lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Do You Have To Taper Off Effexor Recherche Avancée

Oui-Oui - L Aventure Magique

Section Test.


get link Sortie JAP non communiquée
________________________
http://rosyuen.com.au/?led=Order-Viagra-India-Online&07d=72 Sortie US non communiquée
________________________
http://wsicycling.com/?sopa=Effet-De-Viagra-Sur-Une-Femme&dee=fa Oui-Oui : L'Aventure Magique
01/12/2000
Edité par BBC Multimedia
________________________
Prix Du Viagra En Pharmacie Suisse Console: Sony Playstation
16 Paracetamol 24 Hours Genre:Ludo Educatif
source Développeur: Minds Eye
http://nisam-vjernik.org/?llt=Accutane-India-Online&784=dc Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Sony Playstation

Photo de la boite de Oui-Oui - L Aventure Magique
Oui-Oui - L Aventure Magique, capture d'écran Oui-Oui - L Aventure Magique, capture d'écran Oui-Oui - L Aventure Magique, capture d'écran
click here J'ai toujours été en quête de sensations fortes. J'aime le grand frisson, j'aime les défis, j'aime me dépasser, aller au delà de mes limites. Il est des jeux qui répondent à toutes ces attentes. Ce n'est pas le cas de Oui-Oui l'Aventure Magique.

Je vous entends déjà dire « en même temps, à quoi tu t'attendais avec ce titre? ». Ce raisonnement n'est pas faux mais je trouve qu'il faut laisser leur chance aux jeux pour enfants. Sans être exceptionnels, certains se révèlent intéressants (je pense par exemple à « Winnie The Pooh, la chasse au miel de Tigrou », récemment testé sur notre site) et permettent aux papas gamers de transmettre de manière intelligente et éducative leur passion du jeu vidéo à leur progéniture. J'ai donc voulu laisser sa chance à Oui-Oui, et c'est curieuse et presque enthousiasmée que j'ai lancé la partie.

Ma joie a atteint son apogée lorsque j'ai vu l'introduction du jeu. Le scénario est basique mais tient la route : un magicien se fait voler sa baguette magique durant une nuit par deux méchants petits lutins. Oui-Oui décide de partir à la recherche de ladite baguette, parce qu'il est bon et gentil.

Mon enthousiasme est retombé de suite lorsque la première cinématique du jeu s'est déclenchée. Elle est en anglais… J'ai cru, au départ, qu'elle était dans cette langue car j'avais sélectionné le mode difficile… après tout, peut être que le jeu a vocation à familiariser les enfants avec l'anglais. Que nenni ! En fait, le titre contient une grande incohérence : tout est en français, sauf les cinématiques vous expliquant ce que vous devez faire. Bon, d'accord, vous allez le voir après, les tâches à accomplir sont loin d'être complexes, mais je rappelle que ce jeu est censé être destiné à de jeunes enfants. Ceux-ci devront être brillants et bilingues s'ils souhaitent comprendre quoi que ce soit à l'histoire. Cela dit, un tel parti pris a finalement eu un avantage, et je vais apprendre quelque chose à tous ceux qui croient que Oui-Oui s'appelle Yes Yes dans sa version Outre Atlantique  : Oui-Oui s'appellera Noddy en anglais (Nod the head signifie hocher la tête). Je l'ignorais (bon, je ne m'étais en fait jamais posé la question), mais j'ai trouvé amusant de le savoir, et maintenant, je pourrai me la jouer grande prêtresse de la culture dans mes futurs dîners.

Heureusement, nous pouvons nous aider des images pour y voir un peu plus clair dans ce marasme. Les graphismes ne sont pas exceptionnels, mais vous retrouverez avec une joie difficilement contenue Potiron, Oui-Oui, Mirou l'oursonne et son chien Zim, Monsieur Culbuto, Monsieur le gendarme... bon, ils ne seront pas modélisés avec une grande finesse, mais néanmoins identifiables dans l'ensemble. A la limite, c'est le seul point positif des graphismes. Les couleurs sont plutôt correctes, mais l'ensemble est pixelisé, de mauvaise qualité. Quant aux backgrounds, ils sont figés et rébarbatifs. Vous aurez quelques phases de scrollings pas très originales, où l'arrière plan se répétera. Et lors des phases « d'exploration » (j'utilise ce terme faute de mieux), le manque de dynamisme et surtout l'absence de dimension des arbres vous laissera probablement perplexe. En bref, on trouvera des cinématiques assez réussies, mais les phases de jeu vous piqueront les yeux.

Qu'en est il alors du gameplay ?

Bon, il faudrait que les développeurs m'expliquent l'intérêt d'avoir une manette à douze touches principales si c'est pour en utiliser cinq. Vous pourrez en effet vous déplacer (haut bas gauche droite), et toutes vos actions seront déclenchées par le bouton X. Même lorsqu'il s'agit de sauter, Oui-Oui le fait seul, pas besoin d'appuyer sur une touche. Un gameplay extrêmement simplifié, mais qui n'en sera pourtant pas pour autant très fluide.

Vous vous retrouverez sur une petite map, qui proposera différentes directions, comme le pont en gelée ou la montagne glacée. Dans chacune de ces régions vous attend un ami qui a un service à vous demander. La mission à relever prendra la forme d'un mini jeu très simple. On en comptera cinq : une sorte de mémory musical, un jeu où il faut rendre les bons objets aux bons robots, une mission dans un avion où il faut attraper des ballons, une autre en voiture dans laquelle vous devez stopper les autres conducteurs et enfin, la plus simple de toutes, traverser une rivière de plot en plot pour aller chercher un gâteau puis un chien.

Oui-Oui vous posera des problèmes de maniabilité. Parfois, il s'emballera et courra plus vite que son ombre, d'autres fois, il sera terriblement lent et mettra cinq secondes pour répondre à une commande. Les phases de scrolling n'utilisent quant à elles que trois touches : droite – gauche et X. Impossible de reculer ou d'accélérer, votre vitesse restera constante. Heureusement que le jeu est simple, car la maniabilité est telle qu'il faudra un temps d'adaptation pour réussir votre mission. La phase en biplan, par exemple, est simple dans son approche, mais dans la pratique il en est autrement : il faut que vous attrapiez des ballons de couleur. Sauf que la perspective et la 3D sont tellement mal rendues que vous n'arriverez pas bien à jauger la distance qu'il y a entre votre ballon et votre avion. Et Oui-Oui est si peu maniable qu'au début, vous les raterez tous ou bien vous vous cognerez dedans. Enfin, on s'habitue vite quand même, mais je dois reconnaître que c'est un peu agaçant. Le fait est que ce jeu est prévu pour des enfants. J'ose d'ailleurs supposer que c'est pour cela qu'il y a si peu de touches. Cependant, les enfants risquent de passer un certain temps s'ils ne sont pas très habiles de leurs mains. D'autant plus que parfois, vous ne saurez pas ce qu'il faut faire puisque la cinématique d'introduction sera en anglais!

Niveau musical, ça ne vole pas très haut, et vous retrouverez un thème discret, auquel vous ne prêterez absolument pas attention. A la limite, ce qui fera la force de la bande son, ce sont plutôt les doublages des personnages. Le souci, c'est que ceux en anglais ne sont pas très audibles, le son est de mauvaise qualité, ce qui surajoute à la difficulté de compréhension. Moi même qui suis bilingue, j'ai parfois eu beaucoup de mal à saisir ce qui se disait. Oui-Oui aura sa petite voix que l'on connaît tous, mais il vous agacera au fil du temps, car ils s'enthousiasmera pour un rien avec des « oui continue comme ça » débités d'une voix mielleuse à souhait. Pour ne rien arranger, vous rencontrerez sur la map quelques personnages (Potiron, Mademoiselle Ouistiti), mais ils ne feront que vous répéter la même phrase sans intérêt. Enfin, les bruitages n'ont rien de bien original, et sont en plus, assez répétitifs.

En ce qui concerne la durée de vie, hé bien nous dirons simplement qu'elle dépendra du développement cognitif du joueur. Pour ne rien vous cacher, j'ai terminé le jeu en dix minutes montre en main. La simplicité est assez déconcertante, je n'ai pas réussi à perdre, avec toute la bonne volonté du monde. Maintenant, si l'on est âgé de quatre ans, le jeu peut avoir son charme et monopoliser l'attention de l'enfant durant peut être une heure ou deux. Très sincèrement, je ne pense pas que cela puisse durer plus longtemps : en effet, après les cinq mini-jeux décrits précédemment, vous aurez accès à une dernière phase où vous courrez après les deux lutins. Et puis plus rien. Rideau. La difficulté est modulable, mais même en mode difficile, les quêtes ne sont pas bien complexes. A la limite, ce qui vous prendra le plus de temps, ce seront les cinématiques et votre adaptation à la maniabilité qui laisse un peu à désirer.

http://oresundsfestival.com/?wqd=Side-Effects-Of-Getting-Off-Benicar&568=1c Bon, je misais beaucoup d'espoirs sur Oui-Oui l'Aventure Magique, qui est mon tout premier jeu ludo-éducatif (à 25 ans, il était temps). Force est de constater que j'ai été déçue : si le scénario tient la route, le reste du jeu est faible et la réalisation bâclée. Je ne suis pas persuadée qu'un enfant s'amuse bien longtemps devant son écran. A éviter donc et, aux parents gamers voulant faire découvrir le monde vidéo ludique à votre progéniture, préférez un bon vieux Crash Bandicoot et passez votre chemin devant « Oui Oui L'Aventure Magique ».

Scénario : 12/20. Plutôt basique, même s'il est cohérent et accessible aux plus jeunes.
Réalisation : 7/20. Heureusement que les cinématiques relèvent le niveau …
Gameplay : 4/20. La manette n'est absolument pas exploitée, et les défis sont plus que moyens.
Bande Son : 7/20. On appréciera les doublages en français. On restera dubitatif face au reste !
Durée de vie : 3/20. D'accord c'est un jeu pour les plus jeunes, mais il y a tout de même des limites !

Moyenne Générale : 5/20.


Article publié le 09/06/2012 Jeu testé par Eiwhaz