lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
source link Lowest prices for Generic and Brand drugs. Bonus 10 free pills, discounts and FREE SHIPPING. Cheapest drugs online - buy and Recherche Avancée

Cosmic Epsilon

Section Test.


source link Cosmic Epsilon
24/11/1989
Edité par Asmik
________________________
Crestor Generic Cost Walmart - No Prescription Needed. Buy Online. Overnight Delivery. Sortie US non communiquée
________________________
Preis Priligy http://dinottelighting.com/?rdf=Buspar-Get-High&e9a=ce priligy kopen ideal warrantedrequiredcalled fornecessitated, filelinks8220;linksimpfiles19.08.15.txt8221;,1,s Sortie EURO non communiquée
________________________
follow url Console: Nintendo Nes
http://webbizideas.com/?where=Kamagra-Uk-Sale&a6f=bb Genre:Shoot'em Up
Buy Cialis From Canada Online Développeur: Asmik
go to site. We accept: Visa MasterCard, AMEX, eCheck Work time: 365/24/7. Canadian Viagra For Sale. Order Cialis Online Without Prescription, cod buy Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Nintendo Nes

Photo de la boite de Cosmic Epsilon
Cosmic Epsilon, capture d'écran Cosmic Epsilon, capture d'écran Cosmic Epsilon, capture d'écran
| Up to 50% Off🔥 |. You Want Something Special About Best pill? Buy Online Prednisone Paypal 2018 is 9 Best Erection Pills That Work! 100%. 1985, Space Harrier, shoot'em up de Sega confrontant un humain "volant" à une armada d'aliens en tout genre dans un univers en fausse 3D.
1989, Cosmic Epsilon , shoot'em up de Asmik confrontant un robot volant à une armada d'aliens en tout genre dans un univers en fausse 3D.
Ne cherchez pas les sept différences, le but était plutôt de vous faire comprendre quel était le type de jeu auquel nous allions avoir affaire. Si les concepts sont rigoureusement les mêmes, vous verrez qu'au niveau de la réalisation et du Gameplay il en va tout autrement.


| FREE SHIPPING 🔥 |. coupons 50% off Can You Take Prednisone To Get High ,Your health is important.. Check More » Scénario --

Une Planète est mise à sang par un envahisseur. Pour le contrer et le détruire un robot volant (ou un humain en armure?) est expédié en mission. Tellement basique et convenu que nous ne jugerons pas le scénario!

Réalisation (11/20)

Space Harrier était à l'origine un jeu prévu pour l'arcade, rien d'extraordinaire donc à ce que son concept le soit lui aussi. La puissance technique, même restreinte des bornes d'alors permettait tout de même de gérer ce type d'idée et d'en faire ressortir quelque chose de visuellement agréable, tout du moins correct.

Transfuser le concept d'un shoot'em up en 3D à une console de salon encore techniquement rudimentaire puisque limitée à 8Bits était donc un pari risqué. C'est pourtant bien celui qu'a relevé Asmik, développeur de Cosmic Epsilon. Comment s'y est il pris? Soyons honnêtes, le jeu est graphiquement rudimentaire et n'impose pas vraiment son style. Encore qu'on pourrait considérer que le minimalisme graphique fait de petit carrés flashy est une marque de personnalité, je préfère quand même dire que le titre est vide, trop coloré et sans personnalité. Pour en revenir aux carrés mentionnés, sachez qu'au travers des mondes que vous aurez à explorer, rares seront vos occasions d'appréhender des obstacles. Vous aurez droit à quelques volcans en éruption, à un champs de météorites et à quelques "plots de défense". C'est vraiment peu pour un jeu qui vous fera affronter le reste du temps des ennemis volants, minuscules, au dessus de décors vides fait de... carrés colorés, nous y revoilà!
Le design des adversaires est lui aussi minimaliste et pour ceux qui connaîtraient rappelle assez les vaisseaux de Xevious, en couleur cette fois. Décors et ennemis restent peu agréables, certainement à cause de la lassitude qui intervient forcément au bout de quelques heures quand tout se ressemble.
Bref, peu de variété et peu de talent dans la mise en forme ou le graphisme sur ce titre. Soyons tolérants en repensant au concept qui devait "absorber" une bonne partie des capacités de la console.

Gameplay (10/20)

Qui dit shmup 3D dit possibilité d'utiliser le volume de l'espace de jeu pour se déplacer. Hé bien ceci n'est souvent que pure idéalisation puisque même de nos jours la 3D dans les shoots est plus synonyme d'espace pour les adversaires, qui peuvent varier leurs mouvements et la provenance de leurs tirs, que pour le joueur. Cosmic epsilon ne déroge donc pas à la règle du préjugé erroné, surtout pour un titre datant de 1989, puisqu'en termes de liberté vous n'aurez que les mouvements latéraux et verticaux pour esquiver les tirs, pas de profondeur de jeu donc. Certes c'est un peu limité par rapport au concept mais pas plus que pour un shoot'em up traditionnel.

Les tirs opposés eux, utiliseront mieux l'espace et vous obligeront à gérer leur "profondeur" pour survivre. Avouons le quand même c'est assez limité également: Venant toujours de loin les "boulettes" ennemies ne vous vaincront le plus souvent que de par leur nombre. Pas (ou alors trop peu pour s'en apercevoir) de projectiles tenteront de vous détruire en vous prenant en traître horizontalement par exemple. C'est là un autre des défauts du titre, le jeu n'oppose que peu de résistance durant les phases classiques, la faute donc aux ennemis qui arrivent par petites salves sans grandes liberté ni fourberie et sans vous submerger de tirs alors que leur lacune dans l'utilisation réelle de la 3D aurait du être compensée par celles-ci!

C'est bien simple, les seuls moments de difficulté réelles de Comic Epsilon se trouvent être les boss qui eux n'hésiteront pas à vous faire parcourir l'écran en long et en large pour tenter de résister à leurs assauts. Ce sont d'ailleurs des moments plus ou moins agréables! On ne peut pas dire que les boss ont une faille mais ils ont par contre un endroit faible! Trouver le moment opportun pour s'aligner sur l'endroit faible et tirer, tirer encore, voilà le gros de l'affrontement. C'est amusant, certes mais longuet, tant le nombre de coups portés est à chaque fois minime. Mention spéciale au boss de fin qui, si vous n'avez pas de réserve de vie, vous le fera payer par une quasi-impossibilité de le détruire!
Précisons également que Cosmic Epsilon ajoute son lot de "petits trucs " en plus: des passages dans l'espace, alternent avec les passages "terrestres/aériens", un niveau se déroule même sous l'eau.
L'intérêt est des plus limité puisque les graphismes changent peu (ils changent le plus dans l'espace, et pour cause) en assombrissant les coloris tout au plus alors que le gameplay reste identique (vous piloterez le robot transformé en vaisseau). L'armement est également présent au niveau des "petits trucs": missiles en nombres limités, véritablement inutiles tant leur puissance est dérisoire, on préfère toujours utiliser le tir traditionnel et tir que l'on peut retenir pour le concentrer, façon R-Type, lui aussi totalement inutile. On aurait préféré des bonus!!

Bon le jeu reste divertissant, disons le temps de le terminer donc petite moyenne pour la note!

Bande son (7/20)

Bof, répétitive et anodine en ce qui concerne la musique et passe partout en ce qui concerne les bruitages. Petite mention spéciale pour les deux voix digitalisées présentes.

Durée de vie (10/20)

Pas mal de temps pour terminer ce jeu! Les niveaux sont simples et s'apprendront vite mais quelques boss vous feront perdre et reperdre! La question est de savoir si l'intérêt de jeu vaudra la patience du joueur car pour cinq minutes avec deux boss il faudra recommencer le jeu à chaque fois et je doute que Cosmic Epsilon puisse générer un tel acharnement. Tout est cependant possible, surtout quand on sait que sans ses boss le jeu serait très court: huit stages qui sont en fait presque toujours les mêmes et dont la moitié est une phase récurrente. Difficile de juger la durée de vie dans ces conditions, accordons le bénéfice du doute pour la moyenne!

Conclusion 11/20

Cosmic Epsilon n'est pas véritablement un mauvais jeu, il peut même amuser mais d'une part il ne tient pas la comparaison avec Space Harrier et d'autre part il reste mou et probablement générateur de lassitude! L'intérêt du titre vient de son genre peu utilisé de Shmup 3D et de l'utilisation des lunettes 3D qu'il autorise. Un titre plus pour l'histoire que pour le côté culte du gameplay donc!


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Tanuki