lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://agent268bet.com/?ext=Equivalent-Du-Viagra-Sans-Ordonnance&059=fe Recherche Avancée

Shock Wave - Invasion Earth 2019

Section Test.


click Shock Wave : Invasion Earth 2019
16/09/1994
Edité par Electronic Arts
________________________
click here Shock Wave : Invasion Earth 2019
27/06/1994
Edité par Electronic Arts
________________________
Seroquel Xr Borderline Sortie EURO non communiquée
________________________
http://prohealthplans.ca/?llt=Xenical-Online-Andorra&9cd=66 Console: Panasonic 3DO
Accutane Cost With Aetna Genre:Shoot'em Up
http://datasciencemelbourne.com/?pot=Difference-Between-Prescription-Prilosec-And-Prilosec-Otc&a3d=bb Développeur: Electronic Arts
Viagra Generico Online Contrassegno Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Panasonic 3DO

Photo de la boite de Shock Wave - Invasion Earth 2019
Shock Wave - Invasion Earth 2019, capture d'écran Shock Wave - Invasion Earth 2019, capture d'écran Shock Wave - Invasion Earth 2019, capture d'écran
http://webbizideas.com/?where=Can-I-Buy-Aciphex-Over-The-Counter&f86=3b Décidément, notre belle planète bleue doit figurer parmi le top-5 des plus beaux mondes de l’univers, pour qu’autant d’extraterrestres belliqueux veuillent s’en emparer. De Space Invaders à B-Movie en passant par Burning Soldier, leur but a toujours été de quitter leur paisible havre de paix pour venir en découdre avec ces pauvres humains que nous sommes, en nous faisant montre de leur technologie tellement supérieure à la notre. En 1994, cette tendance s’accentue avec la sortie de Shockwave, véritable hommage aux œuvres de science fiction telles que Galactica ou Star Trek.

source site Scénario (16/20)

Nous sommes en 2019. Une dévastatrice pluie de météorites a détruit la plupart des moyens de communications des grandes nations de la Terre situées en Amérique, Europe et Asie. Déjà terrifiés par ce qu’ils pensent être une catastrophe naturelle, les terriens vont vite se rendre compte que ce cataclysme n’est que le prélude à une invasion extraterrestre (c’est bien connu, la première étape d’une invasion consiste toujours à priver l’ennemi de ses moyens de communication). Jamais l’humanité n’avait été préparée à un tel désastre : en quelques minutes, les grandes capitales sont rayées de la carte par une flotte ennemie composée de milliers de vaisseaux, parvenue à prendre tout le monde par surprise en couvrant son approche via les astéroïdes. Les forces armées des nations les plus puissantes sont réduites à néant laissant la Terre sans défense face à la déferlante de véhicules ennemis. Sans défense ? Pas exactement. En effet, le croiseur Omaha alors en orbite autour de la planète est parvenu à échapper au désastre et prépare sa contre-attaque. Doté du chasseur expérimental F-177, véritable petit bijou de la technologie affecté à un escadron de six jeunes pilotes aussi fougueux que talentueux. Tout repose désormais sur eux : ils sont la dernière chance pour l’humanité de repousser l’invasion et de survivre… Sans être un modèle d’originalité, le scénario mis en scène au travers de superbes cut-scenes (avec de vrais acteurs s’il vous plait !) s’inspire avec brio des grands classiques du genre comme Galactica, la guerre des mondes ou Star Trek. Difficile dans ces conditions de ne pas tomber sous le charme…

Durée de vie (15/20)

Votre mission en tant que soldat d’élite est claire : défendre votre belle planète contre les envahisseurs. Pour cela vous devrez explorer une dizaine de niveaux bourrés d’adversaires ayant votre mort pour seule raison de vivre. Et force est de constater que vous êtes très loin d’avoir l’avantage du nombre ! Vous aurez donc bien du mal à vous extirper des guêpiers que représentent les niveaux qui vous demanderont une virtuosité remarquable et une vigilance de tous les instants pour parvenir à survivre et à mener à bien vos objectifs de mission. D’ailleurs, il ne sera pas rare de devoir faire face à un groupe d’une demi-douzaine d’ennemis faisant bloc, vous noyant ainsi sous un feu nourri. Shockwave fait partie de ces jeux old-school offrant un challenge à la hauteur des gamers les plus acharnés, d’autant que la présence de trois niveaux de difficulté vous promettra de belles parties pour améliorer vos performances. Attention toutefois à ne pas mitrailler à tout va puisque la destruction d’éléments du décor ou de civils nuira grandement à votre score (raser une ville pour détruire trois aliens n’est bizarrement pas très apprécié de vos supérieurs…). Bref, une durée de vie conséquente pour peu que la difficulté ne vous fasse pas peur, et un jeu d’une qualité telle que l’on y reviendra volontiers pour une petite partie de cassage d’aliens.

Gameplay (17/20)

Attardons nous quelques instants sur le maniement du splendide F-177. Vous vous déplacez dans un environnement entièrement modélisé en 3D temps réel, exploit assez inhabituel à l’époque (rappelons que le jeu est sorti en 1994, à l’époque des balbutiements de la 3D). Vous serez ainsi à même de faire demi-tour pour détruire des adversaires que vous auriez loupé lors du premier passage, sans attendre qu’ils ne reviennent dans votre ligne de mire non sans vous avoir rayé la carrosserie auparavant. Contrairement à Burning Soldier sorti sur la même machine, Shockwave ne se classe donc pas dans la catégorie des Rail-Shooters puisque vous êtes en mesure d’influer sur les mouvements de votre vaisseau, et non uniquement sur ceux du viseur. La liberté reste cependant très limitée, puisque vous devrez suivre un chemin tracé sur votre radar sans vous en écartez. Essayez de passer outre et votre cher F-177 subira de lourds dommages. Votre radar vous sera également utile pour repérer les appareils ennemis avant leur apparition à l’écran. Vous pourrez ainsi commencer à ouvrir le feu sans avoir de visuel, ce qui augmentera vos chances de les abattre sans subir de tirs de leur part. A noter que le radar vous indiquera également la présence de vaisseaux de soutien alliés qui vous prodigueront une aide précieuse en rechargeant vos boucliers ou vos réserves de carburant.

Car oui, vous ne disposerez que d’un temps limité pour remplir vos objectifs de missions, facteur renforçant un peu plus encore une difficulté déjà largement à la hauteur. Vous devrez donc avoir en permanence un œil sur votre santé, votre indicateur de carburant, mais aussi vos missiles limités à quatorze et même vos lasers qui pourront se retrouver à sec, vous laissant totalement sans défenses face aux hordes d’aliens vous attaquant. Votre cockpit sera en outre doté de nombreux indicateurs supplémentaires, comme par exemple un horizon artificiel vous permettant d’évaluer votre assiette, ou une image vidéo d’un de vos supérieurs remplaçant le radar lorsqu’ils auront de nouvelles instructions à vous faire parvenir. Au niveau des commandes de base, le tout reste à la fois simple et efficace : une touche pour chaque arme, et une autre pour donner un coup de boost. La gâchette droite est quant à elle dévolue au roulis, vous permettant d’effectuer une vrille avec votre vaisseau dans le but d’éviter les tirs ennemis. Le gameplay de Shockwave est donc globalement des plus efficaces, malgré deux petites faiblesses. La première réside dans l’absence d’une touche dévolue au ralentissement qui aurait pu être d’une grande utilité dans la poursuite d’un adversaire relativement lent. La seconde concerne la gestion des collisions assez peu inspirée, puisque votre vaisseau rebondira bizarrement sur l’obstacle. Pire : certains tirs ennemis passeront parfois au travers des éléments du décor, vous touchant alors par surprise. Malgré cela, le plaisir de jouer est bel et bien présent, d’autant que la réalisation technique contribue grandement à ce dernier.

Réalisation (17/20)

La modélisation en 3D temps réel est en effet assez bluffante pour l’époque avec des décors, certes un peu vides, mais pour la plupart facilement reconnaissables puisque représentant des lieux réels. Vous serez ainsi tour à tour amené à voler entre les grandes pyramides d’Egypte, au dessus de la jungle du Pérou ou du Congo… Tous les lieux que vous serez amené à découvrir au cours de votre partie ont été modélisés à partir de photos aériennes d’où une remarquable fidélité en termes d’aspect visuel. Côté effets visuels, les explosions sont bien rendues mais on aurait peut être apprécié une plus grande variété dans les tirs ennemis. A noter une influence palpable de la Guerre des Mondes en termes de design, avec des unités terrestres étrangement ressemblantes aux tripodes de la guerre des mondes. D’ailleurs, le panel d’ennemis que vous serez amené à rencontrer au fil des niveaux est assez conséquent tant et si bien que vous découvrirez de nouveaux types d’adversaires à chaque stage. Enfin, comment ne pas parler des vingt minutes de séquences vidéo filmées avec de vrais acteurs largement assez talentueux pour vous immerger dans cette ambiance bien connue des fans de science fiction.

Bande son (12/20)

Côté son en revanche, le jeu alterne malheureusement le bon et le moins bon. Lors des séquences vidéo, vous aurez droit à de jolies musiques épiques à souhait pour renforcer le côté patriotique de l’aventure, ainsi qu’à des voix parfaitement adaptées aux situations. Malheureusement, l’aspect sonore pendant le jeu est beaucoup moins attrayant : entre les bruitages horriblement kitch de vos lasers et l’absence totale de musiques, les communications radio de vos équipiers fort sympathiques au demeurant auront bien du mal à rattraper les faiblesses du soft en termes de richesse sonore. Dommage…

Conclusion (15/20)

Au milieu des innombrables bouses sorties sur 3DO, Shockwave tire son épingle du jeu avec brio et offrira un excellent divertissement au joueur fan de science fiction. Doté d’un challenge à la hauteur, d’une technique remarquable et d’un gameplay efficace, il se classe indéniablement dans le top 10 des meilleurs jeux à jamais être sortis sur la machine de Trip Hawkins. Un jeu à essayer et à conserver pour tous les possesseurs de la console mal aimée qu’est la 3DO…


Article publié le 19/08/2008 Jeu testé par Manuwaza