lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://oresundsfestival.com/?wqd=Doxycycline-Hyclate-150-Mg-Reviews&a67=02 Recherche Avancée

Strikers 1945 II

Section Test.


http://newcultures.org/?pill=Reviews-On-Depakote-For-Bipolar&14e=0e Strikers 1945 II
22/10/1998
Edité par Atlus
________________________
reviews of neem soap Sortie US non communiquée
________________________
Will Glucophage Help Me Get Pregnant Sortie EURO non communiquée
________________________
Cephalexin For Acne Reviews Console: Sega Saturn
Augmentin Buy Uk Genre:Shoot'em Up
http://whoisnickasmith.com/?medz=Sales-On-Viagra&d98=d8 Développeur: Psikyo
watch Joueurs: 1 à 2
Buy Ciprofloxacin 500mg 8mg Existe aussi sur: Arcade- Sony Playstation-
http://folkekirkenshus.dk/?swr=Que-Fait-Du-Viagra-Sur-Une-Femme&f7d=f8 Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Strikers 1945 II
Strikers 1945 II, capture d'écran Strikers 1945 II, capture d'écran Strikers 1945 II, capture d'écran
Ah, les vieux coucous de la seconde guerre mondiale… Quel plaisir de piloter ces magnifiques appareils s’apparentant plus à des œuvres d’art qu’à des engins de guerre. Quel plaisir de sentir les vibrations du moteur d’un P-51, et de descendre vos adversaires au corps à corps sans user de cette solution emplie de lâcheté que sont les missiles. Mais je m’égare là ! Revenons à nos moutons. En 1996 sort sur Saturn le portage de l’un des plus grands shoot’em up de l’histoire des salles d’arcade, adaptation qui remportera un grand succès auprès des joueurs Japonais. Rien d’étonnant donc à voir débarquer trois ans plus tard la suite de ce grand nom des shmup, à savoir Strikers 1945 II, sur la machine faisant autorité en termes de gestion de la 2D.

Scénario (-)

La trame scénaristique de ce nouvel opus prend place juste après la fin du précédent épisode. L’escadron Strikers a vaincu la maléfique organisation CANY. Malheureusement, un groupuscule terroriste du nom de FGR est parvenu à récupérer les armes restantes à l’issue du dernier conflit et, fort de l’énorme puissance militaire ainsi collectée, lance ses mechas sur les villes du monde pour achever ce que CANY avait commencé : l’asservissement de toutes les nations du globe. Pour tenter d’empêcher cela, l’escadron Strikers regroupant la crème des pilotes Américains, Allemands, Japonais et Anglais est reformé et va encore une fois devoir se battre pour contrecarrer les plans de cette nouvelle organisation des plus menaçantes. Vous l’aurez compris, le scénario de ce nouvel épisode ne brille pas par son originalité et sa profondeur, puisqu’il s’apparente plus à un fil conducteur servant de prétexte à l’action.

Durée de vie (15/20)

Pour venir à bout de cette nouvelle menace, vous allez devoir boucler chacun des huit niveaux, chacun étant assez court. Durée de vie limitée me direz vous… La réponse serait sans aucun doute positive si lesdits niveaux ne regorgeaient pas autant d’ennemis et autres projectiles, rendant la progression extrêmement difficile puisque vous devrez constamment être sur le qui-vive pour éviter tout ce qui apparaitra à l’écran en slalomant à une vitesse vertigineuse. Strikers 1945 II revendique sans aucun doute son appartenance au genre des « maniac shooters » puisque rares seront les espaces vides à l’écran. Fort heureusement, le niveau de difficulté sera sélectionnable en début de partie, vous permettant d’adapter le challenge à vos prouesse : libre aux débutants de commencer en douceur et aux puristes de se lancer le défi de terminer le jeu au niveau maximal, ce qui leur demandera de grosses capacités de concentration et des réflexes fulgurants. A la fin de chaque niveau, vous aurez affaire à un boss qui aura la malencontreuse manie de se transformer en mecha au beau milieu du combat, disposant ainsi d’une impressionnante puissance de feu faisant passer le reste du stage pour une promenade de santé. A noter que tout comme son prédécesseur, le titre proposera au joueur de jouer les quatre premiers niveaux dans un ordre aléatoire, permettant ainsi de renouveler l’expérience de jeu. Enfin, la possibilité de jouer à deux sera garante de mémorables parties entre amis, contribuant à augmenter un peu plus encore le replay-value déjà fort conséquent, puisque l’on reviendra avec plaisir à ce soft pour une petite partie ponctuelle, tant le défouloir qu’il offre fait du bien après une rude journée de travail (d’autant que la quête du meilleur score sera une énorme motivation pour les gamers).

Gameplay (19/20)

En effet, le gameplay sera des plus jouissifs puisqu’il reprendra quasiment tous les points de l’épisode précédent. Vous devrez ainsi switcher entre trois attaques différentes : le tir normal que vous utiliserez le plus souvent, le tir chargé qui vous permettra d’effectuer une attaque beaucoup plus puissante que celle de base et enfin la smartbomb qui sera en quelque sorte l’attaque spéciale propre à chaque appareil, faisant appel à votre escadrille pour bloquer les tirs susceptibles de vous atteindre et déclencher un déluge de feu contre vos adversaires. Vous aurez le choix entre six avions différents, chacun ayant ses propres spécificités et se différenciant non seulement par son attaque spéciale, mais également par sa manœuvrabilité et sa puissance de feu. Un choix judicieux tenant compte de votre manière de jouer s’imposera donc si vous souhaitez vaincre. Par rapport au premier opus, les Spitfire, Messerschmitt, P-51 et Zero tirent leur révérence au profit des Flying Pancake, Focke-Wulf Ta 152, Nakajima Ki-84 et Mosquito (bien connu des fans de la BD Biggles). Pour augmenter votre puissance de feu et recharger vos smartbombs (leur nombre étant plus que limité), vous aurez à votre disposition tout un panel de power-ups sur le champ de bataille qui feront de votre avion un véritable annihilateur. Attention toutefois car la perte d’une vie aura pour effet d’éparpiller à nouveau tous les items que vous aurez collectés jusque là, vous obligeant à prendre des risques inconsidérés dès votre résurrection pour les récupérer. Vous pourrez également collecter des lingots d’or pour augmenter votre score.

Le gameplay sera par ailleurs toujours autant basé sur l’esquive puisque le moindre impact vous sera fatal, vous obligeant ainsi à faire preuve de prudence pour éviter de perdre toutes vos vies en étant obnubilé par votre adversaire, négligeant ainsi l’évitement des projectiles. La grande nouveauté de ce nouvel épisode est le nombre de plans sur lesquels se dérouleront les combats. En effet, vous aviez droit dans le premier opus à deux plans, l’un étant aérien et le second terrestre. Ici, un troisième plan a été ajouté, puisqu’il sera fréquent que vous ayez la surprise de voir des sous marins surgir juste en dessous de vous, vous obligeant à revoir toute votre stratégie. Autant vous dire que cela n’est pas fait pour rendre le jeu plus facile, puisque vous aurez constamment la hantise de voir un adversaire imprévu apparaître sans crier gare. On remarquera également l’apparition d’une jauge de level en bas à gauche de l’écran. Cette dernière se remplira au fur et à mesure que vous abattrez des ennemis, et conditionnera l’utilisation du tir chargé : si vous êtes au level 3, la puissance de ce dernier sera phénoménale tandis que si vous êtes au level 0, il ne sera même pas disponible. Gameplay efficace donc mais manquant cruellement de nouveautés…

Réalisation (18/20)

Côté graphismes, peu de changements également. Les sprites sont de qualité et les différents niveaux sont des plus agréables à l’œil, puisqu’ayant légèrement gagné en finesse depuis le premier opus. Vous aurez également toujours le plaisir de voir des boss occupant la moitié de l’écran, ce qui leur conférera un caractère des plus impressionnants les distinguant des nuées d’ennemis que vous affronterez au fil des niveaux. Ces ennemis bénéficieront d’une grande variété, allant de l’avion au train en passant par le sous-marin. L’animation, toujours aussi fluide (sans aucun ralentissement et ce malgré le nombre incroyable d’éléments affichés à l’écran), se permettra même le luxe de gagner légèrement en vitesse par rapport à l’épisode précédent. Enfin, l’ajout d’un troisième plan permettra quelques animations du plus bel effet, comme la chute progressive des avions ennemis abattus.

Bande son (14/20)

Pour ce qui est de la bande son, on a, pour moi, légèrement gagné en qualité avec des thèmes à mon sens un poil meilleurs que dans Strikers premier du nom. Ceci dit, vous n’aurez que ponctuellement l’occasion de les entendre, du fait du brouhaha constant créé par vos tirs donnant lieu à d’assourdissants bruitages comme on les aime.

Conclusion (15/20)

Strikers 1945 II est sans conteste un hit faisant honneur à la Saturn. Pourquoi une note si basse me demanderez-vous ? La raison en est simple. Ce deuxième épisode n’apporte que très peu de nouveautés par rapport à son grand frère et se présente plus comme une version légèrement améliorée que comme un jeu à part entière (pour tout vous dire, j’ai même eu la désagréable impression de recopier mon test du premier volet pour écrire ce test…). On a beau ressentir du fun en y jouant, on ne peut s’empêcher d’avoir un gout amer au fond de la gorge en pensant que Psikyo a bien mal exploité les trois ans séparant les deux titres. Strikers 1945 II est donc un hit mais son achat ne se justifiera pas forcément pour les possesseurs du premier opus.


Article publié le 06/08/2008 Jeu testé par Manuwaza