lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
see Recherche Avancée

Double Dragon

Section Test.


http://cfmim.com/?pill=Diarrhea-After-Imodium-Wears-Off&71b=4c Sortie JAP non communiquée
________________________
go to site Double Dragon
??/??/1993
Edité par Ballistic Software
________________________
http://spotliteme.com/?eq=where-is-the-best-place-to-buy-cialis-online-forum&9a3=3e Double Dragon
??/??/1993
Edité par Ballistic Software
________________________
Try Clomid Free Console: Sega Megadrive
Buy Viagra Online With A Check Genre:Beat'em All
Buy Starlix Développeur: Accolade
Artane Castle Post Office Opening Hours Joueurs: 1 à 2
source site Existe aussi sur: Atari 2600- Atari 7800- Atari Lynx- Nintendo Game Boy- Nintendo Game Boy Advance- Nintendo Nes- Sega Game Gear- Sega Master System-
http://datasciencemelbourne.com/?pot=Tesco-Artane-Castle-Shopping-Centre-Opening-Hours&da1=cc Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Double Dragon
Double Dragon, capture d'écran Double Dragon, capture d'écran Double Dragon, capture d'écran
En 1993, débarque enfin sur Megadrive, le portage du mythique beat'em all d'arcade : Double Dragon ; pour le coup ça ne sera pas Technos qui se chargera de l'affaire mais Accolade. Mais vu le temps passé depuis la sortie arcade, les joueurs sont en droit d'attendre quelques améliorations apportés au soft, surtout lorsque l'on voit les quelques subtilités apportés à la version NES qui est pourtant nettement inférieure techniquement à la version arcade comme vous pouvez vous en douter.

Ce portage sera donc le plus fidèle au jeu original, et j'en profiterai pour faire un double test Arcade/Megadrive pour un Double Dragon. Cependant, les joueurs se demanderont ce qu'il apporte de plus? Et surtout, la magie Double Dragon opère-t-elle toujours 6 ans plus tard?


Jouabilité (7/20)

Comme je l'ai précisé dans l'introduction, et je ne cesserai de le répéter tout au long de ce test, ce volet est extrèmement fidèle à la version arcade ; vous aurez donc la palette de coups identiques à l'original, c'est-à-dire pour les mouvements de base : coup de poing, coup de pied, saut et par extension coup de pied sauté. Cependant si l'adversaire est étourdi, vous pourrez soit lui porter un coup à la puissance décuplée : uppertcut ou high kick ; ou encore le saisir afin de lui asséner des coups de genoux ou plus simplement de le jeter sur un de ses petits camarades de jeu. Ensuite, une plus indéniable dans ce genre de beat'em all 2D, vous aurez la possibilité de frapper derrière vous avec un coup de coude ou un coup de pied sauté retourné, cependant ce genre de mouvements laissent une ouverture immense dans votre garde. Enfin, en pressant deux fois la touche avant, vous déclencherez le désormais légendaire coup de tête. Ce qui en somme, nous offre un panel qui est l'exacte copie de celui disponible en arcade, mais en plus c'est vraiment conséquent pour un jeu sorti en 1987 ; en 1993, ça l'est moins, mais ça reste tout de même plus qu'honorable, il est simplement dommage qu'en 6 ans, la palette de coups n'est pas été étoffée, cependant ce n'est pas bien grave.

Là où le bât blesse beaucoup plus, c'est au niveau du gameplay en lui-même : en fait, là où Double Dragon version 87 était un peu imprécis et parfois brouillon, là celui-ci fait encore pire. Au niveau des déplacements, le manque de précision est assez énorme et vous vaudra pas mal de mandales dans les dents mais aussi bon nombre de vies perdues bêtement en tombant dans un trou alors que vous pensiez avoir de la marge. Mais comme vous ne serez certainement pas assez énervé à cause de ça, vos crises de nerfs se poursuivrons lors des affrontements, donc beaucoup plus nombreux que le problème précédent, en fait vous aurez la désagréable impression d'être un sous-homme par rapport à vos adversaires qui seront souvent plus rapides que vous au point de vous frapper pendant que vous leur mettez un enchaînement. Il vous arrivera de perdre une vie en prenant des coups de tous les côtés sans pouvoir réagir, cependant, avec un timing précis et pas intuitif pour un sou vous pourrez réduire cette frustration et mieux placer vos combos. Une dernière touche négative, mais pas bien méchante : il sera désormais impossible d'immobiliser un adversaire afin de laisser votre coéquipier le frapper, également impossible de subir ce traitement et enfin vous ne pourrez plus donner de coups de pieds dans les barils pour les faire rouler.

En bref, le gameplay de Double Dragon a déjà vieilli, mais ce supporte toujours bien, en revanche, l'adaptation Megadrive a vraiment empiré les choses et vous risquez de laisser tomber le jeu à cause de cette jouabilité pour le moins frustrante. Mais si vous vous accrochez, vous pourrez prendre le coup et ainsi atténuer cette frustration ; assez peu accessible pour le joueur lambda donc.

Réalisation (14/20)

C'est de ce point de vue-ci que la version Megadrive ressemble le plus à son modèle ; en fait, elles sont quasiment identiques, un petit peu mieux sur console tout de même. Donc je dirai que les fans seront contents de voir une telle fidélité dans l'adaptation, cependant l'amélioration qui aurait pu être faite en 6 ans est totalement absente, vraiment dommage, encore une fois. Les persos gardent leur look SD avec leur énorme tête et leur position bien caractéristique avec les bras collés sur les côtés du corps, donc ça rappelle plein de bons souvenirs.
Les décors ont été repris également à l'identique tout en étant affinés et quelques améliorations on été apportée, l'exemple qui me vient en tête en premier n'est pas forcément celui que l'on remarquera le plus : le chat sur la poubelle à la fin du premier stage ressemble désormais à un vrai chat et non plus à une peluche avec une grosse tête. Bien entendu, ce nouveau design n'apporte rien de plus, il s'agit de la copie parfaite de l'original en plus beau.

Donc, les fans seront aux anges de voir que le portage est vraiment excellent au niveau graphique, les autres trouveront peut-être que les graphismes ont mal vieilli ; ce qui est un peu vrai mais contribue grandement au charme de Double Dragon. Le gros plus apporté à cette version 16-bits, c'est tout simplement la suppression pure et simple du gros point noir de la version arcade : les ralentissements qui survenaient lorsque trop de sprites étaient présents à l'écran, une grosse amélioration donc. Mais il y a tout de même des points négatifs, deux pour être précis : l'animation est toujours très raide et quelques sprites supplémentaires n'auraient fait que du bien ; et les palettes des personnages ne changent presque pas, déjà que dans la version arcade où c'est le cas, les adversaires ne paraissent pas très variés, là ça devient vraiment répétitif.

La réalisation du soft est donc tout à fait honorable et un cran au-dessus de son aîné grâce, notamment, aux affreux ralentissements qui ont été supprimés. Malheureusement, la réalisation a vieilli et risque de pas plaire à tout le monde, cependant, les nostalgiques seront aux anges.

Bande sonore (11/20)

Les musiques ont elles aussi été conservées et c'est avec joie que dès le lancement du jeu on se laisse envoûter par le thème principal qui vous replongera des années en arrière. Les musiques des niveaux sont les même également et vous serez totalement plongés au cœur du jeu en les écoutant. Au niveau de la composition, on retrouve donc toutes les musiques mythiques de la borne d'arcade, et c'est donc un plus que j'aurai beaucoup de mal à vous décrire. Les fans seront complètement aux anges, quant aux autres, ils ne pourront rester de marbre face à ces compositions qui possèdent complètement l'esprit de Double Dragon.

Mais évidemment, on va trouver un colossal défaut au niveau des musiques : la qualité sonore. Et oui ça grésille, ça siffle, des notes son beaucoup trop aigües, et du coup, on a des musiques magiquement composées mais qui se révèlent stridentes au possible et franchement stressantes. Alors oui la Megadrive n'est pas un monstre au niveau sonore, mais elle est tout de même capable de bien mieux que ça. Pour les bruitages, c'est pire, ils ont été supprimés, ou plutôt remplacés par des petits grésillements timides, et cela se remarque surtout pour les cris des adversaires qui passent de "AAAH" en arcade, à "BZZZT" sur console.

Une ambiance sonore calquée comme le reste sur la version 87, mais également très bâclée avec des bruitages médiocres et des thèmes musicaux magnifiques mais sortant avec une qualité vraiment désagréable à entendre, encore une fois, c'est dommage.

Durée de vie (10/20)

Qui dit portage d'une version arcade dit bien sûr un seul mode de jeu, mais ça ne pose pas vrément de problème, car aujourd'hui 20 ans après, qui oserai dire qu'il ne s'amuse plus avec Double Dragon. Les quatre niveaux sont donc présents dans leur formes originelle et avec un joli boss à la fin de chacun ; on passera donc par la rue, l'usine, la forêt/la montagne et le repaire des vilains pas beaux. Les niveaux sont assez courts, à part le troisième qui est en deux parties, en fait on pourrai dire qu'il y a plutôt 5 niveaux, m'enfin c'est pas moi qui est fait le partage. Donc au final, finir le jeu ne devrai pas vous poser de problème, mais encore une fois, finir le jeu vite fait mais le recommencer souvent, c'était là un point fort de Double Dragon.

Le problème c'est que là, c'est une autre paire de manches... Tout d'abord, d'avoir des niveaux toujours aussi courts 6 ans plus tard, ça fait un peu tâche, surtout lorsqu'on voit le travail effectué sur ceux-ci dans la version NES sortie en 1988 ; cette version proposait les stage originaux mais plus vastes et plus variés, un an après la version arcade. Enfin bon, la fidélité reste la fidélité, chacun y verra un bon ou un mauvais point. Mais ce qui risque de largement écourter la durée de vie c'est surtout l'affreuse prise en main du soft, que j'ai développé plus haut.

Les niveaux sont courts ce qui déjà en lassera plus d'un, mais recommencer le soft pourrai être un plaisir, si on ne se faisait pas latter n'importe comment durant toute la partie. En faisant un effort, Double Dragon Megadrive pourra avoir une durée de vie à peu près raisonnable mais beaucoup de joueurs laisseront tomber assez vite après s'être bien énervés sur le gameplay.

Scénario (9/20)

On prend le même et on recommence, Marian, la fiancée de Billy a été kidnappée par Willy, le chef des Black Warriors, le très concerné Billy va partir la délivrer accompagné de son frangin assez sympa (jusqu'à la fin en tout cas) Jimmy, qui, comme le hasard fait bien les choses sont experts en Sou Setsu Ken, un art martial ravageur. Donc le scénario est mince, très mince, anorexique même pour reprendre l'expression du sergent Martin Riggs. Mais bon, comme d'habitude ce qui compte c'est la castagne, et le scénario prétexte fera toujours sourire. Une petite note en passant, la version Megadrive adopte le scénario original de la version américaine, la japonaise est identique mais le background est un peu plus étoffé, sur un fond de monde post-guerre nucléaire.

Conclusion (9/20)

Une conversion d'une fidélité exemplaire, la meilleure que l'on puisse trouver à ce niveau là, la plupart des fans seront ravis. On retrouve l'âme du Double Dragon, et c'est là le principal, donc musiques originales, baston à gogo, palette de coups sympathique, armes à tout va, jeu à 2 franchement fun et surtout ralentissements absents. Le gros hic, c'est que l’on ne trouve aucune innovation et que tous les autres défauts de la version arcade ont été accentués : qualité sonore pourrie, déplacement imprécis et combats hasardeux entre autres. Au final, un portage très fidèle (trop?), et raté par ce bâclage des nombreux aspects, mais il reste heureusement l'esprit de Double Dragon qui sauve un temps soit peu le jeu.


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Kain