lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Purchase Cephalexin For Dogs Recherche Avancée

Super Dyna mix Badminton

Section Test.


http://whoisnickasmith.com/?medz=Nolvadex-Us&9e9=7f Super Dyna'mix Badminton
26/08/1988
Edité par Vap
________________________
see url Sortie US non communiquée
________________________
Seroquel Xr Online Pharmacy Sortie EURO non communiquée
________________________
http://westernparomancewriters.com/?rqa=Viagra-Price-In-Pune&04e=f2 Console: Nintendo Nes
http://oresundsfestival.com/?wqd=How-To-Buy-Cheap-Propecia&e5e=44 Genre:Sport
click here Développeur: Pax Softonica
source url Joueurs: 1 à 2
Une exclusivité Nintendo Nes

Photo de la boite de Super Dyna mix Badminton
Super Dyna mix Badminton, capture d'écran Super Dyna mix Badminton, capture d'écran Super Dyna mix Badminton, capture d'écran
http://pentian.com/?here=Mobic-Non-Script-Canadian-Pharmacy&f09=35 Le doux son de la plume fendant l'air, le bruit strident de la gomme des baskets sur le sol, l'odeur de sueur de votre partenaire, si vous aussi avez pratiqué un sport de raquette au collège ou au lycée, alors forcément vous aurez reconnu le Badminton. Coincé entre le médiatique Tennis et le populaire Ping-Pong, le Badminton peine à trouver son public hors des cours d'éducation physique et sportive. Dommage, car c'est un sport complet, physique, technique et surtout très ludique, qui plus est bien adapté à la vie urbaine. La conséquence évidente de ce manque d'exposition médiatique est, pour nous-autres joueurs, l'absence quasi-totale d'adaptations sur nos chères consoles.

En 1988, VAP a édité Super Dyna'mix Badminton, qui a permis aux possesseurs de NES de pratiquer ce sport tranquillement installés dans leur canapé. Une tentative qui, si elle ne marquera pas l'histoire du jeu vidéo, n'en est pas pour autant un échec retentissant.


Sur le plan graphique d'abord, le soft est plutôt correct, sans casser la baraque. Les sprites sont gros et tous les aspects d'une partie sont présents à l'écran : les différents courts, les arbitres et même le public sont modélisés. Même si ce dernier se limite à quelques têtes grossières qui bougent dans le désordre, il a le mérite d'exister. Les protagonistes sont bien détaillés et les couleurs des shorts et des maillots permettent de bien différencier les joueurs. Les courts, eux, diffèrent non seulement par la couleur du sol, mais également par la localisation : en salle, en extérieur au soleil couchant (dans ce dernier cas, pas de public) ou encore sur l’herbe. En revanche rien ne distingue les joueurs des joueuses. Les graphismes sont donc, pour l'époque, assez réussis et ne nuisent en rien au plaisir de jouer.

Toujours sur le plan technique, les animations ne sont pas des plus fluides. Les différents protagonistes ne bénéficient hélas pas d'un grand nombre de mouvements et l’on a parfois l’impression d’un match entre automates. Le volant en revanche est très rapide et il faut avouer qu’aucun clignotement n’est notable. Au final, la lisibilité de l'ensemble reste toujours correcte et l'on ne remarque plus vraiment ce problème une fois dans le feu de l'action.

Puisque l'on aborde l'action, justement, attardons-nous quelques lignes durant sur la maniabilité de l'ensemble. Le gameplay, qui fait le cœur du jeu, est quant à lui de bonne qualité, même s'il présente quelques particularités qui le rendent parfois difficile à comprendre. Tout d'abord, les règles sont scrupuleusement respectées, même si celles-ci ont tendances à changer régulièrement, elles suivent celles en vigueur à l’époque. Les rencontres se jouent en trois sets de quinze points, sauf pour les femmes pour lesquelles il suffit de onze points. On ne marque de points que lorsque l'on a servi, et c'est le joueur qui a remporté l'échange précédent qui bénéficie du service, les matchs peuvent donc durer très longtemps. Toutes les lignes sont bien là, et il est par exemple interdit de servir trop loin, et obligatoire de le faire en diagonale. Les amateurs de ce sport ne seront donc pas dépaysés. Bien que cela ne fasse pas à proprement parler partie du gameplay, et comme je l’ai déjà dit, l'animation du volant est vraiment rapide et réussie, et cela a une influence directe sur la jouabilité. Les phases d'accélération et de décélération de ce dernier sont franchement bien retranscrites tant et si bien que l’on s’y croirait. Du coup, le placement du joueur en dépend, comme dans la réalité. Plus on frappe tôt, et plus on a de chances de rabattre le volant vers le bas. Heureusement, la position du volant est marquée au sol par son ombre, ce qui permet d'anticiper quelque peu. L'anticipation est réellement la clé de ce jeu, car la frappe du volant est très particulière : une fois le bouton A (frappe) enfoncé, il est impossible de déplacer son personnage. Il faut donc se placer là où le volant va tomber. Et au risque de me répéter, plus tôt on le frappe, plus le tir sera puissant et donc difficile à rattraper pour l'adversaire. C'est là toute la difficulté du jeu : savoir se placer, appuyer sur le bouton et décider où l'on va envoyer le projectile. Car il n'y a qu'un bouton de tir, et les variantes ne seront possibles qu’avec la croix directionnelle : droite, gauche, smash (vers l'avant) et amorti (vers l'arrière). L'autre bouton, le B, permet de sauter pour ouvrir son angle et permettre des smashs. Toutefois, le timing pour effectuer cette action est diabolique et, personnellement, je n'arrive que rarement à placer de telles attaques. C’est un problème, car smasher est le meilleur moyen de marquer des points. L’autre manière est de « fatiguer » l’adversaire en alternant des coups de chaque côté du court. Avec cette tactique, les parties sont donc très longues, mais rarement lassantes. En effet, chaque rencontre est rythmée, technique, et les échanges rapides pour un résultat finalement assez réaliste. Heureusement, car il faudra rester concentré.

Il faut dire que la difficulté du jeu est vraiment élevée. Plusieurs nations sont représentées et chacune a un niveau différent. Ainsi, une partie contre le canadien ne posera pas de grandes difficultés, il suffira de jouer tranquillement de chaque côté pour le déborder. Mais jouer contre le chinois est une véritable épreuve, chaque erreur se paie cash, et même en jouant parfaitement, l'IA peut vous envoyer un missile irrattrapable du fond du court. Le challenge est donc élevé, et battre tous les autres joueurs vous demandera une maîtrise parfaite du jeu et donc de nombreuses heures d’entraînement.

La finalité du soft est donc de battre tous les adversaires venant du Japon, du Canada, des USA, de Grande-Bretagne, de Corée et d’URSS, afin de devenir le meilleur joueur au monde. Cela demandera pas mal d’heures de jeu et le titre promet donc une durée de vie très correcte. D’autant que l’on pourra également en profiter avec un ami dans le mode deux joueurs qui permettra quelques parties endiablées. Ce mode a deux variantes : un-contre-un et double. Ce dernier est vraiment intéressant : le gameplay à deux joueurs est totalement différent, et les parties sources de bonnes tranches de rigolade.

Malheureusement, l’immersion dans la compétition n’est pas facile, car rien n’est fait pour vous pousser à continuer, l’écran de compétition étant des plus sobres. Toujours dans les déceptions, la différence entre homme et femme n’est vraiment pas poussée, il n'y a donc aucune distinction visuelle entre les deux sexes, seuls les matchs se jouent en deux sets, ce qui n’est pas suffisant. De même, la bande sonore est au diapason de ce qui se faisait alors : des bruitages potables mais une musique ulcérante qui pousse à éteindre le son après quelques parties.

Ainsi on peut dire que Super Dyna'mix Badmington, malgré une technique pas toujours à la hauteur et une difficulté élevée, reste un bon jeu de raquette. Son gameplay nerveux une fois maîtrisé et son respect des règles permettront à l'amateur de ce sport ou au gamer curieux de passer quelques heures agréables.

http://redapplewellness.net/?pharm=Cost-Of-Zofran-Odt&1fd=ce Graphisme/animation 12/20 : Un vrai effort de modélisation a été fourni, mais aucune différence n'est visible entre les joueurs et les joueuses. L'animation n'est pas formidable mais permet une lecture facile de l'action.

Bande-son 9/20 : Les bruitages sont corrects mais la musique est réellement désagréable.

Scénario --/20

Gameplay 15/20 : Bien que difficile à maîtriser, et en apparence simple, le gameplay est finalement assez complet et permet des parties intéressantes.

Durée de vie 12/20 : Le challenge et le mode deux joueurs promettent de belles heures de jeu.

Verdict 12/20 : Pas superbe, pas très fluide, difficile mais profond et rythmé, Super Dyna'mix Badmington est un bon jeu de raquette, réaliste et nerveux. Dommage que quelques approximations techniques et la pauvreté du tableau de compétition handicapent l'immersion. Il reste néanmoins un jeu de sport plaisant pour les amateurs et les curieux.


Article publié le 04/12/2012 Jeu testé par mmmss