lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://prohealthplans.ca/?llt=Generic-Accutane-Online-Pharmacy&a49=52 Recherche Avancée

Technocop

Section Test.


http://folkekirkenshus.dk/?swr=Lasix-Review&5a8=7f Sortie JAP non communiquée
________________________
For Example: Viagra Technocop
??/??/1990
Edité par Razorsoft
________________________
Generic Viagra Uk Next Day Delivery Sortie EURO non communiquée
________________________
http://whoisnickasmith.com/?medz=Cialis-Online-Funziona&b83=b7 Console: Sega Megadrive
Prednisone 40 Mg For 7 Days Genre:Action/Plates-Formes
http://viewtific.com/?cheap=Buy-Xenical-In-Usa&fcc=22 Développeur: Razorsoft
http://datasciencemelbourne.com/?pot=Do-U-Need-A-Prescription-For-Nexium&a6e=d3 Joueurs: Solo uniquement
Generic Viagra Overnight Delivery Existe aussi sur: Amstrad CPC- Atari ST- Commodore 64- Commodore Amiga- PC- ZX Spectrum-

Photo de la boite de Technocop
Technocop, capture d'écran Technocop, capture d'écran Technocop, capture d'écran
Benicar Efectos Secundarios La Megadrive, belle machine de noire vêtue, fière de sa ludothèque haute en couleurs, de qualité et souvent destinée à un public averti. Megadrive, console qui a fait rêver plus d'un gamer et qui restera dans le cœur de nombre de joueurs comme la meilleure 16 bits qui ait jamais existé, n'en déplaise aux Nintendo fans...

Mais voilà, au milieu de tant de jeux de génie, certains titres réussissent l'exploit de nous faire regretter d'avoir allumé notre console. Entre les Pitfighters, Rise Of The Robot, Beast Warriors et j'en passe, s'immisce un jeu comme on en voit peu, un titre qui selon nos penchants sadomasochistes pourraient nous faire sourire, ou pour le commun des mortels crier de honte.

Votre humble serviteur, toujours prêt à souffrir et se sacrifier pour vous éviter de dépenser votre argent et votre énergie dans les perles vidéoludiques qui ont jalonné la carrière de la Megadrive, vous offre ici encore le test d'un de ces jeux qui mériteraient la mention légale "trop jouer à ce jeu peut vous rendre aveugle", "trop y jouer rend stérile", ou "trop y jouer augmente les risques de perte d'érection".


The Funky Cops

Qui ne connaît pas ce dessin animé décalé souvent diffusé sur le câble qu'est Funky Cops ?? Eh bien notre jeu Technocop n'a absolument rien à voir avec lui... :D Fallait bien que je trouve un titre pour mon paragraphe ;)

Si Technocop n'a donc aucun lien avec le funk de deux flics déjantés, il n'a pas non plus de rapport avec la techno house, ou même la techtonik, quoique les deux sont assez ridicules au final. Le film de Jean Claude Vandamne TimeCop n'a tout autant aucun lien avec ce jeu de Razor Soft. Alors que peut bien nous raconter Technocop? Eh bien absolument rien.... Ni scénario, ni mise en scène, rien de rien. L'écran titre ne propose aucun menu, aucune histoire. Dès que l'on appuie sur start on se retrouve au début du jeu dans son véhicule de police.

N'ayant aucune explication sur les boutons, à moins d'avoir lu la notice mais je dois avouer les occulter la plupart du temps, il faut donc tâtonner un peu afin de savoir à quel jeu on a à faire...

Le Chase H.Q. du pauvre....

On se dit souvent qu'il faut se fier à sa première impression, mais c'est loin d'être toujours aussi vrai, la preuve avec mon premier mariage... :D . Les premières secondes du jeu nous font donc penser que nous allons nous retrouver dans un remake de Chase H.Q. Des indications apparaissent sur un petit écran en bas à droite du "tableau de bord" vous indiquant la distance à parcourir pour arriver au criminel que vous devez appréhender, ainsi que le temps limite pour y accéder. La vue arrière et le fait de pouvoir tirer avec une sorte de canon vissé sur le toit vont dans le sens de notre première analyse, mais les choses vont rapidement se compliquer.

Après s'être rendu compte qu'un seul bouton servait à tirer, une pression sur la touche haut de la croix directionnelle et votre bolide accélère. Au premier virage c'est le drame.... Si la logique nous dit "virage à droite" donc on tourne à droite, et bien non !!! Il faut savoir se placer au niveau des programmeurs du jeu, c'est à dire pas très haut. En effet, si vous avez la malheureuse idée de suivre la route, vous finirez inévitablement dans le fossé contre un arbre, l'effet d'inertie de votre véhicule étant particulièrement bizarre. Il faut donc aller vers la gauche lorsque ça tourne à droite, et vice versa.

Si les subtilités de votre bolide s'arrêtaient là on aurait pu croire que les programmeurs s'étaient juste planté dans leur ligne de programmation en inversant la droite et la gauche, mais il n'en est rien. Vous allez croiser sur votre route tout un tas de véhicules, quatre en réalité, deux types de voiture, des motos, ou des camions vers la fin du jeu. La route étant étroite, votre véhicule trop gros, et les adversaires encore plus imposant, il est quasiment impossible de les éviter. Vos tirs les font exploser certes, mais après un bon petit bout de temps, et vous rigolerez en voyant le résultat informe du semblant d'explosion que les graphistes ont tenté de reproduire. Ne parlons pas non plus de la gestion de collision absolument ignoble.

Ne cherchez pas non plus un intérêt à ces missions en voiture, car finalement il n'y en a aucun. Pas de boss à battre, pas de voiture de criminel à détruire. Il faut juste atteindre la fin du niveau avant le temps imparti sans faire exploser son véhicule. La jauge d'énergie baisse à chaque choc contre un arbre, où lorsqu'un punk viendra sauter dessus lors des derniers niveaux. Pas de vie, donc si la jauge est vide, c'est Game Over...

Mais rassurez vous, à chaque niveau votre énergie revient au maximum, ce qui n'est pas le cas de notre super flic, mais nous y reviendrons. Et grâce à vos arrestations votre voiture sera équipée de nouvelles armes. La première consistera en des sortes de pointes qui se mettent sur vos pneus pour pousser les autres véhicules lorsqu'ils sont à côté de vous. Ensuite vous aurez un canon plus puissant, qui ne fait aucune différence à l'écran, mais vu que les programmeurs vous disent qu'il est plus puissant, je suis tenté de les croire...

Après cette mise en bouche qui avait pourtant tout pour nous faire fuir, un peu comme avec mon ex femme, mais que voulez vous on ne se refait pas, vous allez avoir accès aux phases à pieds. Malheureusement pour vous ce cauchemar n'est pas près de finir.

"Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre....Et les avions aussi...."

Jean Claude Vandamme est un homme incompris, génie des temps modernes survolant les limites imposées par la science pour nous apporter une vision plus juste de la vie. Jusqu'à ce jour, je ne l'avais pas compris, mais Technocop a su éveiller en moi ce côté Aware qui me manquait tant.

Votre personnage principal est donc un policier à la pointe de la technologie, à l'instar de Jean Claude dans Time Cop. Sur le principe d'un jeu de plateforme/action en scrolling horizontal à la mode des jeux micro des années 80, votre héros est équipé d'une arme type pistolet qui a la faculté de lancer également des filins. Une simple pression sur le bouton C et au lieu de tuer vos ennemis vous les emprisonnez.

Vous allez certainement me demander l'intérêt d'épargner vos adversaires, eh bien dès le début du niveau une petite icône représentant le criminel à appréhender vous indique si vous devez le capturer mort ou vif. A vous d'adapter l'armement en conséquence. Vous aurez comme pour la course automobile un temps limité pour finir le niveau. Ce temps est très très limite, et il faudra souvent connaître le niveau par cœur, ou éviter toute confrontation pour avoir une petite chance de le finir. Mais là où le jeu fait très fort et représente peut être le seul exemplaire du genre, c'est que si le chrono arrive à zéro, vous ne perdez pas, non non non, vous ne pouvez plus attraper le criminel certes, mais vous pouvez passer au niveau suivant !!! En clair, si un niveau est trop difficile, autant attendre sagement devant sa voiture et attendre la fin du temps imparti. Et hop, au stage suivant ... Incroyable... Je suis d'ailleurs étonné que Nintendo n'ait pas repris ce concept pour la Wii, mais là je suis médisant... :D

Bref, si dans un moment de courage, ou d'égarement c'est selon, vous décidez tout de même de jouer le jeu et essayez de trouver le criminel, il faut savoir qu'une sorte de "boussole" vous indique la direction à prendre. Vous allez vite vous retrouver dans des immeubles avec différents étages, accessibles par ascenseur. Un véritable labyrinthe qui ne sera jamais réalisable du premier coup tant le chronomètre est avare en secondes, car j'avais oublié de vous préciser que s'il affiche 8 minutes, vous allez vite constater que les secondes défilent beaucoup trop vite (un peu près deux fois plus vite que la normale). Encore un aspect Aware du jeu où le temps immatériel cher à notre Jean Claude prend ici toute son expression.

Si par chance vous parvenez à trouver le vilain du niveau, qui sera un ennemi un peu plus grand que les autres et disposant d'armes un peu plus "sophistiquées", un coup ou deux suffisent à le détruire. Il ne bouge pas, ou presque, ne vous touche pas si vous gardez vos distances, bref il est limite moins dur à battre que les ennemis standards. Un bonus de points vous gratifie de vos efforts, votre jauge d'énergie est remise au maximum et vous avez même quelques vies en plus.

Votre héros ne dispose que de 6 vies, aucun crédit, et aucun moyen de regagner de l'énergie, si ce n'est en battant le boss. Les objets trouvés dans le jeu ne sont là que pour augmenter votre score. Entre chaque niveau vous conservez l'énergie que vous aviez le niveau précédent. Bref, le Game Over est omniprésent, vu la difficulté du jeu.

"Si je tue l'oxygène comme sur la lune, tu meurs"

Le monde de Technocop est sans pitié. Vos ennemis apparaissent au détour d'une porte, d'un ascenseur ou tout simplement du bout de l'écran. Vos filins mettant du temps à se recharger, on se contente de tirer dans le tas avec notre pistolet à munitions infinies. Et là, joie et jubilation, seul moment sympa du jeu, les ennemis explosent dans une gerbe de sang. Peut être est ce une extrapolation des visions qui me viennent en pensant à mon ex femme, ou une autre manifestation du moi intérieur que Jean Claude a su réveiller, mais le constat est là, un punk explosé est un punk marrant.

Ces derniers seront pourtant redoutables. A coup de fouet, de hache, de shurikens ou de batte de baseball, ils vous mèneront la vie dure. Votre héros ne pouvant jamais éviter les tirs, se contentant de se baisser pour éviter quelques projectiles, vous êtes une cible facile. La meilleure technique: le saut. Avec le bouton A vous faites un saut périlleux salto double piquet qui traverse quasiment tout l'écran et vous permet d'avancer plus vite. En clair évitez tout contact. Plus facile à dire qu'à faire, vu les quelques objets qui jonchent le sol et qui explosent à votre contact, les bugs de collision, les trous dans le sol ou les projectiles qui vous touchent alors que vous êtes bien au dessus....

Au détour des niveaux vous allez croiser des gamins inoffensifs qui vous donnent un coup de pied dans le tibia lorsque vous les croisez, allez savoir pourquoi. Un coup de flingue et vous ne serez plus embêté. Le jeu vous octroie un malus de score, mais vu qu'on ne cherche pas non plus à rentrer dans le ranking, aucune importance. Pareil pour des mamies qui se baladent dans le jeu. Aucune pitié...

Si seulement votre personnage était jouable mais c'est abominable. Si vous vous baissez vous ne pouvez plus avancer, vous aurez même du mal à vous retourner. Sans savoir pourquoi des objets explosent à vos pieds, les sauts sont ingérables lors des rares phases de plateforme, les ascenseurs ne répondent plus, etc....

"Le monde est composé de flèches et de molécules, et d'électricité,comme le Big-Bang tu vois, et tout ça ensemble, ça forme l'Univers"

Techniquement parlant, Technocop fait peine à voir. Sorti sur les systèmes micro informatique des années 80 comme l'Amstrad, L'Atari St ou l'Amiga, le jeu est à peine digne de la Master System. Les phases en voiture ont exactement le même décor jusqu'à la fin du jeu, à savoir trois arbres et un fond bleu. Les onze niveaux à pied sont également tous similaires, puisque se composant exclusivement d'une petite ruelle pour commencer suivie d'un bâtiment désaffecté faisant office de labyrinthe. Les décors sont insipides, les sprites grossiers et les animations à mourir de rire. Les bugs sont également légions. Il m'est arrivé dans le jeu de voir une mamie marcher sur le plafond !!! Je ne parle même pas des collisions de sprites qui font sourire ou les objets qui disparaissent à l'écran. On a même le droit à un effet de réminiscence lorsque votre perso marche, peut être pour donner l'impression qu'il va très vite, mais je ne pense pas que les programmeurs l'aient réellement voulu.

S'ensuit enfin la bande sonore qui n'existe même pas, puisqu'aucune musique ne vient accompagner le joueur, juste quelques sons pour vos tirs ou les coups des ennemis.

Pour résumer Technocop, il ne m'aurait finalement suffi de quelques lignes mais je tenais à vous faire partager ma souffrance....:D, et puis finir un jeu juste en battant le dernier boss vu que les autres niveaux ne sont pas obligatoire, il fallait oser. Les programmeurs ont tellement eu honte de leur jeu qu'à la fin vous aurez juste droit à un screen avec "The End" et aucun staff de fin.... Je vous laisserai donc sur cette dernière citation de mon héros Jean Claude qui résume bien Technocop et ceux qui l'ont crée:

"La drogue, faut pas toucher, c'est sérieux... Moi j'ai touché, j'ai perdu le touch, j'avais plus le feeling de la vie... Ma brain était à l'envers dans ma tête. La drogue, c'est comme quand tu close your eyes et que tu traverses la rue"

Jean Claude, on t'aime....


Points positifs:
- les punks qui explosent
- le seul jeu qui se fini quasiment sans y jouer

Points négatifs:
- jouabilité en voiture ou à pied exécrable
- techniquement indigne d'une master system
- tous les niveaux se ressemblent
- impossibilité d'éviter les tirs
- aucun menu, aucun scénario, rien de chez rien n'est bon dans ce jeu...

NOTE : 02/20


Article publié le 03/07/2010 Jeu testé par Slaine