lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
here Recherche Avancée

Return of Double Dragon

Section Test.


Coreglia Antelminelli Reviews Super Double Dragon
16/10/1992
Edité par Technos Japan
________________________
enter site Return of Double Dragon
??/10/1992
Edité par Tradewest
________________________
http://indolivebet88.com/?lapharm=Nexium-Buy-Online-Australia&436=8a Super Double Dragon
30/09/1993
Edité par Tradewest
________________________
Clomid Online Success Stories Console: Nintendo Super Nes
see Genre:Beat'em All
Accutane Get Rid Of Red Marks Développeur: Technos Japan
Buy Pfizer Viagra Australia Joueurs: 1 à 2
Une exclusivité Nintendo Super Nes
click here Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Return of Double Dragon
Return of Double Dragon, capture d'écran Return of Double Dragon, capture d'écran Return of Double Dragon, capture d'écran
Viagra Online No Brasil Return of Double Dragon, plus connu sous le nom de Super Double Dragon sous nos latitudes, est sorti en 1992 uniquement sur Super Nintendo, certainement pour palier l'étonnante absence de Double Dragon sur la console.

Il s'agit donc d'un beat'em all tout à fait classique mais qui apportera quelques finesses dans le gameplay qui en font un jeu plus intéressant que la plupart des créations du genre. Mais à part ça, rien d'exceptionnel au niveau du concept de base : on arpente les rues en éclatant tous les vilains pas beaux qui viennent nous chercher des crosses.

Les versions japonaises et américaines/européennes étant sensiblement différente, je comparerai les deux versions durant ce test. Je précise qu'à la base ce test est celui de la version japonaise. A présent place aux coups de lattes.


Durée de vie (17/20)

Pas d'introduction, on arrive immédiatement au menu principal où 4 choix s'offrent à nous :
-1P mode, mode un joueur classique
-2P mode A, mode deux joueurs en coopération (impossible de frapper l'autre joueur)
-2P mode B, mode deux joueurs en compétition (possibilité de frapper l'autre joueur)
-Options, on peut régler la difficulté, le nombres de crédits, le son stéréo ; on y trouve également un sound test
Dans la version américaine, pas de menu options, on notera d'ailleurs que la difficulté est supérieure à la version japonaise.

Le jeu s'étend sur 7 niveaux variés, certes mais tout de même très classiques pour un beat'em all :
-Le casino
-L'aéroport
-Chinatown
-Le toit d'un camion
-La ruelle crade
-La forêt
-La forteresse de Duke
Un nombre de niveaux résonnable surtout que leur longueur l'est tout autant. De plus chaque stage est bien rempli, on se ballade pas dans des espaces vides.

Seul, le jeu est court et comme dans la plupart des beat'em all, on trouvera les même ennemis tout au long du jeu ; cepdendant on y reviendra de temps à autre pour assouvir un besoin primaire de défoncer ce qui passe mais également parce que le gameplay est fort sympatique. Ce point sera par ailleurs développé dans la prochaine partie du test. Maintenant à deux, c'est une autre histoire, la durée de vie ne connaît pas de limites. Que ce soit en coopération ou en compétition, le fun sera au rendez-vous, la tension est aussi envisageable avec les classiques "Tu viens de ma latter dans le dos enfoiré!" suivi d'un "Oups, désolé" puis un affrontement entre les deux joueurs.

Jouabilité (18/20)

J'aimerai mettre en relief certains aspects du gameplay qui le font sortir du lot, mais bon tout le gameplay sort du commun. Là où dans un beat'em all banal vous aurez une touche pour frapper, une pour sauter et à la rigueur une autre pour un coup spécial ; dans Return of Double Dragon nous avons : Y pour les coups de poing, A pour les coups de pieds, X pour sauter, B pour bloquer et L ou R maintenus pour charger la barre de power.

Cette dernière vient étoffer votre panel de coups grâce à un système simple qui présente 3 cas de figures :
-barre remplie de 1 à 49% : coups de poing retourné en appuyant sur Y, coup de pied retourné avec A
-barre remplie de 50 à 99% : un "hurricane kick" en pressant Y ou A
-barre remplie à 100% : mode "berserk" pendant lequel vous frappez super fort et donc vous mettez vos adversaires à terre en un seul coup

A cela viennent s'ajouter les coups de pieds sautés en avant, en arrière et vers le bas, les uppercuts, les saisis après avoir paré un coup adverse (jouissif) ou après en avoir étourdi un avec coups de coude, de genou ou projection et même l'enchaînement low kick/high kick en appuyant sur bas+A.

Et bien évidemment, comme dans tout soft ayant pour but de fracasser des têtes en série, nous trouvons sur notre chemin 6 armes différentes :
-le nunchaku
-le bâton de bois
-le boomerang
-le couteau
-la grenade
-les rochers et les barils
Une petite spécificité à propos du couteau et du boomerang : lorsqu'un adversaire nous les lance, il est possible de les lui renvoyer en tapant dedans.

Le gros défaut du jeu est sa lenteur, qui coupe l'action. Personnellement je n'avais pas remarqué cet inconvénient, mais je me suis rendu compte que cela gênait bon nombre de personnes. En effet, le jeu n'est pas très dynamique dans l'action cependant les combats restent très agréables et il n'y a pas de temps morts.

Réalisation (14/20)

Les personnages sont bien modélisés malgré une taille en deça des productions du genre. Malgré quelques couleurs flashy (rose, vert ou bleu fluo), les personnages bénéficient en principe de coloris harmonieux. Les ennemis sont seulement au nombre de 10 y compris les bosses, autant dire que ça fait mince et que vous allez souvent croiser les même sprite avec des palettes de couleurs différentes.

L'animation est très détaillée, surtout pour un jeu datant de 1992, d'un autre côté cela semble normal vu la lenteur du jeu.

Comme je l'ai dit plus haut les décors sont variés mais classiques. Cependant, leur réalisation, sans être phénoménale (c'était le début de la Super Nes) est tout à fait correcte et il sera agréable de parcourir les niveaux. A noter sur ce point que le dernier niveau possède 2 zones supplémentaires sur la version japonaise, allez savoir pourquoi.

Je finirai en disant qu'un effort est fait pour éviter la répétitivité en quelques rares endroits : vous aurez donc droit pour cassez les stages horizontaux à un passage en ascensceur, dans des escaliers et même la possibilité de pouvoir frapper vos asversaires via un sac de sable et un punching-ball. Attention très agréable, malheureusement ces passages sont très rares et très courts. Avec comme petit "plus", sur le toit du camion vous êtes poussé vers l'arrière, logique mais par forcémment présent dans un jeu ; en revenche petit "moins", contrairement aux anciens Double Dragon, les ennemis ne ramassent pas les armes à terre (ni les armes à ture haha hem pardon).

Bande sonore (13/20)

Hormis le thème principal du premier Double Dragon que l'on entend à l'écran titre (seulement dans la version japonaise), on pourra aussi retrouver la musique du premier stage de ce même opus. On retrouve donc 2 anciennnes musiques, pas très originales mais excellentes. Les nouvelles musiques collent bien à l'ambiance mais on y prête pas vrément attention leur qualité étant tout à fait standard.

Pas grand chose à dire non plus sur la qualité des bruitages étant de qualité quelconque et peu nombreux. Que ce soit les cris d'agonie ou les bruits de coups, rien de super immersif mais bon ça reste sympa.

Scénario (-)

Je ne donnerai pas de note au scénario prétexte tout bête, qui ne tient pas compte des événements antécédents à cette aventure : les frère Lee possèdent une école d'arts martiaux à Los Angeles. Mais bientôt certains de leurs élèves seront enlevés par les Shadow Warrior et leur boss Duke (donc rien à voir avec Willy), les frangins vont donc aller casser du malfrat pour retrouver leurs élèves.

Conclusion (15/20)

Un jeu qui a plutôt bien vieilli, magré une réalisation banals et une vitesse assez lente, le fun est là. Le gameplay très complet et la palette de coups très éténdu contribuant grandement à l'intérêt du jeu, et surtout à le démarquer des beat'em all habituels. En bref un jeu qui ne cherche pas à en jeter plein la tronche mais sur lequel on s'élcate à mort à trucider tout ce qui passe, je le conseille donc fortement.


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Kain