lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Viagra Super Active Cheap Recherche Avancée

Tennis

Section Test.


Tennis, capture d'écran Tennis, capture d'écran Tennis, capture d'écran
source link Essayant toujours (souvent) de mettre en accord mes articles avec l’actualité du moment, voici arrivé le test de Tennis sur NES. Car oui, cet écrit paraissant au mois de mai, sachez que le mois en question n’est pas que celui de l’Eurovision, c’est aussi celui de Roland Garros. Et qui dit Roland Garros dit Tennis. Et là je vous entends venir, oui le tennis c’est sympa à regarder mais les matchs sont parfois longs et souvent chiants pour les non initiés, vous préférez jouer à la console mais vous trouvez que les jeux trop réalistes à la Top Spin ou encore Virtua Tennis c’est pas votre tasse de thé. A cela je répondrai que j’ai ce qu’il vous faut. Tennis sur NES a tout ce qui caractérise un jeu de sport rétro : minimaliste dans son apparence, il ne l’est pas dans son fonctionnement bien que celui-ci soit des plus simples à assimiler.

Alors ce Tennis sur NES, véritable smash en puissance ou service directement dans le filet ? La réponse après deux sets gagnants.


Petit cours, non pas de tennis, mais d’histoire

Variante britannique de l’emblématique jeu de paume de la Renaissance, le Tennis est un sport de raquettes qui a connu ses débuts à la fin du dix-neuvième siècle. A l’origine, lors d’un service, on devait crier, en ancien français, le mot « Tenez » à son adversaire. Faute de prononciation oblige, en Angleterre, on le criait avec un légère accent, ce qui donnera naissance au mot Tennis. Bon, comme je sens que les anecdotes sportives vous gonflent, et je vous comprends, parlons un peu du jeu aujourd’hui testé. Vous reconnaissez la jaquette ? Vous l’avez sûrement croisée depuis la trentaine d’années que le jeu existe mais à son design pixelisé et minimaliste, vous vous doutez bien que celui-ci faisait partie des jeux sortis lors du lancement de la console aux côtés de Duck Hunt, Super Mario Bros, Kung Fu ou encore Ice Climber. L’un des principaux occupants du pied de nos sapins à Noël 1986, nombreux sont ceux qui ont joué, au moins une fois, à ce Tennis. Quoi de plus normal que de le retrouver encore aujourd’hui, sous la forme de jeu téléchargeable sur la console virtuelle de la Wii, de la 3DS et même de la Wii U ? Mais Big N n’a pas attendu ces consoles pour refaire parler de son jeu de raquettes, bien loin de là. Sachez, tout d’abord, qu’une adaptation portable est sortie en 1989 sur Game Boy mais ça, vous le saviez sûrement déjà, grâce au test de Manuwaza sur notre site. Mais saviez vous qu’en 2001, il vous était possible de jouer à Tennis sur une console de salon ? En effet, aux côtés de Pinball, Balloon Fight, Donkey Kong, Excite Bike, et bien d’autres, il fait partie des jeux NES collectionnables et jouables dans Animal Crossing sur GameCube. Une bien belle façon de rallonger la durée d’utilisation d’un jeu à l’époque où les développeurs n’avaient pas peur de faire plaisir à leurs fans, et où les téléchargements et autres DLC n’existaient pas encore.

Enfin bref, vous l’aurez bien compris, Tennis fait partie de ces jeux inoubliables, réels symboles d’une époque, l’époque post crash vidéoludique.

Réalisation 12/20

De beaux jeux, il en est sorti une myriade sur NES. Des jeux détaillés, diversifiés, colorés… Mais ça, ce fut au cours des années suivantes. Tennis offre à vos yeux un environnement d’une extrême simplicité car oui, vous ne pourrez jouer que sur un unique court qui, semble-t-il, est constitué de gazon (sans doute sommes-nous au tournoi de Wimbledon) puisqu’il arbore une couleur verte sur laquelle apparaissent des bandes blanches matérialisant les différentes aires de jeu. Vous incarnerez, si vous tenez la première manette, un joueur brun vêtu d’un maillot bleu et d’un short noir et, si vous tenez la seconde, un roux au t-shirt blanc et short marron. Vos adversaires seront quant à eux affublés d’autres couleurs mais peu de différences physiques seront notables à l’écran. Néanmoins, tous les personnages sont bien proportionnés et leurs mouvements sont fluides. Vous reconnaîtrez ainsi aisément les différents mouvements des tennismen que sont les services, coups droits, revers, smash et autres lobs, tant les étapes d’animation sont nombreuses et détaillées. De même, vous aurez une indication quant à la hauteur à laquelle se trouve la balle grâce à un effet de zoom (de la balle et de son ombre) bien rendu. Dans tous les matchs, vous jouerez dans la moitié du terrain la plus proche de l’écran, voyant votre joueur de dos et votre adversaire de face. Malheureusement, le public est des plus statiques et est représenté par une masse bleu foncé sur laquelle on retrouvera des formes aléatoires plus claires censées représenter des visages immobiles au possible. Niveau immersion et ambiance, on a vu mieux… Le score du jeu en cours est représenté à gauche de l’écran mais il est tout à fait dommageable que le score du set ou même du match ne soient indiqués que lorsque le point est marqué, à chaque temps mort.

Petits détails amusants, la firme a voulu ancrer son jeu dans son univers avec l’inscription du logo Nintendo sur les panneaux publicitaires du stade. De même, vous aurez sûrement reconnu sur sa chaise haute, tenant la place de l’arbitre, l’inimitable Mario suivant la balle des yeux, qui continuera d’occuper cette position dans la version Game Boy du jeu.

Gameplay 17/20

En 1983, les bases du tennis vidéoludique étaient déjà posées depuis belle lurette puisque Pong avait vu le jour onze années auparavant. Mais l’un des premiers jeux de la console de Nintendo se devait de marquer le coup, de faire encore plus fort, d’une part par ses graphismes et d’une autre par son gameplay ayant pour objectif de renforcer l’immersion du joueur. Sans nul doute le point fort du jeu, sa jouabilité vous apportera un réel plaisir la manette en mains puisqu'elle respecte au doigt et à l’œil les règles de la réalité à une exception près : on joue avec des hommes, mais des règles de matchs féminins s’appliquent. En effet, les rencontres se font en trois sets, deux sets gagnants donc. Mais rien de bien grave, les affrontements sont déjà bien assez longs comme ça. En ce qui concerne les fautes, les limites du terrain, le calcul des points, tout est néanmoins fidèle et sera une bonne solution pour qui compte apprendre rapidement les subtilités de ce sport sans avoir à se taper un match de plusieurs heures (et ses commentaires soporifiques) à la télévision. Ici, c’est même Mario qui vous avertira d’un point marqué, d’une faute… grâce à des bulles de dialogues typées bande dessinée. Mais ce qui impressionne le plus, ce sont les sensations qu’apporte ce Tennis en 1983. Je vous ai déjà dit que les graphismes offraient une fluidité de mouvements exemplaire, il en est de même pour la jouabilité. La croix directionnelle vous permettra de vous déplacer rapidement de façon latérale et de monter au filet, ou vous en éloigner, de façon tout aussi intuitive.

Si la NES et sa manette n’offraient qu’un total de deux touches d’action (A et B pour ceux qui n’ont pas encore compris que, pour un coup, je ne faisais pas le test d’un jeu Master System), Tennis, quant à lui, proposait une belle panoplie de coups, rendant son maniement encore plus proche des matchs professionnels. Huit coups, oui, huit coups, voici l’arsenal à votre disposition pour vaincre vos adversaires. Allant du service au smash en passant par les coups droits, les revers, les lobs ainsi que leurs déclinaisons de revers, les deux uniques boutons offrent une réelle diversité et une immersion des plus totales pour un jeu de 1983 puisque l’on reconnaît bien ce que l’on envoie grâce aux multiples animations associées. Le bouton A lancera les coups droits et le B les balles lobées. Les smashs et volées partiront si vous êtes plus ou moins près du filet, les revers, quant à eux, permettront d’envoyer la balle dans d’autres directions, selon votre positionnement face à la balle arrivant droit sur vous.

Bref, s’il est encore impossible de bondir pour sauver une balle placée un peu trop loin, Tennis pose réellement les règles de ce que va devenir le tennis vidéoludique quelques années plus tard avec des jeux comme Virtua Tennis ou encore Smash Court Tennis…

Bande son 08/20

Si on peut parler d’immersion pour l’ambiance visuelle et la jouabilité, il n’en est clairement pas de même pour la partie sonore qui nous offre le strict minimum. Un jingle sur l’écran d’accueil, un autre lorsque l’on remporte un point et c’est tout. Que dire du public qui, s’il se montre déjà parfaitement statique, se paie en plus le culot d’être d’un mutisme affligeant ? Je veux bien que cela fasse partie des règles du Tennis et qu’aucun son ne doive sortir des tribunes lors des échanges entre les joueurs sous peine d’être rappelées à l’ordre par l’arbitre mais tout de même, on aurait aimé que Nintendo laisse les spectateurs exprimer leur joie lorsqu’un point est marqué... Même par le biais d’un brouhaha, on est en 1983, il ne fallait pas non plus s’attendre à du Dolby Surround.

Durée de vie 12/20

Ici, seuls deux modes sont proposés au joueur dès l’écran titre, à savoir le mode Single Player et le mode Double Player. Pas de mode Training, pas de Championship bien que vaincre deux joueurs d’affilé vous offrira une récompense des plus honorifiques puisqu’inutile. En mode solo, vous commencez par choisir la difficulté de votre match, allant de 1 à 5 et faisant varier la couleur de votre adversaire. Le premier étant facile à battre et le dernier plutôt ardu, la difficulté est donc graduelle et assez évolutive. Néanmoins, on se rend vite compte que les coups ennemis ne sont pas plus puissants lorsque l’on augmente de niveau mais que l’adversaire devient à chaque fois plus rapide. Des parties en solo qui pourront donc vous tenir assez longtemps manette en main si vous voulez affronter le défi mais qui imposeront vite une certaine lassitude dans votre salon.

Mais le réel atout de ce Tennis sur NES qui vous fera reprendre les raquettes virtuelles de temps à autre, c’est bien entendu son mode deux joueurs en collaboration. En effet, le second mode de jeu vous permet, avec un ami, d’affronter une équipe gérée par l’ordinateur dans des matchs en double des plus sympathiques où les règles officielles sont respectées (ouverture des couloirs extérieurs…). Il reste néanmoins dommage que l’esprit de compétition entre humains ne soit pas mis en avant avec l’absence d’un mode d’affrontement entre deux joueurs. En effet, seule la collaboration sportive est ici possible et non l’affrontement. Vous devrez donc jouer avec un ami et non contre lui.

Conclusion 13/20

Tennis sur NES est clairement un bon jeu. Novateur en tout point et fidèle à son modèle d’origine, il offre une jouabilité exemplaire et la manette procure un réel plaisir lorsqu'on la tient dans nos mains. Les graphismes, bien que simplissimes, sont d’une fluidité rare en 1983. Les parties en solo atteindront vite leurs limites d’intérêt mais les parties entre amis vous offriront de réels moments de convivialité à deux, même si un mode affrontement aurait été bienvenu.

Un jeu à posséder du fait de la part d’histoire qu’il représente. Il m’arrive souvent de me demander, avec des jeux de la même trempe, ce que serait devenu leur genre s’ils n’avaient pas été là. Top Spin serait-il devenu ce qu’il est si Tennis n’avait pas été là pour apporter toutes ces spécificités ? Diablo III serait-il le même si Ultima Online n’avait pas été là ? Forza Motorsport 4 offrirait-il de telles sensations si Pole Position n’avait pas vu le jour plus de trente années auparavant ? Tennis fait réellement partie de l’histoire des jeux vidéo, celle qui nous passionne ici et qui nous anime.


Article publié le 18/05/2014 Jeu testé par Icarus