lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Online Viagra Australia Net Recherche Avancée

Earthworm Jim 2

Section Test.


here Sortie JAP non communiquée
________________________
go here Earthworm Jim 2
??/??/1996
Edité par Playmates Interactive
________________________
click Earthworm Jim 2
02/12/1995
Edité par Virgin Interactive
________________________
go Console: Sega Megadrive
http://daronkrueger.com/?xol=Why-Does-Crestor-Cost-So-Much&cf6=6e Genre:Action/Plates-Formes
http://jackhanna.com/?rqa=Buy-Viagra-From-India-Online&316=f9 Développeur: Shiny Entertainment
Mobic 7.5 Mg Price Joueurs: Solo uniquement
click here Existe aussi sur: Nintendo Game Boy Advance- Nintendo Super Nes- PC- Sega Saturn- Sony Playstation- Virtual Console WII-

Photo de la boite de Earthworm Jim 2
Earthworm Jim 2, capture d'écran Earthworm Jim 2, capture d'écran Earthworm Jim 2, capture d'écran
Comprar Cialis Viagra Levitra Dans le monde du jeu-vidéo (ainsi que dans nos greniers), il existe certains jeux dont le nom évoque de folles parties endiablées et sur lesquels on revenait volontiers malgré le manque d'un système de sauvegardes. Earthworm Jim est de ceux-là, digne représentant d'une époque aujourd'hui révolue, il constituait en son temps un jeu doté d'un scénario loufoque profitant d'une réalisation béton. Alors en route et venez redécouvrir cette perle vidéoludique ! Une chose est sûre : vous ne verrez plus jamais les vers de terre de la même façon...

Ready ? Action !

Évoquer le scénario du deuxième opus nécessite une petite piqûre de rappel de celui du premier épisode pour mieux comprendre comment un ver de terre peut se promener avec une arme. Jim, notre héros gluant, était un lombric comme les autres jusqu'au jour où une combinaison surpuissante tomba du ciel. En réalité, cette combinaison était l'invention d'un corbeau scientifique démoniaque d'une autre planète répondant au doux nom de Psy-Crow et elle était censée être un cadeau pour une reine tout aussi diabolique. Cependant, durant le transport entre le laboratoire et le palais, la cargaison fut attaquée et l'invention tomba sur Terre sous le nez de Jim qui décida de s'y fourrer.

Je vous passe les détails du premier jeu, mais en gros il fallait sauver une princesse et le jeu commence ici dès le logo Sega : on y voit Jim jouer de l'accordéon pour sa belle (original avouons-le !) qui ne semble pourtant pas réceptive au charme de cet instrument ô combien lyrique. C'est à ce moment-là que l'infâme Psy-Crow arrive, tapote l'épaule droite de notre héros qui se retourne pour voir ce qu'il en est et profitant de son inattention, notre vilain à plumes en profite pour kidnapper la princesse ! Ni-une ni-deux, Jim monte sur sa fusée de poche et se met à leur poursuite pour éviter le mariage. Oui, vous avez bien lu : le monstre envisage de se marier pour devenir monarque de la galaxie ! A vous alors de fouiller chaque planète dans votre poursuite, ce qui sera l'occasion de croiser moult ennemis avant la confrontation finale.

Au doigt et à l'oeil !

Earthworm Jim 2 fait partie de ces jeux qui se prennent très vite en main, à plus forte raison si vous avez déjà joué au premier opus. Pour rappel, le bouton A sert à dégainer votre arme qui va du pistolet de base en passant au gant-mitraillette à trois doigts, le bouton B permet quant à lui d'utiliser le fouet. En effet, la combinaison attrape Jim et fouette tout ce qui bouge, le tout avec un bruitage digne d'Indiana Jones ! Enfin, le bouton C ne sert ni plus ni moins qu'à faire sauter votre personnage,

Mais qui dit nouvel épisode dit forcement innovations, et elles sont bien présentes. Sachez que vous transportez en permanence dans votre sac à dos une sorte de gélatine verte répondant au doux nom de Snott. L'intérêt de ladite bestiole est qu'en pressant le bouton A dans les airs, ce dernier se transforme en parachute, permettant ainsi un atterrissage sécurisé.
Mais ce n'est pas tout, vous trouverez quelquefois une substance verte collée à certains endroits du plafond, auquel cas il suffira de sauter et d'appuyer à nouveau sur C une fois en l'air : Snott sortira pour s'accrocher et vous servira ainsi de liane. Bref, on remarque donc une jouabilité simple et précise, tout ce que l'on demande !

Une réalisation de folie !

En parcourant ce paragraphe, vous allez vous rendre compte que l'adjectif « folie » qualifie une réalisation qui tient la route mais également l'état d'esprit du jeu. Intéressons-nous d'abord à l'essentiel, c'est-à-dire les niveaux composant le soft. S'agissant de leur structure même, elle se révèle simple, c'est-à-dire que vous n'aurez pas à vous perdre dans de tortueux labyrinthes ! Mais bien que simples en eux-mêmes, leurs thèmes se révèlent quant à eux totalement barrés. L'aventure conduira le joueur à se faire poursuivre par une salière sur un barbecue, en passant par des intestins et un autre niveau où il faudra sauver des vaches de belliqueux extra-terrestres ! Mention spéciale au level « les bébés » : Jim y tiens une sorte de mashmallow géant entre les mains, Psy-Crow balance des chiots d'un toit et vous devez les réceptionner ! Si trois chiots s'écrasent, leur père se transforme en monstre et vous attaque. Si l'on s'intéresse à l'animation de Jim, cette dernière se révèle correcte et tout en fluidité, le jeu ne souffrant d'aucun ralentissement sur la version testée. Enfin, les producteurs du jeu semblent s'être donné un malin plaisir à fournir des armes plus ou moins loufoques comme je l'ai évoqué dans le précédent paragraphe, ce qui participe à renforcer le côté tordu du soft.

Et c'est le temps qui court, court...

Outre cette référence musicale d'un goût douteux, nous allons nous intéresser ici à la durée de vie du jeu. N'étant pas doté d'une difficulté à s'en arracher les cheveux, il se boucle en une dizaine d'heures. Même si cela peut paraître peu de nos jours, il faut se replacer dans le contexte de l'époque ! Et oui, en ces temps lointains le système de sauvegarde n'était pas généralisé, ce qui fait que lorsque le joueur perdait à un niveau de la fin et bien...il reprenait tout à zéro. De plus, Earthworm Jim 2 est un jeu auquel on rejoue par plaisir, l'esprit même du titre y étant pour beaucoup. A noter tout de même que certains passages du jeu proposent un véritable défis, je pense entre autre au niveau « ISO 9000 » qui n'est rien d'autre qu'un tas de paperasses administratives remplis de pièges en tout genre !

Côté énigmes, elles ne sont pour la plupart du temps que basiques et consistent à amener un élément A au point B, l'élément en question pouvant être un cochon ou une vache (on reste dans l'esprit loufoque même dans les énigmes). Enfin, les ennemis ne posent pas vraiment de problème et les quelques boss présents sont d'une simplicité déconcertante.

Le rythme dans la peau !

C'est bien connu : la musique d'un jeu peut devenir un élément à part entière du gameplay. Ici vous ne serez point déçu, on y trouve une bande sonore dynamique et adapté à chaque situation : mélancolique dans le niveau sous-marin, rythmée quand il vous faudra courir sur le barbecue et enfin à la limite de l'énervement dans « ISO 9000 ». Les mélodies savent se faire discrètes ce qui a le mérite de ne pas « couvrir » trop fortement les bruitages du jeu et les quelques rares voix du jeu, qui se résument entre quelques phrases de Jim et les habituels « aaaaah » de douleur. En parlant de bruitages, ceux-ci sont de bonnes factures avec un léger penchant vers le style cartoon.

Conclusion : 17/20

Si mon test ne vous a pas convaincu je vais me montrer plus clair ici : Earthworm Jim 2 est un bon jeu d'aventure. Ni facile ni difficile, il vous fera passer d'agréables moments en compagnie d'un ver de terre sympathique (ce qui n'est pas courant avouons-le), le tout dans une ambiance déjantée au doux parfum de Tex Avery par moments. Un jeu qui à sa place dans votre ludothèque, à côté de ses grands frères Sonic et autres Légende de Thor.


Scénario : 15/20
Gameplay : 17/20
Réalisation : 17/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 15/20


Article publié le 07/06/2009 Jeu testé par Jonat