lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://whoisnickasmith.com/?medz=Voltaren-Suppository-To-Buy&c0a=27 Recherche Avancée

Skies of Arcadia Legends

Section Test.


Can I Buy Valtrex In Thailand Eternal Arcadia Legends
26/12/2002
Edité par Sega
________________________
http://jackhanna.com/?rqa=Viagra-Online-Kaufen-Test&9c4=c8 Skies of Arcadia Legends
28/01/2003
Edité par Sega
________________________
Do Need Prescription Buy Cialis Skies of Arcadia Legends
27/04/2003
Edité par Sega
________________________
http://adisw.com/?plas=Buy-Viagra-Cambodia&74f=52 Console: Nintendo Gamecube
http://beereading.com/?order=Symmetrel-Price&b30=74 Genre:Jeu de Rôle
Side Effects Of Flomax Développeur: Overworks
click here Joueurs: Solo uniquement
Buy Prescription Viagra Online Existe aussi sur: Sega Dreamcast-

Photo de la boite de Skies of Arcadia Legends
Skies of Arcadia Legends, capture d'écran Skies of Arcadia Legends, capture d'écran Skies of Arcadia Legends, capture d'écran
go to link Lançons-nous aujourd'hui dans le test d'un jeu légendaire, l'un de mes préférés tant il m'a fait vivre une aventure extraordinaire à l'époque de sa sortie. Skies of Arcadia fait partie de ces titres qui marquent une vie de joueur, et se place par conséquent dans la même catégorie qu'un Shenmue pour ne citer que lui. Il ne va ici pas être question de la version originelle, déjà testée sur le site, mais de son remake commercialisé sur Gamecube en 2003. A l'époque où la Dreamcast était toujours en course, le studio Overworks fut chargé de concevoir un RPG made in Sega pour tenter d'attirer les rôlistes sur sa machine. Lorsque le jeu débarqua en 2001 dans nos vertes contrées, le défi s'avéra avoir été relevé avec brio. Malheureusement, le destin de la machine était d'ores et déjà scellé malgré un catalogue de qualité. C'est ainsi que Sega décida en 2003 d'adapter son jeu sur le cube de Nintendo, dans une version aux graphismes légèrement affinés et proposant un contenu plus conséquent. Portrait de ce remake de qualité.

Je rêvais d'être un pirate

L’histoire, bien que très classique, n'en a pas moins le mérite de nous faire évoluer dans un univers peu exploité dans le jeu vidéo. Ici, c'est bien la piraterie qui est à l'honneur, mais les océans ont laissé la place aux nuages pour un cocktail que n'aurait pas renié le grand Jules Verne. Le monde d’Arcadia est donc constitué d’îles de tailles vraiment différentes, allant de simples îlots à de véritables continents. Le seul moyen de locomotion disponible n'est autre que le bateau volant, à voile ou à moteur, permettant de voyager d'une contrée à l'autre. Cet univers laisse donc rêveur et donne naissance à un énorme sentiment de liberté.

Il me paraissait important de poser les bases de ce monde atypique, non seulement pour comprendre l'histoire mais également le gameplay du jeu qui, même s'il reprend le principe du tour par tour, contient quelques séquences assez étonnantes. Mais cela, nous aurons l'occasion d'y revenir, commençons par faire un point sur le scénario faisant office de toile de fond pour l'aventure. Vous incarnez Vyse, un jeune pirate de l’air âgé de dix-sept ans. Celui-ci est membre des Voleurs Bleus, une organisation pillant les riches navires pour redistribuer le butin ainsi collecté aux pauvres. La bande s'attaquait en priorité aux navires de l'Empire Valuan qui, de par sa puissance, contrôlait la majeure partie du monde d'Arcadia. Un beau jour, une jeune fille voguant sur un étrange vaisseau fut prise à parti par l'un de sept amiraux de l'armada Valuanne, un triste sire nommé Alfonso. Ce dernier parvint à kidnapper la mystérieuse étrangère. Fort heureusement, les Voleurs Bleus se trouvaient justement sur les lieux et parvinrent à la sauver de son ravisseur, la ramenant sur leur île afin de la protéger.

C'est alors qu'elle leur avoua faire partie d'une civilisation disparue, sans pour autant leur apprendre l'objectif de sa mission. Malheureusement, l'empire ne s'avoua pas vaincu et lança une attaque contre le quartier général des Voleurs Bleus, mettant ce dernier à feu et à sang. Le général Galcian, commandant l'assaut, captura l'équipage et le capitaine Dyne qui n'était autre que le père de Vyse. Les seuls rescapés furent celui-ci et Aika, son amie d'enfance, et ils ne durent leur salut qu'à leur départ en mission peu avant les faits. Retrouvant leur maison ainsi dévastée à leur retour, ils décidèrent de partir au secours de l'équipage et de Fina, la mystérieuse jeune fille...

Cette trame lance vraiment une histoire qui n’aura de cesse d’étonner par ses multiples rebondissements et les rencontres que le joueur fera. Les personnages d’Arcadia sont très stéréotypés mais tous très attachants et bourrés de charisme. Nous pourrions citer Vyse qui ne recule jamais devant rien même si la cause est désespérée, ou encore son amie Aika avide de trésors et prenant un malin plaisir à titiller son ami d’enfance. Vous rencontrerez également Drachma, un vieux loup solitaire et très bougon renfermant pourtant un grand cœur. Les protagonistes sont vraiment travaillés que ce soit au niveau du look ou de leur histoire personnelle. Les ennemis ne sont pas en reste et certains sont hilarants comme l’amiral De Loco qui ne pense qu’à écraser Vyse coûte que coûte. Il est rare dans un RPG de s’attacher autant aux personnages et d’en garder un souvenir aussi vif une fois le jeu terminé.

Classique mais épique

Ce point sur le scénario étant fait, attachons nous à parler de ce gameplay recelant quelques surprises. Vous dirigez donc votre héros dans une vue à la troisième personne, celui-ci se mouvant dans des environnements intégralement modélisés en trois dimensions. Comme dans tout bon RPG qui se respecte, les dialogues et l'exploration prennent une part importante et vous pourrez ainsi discuter avec la populace, mais aussi fouiller les lieux de fond en comble ou bien faire des achats auprès des vendeurs.

De nombreux combats aléatoires surviennent de manière inopinée, vous faisant à cette occasion passer dans une phase au tour par tour où chacun de vos protagonistes (trois simultanément en combat) peut attaquer en utilisant ses armes et magies. Au total, ce sont six catégories magiques (feu, eau...) que vous aurez l'occasion d'apprendre en changeant l'attribut de votre arme. Vous pourrez ainsi, en plein combat, presser une touche afin de modifier la couleur de celle-ci et d'acquérir un avantage -ou une faiblesse- envers vos adversaires en fonction de leur propre affinité. L'affrontement terminé, vous gagnerez des points en fonction de la couleur utilisée, et apprendrez ainsi à terme de nouveaux sorts dans la catégorie correspondante. Ainsi, chaque personnage peut potentiellement apprendre toutes les magies du jeu, vous laissant totalement libre dans la gestion de votre équipe. Vous constituerez-vous une team équilibrée dans laquelle chacun dispose de sa propre spécialité, ou préférerez-vous miser sur un élément en particulier ? Vous seul connaissez la réponse à cette question. Toujours est-il que cette gestion de la magie constitue l'un des plus gros points forts de ce gameplay, en dynamisant des combats par ailleurs relativement lents en termes de rythme. Ajoutez à cela des attaques spéciales pour chaque héros à apprendre en collectant des baies de lune, et vous obtenez un système de combat classique mais qui tient vraiment la route! Bien entendu, toute utilisation d'une magie ou d'une attaque spéciale nécessite des points d'esprit. La subtilité, c'est que ces points sont communs à tous les combattants puisque regroupés au sein d'une seule et unique jauge. C'est donc à vous qu'incombe la tâche de gérer ce capital intelligemment. Notez enfin qu'en avançant dans l'aventure, vous finirez par être capable d'effectuer des attaques combinées dévastatrices en laissant la jauge d'esprit se remplir jusqu'à son maximum...

A l'abordage

Rédiger un article traitant de Skies of Arcadia sans parler de ses grandioses batailles navales serait impardonnable. Celles-ci sont basées sur le même système de combat, et chaque personnage peut effectuer une action sur le navire. Ces batailles revêtent cependant une indéniable dimension stratégique, et il est indispensable d'anticiper les prochains tours pour espérer couler le bateau adverse. Ces escarmouches représentent l'essence même d'Arcadia, et malgré leur relative lenteur, elles offrent un indéniable charme au jeu.

Comme mentionné plus haut, Skies of Arcadia fait ressentir au joueur un rare sentiment de liberté. Une fois dans les airs, vous dirigez un vaisseau qui changera plusieurs fois au fil de votre progression, et qui vous permettra de visiter à votre guise les multiples îles et territoires, connus ou inconnus. Bien que relativement restreint en début d'aventure, le monde d'Arcadia s’avérera tellement vaste par la suite que l'on en arriverait presque à se prendre pour Christophe Colomb, avide d'en explorer tous les recoins. Vous ne manquerez d'ailleurs pas, à l'instar de ce dernier, de faire des découvertes. Vous en serez averti par les vibrations de votre manette, accompagnées d'un affolement de votre boussole. En pressant alors le bouton A, vous ferez une découverte que vous pourrez ultérieurement revendre à la guilde des marins présente dans tous les ports.

Voguons jusqu'au bout du monde

Mais les possibilités ne s'arrêtent pas là. Nous pourrions citer le recrutement de l'équipage, avec chaque membre octroyant un bonus en combat naval et apportant son aide au quartier général. Le jeu s'avère extrêmement riche et complet, tant et si bien que vous pourrez même posséder votre propre base et la personnaliser moyennant finance, au même titre que votre navire. Les quêtes annexes sont elles-aussi en grand nombre, mais il convient de souligner qu'il existe plusieurs manières d'aborder le jeu. Si vous désirez seulement suivre l'histoire, vous ne serez pas contraint de réaliser de grosses sessions de level up, ni de vous attarder sur toutes ces petites choses. Libre à vous, donc, de vous contenter de la trame principale même si vous passerez alors à côté de nombreux détails faisant la richesse du soft.

Parmi ces détails, la gestion de votre popularité apparaît en bonne place. Lors des discussions, vous aurez parfois des choix à effectuer qui permettront de monter votre « taux de fier-à-bras ». Concrètement, cela vous fera obtenir des grades et devenir plus connu à travers le monde, vous attirant ainsi les faveurs des marchands qui consentiront à vous accorder des ristournes. Un système très bien pensé, qui ne manquera pas de gonfler votre ego de joueur.

Le changement de plate-forme a toutefois occasionné la disparition de quelques bonus présents sur Dreamcast. Ainsi, la Pinta Quest, jouable directement sur la VMU (carte mémoire) de la console et offrant des bonus ultérieurement est aux abonnés absents. De même, la déclinaison originelle offrait la possibilité unique à l'époque de télécharger du contenu gratuit sur Internet, comme des armes ou des monstres rares. Il s'agissait là d'un des tout premiers exemples de DLC, utilisant avec brio les fonctionnalités online de la Dreamcast. Notons qu'à cette époque, les développeurs n'avaient pas encore pour habitude de hacher leurs jeux pour en proposer la moitié sous forme de contenu payant. Le respect envers le joueur était de mise, et le seul but de ces ajouts était une volonté d'enrichir son expérience de jeu à titre gracieux. Bref, tout cela pour dire que ce contenu supplémentaire est ici inclus d'office sur les deux mini-DVD. Vous l'aurez compris, la durée de vie s'avère énorme et terminer l'aventure en ligne droite vous demandera une quarantaine d'heures. Si vous souhaitez découvrir l'intégralité du monde d'Arcadia, avec les quêtes optionnelles, comptez en deux fois plus...

Une version complète

Remake oblige, cette mouture Gamecube propose des graphismes plus fins et des personnages retravaillés. Le tout reste pourtant très proche de l'original, ce qui est tout sauf une mauvaise chose tant celui-ci était doté d'un charme indéniable. Un charme retrouvé finalement dans moult jeux Dreamcast, avec leur 3D à la fois fine et grossière, très agréable à l’œil et surtout très colorée. N'oublions pas les différents effets de lumière et d'explosion, tous très réussis et caractéristiques de la machine d'origine. Cette déclinaison propose également une quête annexe supplémentaire vous demandant de récolter des poissons lune, avec pour finalité d'en apprendre plus sur certains personnages clés de l'histoire et de faire la rencontre de la mystérieuse Piastol. Et comment ne pas parler des « Wanted », qui vous demanderont de mettre la main sur certains pirates recherchés pour obtenir une grosse récompense? Cette quête annexe ne se réalisera pas sans mal, puisque ces combats sont de loin les plus difficiles du jeu.

Au rang des nouveautés, sachez également que ce remake compte plus de découvertes, et que la fréquence des combats aléatoires a été diminuée. En contrepartie de tous ces ajouts, signalons que les musiques ont ici été compressées et ne font pas honneur à la version originale, tout comme on notera quelques menus problèmes de polices dans certains dialogues. Mais ne crachons pas dans la soupe : Skies of Arcadia Legends est un grand jeu, à l'instar de son grand frère. Si vous n'avez pas eu la chance de toucher à la version Dreamcast, cette déclinaison Gamecube vous comblera de bonheur...

Conclusion

Aux quelques défauts de ce remake, se résumant à des combats souvent trop lents et à une qualité sonore ne faisant pas honneur à la version d'origine, s'opposent tellement de qualités que l'on oublie rapidement ces fausses notes ! Skies of Arcadia Legends est donc un pilier du RPG, reconnu en tant que tel par tous les fans de la discipline et je ne peux que vous encourager à vous le procurer même si son prix sur Gamecube est aujourd'hui très élevé. Guettez donc la bonne affaire, amis lecteurs...

Réalisation : 16/20
Gameplay : 17/20
Bande son : 17/20
Durée de vie : 19/20
Scénario : 19/20

VERDICT : 19/20


Article publié le 16/04/2014 Jeu testé par Hayu