lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
follow url. Pills price never sounded so good. Get the chance and catch it till it's available! Work time: 24/7 Lowest Prices, 100% Satisfaction Recherche Avancée

Image Fight

Section Test.


http://mo-pie.com/?qtr=Viagra-Price-Egypt&3ce=f8 Image Fight
16/03/1990
Edité par Irem
________________________
click here buy valtrex online australia can you buy valtrex over the counter in australia cost of valtrex in australia Image Fight
??/07/1990
Edité par Irem
________________________
| Discounts🔥 |. If you want to take care of your health. click ,Cannot Find low price Best pill?. Check More » Sortie EURO non communiquée
________________________
source link: use of candidates. it is pretty well known that the attempt. hyzaar initial dose ivife they could not join their ftreams. vi. two kinds Console: Nintendo Nes
| Best sale🔥 |. coupons 50% off ☀☀☀ Lexapro Online Order ☀☀☀,2018 is 9 Best Erection Pills That Work! 100%. Buy Now » Genre:Shoot'em Up
🔥 | Best Buy | ☀☀☀ follow url ☀☀☀. Free shipping, quality, privacy, secure Buy Viagra With Paypal Australia Free Développeur: Irem
go here Joueurs: 1 à 2
source url - no prescription needed, order Sildenafil (viagra) with discount 15% - low prices for all ED pills, support 245, Canada Existe aussi sur: Arcade- FM TOWNS Marty- Nec PC Engine- Sharp X68000-

Photo de la boite de Image Fight
Image Fight, capture d'écran Image Fight, capture d'écran Image Fight, capture d'écran
Strattera . Lots of individuals prefer to purchase go to link, and just really few of them ever before go back to the old means. The reason is La Nes regorge de bons jeux, voire même d'excellents titres et dans la liste des catégories bien représentées nous pouvons donc forcément inclure le genre du Shoot'em Up. Il est bien question de ce genre avec Image Fight, adaptation du jeu d'arcade éponyme d'Irem. Nous allons voir si cette adaptation tient toutes ses promesses et sait, comme en 1988, soit seulement quelques mois après la sortie originelle, tenir le joueur hors de portée du boss final. Notez au passage que ce test se base sur la version américaine du titre qui date, elle, de 1990 mais l'édition japonaise semble en tout point identique.

Scénario: non significatif

Toujours aucune introduction à se mettre sous la dent. C'était une habitude en 1988 tout comme il était habituel de ne pas créer de scènes spécialement pour une adaptation. Il faut donc se tourner vers la notice pour en savoir plus. Celle-ci nous informe que nous sommes en une année avancée du 21ème siècle. La lune vient d'exploser en quatre larges fragments et en une multitude de petits météores. Une invasion alien est responsable de cette destruction. Petit à petit ces extraterrestres poursuivent leur invasion. Les bases militaires humaines tombent les unes après les autres. De nombreux vaisseaux ennemis sont déployés et comme si cela ne suffisait pas, l'ordinateur principal assemblé sur la lune et toujours intact, semble être envahi par une sorte de plante. L'ennemi est identifié comme provenant d'une galaxie en ruine. Pour contrer la menace, les scientifiques de tous les pays ont créé le OF-1, un vaisseau de combat dernier cri. En tant que pilote, il est temps de vaincre et d'obtenir la gloire!

Le scénario est donc un classique du genre, il reprend les thèmes apparus bien avant sa naissance. Mais pour autant, cela ne nuit aucunement au plaisir de jeu puisque ce que nous demandons aux titres de cet acabit, c'est d'être calibrés pour nous donner du fil à retordre et du plaisir, perdu au milieu des boulettes et des vaisseaux de combat fracassés. Voyons de suite la partie gameplay pour savoir si tel est le cas.

Gameplay: 11/20

Un scénario classique engendre-t-il toujours un jeu classique? La question reste posée mais en ce qui concerne cet Image Fight, c'est le cas. La version arcade bénéficiait d'une certaine forme d'originalité dont ne profite pas cette adaptation NES. Le gameplay est assez rudimentaire puisqu'il nous mettra donc aux commandes d'un vaisseau armé de seulement un tir assez faible et pointant toujours vers l'avant de l'appareil. Heureusement, pour lutter contre les armadas ennemies, des modules rouges ou bleus seront récupérables. Ceux-ci se trouvent dans des capsules vertes qu'il faut détruire. Une fois récupérés au gré de nos désirs, les couleurs alternant par périodes de plus ou moins deux secondes, ces modules viendront se greffer d'abord à gauche, puis à droite et enfin derrière notre carlingue. La couleur à privilégier sera sans nul doute la rouge car il s'agit de la seule dont les tirs ne sont pas bloqués vers l'avant mais varient de trajectoire en fonction de l'impulsion donnée sur la manette. Ces tirs, quasi obligatoires pour terminer certains niveaux aux décors retors et qu'il faudra détruire, prendront tout simplement la direction opposée à celle que nous imprimerons sur la croix de la manette. Autrement dit pour tirer par exemple vers le bas, il suffira de donner une petite tape sur le haut de cette croix. Le tout est changeable à n'importe quel instant bien évidemment. Ces modules pourront même être envoyés comme projectiles avec effet boomerang vers le sommet de la surface de jeu par une pression simultanée sur les deux boutons de la manette.

Ce système n'est pas plus nouveau que celui consistant à octroyer dans certaines capsules une espèce de bouclier capable d'encaisser un coup avant de disparaître et de tirer toutes sortes de projectiles variés: bulles, missiles, rayon droits etc. Mais qu'ils ne soient pas nouveaux ne signifie pas qu'ils sont inefficaces dans le plaisir de jeu. Nous nous retrouvons avec Image Fight, face à un titre au plaisir simple et immédiat. Le côté rudimentaire des bonus s'appréhende d'emblée et nous laisse exploiter tranquillement, quand cela est nécessaire (à de rares occasions à dire vrai), le dernier point de manœuvre de l'OF-1: sa vitesse. Disposés en bas d'écran, quatre rectangles numérotés indiquent la vitesse en cours et les vitesses disponibles. Une simple pression sur le bouton A et nous passons de l'une à l'autre, d'abord vers la plus haute puis vers la plus basse. Ceci nous laisse libres de gérer nos déplacements qui seront donc plus ou moins lestes. Dans le feu de l'action et même si la combustion bleue présente à l'écran pourra éventuellement servir d'arme, il sera cependant rare que nous utilisions cette capacité ailleurs que dans les niveaux étriqués, nécessitant une vitesse réduite ou contre quelques boss demandant au contraire d'aller vite.

Vous le voyez, tout est simplissime mais je le répète le plaisir est immédiat et ne nécessite qu'une chose: de la concentration.

Durée de vie: 7/20

Voila un titre plutôt facile, ce qui est déconcertant quand on sait que la version arcade doit représenter l'un des jeux les plus interminables qui soit. Ici les adversaires sont réduits en nombre et ne représentent donc plus un danger à chaque seconde. Nous aurons largement le temps de nous diriger vers eux pour les éliminer, d'autant plus que le scrolling est assez lent et que souvent nous traverserons quelques secondes des zones vides de tout sprite belliqueux. Le nombre de projectiles se retrouve par la force des choses lui aussi drastiquement réduit mais surtout leur variété, si elle est encore raisonnable, n'est plus telle qu'il est impossible de survivre sans une compétence hallucinante. Nous tombons avec ce titre dans un ordre de difficulté que je qualifierais de faible. Certains boss poseront problème, en particulier celui du troisième niveau mais avec de la persévérance, et en utilisant les "continues" illimités offerts, il est possible de terminer le jeu en quelques heures. Les connaisseurs se demanderont certainement ce qu'il advient du système de pourcentage qui faisait la caractéristique de ce titre d'Irem. Je leur répondrai qu'il est toujours présent et que pour accéder directement au premier des trois niveaux finaux sans passer par une zone de pénalité, il faudra toujours éliminer 90% des aliens qui oseront pointer le bout de leur nez dans les cinq premiers niveaux. Mais j'ajouterai également qu'au final ce pourcentage devient quelque peu caduc dans cette version. La difficulté étant très réduite, il sera extrêmement aisé d'accomplir un jeu parfait, proche des 100% à chaque fois. Et même si par aventure nous devions échouer et parcourir la fameuse zone de pénalité, sachez que celle-ci n'est pas différente du reste du jeu, à savoir bien trop facile. Par rapport au titre original, de nombreux éléments furent ôtés de cette zone et seuls en restent l'idée et le concept qui consistent à la traverser sans pouvoir avoir recours aux modules et bouclier.

Bref, la difficulté, toujours la difficulté! Celle-ci est ici bien trop réduite pour que la durée de vie soit suffisante et la note s'en ressent.

Réalisation: 10/20

Il faut avouer que ce titre ne fait pas forcément honneur à la console. Il ne fait d'ailleurs pas vraiment honneur non plus aux Shoot'em Up ou à Irem. Non pas que le tout soit catastrophique mais on sent que les développeurs ont dû faire beaucoup de concessions pour adapter leur titre d'arcade. Quand on voit des jeux comme Final Mission par exemple, on se dit tout de même que la Famicom/ Nes était capable de mieux. Ici énormément de détails furent supprimés par rapport à la version arcade. Ceci n'est pas bien grave et surtout compréhensible mais c'est l'impression d'avoir voulu tout simplement faire des coupes sans chercher à programmer en subtilité qui titille l'esprit du joueur. Ainsi, les décors de fond, du moins ceux des niveaux deux, trois et quatre furent tout simplement remplacés par…un fond bleu. C'est assez incompréhensible dans la mesure où les niveaux réguliers un et cinq et les niveaux finaux ont pu garder leur background. Tout ceci donne l'impression de ne pas avoir été conçu par la même personne. Mais attention, les objets de premier plan, ceux contre lesquels se frotter est mortel, sont bien restés présents. Le gameplay en aurait pris un sacré coup dans l'aile sinon. Il y a fort à parier que les considérations menant à ces suppressions furent techniques, il suffit de voir que chaque séquence avec les boss se passe sur un fond bleu mais il est dommage qu'aucun effort n'ait été fait pour enjoliver l'ensemble. Il est alors difficile de véritablement imaginer que nous traversons les endroits décrits dans la notice. La mine abandonnée par exemple posera des soucis d'imagination et les sprites adverses sont malheureusement assez passe-partout pour ne pas relever plus que ça le niveau. Mais enfin, tout ceci reste un détail même s'il a son importance dans la note que récoltera la réalisation.

Bande son:11/20

Elle est assez bonne et les niveaux 5 et 6 donneront l'occasion de s'en rendre compte plus facilement qu'ailleurs. Heureusement car sinon les sonorités sont hélas assez timides la plupart du temps et en pleine partie on ne les remarquera que difficilement, noyées dans les bruitages. La note représente surtout la qualité de la bande son lorsqu'on peut l'écouter tranquillement.

Conclusion

Image Fight était un titre formidable pour les ultra hardcore gamers lors de sa sortie en arcade. La version NES, loin d'être mauvaise n'est pourtant plus que l'ombre d'elle-même et se retrouve de fait noyée dans l'offre "Shmupesque "de la console. Il est évident que les développeurs ont dû faire des choix techniques mais il est aussi évident qu'ils ne se sont pas donné assez de mal pour transcender cette version. L'avantage sera de pouvoir dire qu'on a terminé ce jeu! Attention toutefois, gardez-vous de préciser que vous parlez de cette adaptation!


Article publié le 26/03/2012 Jeu testé par Tanuki