lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://whoisnickasmith.com/?medz=Prilosec-Online-Coupon&0cd=f1 Recherche Avancée

Snap Jack

Section Test.


here Sortie JAP non communiquée
________________________
click here Snap Jack
??/??/1981
Edité par Universal
________________________
Quanto Costa Il Viagra In Farmacia Sortie EURO non communiquée
________________________
Voltaren Cream Cost Console: Arcade
http://cfmim.com/?pill=Seroquel-Et-Gain-De-Poids&dcf=38 Genre:Action
Bactrim 40 Mg 200 Mg Développeur: Universal
http://pentian.com/?here=How-To-Safely-Go-Off-Lexapro&6cd=00 Joueurs: 1 à 2
here Existe aussi sur: Commodore 64-

Photo de la boite de Snap Jack
Snap Jack, capture d'écran Snap Jack, capture d'écran Snap Jack, capture d'écran
Doxycycline Capsules Reviews Ah, Pac-Man! L'idole d'un temps qui n'est plus qu'un lointain souvenir. Au-delà de toute la nostalgie qu'un si simple personnage de jeu vidéo peut éveiller chez les plus anciens, ce titre représente également à mon sens à la perfection ce qu'était et ce que devrait rester le jeu vidéo, à savoir une forme d'expression qui savait se réinventer dans la simplicité et le concept. Si j'évoque rapidement cela, c'est parce que Snap Jack, notre jeu testé, fait partie de cette mouvance des années quatre-vingt. Il s'agit d'un titre qui emprunte à Pac-Man tout en sachant s'inventer un concept propre et se générer ainsi une personnalité.

Scénario: non significatif

Traiter de jeux d'arcade n'est jamais aisé pour diverses raisons car ils représentent un monde à part, les développeurs de ces titres ayant en effet des impératifs très différents de ceux de jeux pour consoles ou ordinateurs. Cette difficulté est d'autant plus grande lorsque l'exercice consiste à présenter un scénario datant du début des années quatre-vingt. Ici, de scénario il n'est point question! Je serais tenté de dire "tant mieux", nous n'aurons pas à chercher le pourquoi du comment. Sachez cependant que les flyers d'époque ne mentionnent rien à ce sujet et qu'il ne faudra donc pas compter sur eux pour pallier un manque d'introduction dans le jeu même.

Gameplay: 15/20

Traiter des jeux d'arcade des eighties est souvent facile lorsqu'on touche au gameplay (vous aurez remarqué la réutilisation subtile de la première phrase du paragraphe précédent!). Pourquoi donc? Parce que nous avions droit à une jouabilité simple qui confinait parfois presque au "zen". Ceci n'empêchait souvent pas d'ailleurs de produire une difficulté diamétralement opposée mais c'est une autre histoire comme vous le verrez bientôt. Snap Jack est un de ces titres simplissimes, tellement d'ailleurs qu'il ne propose aucun bouton d'action. Et pour cause, nous n'aurons rien d'autre à faire que de nous déplacer le long d'écrans horizontaux. Je vous rassure cependant, il ne s'agira pas d'aller d'un point A à un point B en nous endormant au passage, loin de là! En fait l'intégralité des écrans est constituée d'un sol au relief très chaotique, fait d'innombrables creux et bosses de dimensions très variables et d'un plafond encore plus torturé. Notre personnage est une voiture mais pas n'importe laquelle! Une voiture montée sur "échasses télescopiques"! Cette information permet de comprendre l'utilité du joystick présent à l'origine sur la borne d'arcade et seul moyen d'interagir avec l'univers proposé. Notre véhicule, que nous nommerons donc Jack (puisqu'au final le titre du soft est un jeu de mot signifiant grosso-modo "Jack le mordeur"), est capable de rouler comme n'importe quelle autre automobile, au ras du sol ou bien au contraire d'élever son habitacle jusqu'à toucher le plafond, porté par ses immenses "échasses" sur roues. Le concept du jeu comme je vous le disais, mélange Pac-Man et vue de côté avec défilement horizontal.

Il s'agira pour nous de toujours aller plus loin vers la droite en évitant tout ce qui se présente, relief compris et surtout en gobant un maximum de pastilles de couleur. Celles-ci sont disposées au dessus du sol, à des hauteurs variables et suivent des courbes pour nous obliger à modifier en permanence la hauteur de notre véhicule. Une fois vingt billes dévorées, une plus grosse et brillante apparaît. Que jack la ramasse et il passe en mode "Pac-Man" pour se transformer en dévoreur d'ennemis. Le temps nous est alors compté, quelques secondes, pour avaler le plus d'adversaires possible et également des lettres. Chaque "méduse volante" coche une lettre du mot "Universal" situé en bas à gauche de l'écran. Chaque lettre avalée parmi E, X, T, R, A illuminera, elle, une partie du mot "EXTRA" situé en bas à droite. Il y a donc les lettres à cocher en attrapant les "méduses" et les lettres à avaler directement (pour que tout soit bien clair!). Snap Jack étant un jeu de scoring, le fait de se transformer en Pac-Man nous permet non seulement de respirer un peu dans l'espace exigu de jeu en éliminant nos assaillants, mais aussi d'augmenter notre score. Le mot "Universal" nous attribuera des points supplémentaires, quelques centaines, de base, et en augmentation dans chaque secteur de jeu, multiplié par le nombre de lettres cochées. Nous pouvons cocher plusieurs fois le mot dans sa globalité pour engranger les points bien évidemment. L'EXTRA nous servira à obtenir une vie supplémentaire lorsque complet. Là aussi plusieurs vies sont accessibles. Nous avons fait le tour du gameplay! Je vous avais dit que c'était simple, je ne pense pas avoir menti. Je vous avais aussi dit que la difficulté était à l'opposé, voyons si là aussi j'ai dit vrai!

Durée de Vie: 13/20

Snap Jack est un pur produit arcade à scoring! Son principe rudimentaire et sa difficulté, calibrée pour offrir un challenge ardu, en font un jeu immédiatement accessible mais qui fait rapidement échouer le joueur. Ce principe d'accessibilité/échec rapide constitue l'intérêt principal de ce genre de titre. Le joueur peut s'y essayer sans avoir à passer par un quelconque apprentissage mais se rend vite compte que la maîtrise ne peut venir que de parties répétées. Cette maîtrise n'ayant besoin que de réflexes et de mémoire pour apparaître au grand jour, elle laisse une chance à chacun de faire son jeu. C'est une force mais aussi une faiblesse! Si certains joueurs auront vite fait de s'approprier Snap Jack pour essayer d'aller toujours plus loin, beaucoup, et c'est encore plus vrai de nos jours, laisseront son univers de côté pour s'orienter vers des horizons plus "construits", avec du gameplay varié et des environnements renouvelés. Pris pour ce qu'il est et à condition d'aimer dépasser son record précédent de quelques points à chaque tentative, Snap Jack dispose d'une excellente durée de vie. Observé avec des yeux de pratiquant moderne, il sera un vestige sans doute trop difficile pour qu'on y passe du temps. Tout dépend toujours du profil du joueur, c'est encore plus vrai sur un jeu à scoring répétitif et difficile comme Snap Jack! Il ne faut en effet pas espérer franchir quelques mètres avant d'avoir au moins engrangé une dizaine de parties à son compteur.

Réalisation: répétitive mais normale pour l'époque: 14/20

Au début Snap Jack étonne et attire, c'est indéniable! Diriger le personnage, atypique au possible, dans un environnement composé presque exclusivement de dénivelés et de points à gober intrigue et donne envie de jouer. De ce côté, en plus de mettre au point un gameplay bien trouvé, les développeurs ont parfaitement su mettre en avant ce qui constitue l'essence du jeu. Pendant de longues minutes, le joueur arpente les niveaux en se focalisant sur ces points et prend un certain plaisir à la découverte, qu'elle soit des sprites, du système de jeu et de ses subtilités, ou du décor. Pourtant, très vite quelque chose le frustre! Les environnements deviennent répétitifs, trop, et la magie commence à diminuer d'intensité. Encore une fois, le joueur moderne, habitué à une variété d'univers présents au sein d'un même titre, aura du mal à faire la part des choses et à relativiser cette répétitivité. Il faut se souvenir pourtant que nous sommes face à un jeu de 1981! Pour l'époque la réalisation est non seulement bonne mais même dans le haut du panier! La répétitivité était à l'époque inhérente aux jeux vidéo et ne devrait pas entrer en ligne de compte. Tempérons simplement ces derniers propos en précisant cependant que beaucoup de titres de ces années contournaient l'impression de répétitivité par l'entremise de "tableaux", ce qu'aurait pu faire Snap Jack. Au lieu de cela, passées certaines zones assimilables à des sortes de points d'arrivée, nous continuons la progression en persévérant sur des chemins dont tout laisse à croire qu'ils ne sont que la reprise des routes précédentes.

Bande son: 12/20

Là non plus rien de très surprenant par rapport à la date de commercialisation! La musique est assez entraînante, ressemblant fortement à tout ce qui s'était fait jusque-là et encore après. Elle correspond cependant bien à l'univers et renforce correctement l'immersion. Les bruitages sont également très satisfaisants. Cette bande son s'observe plus d'une façon technique que subjective/sentimentale mais sait tout de même afficher un côté attachant. Tout cela est donc très suffisant.

Conclusion: 14/20

Un vrai retrogamer, c'est-à-dire un joueur capable d'apprécier les titres anciens sans faire de référence subjective à des titres plus jeunes et l'ayant marqué par leur mécanique de jeu et leur réalisation, sera capable de percevoir ce Snap Jack comme ce qu'il est vraiment : un très bon jeu à scoring. Les autres feront comme avec la plupart des titres du genre : ils finiront, plus ou moins rapidement, par le snober à cause de sa répétitivité, tant conceptuelle que visuelle. Tout est une question de capacité à faire abstraction de ses expériences pour se replacer dans un contexte et découvrir le jeu comme le faisaient les joueurs d'époque. Pour ma part, je ne peux noter cette réalisation autrement quand lui attribuant une bonne note! Élève Snap Jack, 14/20!


Article publié le 13/10/2012 Jeu testé par Tanuki