lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Buy Natural Viagra Uk Recherche Avancée

Streets of Rage (Master System)

Section Test.


http://westernparomancewriters.com/?rqa=500-Flagyl-Metronidazole-Mg&a37=13 Sortie JAP non communiquée
________________________
source Sortie US non communiquée
________________________
http://centralcoastsurfschool.com.au/?fv=Zyban-Online-Uk&7c6=fc Streets of Rage
??/??/1993
Edité par Sega
________________________
private static caravan sales yorkshire Console: Sega Master System
http://talkaboutlasvegas.com/?pot=Zoloft-Canadian-Pharmacy&ef8=bd Genre:Beat'em All
click here Développeur: Sega
http://wsicycling.com/?sopa=Price-Cymbalta-Cvs&7b8=52 Joueurs: Solo uniquement
http://rosyuen.com.au/?led=Viagra-Sales-For-Pfizer&a4e=11 Existe aussi sur: Sega Game Gear- Sega Megadrive- Virtual Console WII-

Photo de la boite de Streets of Rage (Master System)
Streets of Rage (Master System), capture d'écran Streets of Rage (Master System), capture d'écran Streets of Rage (Master System), capture d'écran
Order Canada Bactrim Il est des jeux d’anthologie qui resteront gravés à jamais dans l’histoire du jeu-vidéo, et je suis persuadé que l’on parlera encore de Streets of Rage comme d'un des piliers de son genre et de son époque. Une notoriété acquise par la version Megadrive, dont va injustement profiter le portage Master System malgré sa piètre qualité. C’est d'une bien sale affaire que nous allons traiter dans ce test…

Scénario :

Rien à redire. On garde la même trame que sur Megadrive. Prenons un certain Mr X. Vous noterez déjà le nom qui fait très sournois. Bon alors vous avez là l’archétype du méchant de Beat’em All dans toute sa splendeur : grand, un costard vert classe, un cache œil façon Bad Guy (ou pirate aussi), une mitraillette pour vous accueillir. Enfin vous l’aurez compris c’est le chef quoi !!

Hé bien il a décidé d’utiliser ses hommes de main (oui, car Mr X possède un syndicat du crime, sinon en tant que grand méchant, il n’aurait plus la même classe) pour mettre le feu à la ville, piller, montrer qu’il est méchant... bref, tout ce que fait un psychopathe présent dans ce style de jeu.

La police étant corrompue, les braves habitants de cette ville n’ont plus aucun espoir. Mais c’est sans compter sur l’honnêteté et la droiture de trois flics intègres, à savoir Axel, Blaze et Adam qui vont venir au secours de la veuve, de l’orphelin et du joueur s’ennuyant ferme et se demandant à quoi jouer.

Réalisation

Bon le cadre étant posé, je rappelle très rapidement le concept général de la saga. Vous (et éventuellement un autre joueur) prenez le contrôle d’un des trois héros du jeu, chacun possédant ses caractéristiques (je vous renvoie au test Megadrive pour plus de détails à ce sujet). Vous évoluez dans un environnement 2D permettant tout de même de vous déplacer librement sur la profondeur du décor (comprenez par là que vous n’avancez pas que sur une seule ligne). Le but est de traverser les niveaux du jeu en explosant les sbires de Mr X en chemin, et un boss plus balèze qui vous attend à la fin de chaque niveau. Dans cette tâche, vous serez aidé par deux collègues en voiture qui peuvent, sur demande et de manière limitée à une ou deux fois par niveau, réduire à néant tous les ennemis présents à l’écran avec gatling ou lance-roquettes!! Vous trouverez aussi des barres à mine, des couteaux et autres objets de santé pour avancer. Voilà, on ne peut pas faire plus simple.

Ce jeu, monstrueusement bon sur Megadrive, se voit cependant amputé d'un certain nombre de ces éléments ayant fait la force de la mouture 16 bits pour son portage Master System. Nous sommes sur un système moins puissant, il est normal et pardonnable de ne pas retrouver la même qualité de jeu. Pourtant, Les développeurs ayant travaillé sur ce projet ont réussi le pari fou de proposer un titre ayant perdu toute sa saveur et présentant des bugs de programmation et des oublis inacceptables au regard des autres beat’em all sortis sur la même console.

Parmi les énormités les plus impardonnables, on citera tout d’abord la disparition pure et simple du mode deux joueurs. Pourquoi ?? Aucune idée, mais un SoR sans mode deux joueurs, c’est un peu comme une pizza sans garniture : aucun intérêt !! On peut ensuite évoquer la collision des sprites qui est bourrée … de bugs (bien sûr). Pour faire simple, même en n'étant pas vraiment devant un objet qu’on vous jette, vous serez quand même atteint. On appréciera aussi la fâcheuse habitude qu’a votre héros de ne pas tenir plus de deux secondes l’ennemi qu’il attrape pour le projeter, voire même parfois de le lâcher alors que le mouvement de projection est en cours (véridique) !!!

On sent bien que la réalisation a été bâclée car de nombreux sprites disparaissent ou se chevauchent fréquemment. Je ne critique pas la puissance de la 8 bits de Sega, cette console ayant quelques excellents beat'em all dans sa ludothèque. Mais SoR semble mettre un point d'honneur à se démarquer de ces jeux au niveau de la réalisation, en proposant des couleurs baveuses, moches, sombres... Bref, tout ça pour dire que le jeu est une horreur pour les yeux !!

Deux éléments qu’on peut voir comme positifs néanmoins. D'une part, le niveau 6 (l’usine), seul stage à ne pas avoir son boss dans la version d’origine, possède ici un ennemi inédit. D'autre part, la programmation dans le niveau suivant (l’ascenseur) est effectuée de telle sorte que même si une balustrade apparait pour protéger des chutes, le simple fait d’envoyer un ennemi vers le fond de la cabine le fera quand même traverser le sol et tomber. Une spécificité pas franchement dérangeante, envoyer par-dessus bord tout le casting du niveau étant pour le moins jouissif! Attention quand même, car si c’est vous qui atteignez cette zone, vous tombez aussi ….

Gameplay :

Les deux boutons du pad sont utilisés pour les actions basiques, à savoir sauter et frapper (comme sur Megadrive en fait). Pour appeler la voiture de police, il faudra entreprendre un voyage à travers votre salon et braver mille dangers domestiques pour atteindre le bouton START intelligemment placé par Sega sur la console !! Dans ce portage, la subtilité du gameplay est toujours présente, car il faut monter votre stratégie de façon à encaisser le moins de dommages possible tout en ne se faisant pas encercler.

Un point primordial, car dans cette version de SoR, vous ne devez jamais, JAMAIS, vous retrouver pris entre deux feux. Je ne sais pas comment le jeu a été programmé (surement avec les pieds), mais lorsque deux ennemis vous entourent, ils ont la possibilité de vous marteler de coups sans que le sprite de votre personnage ne tombe ou se ressaisisse (comme c’est normalement le cas sur MD). Dans une situation comme celle-ci, vous pouvez facilement perdre la moitié de votre énergie juste parce que le jeu ne vous fait pas tomber. Votre protagoniste reste sur place à trembler sous l’impact du coup et ne bouge plus. Il faut donc attendre que les ennemis se calment (ce qui peut être long) pour espérer pouvoir enfin interagir avec l'action se déroulant à l'écran. J’ai constaté une situation tout aussi frustrante avec les adversaires qui partent en glissade. Si un seul vous touche, il va réitérer son attaque pendant que vous êtes au sol, et du coup vous remettre à terre pendant que vous vous relevez. Seulement voilà, vous n'avez bien sûr pas le temps de bouger. Il faut donc, là aussi, attendre que l’ennemi arrête de vous spammer bêtement avec la même attaque. Cet élément est valable pour tous les adversaires, boss inclus !!

Je parlais donc d’erreurs de programmation insupportables, et celle-ci est la plus grosse. Le comportement du bestiaire est d’une imbécilité totale. Sur MD, ils essayaient de vous attaquer avec différentes attaques, de vous sauter dessus si d'aventure vous étiez trop loin. Ici, ils ne font que la même attaque tout le temps à quelques exceptions près.

Bande-son :

Bon, il serait abusif d’attaquer la qualité des compositions de cette mouture Master System, sauf que l’on n'en retrouve que très peu au final !! Peut être parce que les capacités de la SMS sont beaucoup trop faibles pour rendre honneur au travail de maitre qui a été opéré sur la MD ? Là-dessus je ne blâme pas vraiment les développeurs, car la console peine à soutenir la comparaison avec sa petite sœur et le son est de fait fidèle à ce qui se faisait à l’époque. Par contre, je n’ai pas saisi pourquoi le niveau de la plage n’avait plus la même musique que sur le support précédent, et surtout pourquoi cet environnement est doté d'une musique de SoR 2 (pas encore sorti à l'époque). Bizarre bizarre…. Dans le même genre, le thème du niveau 2 est remplacé par celui du choix des personnages, le niveau du pont garde la même musique mais avec un remix qui trahit complètement l’ambiance zen / inquiétante de l’original, celui de l’usine se voit agrémenté d’une nouvelle musique plutôt foireuse qui continue dans le stage de l’ascenseur... Pour Mr X pas de thème spécifique, on garde celui des boss du jeu (qui n'est tout de même pas si mal)…. Enfin bref, on ne peut que s'interroger sur les motivations des développeurs quant à cette BO! Un dernier conseil pour la route : zappez la scène de fin! Elle est identique à celle présente sur MD, mais possède une musique ultra irritante !!

Les bruitages ne sont pas fantastiques non plus, le manque de mémoire se faisant sentir. Il y a eu des coupures par rapport à l’original, nuisant grandement à la variété du panel de sons. Au rang des absents, on citera les cris ennemis lorsque ces derniers sont vaincus, les bruits des vagues et de la pluie sur la plage ou d’ascenseur dans l’avant dernier niveau. Au final, le résultat ne se fait pas attendre et cette pauvreté acoustique fait que l’on se sent moins impliqué dans l’aventure. L’ambiance s’en retrouve beaucoup plus plate. Cela dit, un effort aurait pu être fait pour palier à ce point car des jeux comme Shinobi sur le même support étaient beaucoup mieux à ce niveau là…. Alors, flemme ou incompétence ??

La qualité de la bande-son est donc très bancale, le principal problème venant du fait que la partie musicale, de qualité dans la version 16 bits, est ici gâchée par des décisions loufoques, mais aussi que le manque de pêche de l’ambiance sonore générale laisse franchement à désirer et n’est pas tellement pardonnable.

Durée de vie :

SoR n’est pas un jeu long en soi à finir. Mais on revient dessus souvent pour le fun entre potes, pour le score, pour le challenge en difficulté élevée. Sur SMS, rien de tout cela ne rentre en compte.

En effet, il n’y a pas de mode deux joueurs. Vous pouvez déjà enlever une grosse partie du capital fun. Le jeu est déjà suffisamment difficile en normal pour ne pas revenir dessus dans d’autres modes de difficulté, et vu qu’on ne s’amuse pas de toute façon … Le système de mauvaise et de bonne fin a tout simplement disparu et comme vous ne recommencerez surement pas le jeu pour ses qualités de gameplay et de réalisation. Je pense donc qu’une seule partie suffira avant de ranger la cartouche dans sa boite, de jeter cette fameuse boite dans une poubelle, de bruler le sac, d’enterrer les cendres, de poser une mine dessus, de jeter à la mer ce qui reste et de passer à autre chose.

Vous pouvez compter sur une heure maximum pour en faire le tour et ne plus en entendre parler pour le restant de vos jours…. à moins de vous attaquer à la version Game Gear encore plus mauvaise !!! Mais nous verrons cela une autre fois…

Conclusion :

Vous l’avez compris, cette version de Streets of Rage est à éviter comme la peste. Le seul intérêt reste pour les collectionneurs ou les fans des versions MD qui voudraient, par une curiosité malsaine, redécouvrir sous un jour…différent ce hit des années 90.

A la rigueur sa plus grande qualité, c’est de sublimer un peu plus encore la version MD. Tout est désolant et mal pensé dans cette cartouche et ce qui m’attriste le plus, c’est que des jeunes joueurs découvrant cette période du jeu-vidéo, peuvent tester par erreur cette version avant la vraie, la seule et unique sur MD et se dire que SoR, ce n’est pas si terrible... ce qui serait une monumentale erreur !!

Scénario : -
Réalisation : 05
Gameplay : 07
Bande-son : 08
Durée de vie : 09

Note Finale : 06/20


Article publié le 10/06/2011 Jeu testé par Gaga