lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Wolfram Mathematica 11 Crack free download full Valtrex authorized generic generic drug regulations in canada http://lodifanfulla.tv/?sdsw=Buy-Viagra-Indian cipro Recherche Avancée

Star Wars

Section Test.


Zoloft No Prescription Star Wars
15/11/1991
Edité par Victor
________________________
| free delivery🔥 |. 2018 is 9 Best Erection Pills That Work! 100% go ,No side effects. Check More » Star Wars
??/11/1991
Edité par JVC
________________________
http://cfmim.com/?pill=Propecia-Order-Online-No-Prescription&5c5=df Star Wars
26/03/1992
Edité par JVC
________________________
follow url buy cheap priligy online best place to buy priligy online 2 answered the question ldquo;is your clientsrsquo; behaviour influenced Console: Nintendo Nes
http://thememanual.com/?buy=Flagyl-Onlinebootycall.com&14b=1b Genre:Action/Plates-Formes
http://science.maheshtutorials.com/modules/mod_articlesnod_s/tmpl/lightslider.js Lowest prices for Generic and Brand drugs. Bonus 10 free pills, discounts and FREE SHIPPING. Cheapest drugs online - buy and save money. Développeur: LucasFilm Games
Canadian Pharmacy Mail Order go here Online. Men's Health. Pets, Weight Loss, Personal Care, All Medications Are Certificated! Joueurs: Solo uniquement
http://uie.dk/?swq=60-Mg-Accutane-Day&b1a=0f Existe aussi sur: Nintendo Game Boy- Sega Master System-
http://brigancebrigade.org/?sdsw=Cost-Of-Doxycycline-Hyclate&18a=c2 these days, teens have so many active and empowering ways to articulate and manifest their identities ventolin makinas fiyat Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Star Wars
Star Wars, capture d'écran Star Wars, capture d'écran Star Wars, capture d'écran
Aujourd’hui, vous allez avoir droit à un hommage. Le titre testé ici est considéré comme culte, puisque ce n’est ni plus ni moins que la première adaptation vidéo ludique réalisée par Lucas Arts (à l’époque Lucas Film Games) de la très juteuse licence Star Wars. Portrait de cet illustre ancêtre des Jedi Knight et autres KOTOR.

Scénario (16/20)

Le titre reprend grosso modo l’intrigue du quatrième épisode de la saga (un nouvel espoir) et vous permettra d’en revivre les moments forts au travers de misions scénarisées par des écrans fixes parsemés de dialogues et même quelques séquences vidéo de qualité tout à fait bluffantes pour une console 8 bits (je pense notamment à la séquence introductive qui fera suite au texte jaune bien connu des fans). Vous incarnez donc Luke Skywalker qui, en recherchant ses nouveaux droids, va se retrouver embrigadé dans un conflit le dépassant et affronter l’Empire dans d’épiques batailles terrestres et spatiales. Le tout est relativement bien scénarisé et donne au titre une progression logique des plus appréciables, même si certains moments cultes du film ont malheureusement été coupés.

Durée de Vie (11/20)

Le titre est découpé en cinq mondes différents que vous devrez explorer et terminer pour mener à bien votre aventure. Si cela peut sembler peu, la difficulté du jeu vous obligera à connaître la topographie des niveaux par cœur pour éviter tous les pièges dont ils regorgent. Vous n’aurez à votre disposition que dix continues contenant chacun trois vies pour terminer le jeu, ce qui se révèlera grandement insuffisant pour un grand nombre de personnes. Il ne sera pas rare que vous échappiez à un danger pour succomber à un autre à peine deux secondes plus tard. En bref, la longévité du titre dépendra directement de l’état d’esprit avec lequel le joueur l’abordera : soit il fera preuve de persévérance et restera collé à sa console pendant longtemps (d’autant qu’aucun système de sauvegarde ou de mot de passe n’a été intégré, vous obligeant ainsi à le finir d’une traite), soit il abandonnera devant la trop grande difficulté auquel cas la durée de vie s’en trouvera fortement réduite. A noter qu’une parfaite maitrise du jeu, une connaissance des niveaux exemplaire et des réflexes de Jedi permettront au joueur qui en sera doté de boucler l’aventure en moins de vingt minutes.

Gameplay (18/20)

Star Wars est sans conteste le précurseur des futurs épisodes 16 bits, puisqu’il a la particularité de proposer plusieurs phases de jeu distinctes octroyant ainsi au gameplay une grande richesse. Ainsi, vous débutez l’aventure à pied armé de votre blaster et vous partez à la recherche de vos C-3PO et de son acolyte R2-D2. Un panel de mouvements assez conséquent est alors à votre disposition puisque vous pourrez courir, marcher, sauter (deux niveaux), vous accroupir et tirer. Les commandes répondent parfaitement, même si votre personnage aura quelques difficultés à s’arrêter à la suite d’un saut, ce qui vous fera parfois choir et perdre une vie de manière assez idiote. Cette séquence d’exploration de Tatooïne sera entrecoupée de phases de conduite dans lesquelles vous devrez diriger votre landspeeder pour rejoindre les différents lieux clés de la planète des sables. Une fois quitté ce lieu inhospitalier, vous vous retrouvez dans un champ d’astéroïdes (qui sera autre que les restes de la défunte Alderande) dans lequel vous devez diriger le Faucon Millenium et slalomer entre des blocs en évitant les collisions avec dextérité et rigueur. Le jeu enchaine ensuite logiquement sur l’évasion de l’Etoile Noire, mission durant laquelle vous devez détruire le système de contrôle du rayon tracteur, sauver la princesse Leïa et vous échapper de la sinistre station spatiale. La jouabilité est alors la même que lors du premier niveau, si ce n’est que la taille de la station rendra la progression très difficile du fait de l’aspect labyrinthique de certaines portions (à noter que vous aurez la possibilité, via R2-D2, de consulter les plans si vous êtes perdu). La séquence suivante vous place dans l’une des tourelles du Faucon et vous devrez vous débarrasser des Chasseurs Tie vous poursuivant pour rejoindre la flotte rebelle. Vous déplacez alors un curseur avec la croix directionnelle et devez viser vos adversaires pendant que le vaisseau se déplace tout seul. Enfin, le passage probablement le plus mythique du jeu vous mettra aux commandes d’un X-Wing avec lequel vous devrez partir à l’assaut de l’Etoile Noire après avoir abattu tous les chasseurs vous gênant (dans une séquence sensiblement similaire à la précédente). Vous passez alors en vue du dessus (identique à celle utilisée lors des déplacements en landspeeder) et parcourrez la tranchée jusqu’à lâcher vos torpilles dans le puits d’aération. Le gameplay est donc extrêmement varié, puisqu’alternant savamment les différentes phases qui s’enchaineront de manière très logique. La maniabilité est dans l’ensemble plus qu’agréable et provoquera une immersion tout à fait remarquable pour un jeu sorti sur console 8 bits.

Réalisation (19/20)

Pour ce qui est de l’aspect visuel du jeu, la première réaction qu’aura le joueur sera un sursaut d’enthousiasme devant la séquence d’introduction extrêmement bien réalisée. Ce sentiment restera intact par la suite puisque les décors sont extrêmement détaillés et bénéficient d’une colorisation efficace (l’Etoile Noire est particulièrement impressionnante), d’autant que leur variété sera énorme compte tenu du faible nombre de niveaux (cavernes de Tatooïne, cantina de Mos Eisley, espace, Etoile noire…). Les sprites des personnages sont gros et atteignent un niveau de détail très satisfaisant, rendant ainsi le jeu très agréable à regarder. Le bestiaire est également impressionnant et vous fera rencontrer de nombreuses créatures allant des hommes des sables à Boba Fett (en passant par les inévitables Stormtroopers), tous étant parfaitement reconnaissables du premier coup d’œil. Les phases en vaisseaux sont sans nul doute les plus impressionnantes puisqu’elles bénéficient d’une pseudo 3D du plus bel effet qui, alliée à une impression de vitesse des plus convaincantes, vous fera bien vite oublier que vous êtes en train de jouer sur la Nes. Nous sommes donc en présence d’une réalisation de qualité qui exploite parfaitement les capacités graphiques de la console de Nintendo.

Bande son (14/20)

Venons en enfin au point fort de tous les jeux Star Wars, j’ai nommé la bande son. Si les musiques sont celles du long métrage, elles seront par moment difficilement reconnaissables même si la plupart du temps les plus connues d’entre elles seront assez fidèles aux thèmes musicaux d’origines orchestrés par John Williams. Les bruitages sont à l’inverse trop peu variés et pourront lassez assez vite le joueur. L’aspect sonore du jeu alterne donc le bon et le moins bon avec des musiques satisfaisantes mais des bruitages qui auraient pu faire l’objet de plus de soin de la part des développeurs.

Conclusion (16/20)

Malgré quelques petites imperfections, Star Wars demeure un incontournable de la ludothèque Nes, tant sa réalisation et son gameplay méritent que l’on s’y attarde. A réserver toutefois aux joueurs acharnés, du fait de l’immense difficulté du titre qui rebutera la plus grande partie des joueurs (défaut malheureusement toujours présent dans les trois épisodes 16 bits).


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Manuwaza