lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
see Recherche Avancée

Psychic World

Section Test.


http://rosyuen.com.au/?led=Nexium-24-Hours-Otc&014=85 Sortie JAP non communiquée
________________________
source Sortie US non communiquée
________________________
source url Psychic World
??/??/1991
Edité par Sega
________________________
follow site Console: Sega Master System
http://necmgr.org/?poga=Where-To-Get-Diamox-In-Singapore&bc8=62 Genre:Plates-Formes
Viagra At Tesco Which Stores Sell It Développeur: Hertz
http://agriculturatropical.org/?dhgj=Cialis-5mg-Generic-Sale&50e=91 Joueurs: Solo uniquement
click Existe aussi sur: MSX- Sega Game Gear-

Photo de la boite de Psychic World
Psychic World, capture d'écran Psychic World, capture d'écran Psychic World, capture d'écran
Kemadrin Online Bible Lucia et Cécile sont deux charmantes jeunes filles, toute mangatisées par la couleur de leurs cheveux et la candeur de leur sourire. Elles travaillent au fin fond d’un laboratoire ultrasecret au milieu de nulle part, pour le Dr Knavick. Ahlala quel suspense insoutenable. Et que va-t-il se passer ? Goldorak va péter une durite et les bouffer avec des navets ? Elles vont perdre un serre-tête et le goût de vivre en même temps ? Ben non hein. En fait une partie du labo explose, et Cécile est enlevée par les monstres sur lesquels l’imprudent docteur faisait ses expériences. Oh le sot. Bon, allez zou, Lucia, te v’là propulsée héroïne de jeu vidéo, ne nous déçoit pas et « Go get Your Sistaaaaa ! »

Scénario et Réalisation 12/20

Ultra-classique, le scénario propulse ainsi le joueur dans un univers de plates-formes défendues par toutes sortes de monstres peu aimables. On découvrira, au bout des 5 niveaux, que le méchant n’est autre que le Dr Knavick (comment ça on s’en doutait ?), vilain extra-terrestre arrivé incognito pour pourrir la vie des gentils humains avec ses monstres. Classique, au risque de me répéter, est également le background visuel des niveaux : prairie, zone volcanique, zone glacée, forêt et ruines antiques, et enfin laboratoire du fou furieux. Classique toujours, chaque niveau est divisé en écrans plus ou moins chargés de monstres secondaires, et se termine par l’affrontement avec un boss. Les décors sont peu riches, peu variés, et pourtant le jeu est assez joli. Mention particulière pour les monstres majeurs de fin de niveau : s’ils sont plus effrayants que véritablement difficiles à défaire, ils sont visuellement variés et réussis.

Durée de vie 15/20 (sur la console, pas sur émulateur)

On progresse avec difficulté dans ces dédales en 2D truffés de pièges. Psychic World est, comme la plupart des jeux de cette génération, d’autant plus long qu’il est difficile, et que toute sauvegarde est impossible. Bien entendu, les émulateurs actuels permettent de revisiter avec bonheur et moultes sauvegardes intermédiaires ces Oldies des 90’s (ça fait une rime, quand vous prononcez « Nineties », la classe hein ?) et cassent ainsi totalement la durée de vie du jeu. Originellement, il a fallu à mon épouse adorée, véritable groupie de ce soft, des jours entiers de jeu pour en voir le bout, avec d’infinis recommencements. Puis elle parvint à écluser la bête en 30 mn, une fois que toutes les arcanes de Psychic World lui furent familières. Une demi-heure pour sauver et le monde et les jumelles Olsen de la science, bonne moyenne !

Gameplay 14/20

Et l’on en redemande, du Psychic World. Grâce principalement à un gameplay finalement très original pour l’époque. D’abord, on peut accélérer le déplacement de Lucia en maintenant le pad dans la direction souhaitée. La belle aux cheveux violets se mute alors en une Marion Jones post-dragonballzédique d’une vélocité réjouissante. Le bouton 1 permet de tirer, le 2 de sauter. Mais la véritable subtilité du gameplay réside dans l’usage de coups spéciaux, accessibles en pressant simultanément « bas » et « saut ».

Apparaît alors une barre horizontale en bas de l’écran, que l’on peut faire défiler pour choisir un pouvoir spécial qui ne durera que quelques instants mais qui vous sauvera la vie un nombre incalculable de fois : rayon glaçant, brûlant, sonique, vol, bouclier, j’en passe, ces pouvoirs s’accumulent progressivement au fur et à mesure de l’histoire. Leur usage est soumis à une barre de magie, appelée ESP. A ma connaissance, Psychic World est un des premiers jeux à avoir utilisé cette barre de magie en complément de la traditionnelle barre de Vie (HP). Si, dans les premières minutes du jeu, on se passe aisément de ces techniques ESP, elles deviennent vite indispensables pour progresser. En effet, impossible de franchir certains niveaux sans geler une partie du décor pour l’escalader ou encore sans voler un bref instant. Ceci étant, la crise de nerfs menace à chaque niveau de s’emparer de votre fragile petit corps. Il faut en effet placer ses sauts au millimètre, et la barre de vie diminue dramatiquement vite au moindre contact hostile. Le gameplay est donc à la fois ingénieux, difficile et crispant.

Bande son 12/20

La musique du jeu est agréable et appropriée. Elle souligne tantôt l’angoisse de la rencontre avec un boss pas spécialement décidé à vous faire la causette en vous servant un Nespresso™ (sinon What Else, hein ?), tantôt l’ivresse de la quête pure et sororale vers une fin heureuse. La déception vient plutôt des bruitages et bruits d’ambiance, fort discrets, si discrets d’ailleurs qu’au final on ne s’en souvient pas. Ni gros tatapouët d’arme improbable et destructrice, ni cri déchirant de streum coupé en deux par votre incroyable force qui d’ailleurs, est très puissante dans votre famille, mais ceci est une autre histoire…

Conclusion 12/20

Psychic World n’est pas le plus inoubliable des jeux Master System, et encore moins le meilleur jeu de plate-forme des années 90. Un de ses défauts est d’ailleurs de n’être pas localisé et d’obliger le joueur à quelques rudiments d’anglais. Rien de difficile cependant, à moins d’être un irrécupérable cancre. C’est ce qu’il convient d’appeler un bon petit jeu. Auquel on s’attache et s’accroche suffisamment pour avoir le plaisir, plus de quinze ans après, d’y rejouer et de le chroniquer.


Article publié le 09/07/2009 Jeu testé par RV