lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Jungle Hunt

Section Test.


400 Bad Request Jungle Hunt
??/??/1983
Edité par Atari Corporation
________________________
Jungle Hunt
??/??/1983
Edité par Atari Corporation
________________________

400 Bad Request

Jungle Hunt

??/??/1983
Edité par Atari Corporation
________________________

nginx
Console:
Atari 2600
Genre:Action/Plates-Formes
Développeur: Atari Corporation
Joueurs: Solo uniquement
Existe aussi sur: Apple II- Arcade- Atari 5200- Atari 8 Bits- Commodore 64-

Photo de la boite de Jungle Hunt
Jungle Hunt, capture d'écran Jungle Hunt, capture d'écran Jungle Hunt, capture d'écran
Voici l'une de mes productions préférées sur Atari 2600, au même titre que Kangaroo ou Frankenstein's Monster. Je me devais donc d'en faire la revue d'autant plus qu'il s'agit non seulement à l'origine d'un jeu d'arcade, mais aussi d'un titre assez atypique pour son époque.

Scénario: simple mais bien présenté

Laissez moi reprendre la présentation offerte par la notice du jeu car je ne résiste pas à l'envie de vous la faire partager, tant elle est amusante et travaillée. Lisez-donc ci-dessous une traduction directe du fameux texte d'introduction à l'aventure.

"Laissez-moi me présenter: Sir Dudley Dashey est mon nom et la chasse au gros gibier est mon passe-temps. Ça l'était du moins jusqu'à hier après-midi 16h00 (vous savez, l'heure du thé) quand ma femme, Lady Penelope Dashly (Lady P pour faire court) fut kidnappée au campement. Cela a simplement ruiné mon service de thé. Il semblerait que des sauvages ont vu Lady P et décidèrent de la cuisiner pour leur propre heure du thé. Juste après que Penelope fut capturée, les tamtams de la jungle commencèrent à raisonner. Mes porteurs de bagages me traduisirent le message, ils me dirent que c'était une sorte de note:
Pour: la communauté cannibale
De: la société du restaurant cannibale
Sujet: heure du thé.
Nous avons un menu spécial aujourd'hui! Notre soupe du jour est un bouillon de femme anglaise frais du jour et servi à 16h00. Ne manquez pas cette occasion spéciale pour le thé, importée par la mer depuis le fin fond de l'Angleterre!
La direction pour le déjeuner d'aujourd'hui est la suivante: prenez onze lianes à travers la forêt mortelle, tournez à droite vers la rivière aux reptiles, passez quatorze crocodiles et faites surface sur la côte du champ des rochers. Courez jusqu'à atteindre le camp des cannibales. Passez au dessus de deux gardes (attention aux sagaies), tournez à gauche et… vous y êtes! Bon appétit!"


Vous le voyez le scénario, bien que simple, essaye de vous mettre dans l'ambiance, une ambiance mêlant clichés liés à la jungle et humour british! Les développeurs avaient donné une personnalité à leur adaptation avant même qu'on puisse en voir une image sur le téléviseur. Personnellement je raffole de ces anciennes notices qui justifiaient leur présence par une valeur ajoutée telle que la présentation d'une histoire. Quand en plus ladite histoire est présentée de manière si détaillée et drôle, ça ne peut qu'être un bon point pour le jeu!

Gameplay: 15/20

Le scénario annonce les grandes lignes de ce qu'il nous faudra faire. Vous l'avez compris, le but est de délivrer notre femme, Lady Penelope. La version d'arcade Japonaise, intitulée Jungle King, justifiait quelque peu plus les capacités du héros à parcourir la jungle puisqu'il était une parfaite copie du célèbre Tarzan. Le fait que cette adaptation Atari 2600 l'ait remplacé par un chasseur britannique (reprenant donc la version US du titre d'arcade) n'altère pourtant en rien ses aptitudes et ce seront toujours quatre niveaux que nous devrons parcourir pour libérer une dame en détresse. Ces niveaux, comme mentionnés dans la notice, sont la forêt mortelle qu'il faudra franchir en sautant de liane en liane comme le personnage de Edgar Rice Burroughs, la rivière qui nécessitera de zigzaguer entre les crocodiles, la zone des rochers qu'il faudra bien sûr éviter, et enfin le camp des cannibales, lieu où nous attend notre belle. Il est évident que tout ne sera pas une partie de plaisir et il ne suffira pas d'aller vers la gauche pour effectuer une promenade de santé.

Reprenons plus en détail chacun des lieux traversés. La forêt est en fait une jungle digne de ce nom ne permettant de se déplacer qu'en attendant que les balancements de la liane sur laquelle nous nous trouvons coïncident avec les mouvements de la suivante. C'est alors le bon moment pour appuyer sur le bouton rouge de la manette de l'Atari 2600 et espérer bondir d'une traite vers l'extrémité de la seule chose qui nous sépare de la mort! Lorsqu'un certain nombre de lianes sont passées, nous arrivons dans la rivière dites des reptiles, plan d'eau qui porte bien son nom puisqu'il est infesté de crocodiles. Heureusement, notre héros à moustaches (cf l'illustration de la boite) possède un couteau de chasse et nage aussi bien que Johnny Weissmuller. Moyennant une surveillance de la jauge d'oxygène présente en haut à droite de l'écran et qui nous préviendra de toute façon dès que son niveau s'avèrera bas, nous pourrons plonger dans les eaux tourmentées jusqu'au fond même, si nécessaire, et soit éviter les reptiles mangeurs d'hommes qui s'y trouvent, soit les éliminer d'un coup de couteau bien placé. Il faudra prendre gare à ceux qui ont la gueule ouverte car les occire sera impossible. De même, une attention particulière devra être portée aux crocos solitaires dont les mouvements imprévisibles s'avèreront bien plus dangereux que ceux de leurs congénères sociaux se déplaçant en bandes. Si la séance de natation ne se termine pas en repas festif pour crocodiles affamés, et si nous avons correctement et régulièrement rempli les poumons de notre chasseur en refaisant surface aux bons moments tout en évitant périodiquement des bulles d'air néfastes à son bon contrôle dans l'eau, nous aurons alors la chance de pouvoir piquer un sprint entre des rochers de tailles variables, nécessitant de sauter au dessus ou de se temporiser pour laisser passer les plus gros au dessus de notre tête. Si d'aventure nous ne terminons pas en pudding, spécialité anglaise, nous aurons alors tout le loisir d'aller enfin libérer notre femme. Il nous suffira d'éviter deux cannibales en pagne rose (toujours à la mode même au plus profond de la jungle!) pour la rejoindre.

Une fois tout ce périple achevé, nous recommencerons juste pour le plaisir d'augmenter notre score car comme tout bon jeu Atari 2600 qui se respecte, le score est le motif de jeu principal. Vous vous doutez bien cependant que chaque nouvelle tentative pour compléter à nouveau les quatre niveaux de jeu sera plus difficile que la précédente. Je dois avouer que pour ma part les changements ne sont pas flagrants mais ceci étant en rapport direct avec la durée de vie du jeu, voyons donc cela dans la section appropriée.

Durée de Vie:11/20

Le jeu en lui-même est assez court puisque les quatre niveaux qui le composent sont assez faciles et se traversent sans avoir à craindre que notre compteur de temps ne s'épuise. Ceci est particulièrement vrai pour les trois, voire quatre premiers passages. Au delà, la difficulté augmente sensiblement mais pourtant il reste difficile de véritablement sentir une nette progression. Par rapport à la version d'arcade, cette adaptation Atari 2600 pâtit de cet état de fait. Il faut dire qu'au niveau des suppressions, les développeurs n'y sont pas allés avec le dos de la cuiller, restrictions techniques de la console obligent. Nous perdons ainsi les singes qui apparaissent sur les lianes dès la première boucle du jeu entamée. Nous évitons également les énormes rochers qui faisaient presque du surplace pour les remplacer par des cailloux à peine plus gros que ceux de base et tout juste plus difficiles à éviter. Les sauvages qui étaient deux devant Lady Penelope sont toujours au même nombre mais sur deux écrans séparés. Du coup, il est bien plus facile de les éviter d'autant plus que la marmite qui représentait un danger supplémentaire est également absente ici. De la même façon, nous n'aurons plus droit au sauvage caché dans un arbre derrière l'épouse et n'attendant que de nous jeter sa sagaie.

Bref, la durée de vie est toujours la même puisque nous faisons toujours la même chose qu'en arcade mais la chute de la difficulté et du renouvellement des situations (qui, nous sommes d'accord, était de toute façon très relatif) font que nous y passerons sans doute moins de temps, à moins de toujours vouloir faire plus au niveau du score, ce qui n'est pas inenvisageable vu qu'il s'agit quand même du principe de base encore une fois. Heureusement, la diminution d'oxygène plus rapide lors de la phase aquatique et l'augmentation de la vitesse couplée à la plus grande difficulté à se balancer de liane en liane permettront de justifier tout de même qu'on passe un sacré bout de temps sur Jungle Hunt.

Réalisation:14/20

C'est du tout bon, sans doute pas dans le top dix mais au moins dans le top cinquante, ce qui sur une machine comptant des milliers de titres est plutôt un gage de qualité! La mouture arcade était assez colorée et cette adaptation l'est également. Chaque environnement est travaillé avec soin et c'est sans difficulté que nous nous les figurons à la perfection. La jungle par exemple rend aussi bien en bas qu'en haut et les accroches des lianes sont parsemées de quelques branchages qui ne sont que des détails mais qui sont pleinement justifiés pour une illusion parfaite. Les fonds de la rivière sont également présentés comme une espèce d'amalgame de "corail" tandis que les crocodiles très bien animés répondent à notre héros qui s'est délesté de son haut, de son chapeau et à remplacé son short par un pantalon pour nager. La zone des rochers est la moins réussie, reprenant le sommet visible dans la jungle, ce qui est assez normal au final. On trouve ensuite par contre une très belle figuration des sauvages, en pagne avec sagaie et surtout masque de mort comme dans la version arcade! Notre belle mérite bien son qualificatif puisqu'on reconnait sans mal une femme aux cheveux blonds et longs, vêtue d'une robe et d'un chandail et même sans doute de bottes ou d'un pantalon sous sa robe (difficile à dire avec si peu de pixels mais l'intention et la réussite graphique y sont!).

Côté animation, c'est également du tout bon avec un personnage principal qui saute bien et nage comme un poisson, donnant çà et là des coups de couteau. Les sauvages sautent également comme s'ils dansaient sur des rythmes de tamtams à la manière dont on imagine qu'ils le feraient et une autre petite danse en couple est effectuée par nos tourtereaux lorsqu'ils se réunissent. Un jeu clairement orienté vers la qualité graphique!

Bande son:12/20

Toujours difficile de parler de cet élément sur Atari 2600 mais Jungle Hunt ne lâche rien de ce côté là non plus. Les bruitages sont très corrects et nombreux.

Conclusion : 14/20

Jungle hunt était un titre original en arcade lors de sa commercialisation. Il insufflait en effet une bouffée d'air frais parmi les innombrables jeux se déroulant dans l'espace. Pensez donc! Incarner un héros dans une jungle avec des sauvages, cela ne se voyait pas tous les jours. Sur Atari 2600, l'originalité est moindre, pourtant notre jeu garde tout son charme, et j'irais même jusqu'à dire son charisme, rien que par son idée et son contexte. Étant donnée sa réalisation de grande tenue, il ne lui aurait fallu qu'une pointe de difficulté en plus, passant par quelques ajouts supplémentaires, pour encore gagner quelques points. En l'occurrence il reste un jeu qu'il faut posséder sur cette console, un jeu que je préfère par exemple à Pitfall.


Article publié le 22/08/2012 Jeu testé par Tanuki