lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Buy Zithromax In Thailand Recherche Avancée

Captain America and the Avengers

Section Test.


Cost For Viagra Without Insurance Sortie JAP non communiquée
________________________
source link Captain America and the Avengers
??/??/1992
Edité par Data East
________________________
Ovulation Tardive Et Duphaston Et Grossesse Captain America and the Avengers
??/??/1992
Edité par Sega
________________________
enter Console: Sega Megadrive
http://jackhanna.com/?rqa=Where-To-Buy-Infant-Motrin&b19=6a Genre:Beat'em All
get link Développeur: Data East
click here Joueurs: 1 à 2
Forget Viagra Try These Foods Instead Existe aussi sur: Arcade- Nintendo Game Boy- Nintendo Nes- Nintendo Super Nes- Sega Game Gear-

Photo de la boite de Captain America and the Avengers
Captain America and the Avengers, capture d'écran Captain America and the Avengers, capture d'écran Captain America and the Avengers, capture d'écran
follow site Vous fréquentez les boutiques de comics tous les mercredis dans l'attente du nouvel épisode de Spider Man? Vous rêvez de fêter votre enterrement de vie de garçon déguisé en Iron Man? Vous connaissez l'encyclopédie des super héros Marvel sur le bout des doigts? Vous serez donc tenté par Captain America and The Avengers adapté de la succulente borne d'arcade éponyme sur Mega Drive. Et bien vous allez vite déchanter : le jeu de Data East était magnifique sur borne et se trouve être une véritable honte sur la 16 bits de SEGA. Explications...

Le pitch, l'atmosphère générale du titre et ses protagonistes ne laissaient présager que de bonnes et belles choses : on est ici au début des années 90, La Vision portait son costume blanchâtre, Captain America était encore vivant, Iron Man était alcoolique et Hawkeye se comportait déjà comme une véritable ordure. Red Skull rêve encore une fois de réduire les Etats-Unis à l'état d'une montagne de cendres et c'est aux puissants vengeurs de contrer ses plans machiavéliques. Du classique jusqu'ici. Le scénario est présenté sous la forme de textes typographiés en blanc sur fond noir entre les niveaux dans un déluge de... rien; aucun effet sonore ou visuel, aucun fond d'écran nous présentant les héros au mieux de leur forme, aucune case de bande dessinée même pixelisée ne viennent agrémenter la présentation du scénario. Un comble pour une adaptation de comic book! Surtout quand on a vu tourner Comix Zone sur le même support (beaucoup plus tard il est vrai, mais tout de même...). Le bon point du soft niveau scénario est son respect plus que fidèle à l'univers Marvel de l'époque, et l'intervention de personnages secondaires comme Wonder Man ou Namor ainsi qu'à celle de vilains bien connus (Klaw, Red Skull).

Data East avait largement fait ses preuves dans les années 80 en adaptant des titres de bornes d'arcade sur micro et consoles (je pense en particulier à l'excellente mais hardcore conversion de Dragon Ninja sur CPC). D'où le second espoir d'accession au bonheur en insérant la cartouche, vite rendu caduque dès les premières minutes passées manette en main. Le constat est affligeant : un bouton pour sauter, un pour frapper et enchainer quelques coups hasardeux sans presque aucune allonge... Il faut vraiment se coller à l'adversaire pour pouvoir le frapper. Une variante dans la frappe consiste dans le coup sauté, différent d'un personnage à l'autre (encore heureux): là où Hawkeye donne un coup de pied, La Vision tire un coup de laser. Enfin, en courant (double pression sur la croix directionnelle) on peut donner un rush hit médiocrement animé. Pour varier un peu ces phases de Beat them All très peu précises, le jeu est agrémenté de phases de shoots dans les airs ou sous l'eau, qui sont presque plus intéressantes en terme de gameplay que les phases de combat classiques. Elles ont au moins le mérite d'apporter de la variété dans la gamme d'adversaires rencontrés. Peu précise et assez aléatoire, la maniabilité conforte le joueur dans un état de frustration permanent, et le plaisir de jeu n'est pas au rendez-vous.

Dès l'écran titre, Captain America and The Avengers nous confronte à une laideur sans nom, à un amas de pixels infâme sensé représenter nos héros en pleine action devant un Red Skull menaçant. Mais même avant l'écran titre, le logo de Data East, hyper alliasé, succédant à un SEGA aux reflets bleutés du meilleur goût, ne laissait rien présager de bon. Archi dépouillés, les décors déçoivent par leur manque de couleurs, la faute peut-être à des sprites parfois imposants (surtout dans les phases de shoot)? Piètrement animés, les protagonistes font plus penser à des pantins mal articulés qu'à des êtres vivants. Mais enfin! Quand on jette un œil ne serait-ce que sur Alien Storm sorti deux ans auparavant et surtout à la borne d'arcade du soft, on ne peut s'empêcher de verser une larme en pensant à ce que le jeu aurait dû être en terme d'animation des sprites...

Ah ça des voix digitalisées, il y en a plus qu'il n'en faudrait ici : à l'écran titre ou pendant certains dialogues. Peut-être les développeurs ont-ils cherché à compenser un gameplay pourri et une réalisation ratée par une bande-son techniquement bien conçue mais aux mélodies assez fades? Toujours est-il que le compositeur a tout intérêt à aller prendre des cours chez maitre Koshiro (Streets of Rage, Shinobi, Actraiser, Wangan Midnight Maximum Tune, Etrian Odissey) avant de s'atteler à la création de nouvelles mélodies... Seul élément qui pourrait sauver la bande son pour les fans de l'univers Marvel, le fameux « Avengers assemble! » digitalisé (mais assez mal, quand même, faut pas exagérer) en début de niveau.

En plus d'être laid, inaudible et mal animé, le soft est dur (même en mode easy), mais pas par choix de level design, non non, simplement à cause d'un gameplay mal calibré et médiocre (cf second paragraphe). A tel point qu'on a envie de jeter la cartouche par la fenêtre en criant à l'arnaque au bout de la troisième tentative. Tout cela en dit long sur la durée de vie du titre.

Peu de (voire aucun) plaisir de jeu sont au rendez-vous ici, on avance sans intérêt ludique dans des niveaux techniquement inachevés, on affronte des boss aux patterns hyper répétitifs (il suffit de réaliser des glissades à répétition pour venir à bout de certains d'entre eux). Une honte je vous dis! Quand on pense que la Mega Drive a hébergé la série des Streets of Rage ou des Golden Axe. Alors à qui s'adresse cette « chose »? Aux fans de l'univers Marvel? Aux blaireaux qui ont apprécié la borne et espèrent retrouver en cette adaptation les mêmes sensations? Ou aux collectionneurs fous qui souhaitent enfin achever leur full set Mega Drive? Mais à aucun d'entre eux bien sûr! Passez votre chemin, point final...


Scénario: 12/20
Gameplay: 4/20
Design: 5/20
Son: 9/20
Durée de vie: 2/20

Verdict: 6/20


Article publié le 25/02/2010 Jeu testé par Rhyscard