lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Duck Hunt

Section Test.


400 Bad Request Duck Hunt
21/04/1984
Edité par Nintendo
________________________
Duck Hunt
18/10/1985
Edité par Nintendo
________________________

400 Bad Request

Duck Hunt

15/08/1987
Edité par Nintendo
________________________

nginx
Console:
Nintendo Nes
Genre:Tir
Développeur: Nintendo
Joueurs: 1 à 2
Une exclusivité Nintendo Nes

Photo de la boite de Duck Hunt
Duck Hunt, capture d'écran Duck Hunt, capture d'écran Duck Hunt, capture d'écran
Combien parmi vous détestent Picsou ? Cet affreux rapiat plus radin encore qu’Harpagon a en effet tendance à soulever une vague d’énervement inconsciente chez certains des lecteurs de ses bandes dessinées. Si vous avez toujours rêvé de lui coller votre poing dans le coin (coin) de la figure, Duck Hunt pourra à n’en pas douter satisfaire vos tendances meurtrières envers la population volante des marais.

Gameplay (20/20)

L’aspect le plus intéressant du titre réside sans aucun doute dans sa jouabilité, puisqu’il est le tout premier jeu (du moins sur console de salon) à donner au joueur la possibilité de tirer sur une cible virtuelle par le biais d’un pistolet réel, et ce des années avant les Virtua Cop et autres Time Crisis. Ainsi, vous pourrez muni de votre Nes Zapper, mitrailler votre écran et vous défouler sur ces pauvres bêtes volantes qui n’auront d’autre choix que de fuir pour échapper à votre folie vengeresse. La précision sera de mise puisque vous tirerez exactement là ou vous viserez, le pistolet faisant là preuve d’une fiabilité exemplaire. Comble du bonheur, sa prise en main est des plus agréables et vos doigts épouseront parfaitement ses formes. Chose intéressante, le second joueur aura la possibilité d’influencer la trajectoire des agaçants volatiles afin de les faire louvoyer selon son bon vouloir.

Durée de vie (15/20)

Le jeu se déroulera d’une manière bien particulière. Vous verrez tout d’abord votre chien, inévitable compagnon de tout chasseur qui se respecte, flairer une piste puis sauter soudainement dans des fourrés. Effrayé par cette horrible apparition canine, un canard ne manquera pas de s’envoler brusquement et vous aurez alors trois balles pour l’abattre, sachant que si vous le descendez du premier coup, le nombre de points augmentera en conséquence (à noter également que selon la couleur du canard, vous toucherez plus ou moins de points. Si votre coup de feu atteint sa cible, la proie tombera dans les hautes herbes et sera vite ramassée par votre fidèle acolyte. Si vous ne parvenez pas à occire ce bougre de canard, préparez vous à faire face aux moqueries de votre ami à quatre pattes que vous aurez bien vite envie d’envoyer grossir votre tableau de chasse (vous vous rendrez malheureusement vite compte que l’agaçant être canin est insensible à vos attaques). La partie sera divisée en rounds, durant lesquels votre chien en débusquera dix. Vous devrez en abattre un nombre minimum pour pouvoir passer au round suivant, sachant que l’idéal est bien entendu de réaliser un perfect, c'est-à-dire de tuer les dix volatiles. Toutes ces informations utiles sont indiquées via une interface claire située en bas de l’écran et ne nuisant aucunement à la lisibilité de l’écran. Au fil des niveaux, la difficulté augmentera graduellement avec un gibier toujours plus rapide et imprévisible, sachant que le jeu n’a (à ma connaissance) pas de fin. Sachez que si cela parait facile à première vue, le challenge devient nettement plus corsé à partir du niveau 10 où vos cibles sembleront être équipées d’un moteur d’avion tant elles vous feront penser à des feux-follets. A ce mode de jeu basique s’ajoutent deux possibilités supplémentaires. La première vous permettra de voir votre chien débusquer non pas un, mais deux canards rendant le challenge nettement plus corsé malgré une relative lenteur en comparaison du mode précédent. Enfin, vous pourrez vous faire les crocs en détruisant des pigeons d’argile dans un mode de jeu peu intéressant que vous délaisserez assez vite au profit des deux autres. On peut donc qualifier la longévité de ce titre d’infinie, même si la lassitude finira tout de même par s’inviter à la fête. Mais force est de constater que vous reviendrez toujours avec plaisir à cette référence dans le domaine des jeux de tir, d’autant que l’appât du score ultime sera non négligeable.

Réalisation (17/20)

Et graphiquement, le résultat est loin d’être horrible. Le tout a certes énormément vieillit mais a su conserver cette petite touche attachante commune à tous les musts du rétrogaming. Les couleurs légèrement trop criardes sont donc très vite oubliées tant la modélisation de l’environnement est sympathique. Les canards ne sont pas en reste et bénéficient d’une réalisation aussi soignée que leur animation les rendant extrêmement proches de la réalité. Et que dire de votre chien, dont les mimiques (particulièrement lorsqu’il se paie votre tête à la suite d’un tir raté) vous feront à n’en pas douter mourir de rire. Les décors manquent certes de variété (puisque vous n’en aurez que deux en tout et pour tout) mais rappelons tout de même que nous avons affaire à un jeu sorti en 1984 au Japon, ce qui met en avant la prouesse technique réalisée pour ce titre très en avance pour son époque. Les phases de tir au pigeon (d’argile), si elles ne sont pas des plus intéressantes, auront au moins le mérite de mettre en évidence de superbes effets de profondeur tout simplement bluffants pour une console 8 bits. Enfin, il est agréable de constater qu’aucun ralentissement ne viendra gâcher le plaisir du joueur.

Bande son (13/20)

Côté son, la musique est malheureusement trop peu présente lors des phases de tir. Toutefois, le petit jingle faisant suite à ces dernières est des plus amusants, au même titre que les différents bruitages (à commencer par le rire de votre chien se moquant de votre infortune). La bande son met parfaitement en évidence la volonté des développeurs de donner une ambiance fun et conviviale à son titre, ce qui le réservera de préférence aux non-adeptes de la chasse.

Scénario (-)

Conclusion (18/20)

Duck Hunt fait donc partie de ces jeux marquants qui auront toujours leur place dans le cœur des joueurs. Certes il est répétitif, certes il a vieilli mais comment résister à son charme si particulier ? Un petit mot pour les défenseurs des animaux : je suis moi-même fermement opposé à la chasse ce qui ne m’a pas empêché d’apprécier énormément ce titre par son côté parodique et amusant qui montrent la volonté des développeurs de ne pas sortir une simulation de chasse à part entière. On ne peut qu’être reconnaissant envers ce magnifique jeu sans lequel les adeptes de The House of The Dead, Time Crisis et autres Virtua Cop auraient dû se contenter d’un Pad en lieu et place des Virtua Gun et G-Con 45.


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Manuwaza