lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://pentian.com/?here=Cheap-Levitra-20-Mg&1c2=ce Recherche Avancée

The King of Fighters 99 - Millenium Battle

Section Test.


Acheter Viagra Pharmacie Paris The King of Fighters 99
23/09/1999
Edité par SNK
________________________
http://daronkrueger.com/?xol=Buy-Viagra-Online-Canada-Paypal&dc9=77 The King of Fighters 99 : Millennium Battle
23/09/1999
Edité par SNK
________________________
http://uie.dk/?swq=Buy-Accutane-Online-Yahoo&65a=0b Sortie EURO non communiquée
________________________
http://seatower.com/?wide=Kamagra-Online-Bestellen-Gunstig&8bf=01 Console: SNK Neo Geo
follow link Genre:Combat
Buy Ciprofloxacin 500mg For Développeur: SNK
click here Joueurs: 1 à 2
http://studiomanduca.it/?eh=Nexium-Adderall-Online&27c=8c Existe aussi sur: Arcade- Sega Dreamcast- Sony Playstation-

Photo de la boite de The King of Fighters 99 - Millenium Battle
The King of Fighters 99 - Millenium Battle, capture d'écran The King of Fighters 99 - Millenium Battle, capture d'écran The King of Fighters 99 - Millenium Battle, capture d'écran
see Qui ne connait pas KOF, la saga reine des jeux de baston chez SNK. Ce cross over est trop souvent assimilé à une rivalité entre Fatal Fury et Art of Fighting, mais dispose en fait d'un contenu bien plus riche en matière d'histoire et de gameplay. Arrivant un an après le monstre KOF 98, ce sixième épisode de la saga était forcément attendu au tournant. Réussite pour ce point de départ d'un nouvel arc scénaristique? Réponse à suivre...

Deux ans plus tard

Le nouveau tournoi prend place deux ans après le précédent. En effet, l'édition 97 ayant été le théâtre d'explosions dévastatrices dues au retour d'Orochi, les organisateurs ont fait l'impasse sur l'édition 1998 de peur d'être la cible d'attaques terroristes. Pour ne rien arranger, le champion de la précédente compétition -Kyo Kusanagi- est porté disparu depuis bientôt deux ans au même titre que son rival Iori Yagami, ce qui ne facilite forcément pas l'organisation de ce nouveau tournoi surveillé de très près par le colonel Yagami qui enquête sur une organisation secrète semblant être liée au KOF. C'est donc dans ce contexte que l'édition 99 de cette prestigieuse compétition est lancée en grande pompe, avec en prime de nombreux nouveaux participants qui vont se frotter aux vieux briscards de la saga...

Ce nouvel arc scénaristique se veut moins mythologique et s'oriente davantage vers la science fiction, permettant ainsi ) SNK de renouveler sa saga en repartant sur de nouvelles bases. On regrettera cependant le classicisme du scénario, prélude à la descente aux enfers de la prestigieuse firme nippone...

Hein? Quatre combattants ?

La plus grosse nouveautés de ce nouvel épisode réside dans l'apparition d'un quatrième combattant au sein des équipes. Trois d'entre eux iront combattre, tandis que le dernier sera un « striker », autrement dit un personnage bonus qui pourra être appelé de trois à cinq fois par match pour vous porter assistance. Chaque protagoniste pourra être sélectionné comme striker, et tous n'auront pas le même comportement en combat : certains pourront se contenter de donner un coup, tandis que d'autres lanceront une boule de feu voire rempliront vos différentes jauges. Pour faire appel à votre précieux allié, rien de plus simple : une fois au sol et en fâcheuse posture, pressez A+D et ce dernier viendra automatiquement vous porter assistance. A noter que la version Dreamcast pousse le concept plus loin encore puisque mettant en scène les Extra Strikers. Ces personnages ne seront pas jouables en combat, mais pourront être sélectionnés comme Strikers pour venir vous aider si besoin est. Ainsi retrouvera-t-on des protagonistes cultes de SNK comme Seth et Vanessa de KOF 2000, Yamazaki, ou encore Fio de Metal Slug pour ne citer qu'eux. Chaque Extra Striker, à l'exception des deux premiers cités, existe en deux versions, à savoir Dark et Justice. Selon leur orientation, ils produiront un effet différent...

La seconde nouveauté n'est autre que l'apparition de deux nouveaux « modes ». Nous auront ainsi le plaisir d'utiliser le Counter Mode, permettant de lancer des furies à l'infini, ainsi que l'Armor Mode augmentant la résistance mais rendant impossible l'utilisation des dites furies. Pour activer ces bonus, il vous suffira, une fois votre barre de puissance remplie, de presser A, B, et C (Armor) ou bien les quatre touches (Counter), ce qui aura pour effet de déclencher le mode correspondant. Attention néanmoins : utiliser ces deux nouveautés vous privera de votre barre de puissance pendant environs cinq secondes une fois leurs effets estompés. Il sera donc nécessaire d'anticiper d'éventuelles contre-attaques qui pourront bien vite devenir extrêmement dévastatrices!

La dernière nouveauté notable est sans conteste celle qui a eu le plus de détracteurs, puisqu'étant assez difficile à manier de prime abord, surtout pour les habitués : le mode d'esquive. Le rolling de KOF 96 a été conservé, mais n'est désormais utilisé que dans le cadre d'un déplacement vers l'avant. Dans la situation contraire, le personnage effectuera un saut en arrière avant de revenir à sa place initiale. Difficile à prendre en main, ce système d'esquive deviendra une fois maitrisé une arme redoutable, puisque permettant par exemple de feinter son adversaire en « cassant » son rolling avant afin de surprendre un adversaire qui s'attendait à vous voir passer dans son dos.

A côté de cela, tous les mouvements classiques de KOF sont présents : se relever rapidement après une chute, l'évasion d'urgence consistant à effectuer un rolling tout en étant en garde, le coup surprise (C+D en garde)... Le système de furies à deux niveaux est également des plus classiques. Il faudra ainsi attendre d'être dans le rouge afin de lancer de dévastatrices super furies susceptibles de renverser l'issue du combat. On notera enfin l'apparition d'un système de match points qui déterminera quels adversaire vous seront opposés une fois le dernier boss battu. Une bonne performance vous permettra ainsi d'affronter de valeureux adversaires comme Iori ou même carrément Kyo, si toutefois vous parvenez à glaner le bon nombre de points au fil des affrontements.

En matière de modes de jeu, le soft s'avère plus qu'honorable en proposant un contenu assez complet. Ainsi pourra-t-on s'essayer au team battle/versus (un joueur en équipe de quatre contre la machine ou un ami), au single battle/versus (un contre un), un mode survie ainsi qu'un practice pour améliorer sa maitrise de l'ensemble. Un tel contenu est garant d'une longévité plus qu'acceptable, d'autant que cette version Neo Geo est dotée d'un challenge supérieur à ses petites sœurs. Dommage que ce surplus de difficulté soit en partie dû à des hitbox parfois douteuses, faisant la part belle aux coups passant au travers de l'adversaire sans le toucher.

Des arènes de toute beauté

Concernant les différentes arènes disponibles, sachez qu'elles sont chacune déclinées en deux variantes. La nuance entre ces dernières pourra se limiter à l'alternance jour/nuit ou bien au changement des conditions climatiques, mais vous amènera parfois dans un endroit totalement différent. Le meilleur exemple n'est autre que le stage des Psycho Soldiers, dont l'arrière plan changera du tout au tout en fonction de la variante explorée. Les environnements sont dans l'ensemble plus qu'agréables à regarder, et sont agrémentés de jolis effets visuels comme la foudre se déchainant dans le musée. D'une manière générale, les petites animations fourmillent en arrière plan, contribuant à rendre ces derniers incroyablement vivants. On reste donc dans le classique mais néanmoins efficace, dans la veine de ce que l'on a l'habitude de voir sur Neo Geo. La Dreamcast, quant à elle, profite d'un effet 3D sur les décors. On appréciera particulièrement, sur cette version, le stage de l'aéroport avec ses avions décollant ou atterrissant en plein combat et ses effets de chaleur dus aux réacteurs, celui des égouts dont les mouvements de la plate-forme ont grandement été améliorés, ou encore le dernier stage dans lequel un sublime effet d'explosion a été ajouté. Bref, quelle que soit la version, on est face à un jeu dont les arrière plans ne manqueront pas de susciter l'admiration.

Même constat pour les personnages, qui restent aussi superbes qu'à l'accoutumée. Certains ont changé de tenue comme Kyo ou Athena, tandis que les nouveaux venus ont eux aussi bénéficié d'une modélisation de qualité couplée à une animation réussi sans ralentissement notable. Enfin, les différents artworks du soft sont superbes, et peuvent sans conteste être considérés comme les meilleurs de la saga. L'homme étant à leur origine, Shinkiro Hiroaki, rempilera d'ailleurs pour KOF 2000 et Capcom VS SNK 2, preuve de la confiance accordée à l'artiste par SNK...

Allez encore une fois

Puisque l'on parle d'aspect artistique, la transition est toute trouvée pour aborder les musiques. Qu'on se le dise : les différents jeux de la saga ont toujours été très bien dotés à ce niveau, et ce cru 99 est à mon sens le meilleur à ce niveau! Chaque équipe possède un magnifique thème musical lui étant propre, mais trois sortent plus particulièrement du lot : New Japan Team, Ikari Warrior Team , et enfin le fond sonore joué pendant le combat contre Krizalid, le dernier boss. La version Dreamcast propose quant à elle le choix entre les versions cartouche ou CD, chacune étant un véritable ravissement pour les oreilles. Les bruitages restent dans la lignée des KOF, sans pour autant devenir trop assourdissants et nuire à la concentration du joueur. Carton plein niveau bande son donc, avec un résultat à la hauteur des tout meilleurs jeux de baston de l'époque...

C'est qui celui là ?

Pour terminer ce test, il me paraissait important de faire un petit point sur les différents personnages composant le casting de ce nouvel épisode. En effet, comme mentionné en début d'article, le tout nouvel arc scénaristique a induit de profondes modifications à ce niveau. Exit Kyo, le héros (qui, soit dit en passant, ne peut, à l'instar de Iori, être affronté que sur la version arcade), et place à K', un énigmatique jeune homme capable de maitriser les flammes. Ce nouveau venu est accompagné de Maxima, sorte de robot bourrin au possible. La Team Ikari Warrion accueille quant à elle un certain Whip dans ses rangs qui, comme son nom l'indique, maitrise le fouet aussi bien que le ferait un membre de la famille Belmont. Les Psycho Fighters sont rejoints par Bao, un compagnon de Kensou qui a un mal fou à maitriser ses pouvoir. Enfin, Xian-Fei et Jhun rejoignent respectivement les Female Fighters et l'équipe de Corée.

La mouture Neo Geo offre également deux personnages mettant en scène deux variantes du gameplay de Kyo, l'un se basant sur KOF 94 et l'autre sur l'opus 96. S'y ajoute une toute nouvelle version de Kyo, tant dans son gameplay que dans son look, ainsi qu'Iori Yagami. Quant à la version Dreamcast, elle offre la possibilité unique de jouer le boss de ce nouvel opus, j'ai nommé le très agaçant et puissant Krizalid.

Pourquoi tant de haine ?

Décrié à cause de son scénario et de son nouveau système d'esquive, KOF 99 reste un bon cru de la saga culte de chez SNK. Il a en outre le mérite d'introduire une bonne dose de nouveautés avec notamment les strikers, ainsi qu'une pléthore de nouveaux modes de jeu. Qui plus est, le scoring prend ici une toute nouvelle dimension avec des match points qui raviront les adeptes de cette discipline. Comble du bonheur, la version Dreamcast a su s'adapter et offrir un niveau de qualité largement à la hauteur de la version originelle. Un excellent KOF à essayer impérativement donc, quelle que soit la version pour laquelle vous opterez...

Scénario: 12/20 Plus classique et moins mythologique que les précédents
Graphismes: 15/20 Superbe
Jouabilité : 16/20 Très riche avec ses nouveaux modes de jeu
Musiques : 19/20 Les meilleures de tous les KOF
Durée de vie: 14/20 Assez complet pour vous tenir occupé un bon moment
Animation: 15/20 Un régal pour les yeux.

VERDICT : 15/20


Article publié le 14/07/2011 Jeu testé par Aglamau