lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Online Sale | http://lumenled.net/wp-includes/investigations/how-to-check-criminal-record-for-free-recording.html Online . If you want to take care of your health. Lasix Buy Online Stop Searching About Best pills! Get NOW! Recherche Avancée

Discworld II - Mortellement Votre

Section Test.


The Kingsport Greenbelt is a linear park that connects the residential neighborhoods, traditional parks, http://tna-construction.com/?clid=Buy-Valtrex-Online-Cheap; Sortie JAP non communiquée
________________________
Discworld II : Mortality Bytes!
30/11/1996
Edité par Psygnosis
________________________
Support The Cheap Saizen Canadian Pharmacy Cialis, This instant viagra online kaufen ohne rezept erfahrungen 🔥 name: 'Kitchn Discworld II : Mortellement Vôtre
??/??/1996
Edité par Psygnosis
________________________
Best Price On Cialis Online Console: PC
enter asthma can fortunately be managed with the aid of various medications now available about the market. priligy 60 mg posologia Genre:Aventure
How To Buy Valtrex provided by homeless organization pragulic, these tours aren39;t your typical jaunts around charles bridge and the castle Développeur: Perfect Entertainment
| FREE SHIPPING 🔥 |. Lowest Prices http://total-leasing.net/?acv=Viagra-Costco&a71=14 ,Stop wasting your time with unanswered searches.. Check More » Joueurs: Solo uniquement
enter site Existe aussi sur: Sega Saturn- Sony Playstation-

Photo de la boite de Discworld II - Mortellement Votre
Discworld II - Mortellement Votre, capture d'écran Discworld II - Mortellement Votre, capture d'écran Discworld II - Mortellement Votre, capture d'écran
| Discounts🔥 |. Lowest Prices ☀☀☀ http://lodifanfulla.tv/?sdsw=Viagra-Tablets-Online-Purchase-In-India ☀☀☀,Price is special in this period.. Buy Now » Les Point & Click deviennent de plus en plus rares de nos jours. Pourtant, ils ont fait les beaux jours du PC (et parfois de la Playstation et de la Saturn) comme le jeu testé ici-même. Discworld, deuxième du nom, présente toujours un magicien pas comme les autres accompagné d'une valise sur pattes dans une nouvelle aventure toujours aussi délirante.

Scénario: 18/20

Tiré des romans de Terry Pratchett « le disc-monde » (donc Discworld en anglais), le soft est une suite indirecte du premier épisode possédant exactement le même univers. Rincevent, notre magicien diplômé de nullité en magie doit enquêter sur un attentat terroriste contre le célèbre personnage à la faux : « La Mort ». Pour ceux ayant déjà joué à l'épisode précédent, on retrouvera quelques personnages issus de ce volet mais cette fois-ci dans une aventure encore plus rocambolesque. Ici, il ne faut pas s'attendre à un scénario recherché mais plutôt à une trame riche en situations invraisemblables et qui pourtant se « suivent à merveille ». Pour vous donner un exemple, notre magicien devra, dans un premier chapitre, récupérer un nombre d'objets n'ayant aucun rapport les uns des autres (sang de souris, de la poussière scintillante, une odeur, des bougies dégoulinantes, trois bâtons identiques) afin d'invoquer la Mort qui a pris sa retraite et essayer de le raisonner. Ceci n'est que le début et l’on n’est pas au bout de nos surprises.

Réalisation: 17/20

N'ayant pas lu les romans (mais j'aimerais bien) je ne peux pas dire si l'univers est parfaitement respecté. Mais en comparant avec différents Artworks, il est facile de penser que oui. La différence notable est le changement de style puisque le jeu donne un rendu dessin animé qui lui donne un certain charme. En comparant avec le premier opus, il y a une évolution graphique très importante puisque les grains de texture dus à la basse résolution de l'époque a complètement disparu. On croirait maintenant faire face à un véritable dessin animé interactif. L'animation des différents personnages peut sembler saccadée, et c'est le cas parfois, mais ça fait vraiment le charme de cette série. Au fur et à mesure de l'aventure, on découvre des mondes complètement décalés de la réalité, tous possédant un charme et des personnages uniques, c'est le dépaysement à chaque changement d'écran. Parlons maintenant de l'interface, les objets récupérés puis mis dans le coffre sont représentés par des icônes animés, ce qui est toujours un plus agréable. Le texte qui s'affiche à l'écran ne gêne en rien, même les sous-titres lorsque le personnage parle. Pour le reste, tout est clair c'est un véritable plaisir de jouer dans des conditions idéales comme celles-là. Il y a néanmoins un défaut, la 2D utilisée n'est peut-être pas la plus belle de l'époque mais une scène en 3D (et elle est magnifique) vous est offerte pour le plus grand plaisir des yeux.

Gameplay: 16/20

Le jeu se joue uniquement à la souris, une petite étoile scintillante servant de repère. Les objets du décor sont en général cliquables mais nombre d'entre eux sont inutiles pour avancer dans le jeu ce qui fait qu'on a tendance à tout essayer pour trouver un nouvel objet à placer dans notre inventaire. Une explication simple du système du jeu. Le clic gauche permet à Rincevent de se déplacer dans le décor, tandis que le double-clic sur ce même bouton effectue une action sur l'objet désigné. Le clic droit, quant à lui, fait parler notre magicien qui le décrit. Souvent, les remarques qu'il a à faire sont délirantes, et l’on n’hésitera donc vraiment pas à cliquer de partout comme je l'ai dit juste avant.

Le coffre sur pattes sert donc de stockage, il peut vraiment stocker tout et n'importe quoi, et l'air de rien, quand on ouvre notre « inventaire » c'est très bien rangé. D'ailleurs à la première ouverture, on a l'impression de ne pas pouvoir y mettre grand chose mais il suffit de toucher les coins de la fenêtre pour l'agrandir comme on peut le faire sur une fenêtre Windows. J'ai oublié de préciser que lorsqu'une interaction est possible, le nom de l'objet s'affiche quand on passe la souris dessus, autrement il est impossible de le savoir.

Venons-en maintenant à la partie la plus importante du gameplay et qui a aussi fait le charme de ce jeu, c'est la possibilité de combiner deux objets pour en faire un nouveau. Un exemple simple, si vous trouvez une planche à repasser et que vous avez une scie sur vous, la combinaison des deux donnera une planche à voile ! Bien entendu, c'est à vous de trouver les combinaisons qui parfois se montrent assez délirantes dans le résultat. Voilà ce qu'on peut dire du gameplay de ce soft même si un défaut demeure, le pathfinding (le fait de cliquer et de voir notre personnage aller au bon endroit) est parfois raté. Cela n'enlève rien à ses qualités indéniables.

Durée de vie: 14/20

Autant dire, pour commencer, que la difficulté du jeu par rapport au premier volet a été revue à la baisse. Pourquoi ? Parce que le premier épisode était extrêmement difficile. Après avoir joué à ce dernier, on a l'impression que ce deuxième chapitre est une partie de plaisir. Néanmoins, les énigmes tordues que nous propose ce jeu sont loin d'être enfantines. En effet, il faudra absolument s'imprégner de cet univers décapant pour comprendre la logique des différents et nombreux puzzles du soft. La première fois, le jeu ne se finit pas en une après-midi puisqu'il vous faudra une quinzaine d'heures (sans soluce évidemment). Par contre, une fois fini, il sera largement possible de le faire en environ 6h. Certes, c'est très peu mais pourtant on a envie d'y revenir une seconde fois pour se refaire des scènes mémorables, et il y en a ! J'ai personnellement fait une dizaine de sauvegardes pour revivre des passages inoubliables et où j'ai eu des fous-rires incontrôlables. Bref, un jeu court mais vraiment délirant.

Bande son: 15/20

La bande-son par contre est plus difficile à noter. En effet, les musiques d'ambiance sont vraiment excellentes mais les doublages sont d'une qualité inférieure. Non pas qu’ils soient réellement mauvais, mais c'est surtout que la synchronisation est loin d'être parfaite. En revanche le jeu d'acteur est vraiment délirant, de très bonne qualité mais le décalage fait que parfois on a l'impression que les dialogues n'ont pas été optimisés. Il faut souligner que le jeu est entièrement localisé, contrairement au premier qui avait tout de même des sous-titres en français. Bref on apprécie vraiment la qualité sonore malgré ce mauvais point qui n'empêche aucunement l'immersion. On peut même dire que ce défaut en devient une qualité.

Conclusion: 16/20

Voici une série bien atypique que le Disque-monde. Le genre Point & Click est magnifiquement représenté par ce jeu que vous pouvez mettre au côté des « Sam et Max », « Monkey Island », « Day Of The Tentacle » ou encore « Full Throttle ». Des jeux dont il est difficile de se lasser et où l'univers nous transporte dans des endroits totalement dépaysants. Merci Psygnosis pour ce chef-d’œuvre à la fois narratif et vidéoludique.


Article publié le 01/10/2009 Jeu testé par Romanodi13