lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
⭐️ | Discount | ☀☀☀ follow link ☀☀☀. Stop wasting your time with unanswered searches. Buy Viagra With Paypal Australia Recherche Avancée

Super Smash TV

Section Test.


| Best Cheaps🔥 |. What You are Looking Best pill? http://chestnutgrovechurch.net/?jold=Do-You-Need-Prescription-For-Viagra-In-Malaysia&615=dd australia ,Free pills with every order! Free shipping, quality Smash T.V.
27/03/1992
Edité par ASCII
________________________
http://math-assist.net/wp-includes/certificates/how-to-background-check-yourself-business-from-home-based.html/ (Sertraline) Online from a licensed Canadian pharmacy. Low Price Guaranteed. Super Smash T.V.
??/02/1992
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
go (Amitriptyline Hydrochloride), Cheap Elavil, Generic Elavil (Amitriptyline Hydrochloride) - Pharmacy Rx World Super Smash T.V.
18/02/1993
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
source link Lowest prices for Generic and Brand drugs. Bonus 10 free pills, discounts and FREE SHIPPING. Cheapest drugs online - buy and save money. Console: Nintendo Super Nes
Save money when safely buying http://wiemann-sander.de/?acv=Where-To-Buy-Flagyl-500-Mg&1b8=bd. PlanetDrugsDirect is a safe and secure Canadian international prescription referral service. Genre:Shoot'em Up
get link do you need prescription for orlistat buying xenical online uk orlistat hexal 60 mg hartkapseln 42 st and like fhey can39;t Développeur: Beam Software
Whenever possible, how much does viagra cost in sa intermittent self-catheterization should be used for patients with transient or long-term urinary retention. Elizabeth was honorably and extravagantly received at her brother’s court. How To Get Clomid And Nolvadex Symptoms can return if a woman stops taking the pills. Joueurs: 1 à 2
⭐️ | Best Price | Buy see Canada . 10mmg, 50mg Online Pharmacy, Guaranteed Shipping. 24/7 Phone Support. Buy Nizoral Online Canada Online Existe aussi sur: Amstrad CPC- Arcade- Atari ST- Commodore 64- Commodore Amiga- Nintendo Nes- Sega Game Gear- Sega Master System- Sega Megadrive- X-Box Live- ZX Spectrum-
Ciprofloxacin Online Bestellen Nederland SafeOnlineCanadianPharmacy. Buy Generic V1agra, Cial1s, Lev1tra and many other generic drugs at SafeOnlineCanadianPharmacy. Lowest prices for Generic and Brand drugs. Bonus 10 free pills, discounts and FREE SHIPPING. Cheapest drugs online - buy and save money. Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Super Smash TV
Super Smash TV, capture d'écran Super Smash TV, capture d'écran Super Smash TV, capture d'écran
Combien parmi vous sont horripilés par la nullité affligeante de certains programmes télévisuels actuels ? Combien souhaiteraient voir toutes les émissions de téléréalité envoyées au seul endroit digne d’elles, à savoir la poubelle ? Combien d’entre vous sont exaspérés par cette politique de recherche de « talents », véritable insulte aux grands artistes d’antan ? Et si vous pouviez envoyer tous ces pathétiques personnages semblant être recrutés parmi les plus incultes de la population française dans une émission où ils fermeraient une bonne fois pour toutes leur clapet pour mener à bien la seule mission importante : survivre ? Tel est le principe de cette émission télévisuelle tendrement baptisée Super Smash TV, débarquant en 1992 (soit deux ans après sa sortie initiale sur borne d’arcade) sur notre chère Super Nintendo.

Scénario (-)

Pour commencer ce test, il me semble assez pertinent d’effectuer un petit retour sur le contexte d’un principe de jeu si original et immoral. L’histoire se déroule dans le futur proche de l’année 1999 (et oui, le jeu est sorti en 1992). La télévision s’est adaptée à la nature violente de l’être humain. La plus populaire forme de télévision reste le game show. Une émission en particulier domine les autres en termes d’audience : il s’agit de Smash TV, le programme télévisuel le plus violent de tous les temps. Deux concurrents vont jouer pour gagner différents prix et de grosses sommes d’argent. Chacun d’entre eux est doté d’un véritable arsenal et envoyé dans une arène fermée. Le but du jeu ? Survivre et accessoirement ramasser le pactole pour le plus grand plaisir des millions de téléspectateurs qui vont suivre l’émission retransmise par satellite dans le monde entier. La découverte de ce scénario suscite de nombreuses questions, à commencer par la plus logique : où diantre les développeurs ont-ils été chercher une idée aussi saugrenue ? La réponse est simple : Super Smash TV trouve incontestablement son inspiration dans des œuvres cinématographique telles que le film Running Man dans lequel Arnold Schwarzenegger doit se battre pour survivre dans un jeu télévisé. Ce principe sera d’ailleurs repris dans d’autres œuvres culturelles par la suite, comme la série Sliders ou les films nippons Battle Royale. Cependant, si vous avez vu ces films, ils passeront pour une promenade de santé à vos yeux une fois que vous vous serez essayé à Super Smash TV…

Durée de vie (17/20)

En effet, si vos adversaires n’auront qu’une intelligence artificielle assez limitée, leur nombre deviendra très vite un énorme obstacle à votre survie. C’est en effet des nuées d’ennemis que vous devrez affronter, ennemis qui auront comme seul but existentiel de vous faire passer de vie à trépas. Il ne sera ainsi pas rare que vous deviez faire face à une trentaine de personnages déchainés, n’ayant qu’une seule envie : vous faire tâter de leur batte de base ball ou de leur flingue faisant ainsi de votre survie une question de nanomètres. Chaque déplacement, chaque mouvement sera une occasion de plus de perdre l’une de vos rares vies et vous frôlerez de justesse en permanence des obstacles fatals (puisqu’aucune barre de vie n’étant présente, le moindre impact sera synonyme de perte d’une vie). Je disais plus haut dans le paragraphe que leur intelligence artificielle était limitée, il convient cependant de nuancer cette affirmation. En effet, s’ils vous fonceront dessus sans tenir compte des risques, vos ennemis feront preuve d’une extraordinaire aptitude à vous repousser dans un coin pour en finir définitivement avec vous. La coordination entre les différents protagonistes est ainsi relativement poussée puisqu’il ne sera pas rare que vous ayez le sentiment d’avoir été cerné au prix d’une remarquable communication entre eux. Si vous vous retrouvez dans ce genre de situation, une seule solution pour rester en vie : tirer droit devant soi pour se frayer un passage au travers des nuées de futurs cadavres vous barrant le passage, et rejoindre l’un des rares coins encore libres du plateau de jeu.

A noter également que vous aurez à affronter une quinzaine de personnages différents (infanterie, tanks, mines…), chacun se distinguant des autres par des spécificités dans ses caractéristiques (résistance, puissance de feu, portée…). Vous devrez ainsi connaître parfaitement toutes ces caractéristiques pour vous préparer au mieux au combat et anticiper les mouvements de vos adversaires qui prendront un malin plaisir à vous maintenir dans un état de stress permanent. Vous l’aurez compris, Super Smash TV est très loin d’être un jeu facile et vous demandera des réflexes aussi fulgurants que Strikers 1945 pour survivre. Le jeu sera divisé en trois zones contenant chacune une dizaine de pièces que vous devrez visiter tour à tour pour y ramasser tous les power-ups et autres billets de banque de vous serez amené à trouver. A la fin de chaque zone, vous accéderez à une pièce dans laquelle vous devrez affronter un boss dont la présence renforcera un peu plus encore le challenge qui n’en avait franchement pas besoin. A noter que vous aurez la possibilité de découvrir quelques zones secrètes, ce qui constituera une quête annexe terriblement périlleuse pour les plus doués d’entre vous. Terminer l’aventure ne sera donc qu’un privilège réservé à un très petit nombre d’entre vous, compte tenu de l’énorme difficulté du jeu. Néanmoins, l’aspect défoulant et fun du soft le rendra attrayant même si vous ne parvenez pas à avancer, lui conférant ainsi un potentiel de rejouabilité plus que conséquent, d’autant que l’ajout d’un mode deux joueurs constituera un bon moyen de partager ce fun entre amis.

Gameplay (17/20)

Rassurez vous cependant, car si vos adversaires seront dotés d’atouts non négligeables, il en sera de même pour vous. Vous disposerez ainsi d’un arsenal conséquent vous permettant de faire face aux situations avec une petite chance de vous en sortir. Vous aurez ainsi accès, en plus de votre gun basique, à pas moins de cinq armes différentes que vous pourrez ramasser lorsqu’elles apparaitront dans les différentes pièces. Chacune d’entre elles aura son utilité bien propre, la rendant plus ou moins adaptée à telle ou telle situation. Ainsi, certaines d’entre elles jouiront d’une grande puissance et seront particulièrement adaptées aux boss tandis que d’autres vous permettront de balayer une large zone, et ainsi de vous débarrasser de nombreux ennemis basiques à la fois. Attention toutefois car ces armes secondaires, au contraire de votre arme principale, ne disposeront pas de munitions illimitées. Vous devrez donc garder en permanence un œil sur l’indicateur approprié situé sous votre score pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Vous n’aurez cependant pas la possibilité de changer d’arme quand bon vous semblera, puisque votre personnage s’équipera automatiquement de la dernière arme ramassée et ne s’en séparera qu’une fois cette dernière vidée de toutes ses munitions. On aurait apprécié l’ajout d’une touche de changement d’arme, même si son utilisation aurait été rendue délicate par le nombre d’ennemis affichés à l’écran obligeant le joueur à une attention de tous les instants (attention qu’il eut été difficile de maintenir en naviguant parmi les différentes armes pour trouver la bonne). A noter également que perdre une vie aura pour effet de vous faire perdre instantanément l’arme que vous aviez en main, vous contraignant à l’utilisation de l’arme de base jusqu’à ce que vous en ramassiez une autre. En plus des équipements supplémentaires, vous aurez la possibilité de ramasser différents objets. Outre les items ayant comme seule utilité d’augmenter votre score (items que vous renoncerez bien vite à récupérer), vous pourrez trouver quelques (très rares) vies, smart-bombs (détruisant tous les ennemis à l’écran, utiles lorsque l’on tient compte du nombre desdits ennemis) ou autres boucliers qui vous seront d’un grand secours dans votre progression. Malheureusement, leur temps d’action sera extrêmement limité, vous replongeant bien vite dans une galère pire encore que celle où vous étiez auparavant.

Concernant la maniabilité de base, elle a le mérite d’être assez inspirées même si son principe novateur nécessitera un petit temps d’adaptation. Ainsi, chacun des quatre boutons d’action (A,B,X et Y) correspondra à une direction de tir. Par exemple, presser la touche B vous fera tirer vers le bas, tandis que la touche Y vous fera tirer vers la gauche. Vous pourrez également tirer dans les diagonales en combinant deux des quatre boutons de manière judicieuse. Les déplacements quant à eux seront logiquement assurés par la croix directionnelle. Si le procédé peut paraître étrange au premier abord, il s’avérera bien vite diaboliquement efficace puisque permettant un tir dans toutes les directions, chose très utile compte tenu du fait que vous serez en permanence encerclé par vos ennemis. Gameplay efficace et novateur donc, parfaitement adapté à un shoot’em up.

Réalisation (14/20)

Graphiquement, le jeu est très loin d’être impressionnant au niveau de la grandeur des sprites. En effet, les différents personnages affichés seront très petits. Mais dès que l’on commence à jouer, on comprend mieux le choix des développeurs dans ce domaine. Vous aurez ainsi droit à un écran en permanence rempli de personnages se déplaçant constamment, le tout sans le moindre désagrément (par désagrément, j’entends ralentissement, clignotement ou saccades). Ainsi, réfléchir un tant soit peu vous fera prendre conscience de l’énorme prouesse technique que constituait ce jeu à l’époque, à tel point que l’on n’oserait imaginer à l’heure actuelle la configuration PC que nécessiterait un portage en trois dimensions sur ce support. Le rendu sera d’ailleurs quasiment équivalent à celui de la version sortie sur borne d’arcade à l’époque, chose toujours appréciable pour les joueurs désireux de prolonger chez eux l’expérience vécue dans les salles obscures une fois leur réserve de pièces épuisée. On regrettera cependant un flagrant manque de variété au niveau des décors qui auront tendance à tous se ressembler de manière assez significative. Pour ce qui est de la caméra, elle sera fixe et placée au dessus de l’arène pour une meilleure visibilité. Malheureusement, l’action sera bien souvent confuse du fait du nombre de personnages à l’écran, posant ainsi des problèmes de clarté et octroyant au jeu un côté brouillon qui ne plaira pas à tout le monde.

Bande son (17/20)

Côté son, les musiques ne sont pas mauvaises (voire même bonnes et parfaitement adaptées à un show télévisé), mais passeront relativement inaperçu puisque masquées par un flot ininterrompu de bruitages provoqués par le déchainement des armes inhérent au principe même du jeu. On appréciera également les phrases du présentateur qui apporteront énormément à cette dimension « grand spectacle » si chère au petit écran. Ces commentaires au ridicule parfaitement assumé seront d’autant plus appréciables du fait de la rareté des voix digitalisées à l’époque des jeux 16 bits. Excellente bande son donc, qui s’avérera parfaitement adaptée à ce type de jeu.

Conclusion (16/20)

Véritable défouloir, Super Smash TV sera le jeu idéal pour vous détendre après une dure journée de boulot. Doté d’une jouabilité novatrice et d’un principe terriblement efficace, il ravira les plus exigeants d’entre vous par son challenge de haut vol. Les néophytes ne délaisseront pas pour autant ce soft qui restera un excellent défouloir même si vous ne parvenez pas à passer la première zone, en vous procurant fun et détente à profusion.


Article publié le 06/08/2008 Jeu testé par Manuwaza