lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://oresundsfestival.com/?wqd=Doxycycline-Hyclate-150-Mg-Reviews&a67=02 Recherche Avancée

Strikers 1945

Section Test.


http://newcultures.org/?pill=Reviews-On-Depakote-For-Bipolar&14e=0e Strikers 1945
28/06/1996
Edité par Atlus
________________________
reviews of neem soap Sortie US non communiquée
________________________
Will Glucophage Help Me Get Pregnant Sortie EURO non communiquée
________________________
Cephalexin For Acne Reviews Console: Sega Saturn
Augmentin Buy Uk Genre:Shoot'em Up
http://whoisnickasmith.com/?medz=Sales-On-Viagra&d98=d8 Développeur: Psikyo
watch Joueurs: 1 à 2
Buy Ciprofloxacin 500mg 8mg Existe aussi sur: Arcade- Sony Playstation-
http://folkekirkenshus.dk/?swr=Que-Fait-Du-Viagra-Sur-Une-Femme&f7d=f8 Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Strikers 1945
Strikers 1945, capture d'écran Strikers 1945, capture d'écran Strikers 1945, capture d'écran
Soldat, c’est la guerre ! Enfourchez votre P-38 et partez à l’assaut des lignes ennemies ! Tout droit issu des bornes d’arcade, Strikers 1945 arrive sur Saturn l’année suivant sa sortie dans les salles obscures. Plus qu’un Shoot’em Up classique, Strikers 1945 est en fait un Danmaku, c'est-à-dire un Shmup affichant des nuées de projectiles à l’écran rendant l’esquive primordiale pour remporter la victoire. Force est de constater qu’il n’a rien perdu de sa superbe et se pose comme une référence du genre.

Scénario (-)

L’histoire de S1945 prend place, comme son nom le laissait présager, juste après la fin de la seconde guerre mondiale. Les alliés sont sortis vainqueurs de ce terrible conflit mais toutes les grandes puissances ont été fortement affaiblies par cette guerre destructrice. C’est le moment que choisit une organisation secrète du nom de CANY pour attaquer toutes les nations à la fois et remporter une victoire décisive en éradiquant la totalité de leurs forces militaires grâce à une technologie. Mais la nature humaine était plus forte que l’oppression de CANY et poussa les grandes puissances vaincues (Etats-Unis, Japon, Allemagne et Angleterre) à s’allier en rassemblant leurs meilleurs hommes dans une unité spéciale top-secrète : les Strikers. La mission de ces pilotes d’élite : éliminer la menace représentant CANY, et ce définitivement. Vous vous en rendrez vite compte, le scénario n’est qu’un prétexte et sera quasiment absent du jeu. Vous aurez toutefois la possibilité de voir une petite présentation de chaque chasseur via le menu principal, les avions présents étant tous de véritables aéroplanes de la seconde guerre mondiale.

Durée de vie (15/20)

Pour venir à bout de la CANY, vous allez devoir terminer huit niveaux. Cela peut paraître peu, d’autant plus qu’ils seront assez courts mais les différents stages auront la particularité d’être fort bien garnis. Vous aurez en effet affaire à des nuées d’ennemis et de projectiles faisant passer la bataille d’Endor dans Le Retour du Jedi pour une promenade de santé. Le challenge sera clairement à la hauteur, puisque force est de constater que Strikers 1945 revendique son appartenance au genre des Danmakus dès les premières minutes de jeu : slalomer entre les ennemis et leurs tirs vous demandera une concentration sans faille et des réflexes fulgurants, le moindre impact vous étant fatal. Fort heureusement, le niveau de difficulté sera sélectionnable en début de partie, rendant le titre aussi accessible pour les débutants que jouissif pour les puristes du genre, même si ces derniers pourront regretter le trop grand nombre de continues disponibles. A la fin de chaque niveau, vous aurez droit à un boss au design basé sur un véhicule de la seconde guerre mondiale (cuirassé, zeppelin, forteresse volante) mais qui aura la fâcheuse habitude de se transformer, au beau milieu du combat, en un gigantesque mecha occupant les trois quarts de l’écran et faisant passer les Decepticons pour de simples jouets inoffensifs. Le tort de nombreux Shoot’em Up est de laisser la lassitude, la répétitivité ou l’ennui s’installer, et il sera donc agréable de constater que ce n’est pas le cas de Strikers 1945 qui parviendra à vous garder accroché, tant par son action soutenue que par l’enchainement aléatoire des cinq premiers niveaux rendant chaque partie différente. Enfin, le potentiel de rejouabilité déjà énorme sera exacerbé par la présence d’un mode deux joueurs qui vous promettra de longues parties frénétiques, funs et conviviales entre amis.

Gameplay (19/20)

Le plaisir sera d’autant plus grand du fait de la qualité du gameplay, à la fois simple et efficace. Vous devrez commencer par choisir votre chasseur parmi les six disponibles (P-38 Lightning, P-51 Mustang, Spitfire, Messerschmitt Bf-109, Mitsubishi A6M Zero et Kyushu J7W Shinden), sachant que ce choix ne sera pas uniquement esthétique mais aussi stratégique. En effet, chaque avion sera différent tant par sa vitesse de déplacement que par ses attaques et sa maniabilité. Vous devrez ainsi le choisir au mieux en tenant compte de votre façon de jouer, sachant que certains d’entre eux sont nettement plus puissants que d’autres (je pense par exemple au Shinden et au Spitfire). Une fois ce choix effectué, viendra la partie à proprement parler durant laquelle vous devrez jongler entre trois types de tirs différents. Vous utiliserez le plus souvent le tir normal qui vous permettra par sa cadence assez impressionnante, de vous débarrasser aisément des ennemis les moins coriaces. A cela s’ajoutera le tir chargé, déclenché par un appui long sur la même touche qui vous déclenchera une attaque plus puissante que celle de base, mais vous laissant sans défense lors de la charge. Enfin, vous aurez également la possibilité d’utiliser des smartbombs (ramassables sur le champ de bataille sous forme de power-ups) qui vous permettront de déclencher des attaques de zones à large rayon d’action, certaines d’entre elles vous permettant même de faire appel à des renforts qui nettoieront tout l’écran des adversaires les moins coriaces.

La puissance des tirs normal et chargé pourra être améliorée par la collecte de power-ups sur la surface de combat, faisant ainsi de votre appareil une redoutable machine de guerre. Attention toutefois car la perte d’une vie remettra tous les power-ups préalablement collectés dans la nature et vous devrez vous dépêcher de les récupérer pour retrouver votre puissance optimale (un peu comme Sonic avec les anneaux pour vous donner un élément de comparaison). Vous pourrez également ramasser des lingots d’or en détruisant certains bâtiments/ennemis, lingots qui vous seront utile lors du décompte des points (en plus du temps passé sur le niveau et du nombre d’ennemis tués) pour espérer obtenir une médaille d’or ou d’argent à la fin du niveau. Concernant la jouabilité de base, Strikers 1945 est un classique Shoot’em Up à scrolling vertical, c'est-à-dire avec un défilement vers le haut par opposition à des jeux comme U.N. Squadron proposant un défilement horizontal. Vous aurez toutefois la possibilité via le menu principal d’opter pour un scrolling horizontal et ainsi de choisir la solution vous convenant le mieux. Les commandes répondent au doigt et à l’œil, et c’est heureux compte tenu des slaloms que vous serez amené à faire entre les différents projectiles. En effet, si la puissance offensive est ici primordiale, l’esquive est tout aussi importante puisque le moindre choc vous sera fatal. Vous devrez donc constamment éviter les balles et autres missiles tout en essayant de conserver votre visée sur votre cible, ce qui ne sera pas chose aisée et demandera une grande maitrise.

Réalisation (18/20)

Côté affichage, difficile d’être mécontent puisque le rendu graphique est des plus sympathiques. La modélisation des différents avions est fine avec des sprites d’une grande qualité et les nombreux environnements très variés dotés d’un bon effet de profondeur. Les boss sont tout simplement énormes tout en restant agréables à l’œil, sans la moindre trace de pixellisation. Mais là ou la performance est admirable, c’est bien dans la parfaite fluidité du jeu malgré le nombre gigantesque d’éléments affichés à l’écran. En effet, si vous souhaitez un jeu réaliste, passez votre chemin et allez tenter votre chance du côté de Novalogic. Ici, l’accent a été mis sur lé démesure et l’absence totale de respect des proportions ou des normes. Ainsi, les tirs seront plus grands que votre avion et les espaces inoccupés de l’écran pourront se compter sur les doigts d’une main. Dans ces conditions, on ne peut que féliciter les développeurs d’avoir su conserver une fluidité exemplaire qui ne fait confirmer ce que tout le monde savait déjà : la Saturn est la reine de la 2D. Mention spéciale pour les temps de chargements, que ce soit entre les niveaux ou lors des continues, qui seront extrêmement courts ne laissant ainsi pas le temps à l’adrénaline de retomber.

Bande son (12/20)

Malheureusement, nobody’s perfect et la bande son sera clairement le seul point faible du jeu. Les musiques répétitives et peu inspirées ne seront pas totalement désagréables mais lasseront vite le joueur et ne rendront absolument pas justice à l’excellent processeur sonore de la Saturn. Fort heureusement, vous n’aurez que très ponctuellement à les entendre puisque le brouhaha ambiant mêlant bruits de tirs et explosions en tous genres les masquera la plupart du temps.

Conclusion (18/20)

Strikers 1945 fait partie de ces jeux pour lesquels l’engouement ne décline pas au fil des heures de jeu. Alliant un gameplay efficace à des graphismes soignés, ce superbe Shoot’em Up n’a rien perdu de sa superbe en quittant les salles d’arcade pour investir la 32 bits de Sega. Il se révèlera très vite être un bon investissement, compte tenu du temps que vous passerez dessus. Malheureusement, ce plaisir sera réservé aux possesseurs d’une Saturn Japonaise puisque cet excellent titre n’est hélas sorti que dans les frontières de l’archipel Nippon…

NB : Pour des raisons techniques, les screenshots présentés ici sont issus de la version Playstation du jeu, beaucoup moins belle que celle testée.


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Manuwaza