lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
What Happens When You Go Off Lexapro Recherche Avancée

Castle of Illusion

Section Test.


click I Love Mickey Mouse! Fushigi no Oshiro Daibouken
21/11/1990
Edité par Sega
________________________
source Castle of Illusion starring Mickey Mouse
20/11/1990
Edité par Sega
________________________
source site Castle of Illusion starring Mickey Mouse
22/11/1990
Edité par Sega
________________________
http://whoisnickasmith.com/?medz=Target-Pharmacy-Zyrtec&832=40 Console: Sega Megadrive
Cost Of Prednisone In South Africa Genre:Plates-Formes
http://hollyhockclothing.com/?fvn=Watch-Sri-Krishnarjuna-Yuddham-Movie-Online-Free&685=01 Développeur: Sega
Actos Procesales Concepto Clasificacion Joueurs: Solo uniquement
get link Existe aussi sur: Sega Game Gear- Sega Master System-
Rosa Impex Pvt Ltd Viagra Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Castle of Illusion
Castle of Illusion, capture d'écran Castle of Illusion, capture d'écran Castle of Illusion, capture d'écran
Développé et édité par Maître Sega, Castle of Illusion fait partie de ces jeux à licence qui se révélaient être les leaders des jeux de plate-formes de l'époque. Avec Quackshot, Castle of Illusion est très certainement l'un des meilleurs jeux du genre au début de la Megadrive. Sorti en 1990, Maître Sega n'avait qu'un objectif : appâter les Nintendomaniaques les plus aguérris afin de remporter la guerre de la quatrième génération de consoles. Tout le monde sait ce qu'il en a été, du vent. Mais enfin, ce n'est pas une raison pour ne pas tester ce Mickey qui est assurément un bonne petite réussite.

Once upon a mouse...

Tout le monde est beau, tout va bien dans Vera City, Mickey et Minnie dansent la gigue dans les bois telles deux âmes éperdument amoureuses. Mais (niark niark niark), quelqu'un n'est pas du tout d'accord avec cette dure réalité, en l'occurrence l'affreuse sorcière Mizrabel. La vieille dame, complètement jalouse de la beauté de minnie (ah bon ?), décide tout simplement de la souris-napper, et de l'emmener dans son château. Mickey, en bon gentleman se sent donc obligé d'aller sauver sa belle, sous peine de redevenir célibataire ce qui, avouons-le tous, n'est pas forcément plaisant.

All the way to the Castle of Illusion

Après une brève, mais concise, introduction, Mickey se dirige donc vers le château de l'infâme Mizrabel. Vient alors le moment de choisir son mode de difficulté. 3 modes sont disponibles : Practice, normal et hard. Allons pour le mode Practice, de toute façon comme je suis nul, je sais que je n’arriverai pas au bout du jeu. Le jeu prend donc place dans le château, un vieillard m'interpelle juste devant la porte pour m'expliquer qu'il faut que je me dépêche de récupérer les 3 gemmes pour empêcher la sorcière de voler la beauté de Minnie. Ok, bah alors laisse-moi passer abruti ! Ah les vieux je vous jure ! (Humour, ah lala)

Le jeu peut enfin commencer. Mickey se contrôle facilement, on va de gauche à droite sans difficulté, on saute avec le bouton C, on lance des objets avec les boutons A ou B. Le premier stage se déroule dans la forêt, les ennemis colleront bien à l'ambiance forestière. Soit des arbustes, soit des champignons et autres vermines viendront vous empêcher de sauver votre minnie. Pour s'en débarrasser, il vous suffira de sauter sur leur tête en prenant bien soin de presser : soit la flèche du bas, soit de presser une deuxième fois le bouton saut quand vous êtes en l'air, pour les détruire. Le premier stage fini, sans boss à la fin, je récupère une gemme. Déjà ? Ça fait à peine 2 minutes que je suis entré dans ce stage. Bon...bah je m'attaque au deuxième stage alors ! La forêt laisse place à un univers tout à fait différent, le monde des jouets avec petits soldats, avions en plastique, clowns monocyclistes en guise d'ennemis. L'ambiance est réellement sympa mais là encore, le stage se conclut sans monstre à vaincre...et je récupère encore une gemme !!?? C'est quoi ce jeu ?? Je viens de récupérer 2 gemmes sur 3 annoncées en moins de deux minutes !!! Le troisième stage prend place en pleine nature, soit un décor sombre avec grottes chutes d'eau, avec des poissons bondisseurs plus coriaces et énervants qu'il n'y paraît. Le stage se termine, et là...grande mais alors énorme stupéfaction...Mickey sort ses gemmes et va tout simplement récupérer Minnie des griffes de l'infâme sorcière...QUOI !!?? J'ai fini le jeu en 3 minutes (j'ai chronométré), c'est quoi ce bordel ?

Ah ! J'ai compris ! Ce n'était que le mode practice. Je comprends qu'ils n'aient pas voulu l'appeler easy, c'est certainement parce que même un môme de 3 ans serait capable de le terminer. Le mode normal est quant à lui, beaucoup plus plaisant. Les stages sont plus longs et les ennemis plus présents. Les boss font leur apparition également, et puis ce n'est plus 3, ni 4, ni 5, mais bien 7 gemmes que vous devrez récupérer avant d'affronter la sorcière tant redoutée. Certains passages du jeu sont cultes, je pense notamment au monde des jouets (la musique est formidable), ainsi que la course contre une pomme géante qui menace de vous écrabouiller. De plus, le mode normal laisse découvrir 2 décors supplémentaires (je vous laisse le soin de les découvrir), ce qui allonge encore la durée de jeu que j'estime à environ une grosse demi-heure. Comptez un peu plus pour le mode Hard (qui ne comprend pas de continues, mama mia !). Le succès du jeu s'explique par son ambiance infantile très prononcée, ce n'est pas pour autant qu'il faut classer le soft dans « jeu pour mioches ». Les musiques, les sons, les ennemis, les graphismes, l'histoire font que l'on touche au grand public.

Graphismes

De beaux graphismes, bien que simples. Les couleurs chatoyantes confèrent au soft une atmosphère infantile très apaisante. L'animation ne souffre d'aucun souci notable. Du tout bon !


Gameplay

Lui aussi, simplifié au strict minimum, laisse la porte ouverte à toutes les classes d'ages. En même temps, dans un jeu de plate-formes, que demander de plus que de bouger, sauter et attaquer ? Pas grand chose me direz-vous, et vous avez bien raison !

Musique et sons

Les musiques sont très entraînantes (celle du monde des jouets me hantera jusqu'à ma mort), les sons étant agréables eux aussi à écouter. Tout se savoure avec un réel plaisir.

Durée de vie

C'est là que le bât blesse. Le jeu se boucle en 30 minutes (ne parlons pas du mode Practice qui se boucle en mois de 5 minutes). Le mode hard vous donnera du fil à retordre si vous en avez envie bien entendu.

Verdict

Un bon jeu, mignon, qui est doté d'un charisme comme très peu de jeux peuvent se vanter de posséder. Pourtant, je ne peux m'empêcher d'émettre une petite réserve sur le contenu du jeu. Il est en effet, un peu facile. Même si le mode hard rajoute du challenge, on aurait aimé un peu plus de variété ainsi qu'un peu plus de vivacité car le jeu est un peu trop mou du haricot. Castle of Illusion souffre de la comparaison avec Super Mario World (sorti peu après) qui est, Ô combien plus réussi. Ceci dit, ce jeu est un bon jeu de plates-formes et vous fera passer un agréable moment, dommage qu'il soit si court !



Histoire 7/20 : La méchante sorcière Mizrabel est jalouse de Minnie et décide donc de la kidnapper pour lui voler sa beauté. Oui je sais c'est nul...

Graphismes 14/20 : C'est beau, mignon, mais sans être splendide. Les ennemis sont marrants, les décors bien réalisés, bref du bon travail.

Gameplay 15/20 : Du conventionnel, on bouge, on saute, on attaque. De la pure plate-forme comme à l'ancienne.

Musique 15/20 : Bande son de bonne qualité, mais très enfantine. Les sons sont eux aussi de bonne facture, là encore c'est du bon travail.

Durée de vie 10/20 : Crac Boum Aie ! 30 minutes pour boucler le jeu, c'est peu. De plus on aurait aimé un peu plus de variété. Sans être vide, le jeu laisse un petit arrière goût de « vite fait » à ce niveau.


NOTE GLOBALE 14/20


Article publié le 06/08/2008 Jeu testé par MaitreCoq