lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://blackfeetfilms.com/?poga=Ventolin-Tablet-Price-Philippines&917=2d Recherche Avancée

Les Schtroumpfs

Section Test.


http://prohealthplans.ca/?llt=Levitra-20-Mg-For-Sale&b89=7a Sortie JAP non communiquée
________________________
follow The Smurfs
14/12/1999
Edité par Infogrames
________________________
http://seniorenzentrum-diedorf.com/?yah=Online-Pharmacy-No-Prescription-Zoloft&2c1=c2 Les Schtroumpfs
??/??/1999
Edité par Infogrames
________________________
Clomid Buy Online Australia Console: Sony Playstation
http://viewtific.com/?cheap=Flomax-Ordering&bbf=dc Genre:Plates-Formes
http://dustycartridges.com/?kas=Vasotec-20-Mg&0f8=2f Développeur: Heliosgame
http://cfmim.com/?pill=Actos-Prescription-Information&009=c9 Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Sony Playstation

Photo de la boite de Les Schtroumpfs
Les Schtroumpfs, capture d'écran Les Schtroumpfs, capture d'écran Les Schtroumpfs, capture d'écran
Safe Way To Get Off Paxil Infogrames a toujours fait montre d'une immense maîtrise dans la réalisation des adaptations vidéoludiques de bandes dessinées très connues de l'époque. Dans les grands classiques on pourra citer Tintin, Lucky Luke, Astérix, Spirou, Marsupilami, ou encore la licence qui nous intéresse aujourd'hui, j'ai nommé Les Schtroumpfs. Au fil de l'Histoire, de nombreux jeux tirés de cet univers furent commercialisés, et ce sur moult supports parmi lesquels on peut noter des machines Nintendo, Sega, Atari ou encore Sony. Pas de jaloux chez Infogrames ! La version dont nous allons traiter aujourd'hui n'est autre que la mouture Playstation, sortie en décembre 1999 et développée par le studio Heliosgame. Délicieuse soupe à la salsepareille, ou immonde breuvage de Gargamel ? Réponse à suivre...

Cost Of Suprax Suspension Scénario : (-)

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la première impression au contact du soft est plus que positive. Celui-ci s'ouvre en effet sur une magnifique séquence introductive digne du dessin animé, destinée à présenter succinctement la trame scénaristique du titre.

Le terrible Gargamel nourrit depuis toujours le machiavélique projet de capturer les Schtroumpfs et de réduire à néant leur village. Nombreuses furent les tentatives de l'horrible bonhomme dans ce domaine, mais la communauté des petits hommes bleus a jusqu'alors toujours su contrecarrer ses plans. C'est donc après de nombreuses défaites que Gargamel décida de faire appel aux forces du mal en invoquant les créatures de la nuit, qui reçurent la mission de kidnapper les Schtroumpfs, mission dont elles s’acquittèrent avec un relatif succès puisqu'elles parvinrent à en emprisonner dix, parmi lesquels le Bébé-Schtroumpf. Avertie de cette terrible nouvelle, la Schtroumpftette alla directement trouver le Schtroumpf Costaud afin de lui expliquer la situation et de lui demander d'y remédier. N'écoutant que son courage, celui-ci partit donc en mission afin de sauver ses camarades....

Voilà donc au final un scénario fort sympathique à regarder grâce à la magnifique mise en scène des cinématiques, tout en restant des plus basiques. Il n'en est pas moins parfaitement raccord avec l'univers créé par Peyo...

Gameplay : 13/20

En termes de gameplay, le soft se présente sous la forme d'un jeu de plates-formes des plus classiques.

Au premier abord on retrouvera donc une maniabilité extrêmement basique, le seul mouvement à votre disposition étant le saut. Par la suite, différentes petites choses viendront enrichir le gameplay. Tout d'abord, sachez que vous trouverez au cours de votre progression divers accessoires appartenant à vos congénères kidnappés. Vous récupérerez ainsi rapidement des aptitudes intéressantes, comme faire exploser vos adversaires via les cadeaux piégés du Schtroumpf Farceur, récupérer des vies en collectant des friandises perdues par le gourmand du village, ou encore vous faire rétrécir grâce au miroir du Schtroumpf Coquet. Au rang des subtilités, on notera également la possibilité d'acquérir des potions magiques, chacune ayant une utilité lui étant propre. Par ce biais, votre avatar virtuel récupérera ainsi de nouvelles aptitudes, comme effectuer un double saut, attaquer au corps à corps, ou encore de booster sa vitesse. Chaque potion acquise est valable jusqu'à la fin du niveau en cours, à la suite de quoi les caractéristiques du personnage précédemment augmentées sont réinitialisées à leur valeur initiale. Ce système enrichit indéniablement la diversité et le fun du maniement du personnage. A noter que tous ces bonus sont associés à une touche du pad, pour un déclenchement immédiat et facile selon la situation à laquelle le joueur est confronté (rond pour le boost et les attaques, carré pour le cadeau explosif, et croix pour le double saut).

Concernant la gestion de la vie, votre avatar virtuel est doté d'une barre composée de cinq cœurs. Chaque contact avec un ennemi aura pour effet d'entamer cette réserve, sachant qu'une chute dans un trou ou un simple contact avec un rocher dans le niveau de la mine auront pour effet de vous faire instantanément perdre une vie. Prudence donc... Fort heureusement, le personnage répond parfaitement aux différentes consignes du joueur, même si l'on notera des problèmes au niveau de la hit box des protagonistes. Ces collisions des plus hasardeuses ne manqueront donc pas de vous faire perdre quelques précieuses vies en raison de leur imprécision...

Malgré ce petit défaut, le gameplay du titre estampillé Infogrames n'en reste pas moins globalement agréable et plutôt varié, grâce aux différents modes de jeu offerts et à l'inclusion de moult items renforçant de manière tangible la maniabilité du soft en matière de diversité.

Réalisation : 16 /20

En ce qui concerne l'aspect visuel, le titre utilise un procédé assez particulier. Ainsi, tous les éléments affichés à l'écran sont entièrement modélisés en trois dimensions, mais la caméra se déplace sur un axe allant de la gauche vers la droite. Cette méthode, habituellement utilisée pour les jeux de plates-formes 2D, fut notamment choisie, plus récemment, par les développeurs de l'excellent Donkey Kong Country Returns sur WII, mais était plutôt marginale à l'époque bénie de la Playstation. Les avantages sont pourtant nombreux. D'une part, ce placement de la caméra permet de s'affranchir de tous les problèmes induisant une mauvaise visibilité, problèmes légion dans les jeux de plates-formes en trois dimensions. D'autre part, cette magnifique modélisation dans une 3D non moins réussie ne manquera pas de déclencher l'admiration chez les joueurs admirant ce rendu de toute beauté, joueurs qui ressentiront un réel plaisir en découvrant cet univers basé sur des décors aussi variés que sublimes. Une variété qui ne s'applique hélas pas au bestiaire, puisque l'on ne rencontrera malheureusement guère plus de cinq adversaires différents tout au long de la partie. Les développeurs n'ont même pas pris la peine d'inclure un semblant de variété modélisé par une modification de couleurs, tant et si bien que chaque ennemi que le joueur sera amené à croiser ne disposera que d'une seule et unique attaque.

Rien à redire en revanche du côté des animations. Très fluides, elles n'occasionnent aucune baisse de frame rate. Malgré un manque de variété dans le bestiaire, la réalisation technique du soft n'en est donc pas moins excellente d'un point de vue global...

Durée de vie : 09/20

Abordons désormais la section de ce test consacrée à la durée de vie du soft, aspect qui, mettons fin au suspense de suite, constitue clairement son plus gros défaut.

Dès le début de l'aventure, vous serez amené à choisir entre deux modes de jeu faisant en quelque sorte office de sélection du niveau de difficulté. Le premier, baptisé « C'est du gâteau », se destinera aux enfants en donnant directement accès à tous les environnements du jeu via un menu de sélection. Le but sera alors de trouver de la nourriture afin de sustenter le vorace Bébé-Schtroumpf. Le second mode de jeu, nommé « C'est pas de la tarte », endossera le rôle d'aventure principale dans laquelle il vous faudra enchaîner les niveaux les uns après les autres, pour finalement libérer tous vos camarades bleutés enlevés par Gargamel.

Pour le moment, le bilan semble plutôt à l'avantage du soft. Sachez cependant que vous n'aurez affaire qu'à une dizaine de niveaux différents, chacun se terminant en cinq petites minutes chrono. Un rapide calcul vous fera prendre conscience que le titre ne vous occupera guère plus d'une petite heure, ce qui est très peu pour un jeu garnissant la ludothèque Playstation. Par ailleurs, le challenge offert s'adresse principalement aux plus jeunes, tant et si bien que seuls deux boss viendront vous barrer la route au cours de votre périple. Même le système de sauvegarde, vous permettant d'enregistrer votre progression sur Memory Card à la fin de chaque niveau, semble avoir été implémenté afin de faciliter un peu plus encore la tâche du joueur. Pour ne rien arranger, le second mode de jeu cité plus haut n'apporte foncièrement rien de plus à l'aventure, puisqu'il propose de revisiter les environnements déjà explorés au cours de la quête principale. On regrettera enfin l'absence d'un mode multijoueurs ou de mini-jeux, qui auraient pu enrichir un tant soit peu un contenu hélas trop faible pour rassasier le gamer averti.

Bande son : 16/20

Concluons ce test sur une note positive en abordant brièvement la partie musicale du jeu. Sur ce plan, vous aurez la joie de profiter d'un travail de grande qualité réalisée par des compositeurs visiblement très motivés par leur travail. La diversité des thèmes et leur aptitude à être en parfaite harmonie avec les niveaux auxquels ils sont associés est en effet admirable, au même titre que le doublage -en français s'il vous plaît- nous permettant d'apprécier la trame scénaristique du soft à sa juste valeur. Une très bonne bande son donc...

Verdict : 15/20

Nous voici donc face à un jeu respectant honorablement l'univers et l'histoire des Schtroumpfs, en nous plongeant dans cette plaisance ambiance enfantine si chère à la bande dessinée créée par Peyo. Les nombreuses bonnes idées en termes de gameplay vous procureront, à n'en pas douter, un immense plaisir de jeu en vous rappelant au passage l'époque bénie des consoles 16 bits, malgré une durée de vie beaucoup trop faible et quelques imprécisions au niveau des collisions. Faire abstraction de ces deux deux défauts vous permettra de passer un très bon moment devant votre Megadrive...


Article publié le 09/09/2012 Jeu testé par Echidner