lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Weight Gain After Getting Off Lexapro Recherche Avancée

Soviet Strike

Section Test.


http://ncnaglegemsandbeads.com/?medz=24-Hour-Pharmacy-Artane&083=05 Soviet Strike
18/09/1997
Edité par Electronic Arts
________________________
enter site Soviet Strike
01/11/1996
Edité par Electronic Arts
________________________
http://otterpaintball.com/?led=Cheap-Avodart-Canada&947=73 Soviet Strike
??/??/1997
Edité par Electronic Arts
________________________
Cialis Vs Viagra Vs Levitra Review Console: Sega Saturn
watch Genre:Shoot'em Up
http://westernparomancewriters.com/?rqa=Zithromax-Z-Pack&1ad=e5 Développeur: Tiburon Software
Dianabol And Nolvadex Reviews Joueurs: Solo uniquement
http://lawrencelussier.com/?geto=Online-Viagra-Generic&f08=38 Existe aussi sur: Sony Playstation-

Photo de la boite de Soviet Strike
Soviet Strike, capture d'écran Soviet Strike, capture d'écran Soviet Strike, capture d'écran
Kamagra Shop Koln Je viens de me rendre compte que je suis quelqu’un de paradoxal…Autant, incarner un soldat ou pilote en jeux vidéo ne me dérange pas, au contraire, çà m’amuse, autant avoir été militaire, pour de vrai, ne m’a pas amusé du tout (rassurez-vous cela n’a duré qu’un mois et trois jours, après l’armée a préféré me réformer…Et j’avoue, je ne les ai pas suppliés pour me garder) peut-être le fait d’être réveillé chaque matin à 5h30 par un « REVEIL !!! » afin d’attendre en rang dans la cour et dans le froid la levée des couleurs, ou le fait de se rendre compte que l’on nous faisait faire tout et n’importe quoi pour faire passer la journée et pour qu’on ne réfléchisse pas…Autre exemple : autant j’aime et collectionne les jeux vidéo, autant entre la rédaction de cette introduction et le test qui suit, il s’est écoulé trois mois pendant lesquels je n’ai pas touché à une manette ou console portable…et le pire, c’est que cela ne m’a absolument pas manqué. Bref, le test qui suit a été difficile à boucler et cela devrait se ressentir à la lecture…

L’histoire

Après la guerre du Golfe, les dictateurs d’Amérique du Sud et les terroristes, voici que vous venez « donner un coup de main » à l’ex-URSS dont la dissolution a rendu instables toutes les régions de l’ex-Bloc de l’Est. En effet, un groupe d’ « agitateurs » mené par un dénommé Shadowman a tendance à y faire ses emplettes en armes, matériels et hommes pour mener diverses opérations totalement illégales. Faisant partie du collectif STRIKE, vos supérieurs décident d’y mettre bon ordre afin de rétablir l’autorité du Kremlin, car vous avez pour objectif d’arrêter la guerre avant qu’elle n’éclate, et ce, bien sûr, en vous passant de l’accord des gouvernements et de l’ONU…A bord de votre hélicoptère dernier cri, vous allez vous soulager en cartouches missiles et autres objets répandant la mort.

Le jeu

Soviet Strike est le quatrième épisode d’une série commencée sur Megadrive (Desert Strike, Jungle Strike et Urban Strike) Sous couvert de missions à remplir par niveaux, nous avons à faire ici ni plus, ni moins à un shoot’em up. Le jeu s’étale sur cinq niveaux, ce qui peut sembler un peu chiche, cependant, chaque niveau se compose de six ou sept missions à réussir absolument dans un ordre précis (sous peine de mort quasi instantanée) et l’échec dans le déroulement de l’une d’elles est synonyme de retour à la base, même si vous ne vous êtes pas fait descendre….Si vous persévérez à poursuivre et que vous n’y rentrez pas, sachez qu’au bout de deux avertissements, vos camarades se chargeront de votre compte en lançant l’autodestruction de l’appareil…Sympa !

Comme vous pouvez le constater, Soviet Strike est donc très dirigiste, et c’est, peut-être, son colossal défaut….parce qu’en fait, du coup, bah, on s’amuse pas trop (avis personnel)…marre de recommencer depuis le départ alors que vous avez atteint six objectifs sur les sept, par exemple. De plus, mais ce qui suit sera familier aux habitués de la saga, vous devez prendre en compte lors d’une partie moults paramètres supplémentaires tels que : vos munitions de canon anti-char, de canon automatique à affût double (merci la notice), de vos missiles Maverick, bombes à fragmentation, carburant, blindage et nombre de passagers embarqués. En n’oubliant pas, non plus, de vous répartir de manière logique les points de ravitaillement et d’évacuation, pour éviter les allers-retours inutiles. Disons, que paradoxalement, autant à l’époque des autres épisodes cette prise en compte de ces paramètres me ravissait, ajoutant une pointe de « réalisme » au jeu, autant aujourd’hui, çà me pète les roubignolles (pour être poli) sévère. Alors, niveau tactique et durée de vie, c’est chouette, mais croyez-moi çà gave de passer son temps à tout contrôler en essayant de réussir son objectif (heureusement un cheat code permet de vous rendre invincible et vous n’aurez plus qu’à prendre en compte vos munitions…On va pouvoir enfin y aller comme un bourrin !). D’autant plus que comme de par hasard, quand vous vous attaquez à l’un de ceux-ci, des chars ou autres véhicules, qui n’étaient pas là lors de votre arrivée, parce que vous aviez pris le soin d’éliminer toutes menaces alentour auparavant (pas tout à fait abruti non plus), apparaissent comme de par magie et semblent vachement plus résistants que d’habitude. J’aime pas la tricherie, et là, l’I.A. passe son temps à tricher…

Alors, à voir ceci, on peut penser que le jeu n’est pas terrible….Bah en fait, non, il est excellent ! Peut-être peut-on lui reprocher de se contenter de recopier les recettes de ses aïeux. Mais bon, dans le même temps, c’est ce que vous venez chercher. La grande nouveauté de cet épisode est l’apparition de nombreuses cut-scenes vidéo qui vous immergent encore plus dans l’histoire : bien sûr celles-ci ne sont pas d’excellente qualité, on y voit pas mal de mosaïques et un manque de couleurs flagrant.

Les graphismes

Les décors sont beaucoup trop sombres lors du premier niveau (certainement voulu, mais ils y sont allés un peu trop fort) ce qui fait que l’on distingue mal ce qui se passe au sol. Bref çà fatigue les yeux. De plus la soldatesque est encore et toujours lilliputienne, donc toujours aussi difficile à distinguer. Il en est de même pour les divers véhicules et chars qui vous veulent du mal. Bon, d’accord il s’agit de véhicules militaires, de fait ceux-ci sont dans les tons kaki et doivent se fondre dans l’environnement, mais quand même…Ou alors, j’ai vraiment besoin d’aller chez l’ophtalmo, ce qui reste une possibilité. Heureusement cela s’améliore par la suite, vous évitant de vous niquer les yeux, mais croyez moi sur le coup, çà vous fait peur pour la suite des événements.

Les ennemis auxquels vous ferez face sont relativement variés, du simple soldat au char lourd, en passant par divers canons de DCA ou navires de guerre. Les décors vont de la station radar aux camps de prisonniers en passant par le village ou port à détruire.

Le passage à la 3D n’est pas des plus flagrants (sauf pour les explosions d’immeubles …étranges et peu réalistes) et n’apporte, à mon avis, pas grand chose, hormis de pouvoir tourner autour de votre cible et un « plus » ou excuse marketing pour justifier un prix de vente plus élevé (Dans le même temps la 3D et moi, que ce soit en jeux vidéo ou cinéma, çà me laisse de marbre…)

Animation/Gameplay

Votre appareil répond au doigt et à l’œil, le plus difficile sera de placer votre appareil afin que celui-ci détruise le véhicule ou bâtiment que vous avez choisi, parce que bon celui-ci a la fâcheuse tendance à locker une autre cible si vous n’êtes pas placé exactement au bon endroit, légèrement ennuyeux quant votre cible initiale continue de vous canarder joyeusement, surtout s’il s’agit d’un blindé ou d’un élément de DCA…ou lors de frappes dites « chirurgicales » en voulant sauver un prisonnier, poursuivi par des soldats, et que vous réduisez ce premier en bouillie…signant l’échec de la mission…Il en est de même pour les hélitreuillages qui mettront également à l’épreuve votre zen attitude…Le jeu exige une parfaite maîtrise des déplacements latéraux (grâce aux boutons droit et gauche sur la tranche de la manette)

Musiques/bruitages

Pour la musique, çà va être vite fait, elle est quasi inexistante et le peu de fois où elle se fait entendre, elle se révèle passe-partout. Par contre un gros travail a été réalisé sur les bruitages. Si le bruit des pales de votre Apache reste très discret (normal me direz-vous !) il en est tout autre dès que l’on s’attaque aux choses sérieuses : le rendu du bruit de vos mitrailleuses, missiles et autres joyeusetés est tout bonnement saisissant de réalisme, avec des variations suivant le type de bâtiment que vous visez. Une totale réussite de ce côté là.

Verdict :

Soviet Strike utilise toujours les mêmes recettes que ses prédécesseurs en y ajoutant une mise en scène plus hollywoodienne : il est vrai que l’on a l’impression d’être l’acteur principal d’un de ces nombreux films d’action U.S. (mais il y manque Chuck Norris…Personne n’est parfait, sauf Chuck !) Cependant, si l’on peut reprocher ce manque d’innovation, il n’en reste pas moins qu’il vous fera passer d’agréables moments….si vous en avez le temps.
Quant à moi, il est temps de vous dire au revoir (pas adieu…Je reviendrai !) En effet je signe ici mon dernier (pour le moment) test pour Oldiesrising. Merci à Manu, ainsi qu’à Tanuki et toute l’équipe pour ces quatre années et demie passées en leur compagnie.

Graphismes : 14/20
Animation/ jouabilité : 14/20
Musiques/bruitages : 16/20

TOTAL : 15/20


Article publié le 25/11/2011 Jeu testé par Le_Marbrier