lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
source url Recherche Avancée

Mega Man (Game Gear)

Section Test.


http://oldiesrising.com/?how=Crestor-Online&aa7=94 Sortie JAP non communiquée
________________________
http://spotliteme.com/?eq=cipro-hc-price&432=6c Mega Man
??/??/1995
Edité par US Gold
________________________
go to link Sortie EURO non communiquée
________________________
Buy Discount Propecia Console: Sega Game Gear
follow url Genre:Action/Plates-Formes
http://indolivebet88.com/?lapharm=Price-Of-Proscar-5-Mg&0fe=49 Développeur: Freestyle Software Limited
http://straightupcigars.com/?mec=Viagra-Canadian-Pharmacy-Generic&9b8=be Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Sega Game Gear

Photo de la boite de Mega Man (Game Gear)
Mega Man (Game Gear), capture d'écran Mega Man (Game Gear), capture d'écran Mega Man (Game Gear), capture d'écran
Clomid And Nolvadex Buy S’il y a bien un personnage emblématique d’une époque révolue, c’est Megaman, alias Rockman. Le petit bonhomme robot aura fait passer des nuits blanches à tous les adorateurs de jeux d’action/plates-formes hardcore ! Depuis l’avènement de la DS et sans doute même depuis encore un peu avant, cette série a changé. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, ce n’est pas de palabrer sur ces changements mais plutôt de mettre en valeur un titre méconnu car exclusivement réservé au marché américain et qui plus est sur Game Gear, l'une des consoles les moins « collectionnées ».

Buying Ventolin Over The Counter Uk Scénario : non significatif

Le scénario est réduit à ce qu’il y a de plus simple : en une année indéterminée du 21eme siècle, des robots destructeurs construits par le docteur Wily dominent le monde. Pourvu d’un grand sens de la justice, Rock se porte volontaire pour être transformé en cyborg de combat afin de lutter contre l’armada du savant fou. C’est ainsi que naquit Megaman ! On se rend tout de suite compte que le scénario s’offre une espèce de départ « absolu », ne reprenant rien de la trame qui a précédé dans les divers épisodes présents sur NES par exemple. C’est assez étonnant quand on sait que ce volume Game Gear est en fin de compte un concentré du Megaman 5 de ladite console ! Je pense qu’il faut voir cette incursion sur le bébé de Sega comme une tentative de faire découvrir la série à ses possesseurs. Quoiqu’il en soit le scénario n’est pas franchement significatif mais qu’importe.

Gameplay : 16/20

Peut-être ne connaissez-vous pas Megaman, je vais donc vous résumer le gameplay. Celui-ci est très simple ! Vous incarnerez donc un petit robot bleu capable de sauter, marcher de droite à gauche et inversement, tirer quelques projectiles en rafales, effectuer une courte glissade et surtout, à même d’absorber les pouvoirs des boss vaincus au cours de l’aventure ! Le but sera donc de se servir de toutes ces compétences pour parvenir jusqu’à un ennemi plus résistant que tous ceux qu’on rencontrera sur les chemins de chacun des niveaux, pour le vaincre et au bout du compte permettre d’accéder au réel boss du jeu : le docteur Wily en personne.

Les niveaux seront , on s’en doute, parsemés d’embuches, de pièges et de robots malfaisants dont le seul but sera de nous mettre des bâtons dans les roues.

Les épisodes « traditionnels » de la saga nous proposent généralement huit niveaux de base accessibles dans l’ordre de notre choix. Pour cette version Game Gear, probablement à cause de la place disponible sur la rom, seuls quatre parcours et boss sont disponibles en début de jeu. Citons Stone Man, robot de pierre, gardien d’un environnement urbain et dont la technique de combat consistera à tenter de nous écraser, Napalm Man, robot officiant dans la jungle et se servant d’explosifs, Bright Man terré dans son usine électrique et qui n’aura de cesse de nous paralyser lors de notre affrontement et enfin Star Man et son environnement spatial à la gravité réduite. Ce dernier robot est fan des projectiles en forme d’étoile. Une fois ces boss défaits, deux nouveaux feront leur apparition, chacun ayant bien entendu son terrain de jeu : Waveman et Toad Man. Ce n’est qu’une fois ces deux derniers sbires de Wily anéantis que celui-ci sera affrontable. L’aventure sera corsée !
Les environnements que nous sommes chaque fois obligés de traverser sont autant de parcours piégés qu’il faudra maîtriser. Les obstacles y sont variés tels des chutes sans fin dans lesquelles nous risquons de tomber au moindre faux bond ou encore pics au sol ou au plafond synonymes de destruction immédiate au moindre contact.

Ce qui est agréable avec un Megaman c’est que le level design participe toujours énormément au plaisir de l’avancée ! Les différents éléments ne sont jamais placés là comme ça juste pour dire d’y être et c’est seulement en arpentant les niveaux des dizaines de fois et en les apprenant par cœur qu’il devient possible d’avancer toujours plus loin. D’innombrables touches viennent sans cesse pimenter l’expérience de jeu. Ainsi on devra se méfier des cascades qui en dévalant les plateformes suspendues dans les stages nous entrainent vers une mort certaine. Ailleurs, il faudra utiliser les bulles générées par de gros tuyaux pour s’élever dans les airs et atteindre des hauteurs sans cela impossibles à rejoindre. Il y aura même de courtes séquences de sauts en sauterelles mécaniques ou de course en véhicule. Le plaisir de la découverte est toujours présent et l’univers de Megaman fait mouche, le tout accommodé d’une maniabilité parfaite, rien à redire donc sur le gameplay.

Réalisation :17/20

Ce jeu, il faut l’avouer, est souvent critiqué ! Mais pourquoi donc ? Franchement je ne comprendrai jamais ! Tout dans la réalisation fait honneur à la Game Gear autant qu’à Megaman ! Les différents niveaux de jeu sont tous parfaitement lisibles, les couleurs ne sont jamais ni baveuses ni flashy et on se paye le luxe de petites animations vraiment bienvenues comme la pluie du niveau de Toad Man ou les cascades de celui de Wave Man. Les créatures opposées sont toujours très bien animées et donnent un vrai cachet à l’ensemble, les Tigres de métal chez Napalm Man ou les rats et escargots chez Toad Man encore, montrent que les développeurs, s’ils ont du faire des sacrifices, n’en ont pas fait sur cet aspect du jeu ! C’est sûrement l'un des jeux Game Gear les mieux animés et les plus beaux.

On pourra tout juste reprocher quelques menus problèmes d’animation lors de déplacements verticaux, en empruntant des échelles mais de toute façon aucun ennemi ne nous ennuie à ces moments là, du moins si l'on a pris soin de s’en débarrasser avant !

Bande son :14/20

Pareil que tout à l’heure au sujet de la réalisation : ce jeu est critiqué et là non plus je ne comprends pas pourquoi ! Les mélodies sont toutes entrainantes et dans le ton, elles sont variées et bien « orchestrées ». Ce qui dérange, me semble t-il, c’est que ce jeu reprenne les niveaux de la version Nes et par conséquent ses musiques. Alors certes le ton est plus nasillard que sur Nes mais bon sang, les sonorités n’en sont pas moins bonnes pour autant ! Moi j’aime la façon dont la Game Gear s’en sort de ce côté-là au même titre que les bruitages tout aussi satisfaisants et pour juger, autant juger de ce que nous fait la Game Gear sans se demander si une autre version fait mieux !

Durée de vie :15/20

Bon, le nombre d’adversaires et par conséquent de niveaux est plus réduit que d’ordinaire c’est un fait. La difficulté me semble également beaucoup adoucie par rapport à d’habitude ! Il est possible de progresser assez « facilement », du moins en mode normal (le jeu en comportant un autre, plus ardu). Cette fois les plates-formes, les pièges et les boss semblent avoir été calibrés pour n’offrir qu’une frustration moyenne au joueur. Il n’en reste pas moins que le jeu ne se laissera pas dompter du tac au tac et que de nombreuses tentatives seront nécessaires avant d’en voir le bout ! Comme dans tout Megaman qui se respecte, il faudra apprendre quelles sont les armes récupérées sur les défunts boss qui agiront le mieux sur d’autres encore vivants ! De même faudra-t-il localiser les rares réserves d’énergie supplémentaire et les quelques vies dissimulées dans les niveaux. Elles ne sont pas forcément très difficiles à dénicher mais cela peut donner envie de recommencer le jeu une fois terminé ! Recommencement qui est d’ailleurs plutôt facilement concevable car on s’amuse bien avec ce titre !

Conclusion :17/20

Megaman sur Game Gear est un très bon jeu quoi que puissent en dire les « jamais contents » ! Évidemment à choisir mieux vaudra jouer la version NES, plus complète, mais ce titre reste un jeu intéressant à plus d’un titre : parce qu’il est agréable et de bonne facture, parce que Megaman sur Game Gear c’est quand même quelque chose et enfin, parce que cette exclusivité US est rare et onéreuse, ce qui reste un plus dans une collection !


Article publié le 17/01/2011 Jeu testé par Tanuki