lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Order accutane online uk go here Is it illegal to order accutane online I want to buy accutane / Stonesaver Sealing Products. Recherche Avancée

Micro Machines Turbo Tournament 96

Section Test.


The trend Munmro shellac its wanderers mainly. rights Zackariah label your concaves sails unpleasantly? Does it purchase http://demonstealerrecords.com/?alope=20mg-Celexa&2a9=4f Sortie JAP non communiquée
________________________
Buy Cost Of Benicar 40 Mg Lowest prices for Generic and Brand drugs. Bonus 10 free pills, discounts and FREE SHIPPING. Cheapest drugs online - buy and Sortie US non communiquée
________________________
Voltaren For Sale Canada Micro Machines Turbo Tournament 96
??/05/1995
Edité par Codemasters
________________________
Cialis Levitra Sales Viagra Levitra Pill Console: Sega Megadrive
http://benjaminpoland.com/?rdf=Buy-Viagra-Online-Overnight-Shipping&1dc=5a - no prescription needed, order Sildenafil (viagra) with discount 15% - low prices for all ED pills, support 245, drug uk Genre:Course
Cialis Spedizione Anonima Développeur: Supersonic Software
What Is Levaquin 500mg Tablets Pills Manchester Uk Discount Prices. Men's Health. Online Drug Shop, Hypnotherapy, Shipping Policy, Contact Us Joueurs: 1 à 8
Une exclusivité Sega Megadrive

Photo de la boite de Micro Machines Turbo Tournament 96
Micro Machines Turbo Tournament 96, capture d'écran Micro Machines Turbo Tournament 96, capture d'écran Micro Machines Turbo Tournament 96, capture d'écran
follow site Qui n’a jamais joué avec les Micro Machines étant gamin ? Ces petits véhicules souvent vendus avec des décors pour les faire évoluer dedans étaient en effet des plus populaires. Que de souvenirs rien qu’à l’évocation de ce nom, des heures passées à user la moquette de ma chambre en les faisant rouler dessus. A partir de 1995, ce sont aussi mes manettes de Megadrive que j’ai eu l’occasion d’utiliser pour faire évoluer ces micros bolides avec mes amis et croyez moi, la convivialité est au rendez-vous dans ce jeu !!

Save money when safely buying Glucophage Online Free. PlanetDrugsDirect is a safe and secure Canadian international prescription referral service. Scénario :

De méchantes météorites décident de détruire le monde en fonçant à toute allure à travers un anneau magique pour acquérir les pouvoirs ultimes du poulet cosmique, lui-même corrompu par la présence dans son assiette d’une tranche de pain à l’huile d’olive moisi par le temps et tout cela juste avant qu’il n'apprenne qu’en fait le fils du chien de la concierge de l’immeuble où habite son demi-frère cadet myope et unijambiste, est le cousin de l’oncle de son père et donc son rival mortel !!

Ça c’est du scénario béton hein (allez dites oui juste pour me faire plaisir) ?? Hé bien dans Micro Machines, un enfant organise des courses de voitures avec ses amis dans son jardin, son bureau, sa chambre, sa cuisine etc... Nan même ça ce n’est pas vrai, encore qu’on aurait pu avoir ce cadre. En fait, l’histoire est la plus susceptible d'être rencontrée dans un jeu vidéo : vous, joueur, êtes en train de jouer, tout simplement donc vous aurez bien compris qu’il n’y a pas de scénario !!

Réalisation :

On n’est pas totalement en présence d’un nouvel épisode avec ce Micro Machines car il correspond davantage à une version améliorée du second volet sur Megadrive sorti l’année précédente, et répondant au nom de Micro Machines : Turbo Tournament. On reprend donc le même jeu avec quelques ajouts, et pas des moindres, mais j’y reviendrai.

Les graphismes sont corrects, ils sont colorés, relativement détaillés même si on ne criera pas au génie. C’est bien mais pas top dirons nous. Ce qui est dommage, c’est qu’aucune amélioration n’est à noter sur ce point par rapport à la précédente version qui elle-même n’avait pas renouvelé le moteur graphique du premier volet de façon démentielle. Bon c’est dommage, l’occasion était bonne pour le faire mais on s’en contentera. L’animation est bonne mais, là encore, très loin du chef d’œuvre car même si les décors sont bien remplis, peu d’éléments sont en mouvement. Hormis votre véhicule et quelques pièges le long des circuits (tampons à encre sur le bureau qui tentent de vous écraser, chalumeaux à gaz dans le laboratoire etc…) peu d’éléments bougent et l’animation est donc loin d’être nerveuse, mais au moins on ne déplore pas de ralentissements (ce qui aurait été une honte messieurs).

Bon là tout de suite la réalisation n’a pas l’air top, et c’est le cas. Graphismes juste bons, animation plus que simpliste mais la force du titre n’est pas là. Niveau réalisation, tout n’est pas si banal heureusement. Un point très original, c’est que vos voitures évoluent dans des décors à taille humaine. Les circuits prennent place dans des lieux du quotidien comme une chambre, une cuisine, un bureau, le jardin, un laboratoire (moins quotidien je le reconnais) etc. Ça j’aime car ça apporte un peu de fraicheur dans le monde du jeu de course qui, à l’époque (et encore de nos jours), était plus axé simulation ou jeu fantastique mais toujours dans des univers convenus (passé ou futur, fantastique, Mario…). Alors jouer à la petite voiture dans la maison, ça c’était fun.

Il faut d’ailleurs bien reconnaitre que même si la réalisation générale est moyenne, la modélisation des circuits est très satisfaisante. En effet, votre parcours est clair et délimité par des éléments en rapport avec le lieu : course autour d’une petite mare ou sur une serviette à piquenique dans le jardin, plan de travail et évier dans la cuisine, lavabo dans la salle de bain, billard, canapé et table dans le salon etc. Le tracé des circuits est donc très sympa, les décors bien remplis et il y a vraiment un grand nombre de pistes (au moins une quinzaine de mémoire) pour quatre ou cinq environnements différents. Ce point est d’ailleurs l’un des arguments de sortie de cette version car elle propose davantage de circuit que la précédente tout en gardant les anciens.

Niveau véhicules, vous aurez l’occasion de conduire 3 grands types d’engins : les voitures, divisées en sous-catégories (tank, voiture de course, kart, tout-terrain, quad,…), les avions et les hovercrafts. Il n’y a pas de choix de véhicules à proprement parler. La sélection est ainsi effectuée en fonction de la course, chaque épreuve étant associée à un engin. Ça règle les problèmes de puissance et met tous les joueurs à égalité car tout le monde conduit le même bolide et c’est donc bien le plus doué qui gagne (ou chanceux selon les parties). Là aussi j’adhère. Autre amélioration à noter sur ce point car la première édition ne proposait pas autant de possibilités de véhicules.

On notera aussi un choix des pilotes (avec possibilité de les renommer) très anecdotique car cela ne change absolument rien à vos capacités pendant la course. Ça fait beau, c’est du bonus, c’est bien d’y avoir pensé… mais on s’en fiche !!

Gameplay :

Les contrôles sont plutôt intuitifs. Un bouton pour avancer, un pour reculer et un pour klaxonner. C’est du très classique, le tout répond bien et ne pose pas de soucis particulier. Ce qui va apporter du tonus au gameplay, ce sont les variations de bolides. En effet, on ne va pas avoir la même approche d’une course en fonction de l’engin et voici pourquoi :

Les voitures ont une bonne tenue de route, accélèrent progressivement pour atteindre une vitesse élevée mais que vous maitriserez l’habitude aidant. Elle constituent donc le type d'engins le plus classique et simple d’usage (avec de petites différences entre les sous-catégories mais rien de bien méchant).

Les Hovercrafts, eux, sont rapides mais glissent sur l’eau et vous partirez très vite dans le décor au moindre virage pris trop rapidement ou même en rentrant en contact avec un adversaire à trop grande vitesse. Ils sont moyennement maniables mais quand on prend l’habitude, le tout reste contrôlable assez aisément. Il faut juste faire attention à ne pas approcher les virages comme un bœuf lancé à fond les ballons au risque de faire du hors piste.

Enfin les avions, à réserver aux plus courageux. Ces engins accélèrent très vite et vous n’aurez pas vraiment le temps d’anticiper les virages. De plus, au contraire des deux autres types de véhicules qui rebondissent contre les obstacles, l’avion explose quant à lui au moindre choc. Il faut donc bien s’entrainer avec pour pouvoir finir les courses en tête et connaitre un minimum les circuits. De loin le plus dur à maitriser, mais également le plus grisant au niveau sensation de vitesse.

Le gameplay est donc varié en fonction des véhicules et des courses que vous choisissez, un point très important car cela évite la sensation de faire toujours la même chose et ce sentiment je l’ai souvent sur ce genre de jeu. Encore un point bien pensé pour ne pas lasser le joueur et faire de ce titre un moment fun.

Bande-son :

Bon, là ça va être l’instant coup de gueule car l’équipe sonore de ce jeu s’est bien foutue de notre trogne. Je me demande même s'il y en a eu une !! En tout et pour tout, j’ai compté une musique pour les menus et un jingle en début de course dans tout le jeu !! C’est ridicule, une vraie bande de fainéants, des escrocs, des arnaqueurs, voila ce que c’est cette équipe est!! Sinon les bruitages sont corrects mais pas indispensables car le ronronnement des moteurs est vite lassant. Un jeu à jouer avec un bon cd à côté finalement !!

Ps : Je pense sincèrement que les gens en charge de la bande-son ont été payés pour glander et qu’ils devraient être punis par une série de 10 000 coups de pieds au cul.

Durée de vie :

Tout l’intérêt du jeu est ici. Même s'il n’y a pas de musiques, une réalisation moyenne et aucun élément à débloquer, ce jeu est fun. On se marre bien entre potes et les courses vont s’enchainer (un peu moins en solo tout de même).

Tout d’abord, et comme je le disais avant, il y a suffisamment de circuits et d’engins pour motiver à revenir dessus car les parties sont variées.

On compte aussi pas mal de modes de jeu (plus que dans la version précédente) avec les classiques ligue, course simple, challenge, Time Trial et le head to head. Ce dernier mode est celui qui a le plus tourné sur ma console car de loin le plus dément entre potes. Le but est simple : Vous avez deux tours, une barre de points et le joueur ayant le plus de points à la fin des deux tours ou ayant rempli la jauge de son côté avant la fin gagne. Et comment faire pour la remplir ? Il suffit de réussir à semer le joueur jusqu’à le faire sortir de l’écran pour gagner un point. Même s'il est limité à deux joueurs, c’est une bonne alternative au mode à quatre ou huit quand on veut en défier un en particulier, faire tourner les défis ou juste se reposer les pouces.

Et oui j’ai bien indiqué quatre ou huit car les autres modes peuvent se disputer avec autant de monde !! C’est une autre bonne idée par rapport à la version précédente, la cartouche dispose de deux ports manettes supplémentaires !! Brulez votre multi-pad, jetez le à la poubelle, avec Micro-Machine vous vous branchez sur la cartouche directement, ce qui est une bonne chose car perso, je n’avais pas de multi-pad (a savoir que la première version est sortie avec ces ports supplémentaires mais en édition limitée, celle-ci le propose sur toutes les cartouches). On peut donc jouer à quatre facilement à condition d’avoir les manettes. Et mieux encore, pour jouer à huit, les quatre manettes suffiront aussi (mais il vous faudra quand même huit potes), chaque manette permettant à deux joueurs de piloter avec. Bon cette dernière formule n’est franchement pas optimale et on a vite fait de se gêner mais l’idée n’est pas mauvaise. Attention tout de même aux amis nerveux du pad qui tirent sur le fil à chaque action réussie ou ratée, car s'il joue branché sur la cartouche, il va la faire bouger et cela sera synonyme de plantage automatique et immédiat forçant à redémarrer le jeu et à ne jamais savoir qui aurait été le meilleur !! Un peu le revers de la médaille en somme…

C’est donc un jeu qui trouve sa force dans le fun et la convivialité de son mode multi-joueurs réellement prenant et permettant des heures de pure joie.

Seul, on en a vite fait le tour et on ne reviendra pas dessus souvent si ce n’est pour l’éditeur de circuits qui permet de créer ses propres courses et de les sauvegarder (jusqu’à neuf parcours sur la cartouche). Une idée originale à une époque où les jeux proposant des kits pour construire ses propres terrains étaient rare.

Conclusion :

Ce Micro-Machines ne révolutionna pas du tout le genre du jeu de course et ce à cause de trop nombreux défauts (pas de musiques, animation et graphisme trop juste). Cela dit, de bonnes idées viennent contrebalancer tout ça comme l’éditeur de circuits, la possibilité de jouer jusqu’à huit, plusieurs type de contrôles en fonction des engins ou de nombreux circuits dans des cadres originaux. Mais ce qui sauve réellement ce jeu et même mieux, le rend indispensable, c’est le fun qui s’en dégage. Les parties entre potes s’enchainent et ne se ressemblent pas, on peut varier les défis et les types de courses et jouer avec pas mal de monde. Les courses sont menées à rythme soutenu enfin bref il possède un capital fun qui compense largement ses énormes lacunes techniques et en fait l'un des jeux de course qu’il fallait posséder pour animer une bonne après-midi entre joueurs. Même les possesseurs de l’ancienne version pouvaient y trouver leur compte car le contenu additionnel (circuits, véhicules, modes de jeu, éditeur) justifiait amplement son achat, faisant quasiment de ce titre une vraie suite. Moi en tout cas j’en garde de très bon souvenir et aujourd’hui encore je pense qu’il a du potentiel pour une bonne partie à plusieurs. Une autre conception des petites voitures en quelque sorte…

Scénario : 0 (voire même -20)

Bande-son : 0

Réalisation : 13

Gameplay : 15

Durée de vie : 15


Note finale : 13


Article publié le 19/01/2011 Jeu testé par Gaga