lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://studiomanduca.it/?eh=Paracetamol-Sale-Regulations&f3b=4d Recherche Avancée

Castlevania 64

Section Test.


enter site Akumajou Dracula Mokushiroku
31/12/1998
Edité par Konami
________________________
go site Castlevania
11/03/1999
Edité par Konami
________________________
http://prohealthplans.ca/?llt=Viagra-Indian-Pharmacy&358=43 Castlevania
14/05/1999
Edité par Konami
________________________
follow link Console: Nintendo 64
source site Genre:Action/Plates-Formes
http://pentian.com/?here=Clomid-Serophene-Buy&982=03 Développeur: Konami
http://webbizideas.com/?where=Pfizer-Viagra-Online-Buy&9e7=f7 Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Nintendo 64

Photo de la boite de Castlevania 64
Castlevania 64, capture d'écran Castlevania 64, capture d'écran Castlevania 64, capture d'écran
Buy Bactrim Sulfamethoxazole Constatant une forte demande pour l’une de ses séries phares, Konami se décide ainsi à adapter l’univers des Castlevania sur la dernière née de Nintendo, qui ne s’en plaindra pas vu la pénurie de jeux d’action-aventure qu’elle subit. C’est ainsi que cédant à la mode de l’époque, Konami sort un épisode intégralement en 3D de son Castlevania ! Alors ce 1er épisode en 3D, révolution réussie ou ratage indiscutable pour une série qui jusqu’alors avait toujours été en 2D ?

Techniquement tout d’abord, force est de constater que la 64 bits de Nintendo est bien exploitée avec des décors riches ne manquant ni de détails ni de couleurs. Les ennemis sont eux aussi une réussite grâce à leurs variétés et au charisme que certains dégagent. Mention spéciale à certains boss vraiment énormes et malgré tout parfaitement réalisés. Cependant tout n’est pas parfait et il semble important de signaler un brouillard parfois gênant, qui même s’il a pour effet de renforcer l’ambiance, nous empêche par instants de profiter de la qualité des décors.

Niveau sonore le jeu est une véritable réussite malgré le support cartouche de la console. Nous aurons ainsi droit à de superbes mélodies tout le long de notre aventure, ce qui avouons le est bien agréable, d’autant plus que l’ambiance qui se dégage du jeu en ressort réellement grandie.

Le gameplay ne manque pas de possibilités et reprend le principe des anciens Castlevania en permettant l’utilisation de plusieurs armes, cependant la jouabilité est assez déconcertante par moments. En effet lors des phases de plateformes la caméra a tendance à se placer bizarrement et rend les sauts particulièrement pénibles, entraînant ainsi de nombreuses morts. Les points de sauvegarde étant assez éloignés les uns des autres cela a pour effet de stresser quelques peu lors de certains passages. Heureusement aucun soucis à noter lors des phases d’action.

Le scénario est indiscutablement le point fort du jeu. En effet même s’il se base sur une énième résurrection du prince des vampires, l’histoire des 2 persos que nous pouvons jouer est vraiment passionnante (à noter quelques différences notables entre les 2 scénarios), et ne manque pas de rebondissements, particulièrement grâce à certains personnages que vous êtes appelé à rencontrer à plusieurs reprises lors de votre exploration. Enfin les différents personnages inhérents à l’histoire ont vraiment du charisme et donne envie d’en savoir plus sur leurs histoires. Bref du tout bon à ce niveau.

Enfin avec pas moins de 20 niveaux la durée de vie est plus que correcte, d’autant plus que les 2 personnages jouables permettent d’appréhender 2 fois l’aventure avec quelques petites différences fortes agréables.

enter site En conclusion je dirai que Castlevania 64, de par son scénario, son univers, et son ambiance est une bonne adaptation de la série de Konami. Cependant les quelques problèmes de jouabilité empêchent Konami de rendre une copie parfaite et ne manqueront pas de faire grincer les dents de certains fans un brin exigeants.

Réalisation : 15

Bande son : 17

Gameplay : 11

Durée de vie : 15

Scénario : 17

INTÊRET GENERAL : 15


Article publié le 04/08/2008 Jeu testé par RedRevan