPS, vous aurez donc des missions à accomplir pour passer d'un niveau à un autre tout en tentant de survivre aux dinosaures. On regrattera qu'il faille accomplir également les objectifs secondaires qui, comme leur nom l'indique devraient être secondaires. Vous trouverez durant votre aventure des talismans qui vous donneront de nouveaux pouvoirs : saut plus longs, marcher sur la lave, voir les passages secrets (indispensables pour tout trouver)…

Le jeu est divisé en 6 mondes principaux différents accessibles via le Hub, chacun contenant des clefs qui permettent d'accéder à d'autres mondes cachés. Chaque monde a ses propres objectifs.

Et pour réussir votre mission vous aurez à votre disposition environ 23 armes différentes allant du simple arc de départ, à l'ogive nucléaire (oui vous avez bien lu) en passant par le pistolet, les mines, les armes extraterrestres, le fusil à pompe, l'épée, le lanceur de missiles Scorpions. Un arsenal donc plus que conséquent. Notez également qu'il sera possible d'utiliser un véhicule au cours du jeu. Pour changer d'arme, la partie se gèle et un anneau rassemblant celles que vous possédez apparaît sur votre écran.

La maniabilité ressemble à celle de Goldeneye donc c'est du tout bon. Il y a 4 types de commandes que vous pouvez choisir. Le jeu soufre par contre quelques ralentissements dans certains niveaux.

Graphismes

Il n'y a rien à redire, c'est beau. Turok 2 fait partie des premiers jeux à accepter l'expansion pak et cela se voit. Les niveaux sont variés, de la jungle à la grotte en passant par le château mais ils sont longs, très longs et on regrettera que les graphismes ne changent guère ce qui induit en erreur même en utilisant la carte (bouton L) qui se superpose à l'écran et qui, de fait, gène un peu la visibilité.

Les monstres sont plutôt bien animés et l'intelligence artificielle vous donnera du fil à retordre puisque les dinosaures se planquent, attaquent en groupe ou fuient lorsque vous avez une arme de destruction...puissante.

Musique

Pour cet opus, vous aurez le droit à des musiques orchestrales. Sans êtres transcendantes, elles sont de bonne facture et apportent un plus à l'ambiance du soft.

Durée de vie

Le jeu est assez long, surtout à cause de sa grande difficulté. En effet, les points de sauvegardes sont assez éloignés les uns des autres et les munitions s'épuisent assez rapidement et vous serez souvent obligé de tourner en rond pour récupérer des munitions. Le mode d'affichage est amélioré par rapport à l'opus précédent mais le brouillard persiste toujours. Il n'est pas rare de voir un ennemi au dernier moment comme si celui-ci était apparu tout d'un coup.

Il faut noter également la présence d'un mode multijoueur (2 à 4 joueurs) assez bien foutu. Trois types de combats s'offrent à vous : le classique combat à mort, combat à mort en équipe et le Frag Tag. Le principe de ce dernier est simple : l'un des joueurs est transformé en singe (il ne peut attaquer et a peu de vie) et il doit atteindre une zone spéciale. S'il réussit, il redevient humain et c'est un autre joueur qui se transforme. Le cas échéant il reste en singe. Chaque protagoniste a ses spécificités.

Verdict

Turok 2 est donc un bon FPS. Il possède toutes les qualités nécessaires à un jeu de ce genre. Les défauts évoqués plus haut font qu'il n'est que bon alors qu'il pourrait être très bon cependant je conseille à tous d'y jouer. Certes il ne détrônera votre Goldeneye ou Perfect Dark préféré mais au moins l'ambiance est totalement différente de ces deux titres. Notez que le jeu est assez violent pour l'époque mais on peut choisir ou non d'activer le sang.

Histoire 13/20
Gameplay 16/20
Musique 12/20
Durée de vie 17/20
Graphismes 16/20

Note globale 15/20


Article publié le 06/08/2008 Jeu testé par Goomba_84