lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://pentian.com/?here=Ventolin-Where-To-Buy&907=89 Recherche Avancée

Metal Slug 3

Section Test.


http://oldiesrising.com/?how=Buy-Viagra-200-Mg&2cd=3d Metal Slug 3
01/06/2000
Edité par SNK
________________________
What Is Prednisone 10mg Used For Metal Slug 3
17/09/2001
Edité par SNK
________________________
follow link Sortie EURO non communiquée
________________________
http://freewhost.com/?arb=Retail-Cost-Of-Propecia&ab4=ec Console: SNK Neo Geo
go here Genre:Action
Forum Cialis Orginal Kaufen Développeur: SNK
nexium capsules 40 mg Joueurs: 1 à 2
go Existe aussi sur: Arcade- Microsoft X-Box- Sony Playstation 2- X-Box Live-
http://lawrencelussier.com/?geto=Viagra-Fast-Delivery-Australia&245=cd Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Metal Slug 3
Metal Slug 3, capture d'écran Metal Slug 3, capture d'écran Metal Slug 3, capture d'écran
Surnommée la «Rolls Royce » des consoles à cause de son prix excessif ainsi que celui de ses jeux, la Neo Geo dont le but était d'amener l'arcade dans le salon des joueurs a abrité de nombreux shoots nerveux à la réalisation impeccable. Metal Slug 3 est de ceux-là. S'inscrivant dans la lignée de ses prédécesseurs concernant sa dose d'action frénétique, nous allons nous pencher sur son cas et vérifier s'il possède l'étoffe de ses ancêtres.

Good Morning Kaboul

Metal Slug, pour ceux qui l'ignorent, joue avant tout la carte de la parodie. Si vous êtes familiers avec la série de films « Hot Shot » vous serez particulièrement sensibles à ce jeu mais commençons par le commencement si vous le voulez bien ! L'histoire oppose Marco Rossi et Tarma Roving des « Peregrine Falcons » (troupes d'élite de l'armée régulière) ainsi que Eri Kasamoto et Fio Germi de la «  Sparrows Intelligence Agency » (le service de renseignements de l'armée régulière ), à l'armée du Général Morden. Le jeu se voulant humouristique, vous ne serez pas étonnés d'apprendre qu'il constitue une caricature de Saddam Hussein. Seulement, l'histoire serait bien trop simple en l'état, aussi les scénaristes ont-ils décidé d'y mêler diverses créatures folkloriques telles des zombies ou des hommes des neiges et surtout des extra-terrestres ! Malgré le sac de nœuds que cela semble constituer, une cohérence s'installe : les aliens tirent les ficelles dans l'ombre, laissant les deux camps se battre afin de mieux procéder à l'invasion par la suite.

Mais rassurez-vous, le jeu ne comporte ni dialogues ni réflexions métaphysiques sur la condition humaine, ici seule l'action compte. Votre côté le plus bourrin et primitif pourra s'exprimer au mieux. D'ailleurs, ces seules informations sont le fruit de ma lecture de la notice ainsi que diverses promenades sur le Net.

Beau comme un camion militaire

Avec une console de salon dont le but est d'amener l'arcade à la maison, et surtout vu le prix d'un jeu proche des 250 euros, les producteurs se sont décarcassés pour offrir un produit soigné répondant aux attentes de tout gamer. Attaquons nous donc en toute logique à l'aspect visuel du titre. Ici nous sommes en présence de la bonne vieille 2D, donc c'est net et sans bavure au niveau des textures ou des décors. Les premiers et seconds plans fourmillent de petits détails et petites animations, souvent comiques d'ailleurs telles que des ennemis se battant d'une façon loufoque ou des personnages « civils » grimaçant devant la bataille. Mais les graphismes ont beau être de qualité, cela n'aurait aucun intérêt si le jeu souffrait de nombreux ralentissements. Heureusement, et ce malgré le nombre conséquent d'actions et d'effets à gérer simultanément, aucun lag n'est à signaler ce qui relève de la prouesse technique. Il faut le voir pour le croire. Enfin, la taille des sprites est suffisamment importante pour que le joueur ne se perde pas dans l'action frénétique. Mais outre tous ces aspects techniques, Metal Slug 3 se démarque par sa marque de fabrique : les clins d'œil cinématographiques. Allant d' « E.T. » à « Starship Troopers » sans oublier « Zombi », les créateurs s'en sont donné à cœur joie.

Maniable comme un Spitfire

Les jeux d'arcade ont comme point d'orgue de procurer aux joueurs un plaisir immédiat, une maniabilité sans faille et parfaite, qui justifierait l'introduction d'une pièce dans leur borne. Metal Slug utilise en tout et pour tout 3 boutons afin de vous aider à tout tuer sur votre passage. Le premier, et le plus évident, sert à tirer. Logique quand on veut repousser une armée rebelle et une invasion, non ? Ensuite vient le bouton servant à sauter, bien utile pour esquiver toutes sortes de pièges tendus par nos ennemis. Enfin, nous avons également le bouton pour lancer des grenades afin de procéder à de la destruction massive. Et là je vous vois déjà foncer tête baissée sur la borne, prêt à passer votre journée dans une salle sombre. Et bien sachez juste que la maniabilité ne s'arrête pas là ! Si votre arme sera un pistolet la plupart du temps, celle-ci variera du fusil à pompe au lance-missiles lorsque vous délivrerez des otages. Et là nous abordons l'autre marque de fabrique du jeu, car après les références au 7ème art nous allons parler des véhicules. Le jeu regorge de véhicules en tous genres et tous aussi fous les uns que les autres. Citons par exemple le chameau à mitraillettes multi-directionnelles, le classique sous-marin et le tank nommé « Metal Slug ». Je finirai par préciser qu'avec la plupart des véhicules, une attaque suicide est possible : à vous de vous extraire à temps avant le moment fatidique.

Le doux sifflement d'un obus tombant sur le champs de bataille

La bande-sonore d'un titre peut être à elle seule un élément du gameplay, ou du moins un indicateur sur la façon de jouer. Une musique calme sera propice à l'exploration alors qu'au contraire une musique oppressante amènera le joueur à se tenir sur ses gardes. Metal Slug 3 étant un shoot, une musique classique serait du plus mauvais effet, c'est pourquoi l'ambiance sonore est survoltée dès les premières minutes du jeu. Mais n'allez pas croire pour autant qu'il en est ainsi durant tout le jeu, le mal de tête serait inévitable sinon. Vous serez même surpris quelquefois tant les thèmes musicaux peuvent passer du dynamique au mystérieux lorsqu'il s'agit d'explorer des ruines, voire anxiogène contre des zombies. Ce soft remplit ce que j'appelle le « triangle d'un bon jeu » : une bonne maniabilité, une bande-sonore du tonnerre et histoire qui tient la route sans pour autant prendre la tête. Ce n'est pas pour autant que je déteste les scénarios compliqués, mais il serait inapproprié d'en disposer d'un ici.

La durée de vie d'un homme sur le champs de bataille

Hum difficile de juger ici, c'est pourquoi je vais faire durée de vie arcade/salon. Dans une salle d'arcade, la durée de vie d'un jeu se mesure à... votre porte-monnaie. Plus vous avez de pièces, plus vous pourrez jouer et avoir de vies. Un peu inégalitaire entre joueurs en somme. Bon c'est un peu pareil dans le cas de la Neo Geo vu son prix vous me direz, mais passons outre. C'est une console donc pas de pièces à insérer. Metal Slug est court, très court, il vous demandera au max deux heures. Cela peut paraître peu, mais sachez cependant que si vous ne disposez pas de crédits illimités, vous allez en baver. Ce ne sont pas deux heures qu'il vous faudra mais bien plusieurs jours de tentatives, d'énervements et de Game Over ! Le jeu propose un réel challenge, ce n'est en rien une promenade de santé. Bref, si vous n'avez pas les nerfs solides, ça risque de faire (très) mal.

Conclusion :

Metal Slug 3 fait partie de ces jeux qui ne vieillissent pas, leur challenge est immuable et intemporel. Proposant une réalisation de qualité, un humour omniprésent et une difficulté du feu de Dieu, il représente un « must-have » pour peu que vous ayez la chance d'y toucher. Au pire, les jeunes générations pourront toujours le découvrir par le biais de l'émulation, même si le plaisir de jeu y sera amoindri... mais le porte-monnaie à ses raisons !

Scénario : 14/20
Réalisation : 18/20
Gameplay : 19/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 18/20

Note finale : 18/20


Article publié le 25/06/2010 Jeu testé par Jonat