lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
go here Recherche Avancée

Dino Crisis 2

Section Test.


source url Dino Crisis 2
13/09/2000
Edité par Capcom
________________________
see Dino Crisis 2
29/09/2000
Edité par Capcom
________________________
Order Zofran Dino Crisis 2
24/11/2000
Edité par Virgin Interactive
________________________
Buy Viagra Gel Uk Console: Sony Playstation
Bactrim Prescription Online Genre:Action
enter Développeur: Capcom
Where Do I Buy Viagra Online Joueurs: Solo uniquement
Best Online Pharmacy Uk Viagra Existe aussi sur: PC-
http://2sl.com.au/?clid=cialis-makes-you-bigger&102=2f Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Dino Crisis 2
Dino Crisis 2, capture d'écran Dino Crisis 2, capture d'écran Dino Crisis 2, capture d'écran
Après un Dino Crisis des plus réussis, reprenant les grands principes de Resident Evil en les adaptant à un nouveau type d’ennemis, Capcom nous revient un an plus tard avec une suite rompant radicalement avec le principe du premier épisode, s’attirant ainsi les foudres des fans de survival-horror. Avis partagés sur ce jeu dont je vous propose le test aujourd’hui puisque le choix de Capcom de le doter d’un côté action exacerbé au détriment de l’aspect aventure décevra de nombreux fans du premier opus.

Scénario (15/20)

L’histoire commence un an après les événements du premier épisode. Une agence gouvernementale a repris les travaux du Docteur Kirk sur la Tri-Energie et mis au point une expérience de grande envergure quelque part dans le Middle West. Malheureusement, la précipitation résultant des besoins de résultats concrets rapides poussa les responsables du projet à négliger les mesures de sécurité. Résultat, ce qui devait arriver arriva et un accident se produisit provoquant la disparition du complexe de recherche, d’une école militaire et d’une petite ville tous trois envoyés directement dans un monde peuplé de monstres préhistoriques. Vous incarnez tour à tour deux membres d’une équipe des forces spéciales (le TRAT) ayant pour mission de secourir les mille trois cent survivants et de collecter des informations sur ce qui a mal tourné. Malheureusement, dès votre arrivée sur les lieux, la quasi-totalité de votre équipe est décimée par les redoutables Raptors et vous êtes contraint de fuir devant le gigantesque Tyrannosaure. Vous vous rendrez vite compte que les dinosaures ne seront pas vos seuls ennemis… Tout comme dans le premier épisode, l’histoire vous sera dévoilée petit à petit par le biais de documents trouvés au hasard de vos pérégrinations et de séquences vidéo scénarisant le tout à merveille, la mise en scène étant toujours aussi bonne. Si le scénario est moins prenant que dans le premier épisode, il a le mérite de s’imbriquer parfaitement à la suite de celui-ci et de vous réserver quelques surprises. Les fans du premier opus seront contents d’apprendre que l’un des deux personnages que vous aurez à contrôler ne sera autre que Regina, héroïne de Dino Crisis premier du nom.

Durée de vie (12/20)

Pour mener à bien votre périlleuse mission, vous allez devoir explorer de fond en comble différents lieux en quête de survivants et d’informations. L’univers du jeu est plus grand que celui du premier épisode et tout explorer vous prendra du temps. Seulement voilà, si ce dernier vous proposait d’innombrables énigmes qui étaient un véritable supplice pour vos méninges, ce nouvel opus délaisse totalement cet aspect pour se concentrer sur l’aspect action. Ainsi, le nombre et la difficulté de ces casse-tête ont été nettement revus à la baisse puisque la plupart du temps cela se résumera à mettre la bonne clé dans la bonne serrure. Le challenge sera donc nettement moins élevé pour votre cerveau mais beaucoup plus corsé pour ce qui est de vos réflexes. En effet, le nombre d’ennemis a considérablement augmenté et vous retrouver à affronter une demi douzaine de Vélociraptors sera monnaie courante dans ce titre. A vrai dire, il sera même très rare que vous pénétriez dans une pièce exempte de tout danger et vous sortir de tous ces mauvais pas dans lesquels vous ne manquerez pas de vous fourrer sera parfois extrêmement délicat. L’IA des ennemis est excellente et il ne sera pas rare qu’ils vous cernent avant d’attaquer. Leurs attaques seront nombreuses et imprévisibles (la plupart du temps, à peine aurez vous entendu un bruit de feuilles qu’un Raptor jaillira des taillis juste à côté de vous et vous sautera dessus) et vous devrez être perpétuellement aux aguets pour éviter de vous faire mâchouiller par ces sympathiques bestioles. Mais attention car leur tourner le dos en fuyant signifie la mort, d’autant plus qu’ils vous suivront d’un écran sur l’autre. Le nombre de type d’ennemis différents a été considérablement revu à la hausse et certains seront extrêmement difficiles à neutraliser. Enfin, à l’image du Nemesis dans Resident Evil 3, Le Tyrannosaure fera des apparition régulières qui déclencheront à chaque fois le même sentiment de panique en vous. Malgré toute cette opposition, cinq à sept heures devraient amplement vous suffire pour venir à bout du titre dans le mode de difficulté maximal. Durée de vie convenable donc mais qui doit beaucoup plus à la difficulté des phases d’action qu’à la résolution d’énigmes retorses (je vous mets au défi de rester bloqué sur l’une d’entre elles).

Réalisation (18/20)

Graphiquement on remarquera tout de suite le retour aux décors en 3D précalculée (en effet, la principale innovation du premier épisode était la présence de décors en 3D temps réel). Le soin qui leur a été apporté est flagrant et ils seront un véritable plaisir pour les yeux. Le souci du détail de la part des développeurs est louable et vous pourrez par exemple, en vous baladant sur une route forestière, voir des Tricératops marcher en arrière plan ou encore vous laisserez des traces de sang par terre si vous êtes blessé. La modélisation des personnages et des différents animaux est toujours aussi convaincante ainsi que leur animation qui reste sans faille et sera l’un des gros points forts du jeu. Le bestiaire a d’ailleurs été nettement enrichi puisque vous pourrez rencontrer des Raptors, des plantes vénéneuses, des Compy, Ptéranodons et bien d’autres Dinos. Les angles de caméra sont toujours aussi judicieusement choisis contribuant ainsi à créer une atmosphère oppressante vous faisant appréhender chaque déplacement. Enfin, il convient de souligner la fluidité exemplaire du jeu qui ne souffrira d’aucun ralentissement malgré le (très) grand nombre d’ennemis qui seront régulièrement affichés à l’écran. Réalisation d’une grande qualité donc qui n’a rien à envier à celle du premier épisode, même si le fait que vous rencontriez des dinosaures dans chaque pièce nuira quelque peu au suspense et à l’ambiance.

Gameplay (15/20)

Côté gameplay, pas mal de nouveautés sont à signaler. La première, et non des moindres, sera la possibilité (et même l’obligation) de contrôler tour à tour deux personnages (Regina et Dylan) qui seront très complémentaires. En effet, la matraque électrique de la première vous permettra de court-circuiter certains interrupteurs tandis que la machette du second vous sera parfois indispensable pour dégager certaines portes bloquées par la végétation. Chaque personnage possède une arme principale (pistolet, fusil à pompe ou autre) utilisable via la touche carré et une arme blanche utilisable par la touche rond. La maniabilité de base reste tout de même très proche d’un Resident Evil avec une caméra fixe filmant un personnage en 3D temps réel évoluant dans un univers 2D. L’idée du premier opus de pouvoir viser tout en se déplaçant a été reprise ce qui est appréciable étant donné le nombre d’ennemis qui vous attaqueront (vous aurez eu bien du mal à vous en sortir sans cette possibilité). Vous trouverez çà et là des documents sur les différentes espèces de dinosaures qui vous apprendront notamment comment les tuer (pour certains il ne suffira pas de leur tirer en pleine tête). Le problème, c’est que le manque de précision du gameplay caractéristique des RE vous posera de gros problèmes lorsque vous devrez vous mettre à tel endroit pour tirer sur telle partie du corps d’un adversaire. Il sera fréquent de se retrouver dans la gueule d’un dino à cause d’un déplacement hasardeux.

Un autre ajout rendant l’aspect action du titre encore plus évident est le système de points. En effet, chaque fois que vous tuerez un ennemis, il vous sera octroyé un certain nombre de points que vous pourrez ensuite utiliser aux points de sauvegarde (sauvegarde qui s’effectuera par le biais de terminaux d’ordinateur) pour booster vos armes, les recharger ou acheter des objets de soin et autres pièces destinées à venir enrichir votre arsenal. Vous pourrez accumuler de nombreux points bonus en réalisant des combos (c'est-à-dire en tuant de nombreux adversaires à la suite), en effectuant des contres (tuer les dinos alors qu’ils ont déjà amorcé leur attaque) ou encore en vous sortant sans coup férir d’un combat acharné. Ce système vous incitera vivement à chercher l’affrontement et à réaliser de véritables carnages pour vous enrichir et augmenter votre puissance de feu. Enfin, pour rompre l’aspect quelque peu répétitif et bourrin du titre, Capcom a eu la bonne idée d’intégrer des phases de shoot pur durant lesquels vous contrôlerez la mitrailleuse de votre patrouilleur et devrez tenir à distance les bestioles vous poursuivant. A noter la disparition du système de mix des objets de soin ce qui simplifiera grandement l’inventaire. Nous sommes donc en présence d’un gameplay assez riche et dynamique mais dont le manque de précision sera parfois extrêmement gênant lorsque vous devrez affronter un ennemi mesurant quatre fois votre taille.

Bande son (18/20)

La bande son quant à elle est dans la grande tradition du premier opus et vous donnera des sueurs froides lorsque vous entendrez le cri perçant d’un Raptor ou bien le petit bruit de feuilles derrière vous. Les doublages des personnages (restés dans la langue de Shakespeare) sont parfaitement réalisés et nullement surjoués. Très bonne bande son donc qui contribuera grandement à maintenir le joueur dans un état de stress permanent.

Conclusion (16/20)

Les fans du premier épisode risquent de crier au scandale en voyant la note que je mets à ce second opus (diablement proche de celle du premier) et je vais donc expliquer mon choix. Je n’ai pas noté ce titre en tant que Survival-Horror mais en tant que jeu d’action pur. Et il faut bien admettre que de ce côté-là, le jeu s’en tire extrêmement bien par ses phases d’action soutenue incessantes. On lui reprochera tout de même un gameplay parfois imprécis et une durée de vie trop courte mais nous sommes tout de même en présence d’un excellent titre qui vous permettra de vous défouler efficacement après une longue journée de travail.


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Manuwaza