lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Mamono Hunter Yohko

Section Test.


400 Bad Request Mamono Hunter Yohko : Dai-7 no Keishou
22/03/1991
Edité par NCS
________________________
Sortie US non communiquée
________________________

400 Bad Request

Sortie EURO non communiquée

________________________

nginx
Console:
Sega Megadrive
Genre:Action
Développeur: Masaya/ncs
Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Sega Megadrive

Photo de la boite de Mamono Hunter Yohko
Mamono Hunter Yohko, capture d'écran Mamono Hunter Yohko, capture d'écran Mamono Hunter Yohko, capture d'écran
Mamono Hunter Yohko est à l'origine une série d'oav (dessin animé directement vendue en k7 ou dvd) ayant eu un certain succès et possédant son mook, son manga et ses produits dérivés.
Masaya/ncs, développeur à qui on devait déjà des titres comme Hellfire ou Warsong, complète la panoplie en proposant sur Megadrive ce jeu d'action!


Réalisation 11/20

Je suis pour ma part assez fan des oav et il faut bien avouer que dès le début le jeu choque par sa "linéarité" graphique et ne me parle pas plus que ça!
Le premier niveau, sur les cinq que compte le jeu, n'est composé que de deux décors de fond se répétant de façon très monotone et ne sont franchement pas particulièrement inspirés. Ce n'est pas laid mais ne présente pas grand intérêt non plus et déçoit assez vite. On se surprend même à penser que vu comment tout cela débute, il ne faudra pas attendre beaucoup plus de la totalité du jeu!
Et pour une certaine part nous sommes dans le vrai : si chaque stage possède une thématique, somme toute classique comme le feu, la glace ou encore l'eau, aucun n'est véritablement un régal pour les yeux pas plus qu'une preuve d'une quelconque recherche de variété de la part des designers et programmeurs.
Le sprite du personnage par contre, bien que pixélisé, et tout à fait plaisant et reconnaissable. Lui non plus n'est pas sorti d'une école d'art mais pourtant un certain charisme s'en dégage. S'attacher à celui que l'on dirige sera toujours un bon point!
Le bestiaire quant-à lui n'est pas des plus imposants, autant en qualité qu'en diversité et cela reste bien dans la continuité passe-partout de ce titre qui n'est guère engageant de prime abord...

Gameplay 13/20

Pas impressionné le moins du monde par la réalisation nous nous élançons dans le premier stage en étant d'autant plus attentif à ce qui devra redoubler d'effort pour nous convaincre: le gameplay!
Le commencement est assez rudimentaire puisque très vite on comprend que sur les trois boutons de la manette seuls deux serviront pour sauter et trancher dans le vif grâce à l'épée qui nous est fournie d'entrée de jeu. Saut et coup sont rapides et précis mais tout cela semble vraiment basique! Un premier ennemi arrive puis un second et les actions s'enchaînent, toujours basiques mais pas rebutantes. Un peu plus loin notre agilité est mise à contribution pour gravir une énorme tige, étroite et sur laquelle combattre est déjà plus difficile qu'auparavant. Tiens donc! on se prend quand même au jeu... continuons pour voir!
Saut, esquive de projectiles, récupération d'un bonus de vie, il était temps, ma très courte barre de santé étant pratiquement vide et les adversaires réapparaissant si on a le malheur de s'éloigner d'une zone pour y revenir. Bon, çà progresse, lentement mais sûrement. Par contre, n'y a t'il aucun moyen de gagner quelques secondes? Le minuteur du niveau n'affiche plus beaucoup de temps et le chemin semble encore semé d'embûches! Dépêchons nous!
Où vais-je? J'hésite! Il semble y avoir des embranchements mais mon expérience précédente m'a montré que pour un bonus de vie je perdais de précieuses secondes, il va falloir choisir!
Allez hop je prends en haut...
Séance classique de saut sur un "radeau-feuille" et tentative d'évitement de stalactites tombants pour parvenir à une nouvelle tige. Celle qui précédait était haute et longue à gravir et je n'ai plus que vingt-cinq secondes!! Vite, vite!! Trop tard, temps écoulé. Bon ça va, le jeu offre des "checkpoints" automatiques et re-impute pas mal de temps, cette fois c'est la bonne! Grrr, cochonnerie de vent qui rend mes sauts plus que difficiles! Argh qu'est-ce que...? un boss volant? pas moyen de le toucher, il va falloir continuer l'escalade! Hum, le sommet! Tiens le boss y reste? Ah je vois, c'est le lieu de notre affrontement...
Je ne vais pas vous dévoiler plus de moments du jeu mais sachez que si le gameplay est simple, il est par contre rapidement amusant et joue de sa simplicité pour être efficace.
Comme je l'avais dit précédemment, les stages sont classiques au niveau de leurs thématiques mais ont une vraie difficulté, en particulier à partir du troisième et il faudra rester zen et attentif pour s'en sortir.
Heureusement, en plus de son coup d'épée, yohko, notre héroïne, dispose de la faculté de générer un bouclier autour de son corps, capable de parer les objets que vous lanceront les ennemis tant que vous ne donnerez pas de coup et qu'on peut lancer dans certaines directions dans le cas contraire!
Ce bouclier sera salvateur et fort est à parier que sans lui la difficulté du jeu serait titanesque.

Scénario -

Probablement basé sur la série mais impossible de le savoir étant donné que mise à part une image d'un manoir en début de partie, aucune introduction n'est disponible. Les dialogues ne le sont d'ailleurs pas plus mais qu'importe le prétexte puisque l'action est bonne!

Durée de vie 15/20

Longue!
Essayer et réessayer encore sont les maîtres mots de ce jeu. Si des vies supplémentaires sont disponibles au compte-gouttes, mieux vaudra ne pas trop compter sur elles pour progresser. Mémoire, anticipation et dextérité seront de bien plus précieux alliés face au challenge que vous proposera à coup sûr ce titre!

Bande son 9/20

A l'image des graphismes, la bande son est très monotone. Elle tourne très vite en boucle et n'a rien d'imposant même si quelques sonorités sont agréables car originales. On est très loin de la bande originale de la série et même si le support ne permettait pas de l'introduire, une référence à l'œuvre de base aurait été la bienvenue. A noter que les pistes du cinquième stage et du défilement du "staff" sont légèrement au dessus des autres.

Conclusion 13/20

Comme souvent pour des jeux méconnus et comme souvent pour ce développeur, l'enrobage n'est pas ce qui compte! Le plaisir de jeu est bel et bien présent, tout comme la difficulté et cela sans se poser le problème de cinquante actions ou menus. Simplicité, efficacité!


Article publié le 04/08/2008 Jeu testé par Tanuki