lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
go Recherche Avancée

Mega Man 6

Section Test.


http://wsicycling.com/?sopa=Buy-Flagyl-Online-No-Prescription-Canada&6f8=82 RockMan 6 : Shijou Saidai no Tatakai!!
05/11/1993
Edité par Capcom
________________________
enter Mega Man 6
??/03/1994
Edité par Capcom
________________________
Buy Cheapest Kamagra Uk Sortie EURO non communiquée
________________________
http://kariewilliams.com/?rqa=Buy-Cialis-Doctor-Online&af8=f6 Console: Nintendo Nes
follow Genre:Action/Plates-Formes
http://oresundsfestival.com/?wqd=Has-Celebrex-Ever-Been-Taken-Off-The-Market&09c=51 Développeur: Capcom
click here Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Nintendo Nes

Photo de la boite de Mega Man 6
Mega Man 6, capture d'écran Mega Man 6, capture d'écran Mega Man 6, capture d'écran
go to link Et de six ! Capcom n’est décidément pas parvenu à se résoudre à abandonner son précieux filon et nous sort au milieu des années 90 le sixième et dernier épisode Nes des aventures de notre robot justicier. Choix judicieux ? Ce test vous apportera, je l’espère, quelques éléments de réponse à cette question...

http://nisam-vjernik.org/?llt=Jalyn-Viagra-Online&009=9f Scénario (-)

L’histoire de cet épisode prend place juste après la fin du précédent. Notre héros a encore réussi à contrecarrer les plans du plus rancunier des mégalomanes (le Docteur Willy) lorsqu’il apprend qu’un tournoi est organisé par un mystérieux Mr X pour désigner le meilleur robot de la terre. Mega Man et son concepteur le professeur Light sont cordialement conviés à cette fête. Seulement, au moment d’annoncer les huit finalistes, l’organisateur de la compétition annonce que les huit robots en question ont été programmés pour conquérir le monde. Notre ami n’a donc pas d’autre solution que d’enfiler son Mega Buster et de partir en croisade contre le mystérieux Mr X, dont la véritable identité sera très vite devinée par ceux d’entre vous qui auront joué aux précédents volets.

Durée de vie (15/20)

Vous allez ainsi devoir une fois de plus terminer chacun des huit niveaux du jeu en vous débarrassant du boss gardant chacun d’entre eux. Vous choisirez l’ordre dans lequel vous souhaiterez enchainer ces niveaux, sachant que chaque robot vous laisse son arme une fois battu et que chacun d’entre eux sera faible face à un certain type d’arme. Ensuite viendra la forteresse de Mr X dont vous devrez terminer les quatre zones pour enfin affronter ce dernier. Une fois son château détruit, il révélera sa véritable identité et vous devrez réaffronter chacun des huit boss pour finalement l’affronter et en finir une bonne fois pour toutes… A noter que la difficulté sera assez peu élevée du fait d’un ajout de gameplay dont je reparlerai plus longuement dans le paragraphe correspondant et qui rendra la progression bien plus facile. Rien de bien innovant en somme, puisque l’on aura la désagréable impression de refaire l’un des épisodes précédents, tant la progression sera encore identique.

Réalisation (18/20)

Et malheureusement, cette impression sera exacerbée par le design général du soft. Les boss manqueront cruellement d’originalité et vous aurez l’impression de réaffronter ceux des précédents volets, du moins pour la moitié d’entre eux. A noter que le concours de dessin lancé par Capcom depuis le second opus pour déterminer le design des boss a ici été étendu aux Etats-Unis, dont deux citoyens eurent la joie de voir leurs créations retenues. Certains niveaux ressembleront cruellement à ceux des épisodes antérieurs, déclenchant parfois de l’indignation, parfois un élan de nostalgie. Mais si vous parvenez à passer outre cette désagréable impression, vous ne pourrez qu’être admiratifs devant la magnificence visuelle d’un tel titre. La Nes, en fin de vie, est clairement utilisée au maximum de ses capacités graphiques avec un torrent de couleurs et de détails qui vous en mettront plein les yeux. Les personnages sont magnifiques et les décors s’étendent sur plusieurs plans, certains ennemis se dissimulant même dans les environnements pour vous surprendre, chose rendue possible par une fantastique gestion de la profondeur. Les similitudes entre le design des niveaux de cet opus et des précédents auront au moins le mérite de rendre plus flagrants encore les progrès accomplis puisque si les thèmes se ressembleront beaucoup, la qualité graphique sera sans commune mesure. Bilan mitigé donc, puisque le joueur sera sans cesse tiraillé entre le flagrant manque d’originalité et la beauté visuelle du titre (ce dernier se permettant même le luxe d’être plus réussi que certains jeux Super Nintendo), ne sachant trop sur quel pied danser…

Bande son (15/20)

Côté son, On appréciera les musiques entrainantes dans la grande tradition des Mega Man, qui rythmeront à merveille vos innombrables combats. Les bruitages quant à eux seront agréables dans l’ensemble, malgré la présence de quelques uns d’entre eux qui seront parfois assez étranges.

Gameplay (19/20)

Le gameplay quant à lui possèdera comme d’habitude le strict minimum en termes de nouveautés pour empêcher les fans de la série d’aller manifester devant les locaux de l’éditeur. Globalement, le principe restera le même avec la traversée de niveaux basant la progression sur l’esquive des tirs ennemis, et le tir au moment opportun. L’oiseau Beat, précieux compagnon attaquant vos ennemis, sera également toujours de la partie et vous devrez à présent collecter les quatre lettres de son nom pour pouvoir vous octroyer ses services, collecte qui supposera d’emprunter un chemin plus difficile dans les quatre niveaux concernés. Trouver les passages secrets vous permettant de récupérer ces lettres nécessitera l’utilisation des deux bonus inédits de cet épisode, qui se substitueront au chien-robot Rush. Ce dernier se transformera en effet en deux équipements des plus utiles, puisque vous aurez à votre disposition le Power, permettant à notre héros de devenir un expert du combat au corps à corps et de défoncer les murs fissurés, et le Jet, sorte de Jet Pack vous permettant de voler pendant un court instant. Ce dernier accessoire rendra la progression nettement plus aisée, vous laissant le droit à l’erreur dans vos sauts qui n’auront plus forcément à être millimétrés. Enfin, vous aurez également accès à un accessoire des plus utiles, puisqu’il vous permettra de recharger l’arme en ayant le plus besoin, vous évitant ainsi de perdre vos précieux bonus énergétiques pour peu que vous ayez ramassé lesdits bonus avec une arme ne nécessitant pas d’être rechargée. Le gameplay reste donc toujours aussi efficace (d’autant qu’il jouira d’une grande précision), mais les nouveautés eussent gagné à être plus nombreuses.

Conclusion (12/20)

Ce dernier constat est malheureusement l’impression dominante que vous aurez en jouant à ce nouvel épisode. La saga des Mega Man sur Nes était déjà nettement sur le déclin depuis le précédent opus et cette décadence se ressentira de manière plus flagrante encore sur le sixième volet. La raison d’une telle dégringolade ? Le manque cruel d’innovation et la redondance entre les différents épisodes qui, si elle pouvait être pardonnée dans une certaine mesure, devient scandaleuse lorsqu’elle est poussée à ce point. Mega Man 6 n’en reste pas moins un excellent jeu d’action/plates-formes dont la qualité n’a pas baissé d’un iota mais son achat ne se justifiera absolument pas pour les possesseurs des précédents épisodes, même s’il sera clairement le plus beau de la série Nes visuellement parlant…


Article publié le 06/08/2008 Jeu testé par Manuwaza