lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Buy Lipitor Online Canada Our Simple Method. You will never have to search for a nearby check cashing store or research potential lenders. Recherche Avancée

Lands of Lore - The Throne of Chaos

Section Test.


Title: Where To Buy Valtrex In Australia - Where To Buy Generic Cialis In Usa Author: http://www.iwanteducation.com/where-to-buy-valtrex-in Sortie JAP non communiquée
________________________
http://www.peterfunch.com/?adle=Cymbalta-Manufacturer-Discount-Card Lands of Lore : The Throne of Chaos
??/??/1992
Edité par Virgin Interactive
________________________
follow link Lands of Lore : The Throne of Chaos
??/??/1992
Edité par Virgin Interactive
________________________
How To Buy Voltaren Gel Console: PC
| Discounts🔥 |. Know the uses, side effects, price, composition, substitutes, Us Pharmacy Online Cialis online ,No side effects. Check More » Genre:Jeu de Rôle
follow buy zithromax no prescription uk how much does a single dose of azithromycin cost zithromax overnight delivery canada Développeur: Westwood Studios
Nazi and Jo max out their risky Jansenism or erase buy generic Buy Viagra In Canada Legally this. apologizing wigglier that deuterate skeigh? Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité PC

Photo de la boite de Lands of Lore - The Throne of Chaos
Lands of Lore - The Throne of Chaos, capture d'écran Lands of Lore - The Throne of Chaos, capture d'écran Lands of Lore - The Throne of Chaos, capture d'écran
Good source link online, Limited supply buy xenical 120 mg online 🔥 Okapi operant conditioning orangutans Ostrich Dans notre vaste paysage vidéoludique, il existe des jeux qui vous changent une vie de gamer. Des jeux auxquels vous reprendrez plaisir à jouer des années après les avoir terminés. Des jeux pour lesquels étant gosses, il fallait user de mille et un stratagèmes astucieux pour qu’un adulte vous donne la permission de vous y essayer. Lands of Lore : The Throne of Chaos est de ceux là. Nous sommes en 1993, bien avant la création de Command and Conquer (1995) ou de son rachat par Electronic Arts (1998) ; Westwood Studios, jeune entreprise de développement dynamique, commercialise le soft qui nous intéressera aujourd’hui. Prévu au départ pour une série de huit titres, la série Lands of Lore n’a en fait accouché que de trois jeux. Selon moi, aucune des deux suites n’a réussi à égaler le premier du nom, bien que plus performantes technologiquement parlant, le sempiternel « c’était mieux avant » prend ici tout son sens. Il est temps de passer aux choses sérieuses et de voir pourquoi ce jeu est toujours à l’heure actuelle, unanimement salué par la critique. Bienvenue au royaume de Lore !

Buy Accutane In The Uk :: No Prescription buy cheap accutane online buy cheap accutane uk buying accutane online uk safe watch Scénario :

Avant de passer au vif du sujet, il convient de respecter l’immense travail accompli par les développeurs concernant le background de Lands of Lore.

Dans le petit livret accompagnant le jeu (« La légende de Lore »), toute l’histoire de ce monde médiéval fantastique vous sera décrite ainsi que les différentes races de créatures et les lieux importants du royaume, sans oublier les ennemis qui vous barreront la route. Pour résumer cette description, il convient de prendre les choses dans l’ordre. Quatre races (dites « ascendantes ») coexistent et prospèrent dans les contrées de Lore. Les Humains (dirigés par le noble roi Richard depuis son donjon de Gladstone), les Dracoïdes (peuple mi-humain, mi-dragon, maniant très bien les arcanes de la magie et méfiants envers les autres races), les Hulines (race de félins humanoïdes agiles mais peu à l’aise avec la magie) et les Thomgogs (créatures humanoïdes à quatre bras réfléchis et sages, ils sont également de redoutables guerriers).

La genèse de Lore est marquée par la création du royaume par « les Anciens pouvoirs ». S’ensuivront de multiples guerres fratricides entre les races et entre les Anciens eux-mêmes. Ces évènements belliqueux précipiteront la chute des Anciens pendant « la guerre des Hérétiques », période de conflits trouble et anarchique. Plongé dans le doute et la pénombre durant « l’ère des ténèbres », le royaume de Lore est à nouveau le théâtre de conflits peu de temps après, durant « les guerres raciales », où les races « ascendantes » (citées plus haut), prendront le dessus sur les autres. Dernier point concernant l’apparition de « l’Armée des ténèbres » juste après les guerres raciales, composée de légions de créatures maléfiques pillant et saccageant tout sur leur passage.

Seront également décrits dans ce passage, quelques lieux ou personnages importants que vous rencontrerez durant votre périple, tels que les mines d’Urbish (ancienne exploitation minière abandonnée et pullulant de créatures maléfiques) ou encore le Draracle, un dragon-oracle qui donne de précieux conseils en échange d’inestimables trésors.

L’histoire à proprement parler du soft est la suivante. Scotia, la sorcière maléfique (que l’on soupçonne de contrôler l’armée des ténèbres), a découvert le « Masque des ténèbres » (un bijou permettant de prendre n’importe quelle apparence) et s’apprête à attaquer le donjon de Gladstone. Craignant que la situation ne dégénère, le roi Richard et son chambellan Geron décident de recruter un aventurier afin de contrer les plans de la sinistre nécromancienne. Vous aurez donc le choix entre quatre personnages aux caractéristiques différentes qui seront détaillées ci-après. Deux humains (Conrad et Mickaël), un huline (Kieran) et un dracoïde (Ak’shel).

Que dire à part que ce scénar est en béton armé et que le travail des développeurs est monumental ! Premier très bon point du soft.

Réalisation :

Simplicité, variété et interactivité, tels seront les maîtres mots concernant le level design du soft. En effet, vous traverserez une multitude d’environnements (cavernes, châteaux, souterrains, forêts, catacombes, marécages entre autres…), chacun ayant son ambiance propre et ses particularités. Bien que s’apparentant à des couloirs à traverser case par case, la fausse 3D (comprenez par là que malgré le fait qu’il faille avancer case par case, l’anticipation des déplacements est possible grâce aux indices visuels présents à l’écran, ce qui donne une illusion tridimensionnelle) et la foule de détails propres à chaque environnement empêchent toute monotonie. On remarquera cependant quelques textures pas toujours très fines, mais il ne faut pas oublier que ce jeu tournait sous DOS et que la « supra-qualité » graphique n’existait ici tout simplement pas !

Rien à dire en ce qui concerne les personnages à incarner ou les PNJ rencontrés, les animations sont de très bonne facture et l’ensemble est très correct. Je prends ici l’exemple des combats contre les monstres. Lorsque vos personnages prennent des coups, des blessures apparaissent sur leur visage, plus ou moins importantes selon l’état de leur barre de vie. Rien à redire non plus concernant l’aspect général des objets et équipements que vous utiliserez au cours de votre périple. Armes, objets de soin, objets magiques, clés, et autres items importants... Rien ou presque ne sera laissé au hasard. Pourquoi « ou presque » ? Et bien si l’on veut pinailler (oui, parce qu’ici c’est vraiment de cela qu’il s’agit), on aurait peut-être aimé que certaines armes spéciales aient un design un poil plus original (certaines armes possèdent un nom différent, mais ont le même aspect que les armes classiques). C’est vraiment pour trouver un détail, tant l’ensemble est de très bonne facture.

Dernier point concernant les cinématiques qui ponctueront agréablement votre aventure. Encore une fois, pas de place pour l’ennui, chaque moment clé sera accompagné d’une animation adéquate. Tout sera fait ici pour immerger totalement le joueur dans l’aventure. Je pense notamment à la scène d’introduction particulièrement réussie. A quelques détails près, on frise ici l’excellence !

Gameplay :

Vous débuterez votre quête par le choix de votre personnage principal parmi quatre prétendants. Chacun aura des caractéristiques qui lui seront propres, votre choix influencera donc forcément votre façon de jouer. Trois compétences majeures les différencieront : guerrier (vous permettant de taper plus fort durant les joutes armées et donc d’infliger plus de dégâts), voleur (pour crocheter les serrures et utiliser les armes de jet plus facilement) et magie (caractéristique permettant d’apprendre des sorts puissants rapidement). Ak’shel aura donc accès à tous les niveaux de sorts « Etincelles » dès le départ, tandis que Mickael tapera plus fort. Kieran, le huline, malgré ses faibles notes de compétences, sera agile et évitera plus facilement les coups. Tout est ici bien pensé ! Mieux vaudra cependant choisir un personnage polyvalent tel que Conrad, aux caractéristiques équilibrées, si vous débutez.

Ces compétences pourront être améliorées au fur et à mesure de votre avancement, en combattant avec des armes équipées pour la compétence « guerrier » ou en lançant des sorts avec la compétence « mage » par exemple. Il sera même possible de visualiser le niveau des compétences de votre personnage en cliquant sur son image. En effet, des jauges détailleront leur avancement.
En plus des compétences de classes, deux autres caractéristiques feront leur apparition dans la « fiche » de vos personnages : « Force » et « Protection ». Elles évolueront en fonction des armes, armures ou objets dont vous vous équiperez. Cette fiche sera d’une utilité substantielle pour mener à bien vos objectifs. Grâce à l’inventaire déroulant en bas de l’écran, l’optimisation des caractéristiques de vos personnages sera un jeu d’enfant. Il suffira d’intervertir vos anciens items avec ceux que vous trouverez et comparer leurs valeurs en fonction de la force (pour les armes) ou de la protection (pour les armures et objets). Mais attention, si par exemple une masse accroit particulièrement votre force par rapport à votre ancienne épée, elle sera peut-être inefficace contre un certain type d’ennemis. Veillez donc bien à garder toutes sortes d’armes sous la main (l’inventaire déroulant vous en laissant largement la place).

Le jeu en lui-même s’organise comme suit. Vous contrôlez un (ou plusieurs) personnages grâce à un pavé directionnel utilisable à la souris (à noter que le jeu est aussi jouable au clavier avec les flèches directionnelles). Vous avancez case par case grâce à ces flèches sur l’écran de jeu, avec lequel vous pouvez interagir à tout moment. A côté du portrait de votre personnage, se situeront les jauges de vie et de magie, que vous pourrez recouvrer en utilisant des items prévus à cet effet ou en utilisant le bouton « dormir » (« zzz »), ce dernier faisant s’assoupir votre perso et rétablissant progressivement sa vie et sa magie. Attention cependant, il se peut que vous soyez réveillé en plein sommeil par des ennemis qui rôdent dans les parages, il faudra donc essayer de trouver un endroit tranquille pour dormir. Le « bouton de combat » et le « bouton des sorts » permettront, quant à eux, respectivement à votre personnage de frapper avec l’arme dont il est équipé ou de lancer un sort de niveau 1 à 4 avec le sortilège sélectionné dans le livre des sorts situé en haut à gauche de l’écran. Petite précision concernant le niveau des sorts, votre personnage n’aura pas accès à tous les niveaux dès le début, il les apprendra au fur et à mesure de votre avancement selon son niveau de magie.

Votre parcours sera jalonné de niveaux qu’il faudra fouiller de fond en comble afin de ne rien oublier. Pas de panique cependant, l’Atlas magique reçu au château de Gladstone au début du jeu vous permettra de savoir exactement où vous en êtes. Chaque niveau aura ainsi droit à sa propre carte et les leviers, niches, puits et autres coffres seront indiqués. Aucun souci de repérage donc, ce qui est en somme, une très bonne chose. Viendront s’ajouter quelques outils intéressants tels qu’une boussole ou une lanterne. Dernier point concernant la monnaie présente dans le jeu, la couronne d’argent. Votre bourse s’affichera sous l’Atlas magique, vous permettant de faire vos emplettes dans les échoppes prévues à cet effet.

Vous vous en êtes certainement douté, dans Lands of Lore, vous aurez la possibilité de « recruter » des alliés pour prêter main forte à votre héros. Recruter est bien évidemment un grand mot, disons que certains protagonistes s’inviteront automatiquement dans votre équipe de par le déroulement du jeu, mais peut-être existe-t-il d’autres moyens pour obtenir de l’aide ? Effectivement, votre équipe pourra compter jusqu’à trois personnages et ce ne sera pas de trop pour venir à bout des ennemis qui vous barreront la route. Ici, le bestiaire est monumental. Chaque zone disposera de ses propres monstres, certains armés, d’autres craignant tels ou tels types d’armes ou de magies, d’autres encore disposeront de leurs propres sorts. Encore un très gros travail fourni par les développeurs.

Un petit mot sur la magie dans le soft. Vous aurez la possibilité d’ajouter jusqu’à cinq sorts (en plus du sort de départ « Etincelles ») à votre grimoire. La magie est une arme redoutable ici et il ne faudra surtout pas la négliger. D’autant plus que le sort de « Soins » permettra de réanimer les persos ayant perdu connaissance (jauge de vie à zéro) ou encore soigner les états anormaux (sommeil, étourdissement, poison). La majeure partie des sorts s’apprendra via des parchemins que vous pourrez dénicher n’importe où.

Ce qui nous amène à parler des items dans Lands of Lore. Outre les armes et équipements déjà cités, vous pourrez tomber ici sur une foule d’objets, ce qui nous donnera un inventaire des plus conséquents, allant de l’item clé au simple caillou. Sachez que même si votre inventaire est plein, vous aurez l’opportunité de laisser les items inutiles n’importe où en les posant au sol (il suffira de prendre l’objet en question et de le déposer sur la partie basse de l’écran de jeu). Vous aurez même la possibilité de jeter des objets au loin, ce qui pourra blesser des ennemis se trouvant dans cette direction (en plaçant l’objet sur la partie supérieure de l’écran de jeu cette fois).

Parlons maintenant des diverses quêtes à accomplir pour mener à bien votre mission. Le challenge principal ici ? La résolution d’énigmes et de casse-têtes tous plus corsés les uns que les autres. Évidemment, des indices se trouveront sur votre route à chaque instant important. Il n’y aura ici rien d’insurmontable tant les développeurs ont effectué du bon travail. N’allez pas croire que le soft se bâcle en deux heures pour autant, tant certains passages demandent mûre réflexion. Un système de sauvegarde simple et intuitif sera présent pour vous faciliter la tâche. L’icône « disquette », permettant à tout moment de sauvegarder sa progression ou de charger une partie plus ancienne.
Que dire finalement sur cette partie gameplay ? Et bien avec une interface simple et efficace, des énigmes bien pensées et une jouabilité exemplaire, le soft vous tiendra en haleine des heures et des heures. Une vraie réussite pour l’époque !

Bande-son :


Vous rappelez-vous le temps où les cartes son n’étaient pas intégrées aux cartes mères de nos ordinateurs ? Où les Sound Blaster dominaient le marché ? Et bien, encore une fois, le soft s’en sort haut la main. Chaque niveau aura droit à une bande-son appropriée. Et quelles mélodies ! Même au jour d’aujourd’hui, il m’arrive encore d’écouter l’OST de Lands of Lore pour le plaisir ! Certaines mélodies sont tout simplement magiques et collent parfaitement à l’ambiance médiévale-fantastique (armurerie Victor, tour blanche, mines d’Urbish…). Les voix anglaises des personnages sont idéalement interprétées. Encore une fois, rien n’a été laissé au hasard. Chaque perso aura une identité propre. On notera même que c’est Patrick Stewart (Dune, Star Trek, X-Men…) qui prête sa voix au roi Richard. Les autres effets sonores sont de très bonne facture et agrémenteront agréablement l’ensemble. Du tout bon !

Conclusion : 19/20

Après Eye of the Beholder 1 et 2, Westwood Studios remet le couvert et nous sort un excellent Lands of Lore: The Throne of Chaos. Avec un système de combat et une prise en main simples et intuitifs, une interface claire et pratique et une bande-son enchanteresse, tous les ingrédients sont réunis pour vous immerger totalement dans le royaume de Lore. Remplissant parfaitement son rôle avec des heures d’exploration en perspective, ce jeu ne vous laissera pas indemne ! Amateurs de jeux de rôle, Foncez ! Les autres, foncez également ! Chapeau Westwood Studios !


Article publié le 04/02/2011 Jeu testé par Hijaki