lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
get link Recherche Avancée

Blast Corps

Section Test.


Buy Strattera Online Canada Blast Dozer
21/03/1997
Edité par Nintendo
________________________
http://prohealthplans.ca/?llt=Ciprofloxacin-Online-Apotheke-Vaduz&988=fd Blast Corps
28/02/1997
Edité par Nintendo
________________________
source link Blast Corps
01/09/1997
Edité par Nintendo
________________________
Voltaren Buy Online 8gb Console: Nintendo 64
http://freewhost.com/?arb=Buy-Clomid-In-England&a37=1a Genre:Action
Diarrhea Coming Off Prednisone Développeur: Rare
http://eurm.or.at/?qg=Buy-Clomid-Online-Fast-Shipping&32f=7f Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Nintendo 64

Photo de la boite de Blast Corps
Blast Corps, capture d'écran Blast Corps, capture d'écran Blast Corps, capture d'écran
Voltaren Online Bestellen Ikea Tout gamer qui se respecte connaît Rareware pour des jeux comme Donkey Kong Country, Banjo-Kazooie, l'énormissime Goldeneye ou encore Perfect Dark. Cependant, Blast Corps, sorti en 1997, est passé inaperçu pour beaucoup sur la 64 bits de Nintendo. A mi-chemin entre bourrinage et stratégie, le titre de Rareware a su émerveiller une partie de son public à travers un indéniable aspect novateur. Décryptage...

go here Mad truck

Pour la petite histoire, Blast Corps met en scène un véhicule transportant des ogives nucléaires. Mais où va-t-il comme ça ? Et bien le camion avance dangereusement en ligne droite sans s'arrêter, et votre mission sera, si vous l'acceptez, d'empêcher la collision entre le camion et tout obstacle, en détruisant tout ce qui se trouve sur son passage (bâtiments, ponts, caisses, clôtures...), ou en le faisant traverser des précipices, des rivières et plein d'autres situations encore.

Fonctionnement du jeu

Aux commandes d'un petit personnage aussi petit qu'inutile, vous devrez donc empêcher la catastrophe nucléaire. Mais alors, comment va-t-on faire avec un mec complètement dépourvu d'utilité ? Et bien, l'une des très bonnes idées de Rareware réside dans le nombre de véhicules mis à disposition de notre protagoniste afin de mener à bien sa mission. Ainsi, vous pourrez, selon les missions, avoir le choix ou non entre divers engins de destruction comme le camion benne qui vous permet de déraper et d'abattre des maisons, la moto munie de missiles afin d'atteindre des bâtiments lointains, ou encore le robot métallique qui, à l'aide de magnifiques cabrioles, réduira en poussière de gros immeubles en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Ces trois exemples ne sont qu'une infime partie des possibilités qui sont offertes dans Blast Corps pour progresser. Tout détruire restant le leitmotiv de l'aventure, il n'en demeure pas moins que d'autres genres de missions seront proposés comme des courses de type time trial avec à la clé des médailles selon le temps effectué. Il est important de noter que Blast Corps propose une difficulté croissante qui ne cessera de repousser vos limites car oui, vous allez en perdre des parties. Mais c'est en faisant des erreurs, en essayant des combinaisons, en faisant des tours de map, en connaissant les différents facteurs à prendre en compte dans chacun des niveaux - notamment en terme de timing - que vous apprendrez à résoudre les énigmes parfois tirées par les cheveux (mais bien trouvées) imaginées par les diables de créateurs de jeu. Dans vos missions, il s'agira de faire déraper un camion benne pour détruire des bâtiments (comme évoqué plus haut), de pousser des blocs de TNT avec un bulldozer pour détruire des immeubles rapidement, utiliser une grue pour déplacer des blocs, anéantir des maisons construites sur des rails de train (n'importe quoi), utiliser un train pour transporter un véhicule pour gagner du temps... Enfin bref les situations sont nombreuses et parfois très stressantes, là encore, à cause du timing très serré de certaines missions.

Replay value intéressante

Au cours de votre progression, vous obtiendrez selon vos performances des médailles (bronze, argent, or puis platine après avoir obtenu un certain nombre de médailles d'or). Ces performances demandent au joueur une connaissance parfaite du niveau car l'obtention de ces médailles prend en compte le timing, la trouvaille de différents objets, la destruction de toutes les structures d'un stage (même les clôtures, ce qui représente un travail de fourmi dans certains niveaux assez grands). Vous aurez donc des objectifs à remplir pour obtenir ces médailles puis obtenir des grades qui vous permettront de débloquer d'autres stages. Bref, réussir un stage ne signifie pas l'avoir terminé à 100%, tant que vous n'aurez pas tout découvert.

Gameplay

En terme de maniabilité pure, Blast Corps propose à travers les différentes machines disponibles, une variété réellement plaisante, et vous développerez certaines affinités avec des véhicules bien particuliers mais il vous faudra être bon dans tous les domaines pour venir à bout du jeu car énormément de stages imposent un seul et même véhicule. Certains engins sont vraiment difficiles à comprendre dans leur maniement et demandent un temps d'adaptation assez important : certains réagissent au doigt et à l'œil, mais d'autres glissent, dérapent, sont lents, et tout ceci peut être très frustrant selon les situations. Le changement de véhicule au cours d'un niveau peut ainsi être déstabilisant car les maniements sont parfois opposés. Le gameplay demande donc un gros travail pour acquérir des automatismes et se souvenir des caractéristiques physiques et techniques de chaque véhicule. Intéressant, mais on peut vite s'y perdre et lâcher la manette car Blast Corps demande indéniablement une rapidité d'exécution qui ne laisse vraiment que peu de place aux erreurs.

Réalisation

Les vastes environnements de Blast Corps sont remarquables. De plus, les couleurs sont agréables, les différents éléments représentés sont bien modélisés malgré les limites techniques de la Nintendo 64. Cependant, si la globalité de la réalisation graphique est satisfaisante, des problèmes de lisibilité viennent quelque peu entacher le plaisir (pourquoi le héros est-il si minuscule ?) : certaines textures sont parfois baveuses, voire floues et peuvent de fait induire le joueur en erreur notamment au niveau de la perspective (petites plateformes inaccessibles alors que l'on pensait le contraire). Enfin il s'agit là d'une petite remarque qui n'enlève rien à la qualité générale du jeu mais qui mérite tout de même d'être abordée. Au niveau de la bande son, elle est intéressante voire même bonne parfois avec des bruitages en pagaille de bonne facture et des musiques plaisantes, parfois marrantes et qu'on se surprendra à siffloter même après avoir éteint la console.

Verdict

Il est clair que Blast Corps n'est pas un jeu parfait et que certains d'entre vous le maudiront pour des petits détails parfois irritants tels que la caméra parfois très chiante, la lisibilité laissant à désirer ainsi que de certains petits problèmes de maniabilité et de collisions qui vous empêchent de réussir une mission alors que vous avez très bien compris comment y parvenir. Mais qu'importe l'exigence parfois énervante, voire insolente de certaines missions ! Rareware a réalisé ici une de ses meilleures œuvres qui a le mérite d'être originale, dépaysante, captivante, amusante et vraiment très diversifiée. Quel bonheur de jouer à tout détruire, un rêve de gamin ! Un bon jeu possédant un charisme indéniable et doté d'un humour plutôt décalé que je recommande à tous les curieux avides de nouveauté.


Histoire 15/20 : Un camion fou qui transporte des ogives nucléaires et vous êtes le seul à pouvoir sauver le monde, oui ça me plaît !

Graphismes 15/20 : Malgré les petits défauts d'affichage (parfois gênants certes mais supportables), le jeu brille par la variété et les nombreux éléments affichables. La fluidité ne connaît que peu de difficultés également, du travail assez propre.

Gameplay 15/20 : A la fois très diversifié mais difficile à aborder, le gameplay a été travaillé dans ses moindres recoins et, malgré certains véhicules très chiants à manœuvrer, on finit par prendre plaisir à apprendre à dompter les plus récalcitrants et mener à bien notre mission.

Musique 14/20 : Bande son déjantée assez plaisante, et bruitages nombreux, du travail sérieux.

Durée de vie 15/20 : un jeu long et passionnant, des objectifs secondaires, des médailles... Il y a de quoi faire pour une bonne dizaine d'heures, ce qui est assez élevé pour un jeu de ce type.


NOTE GLOBALE 15/20


Article publié le 14/09/2011 Jeu testé par MaitreCoq