lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
click Our Simple Method. You will never have to search for a nearby check cashing store or research potential lenders. Furthermore, you Recherche Avancée

Batman Forever

Section Test.


source site - 589268. Caution should be discontinued at a law firm during the day Batman Forever
27/10/1995
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
⭐️ | Discount | ☀☀☀ http://marcogallotta.net/?alo=Viagra-Cialis-Cheap&d23=20 How Do I Get ☀☀☀. Find Latest Medication For This pill Now! Buy Cialis Tablets How Do I Get Stop Batman Forever
??/08/1995
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
go to link Batman Forever
28/09/1995
Edité par Acclaim Entertainment
________________________
enter Console: Nintendo Super Nes
http://otterpaintball.com/?led=Xenical-Australia-Buy-Online&054=e2 Genre:Beat'em All
follow link Développeur: Probe Entertainment Limited
go Joueurs: Solo uniquement
| Up to 20% Off🔥 |. coupons 75% off see,coupons 50% off. Buy Now » Existe aussi sur: Arcade- Nintendo Game Boy- PC- Sega Game Gear- Sega Megadrive-

Photo de la boite de Batman Forever
Batman Forever, capture d'écran Batman Forever, capture d'écran Batman Forever, capture d'écran
BUY source site (Ketoconazole) PRICE DISCOUNT FOR SALE ORDER CHEAP GET NO PRESCRIPTION Nizoral is an antimycotic antibiotic. It is used to treat Ah Batman, ce comic book créé en 1941 par Bob Kane et Bill Finger... Qui aurait pu, à l'époque, prédire que ce serait l'un des super héros les plus populaires de chez DC Comics soixante dix ans plus tard, et ce malgré la déplorable série des années 60 qui a failli le faire disparaître. Heureusement, des auteurs de talent comme Frank Miller et son Year One ont remis le chevalier Noir sur la bonne voie au même titre que les deux excellents films de Tim Burton sortis au début des années 1990. Bien souvent, jeu à licence rime hélas avec jeu foireux. Ce Batman Forever est-il conforme à la règle ou fait-il exception à cette dernière à l'instar de la mouture NES?

Vite Robin, à la Batmobile!

L'histoire du jeu suit plus ou moins celle du film (ou nanar pour certains) réalisé par Joel Schumacher. Ainsi, le protecteur de Gotham City affronte Double-Face (alias Harvey Dent), l'ancien procureur de la ville devenu fou depuis qu'il a reçu du vitriol sur le visage (les soucis psychologiques du personnage ayant complètement ressurgi à cette occasion). Il sera également opposé à l'homme mystère (ou le sphinx selon les traductions) alias Edward Nigma, un ancien employé de Wayne Corp devenu fou après son licenciement. Ensemble, ces deux super vilains sont bien décidés à se débarrasser du héros à la cape noire.

Le jeu suit globalement l'histoire du film, malgré quelques différences comme le fait que l'action commence à l'asile d'Arhkam, ou encore que l'homme mystère soit présent dès le départ du jeu à l'instar de Robin.

Joli costume...

Au niveau animation, on est en droit de se demander ce qui est passé par la tête de ces messieurs de chez Acclaim. Rendus euphoriques suite au succès de leur jeu de combat ultra violent (je veux bien sûr parler de Mortal Kombat), les programmeurs ont décidé de rentabiliser le développement de ce dernier en recyclant de nombreux éléments présents dans celui-ci. Ainsi, l'animation de chaque personnage (qu'il soit allié ou ennemi) semble directement issu de Mortal Kombat, donnant ainsi une allure étrange au soft. Pour ce qui est des graphismes, Acclaim a choisi d'opter pour la même formule, surtout en ce qui concerne les sprites de ces mêmes protagonistes. On a vraiment l'impression d'assister à un match de MK à chaque adversaire que l'on rencontre. Batman en devient ridicule et raide comme un piquet, tandis que Robin est tout simplement méconnaissable (à noter que ce dernier combat au bâton, rendant le personnage plus fidèle à son alter ego de la BD qu'à celui du film). Les décors en arrière plan s'en tirent honorablement mais ceux présents au premier plan ne manqueront pas de gêner votre vue en vous cachant les ennemis ou les passages à prendre. Le premier niveau est un parfait exemple de ce type de problème, puisqu'un passage y est caché par le décor. Le second niveau regorge quant à lui d'adversaires dissimulés dans les environnements, augmentant de fait le challenge de manière aussi artificielle que frustrante pour le joueur. Pour ne rien arranger, tous les ennemis que vous rencontrerez sembleront avoir le même sprite, la seule différence résidant dans leur nom. Cela est flagrant, et ce dès le premier niveau dans lequel les développeurs n'ont même pas eu la décence de varier un tant soit peu les patronymes des vilains (Mad « quelque-chose » pour tout le monde). Comme si tout cela ne suffisait pas, des temps de chargement sont présents constamment à l'instar de Time Cop, chargements tellement omniprésents (puisque surgissant à chaque changement d'écran) que l'on a la désagréable impression de jouer à un jeu Playstation de première génération. A noter enfin que l'écran titre est pour le moins simpliste, donnant ainsi l'agaçant sentiment d'avoir été réalisé à la dernière minute...

...Mais pas très flexible

En termes de challenge, Batman Forever est un jeu terriblement difficile, la faute à des contrôles un peu étranges mais surtout au fait que le plus basique des ennemis nécessitera huit coups au minimum pour tomber raide mort. Ajoutez à ça un flagrant manque de vélocité pour notre héros en collants, et vous comprendrez rapidement pourquoi le moindre combat devient un supplice. Le pire survient cependant dans les affrontements à un contre deux. Dans un tel cas, l'adversaire situé en arrière plan sera étrangement impossible à toucher, pouvant ainsi vous enchainer à loisir sans le moindre risque de voir son intégrité physique se dégrader. Il faudra également prendre garde aux pièges dissimulés dans les décors, qui viendront s'ajouter à un nombre d'ennemis déjà conséquent. Fort heureusement, ces derniers seront également utilisables à votre avantage, détail qui revêtira une importance toute particulière lors de combats contre plusieurs adversaires. Des bonus sont dissimulés ça et là, dans des objets qu'il vous faudra détruire pour pouvoir y accéder. Cette tâche s'avèrera cependant très ardue, et vous devrez bien souvent compter sur la chance pour y arriver. Seuls les bonus cachés au plafond seront relativement aisés à obtenir grâce au grappin qui vous facilitera grandement la tâche. Les bonus sont au nombre de trois : la croix verte qui rend la moitié de l'énergie à votre héros, son symbole qui lui rend toute son énergie et enfin les vies supplémentaires. On notera aussi la présence du mode training qui se résumera à affronter un adversaire que l'on choisit. Autant être honnête : le seul intérêt de ce mode de jeu réside dans la possibilité de contrôler n'importe quel protagoniste du titre (gentil ou méchant). C'est cependant une lame à double tranchant, puisqu'une telle possibilité ne fait que mettre en évidence le flagrant manque de variété au niveau des sprites...

Et alors batmou?

Si les graphismes peuvent être qualifiés d'étranges, que dire des contrôles? Tout d'abord, exit la touche de saut! Il faudra bondir en utilisant la croix multidirectionnelle, rendant ainsi le soft moins maniable. Le pire reste cependant à venir avec l'utilisation du grappin. Pour s'en servir, il est nécessaire de presser le bouton Select ce qui aura pour effet de lui faire prendre une trajectoire oblique. Pour le lancer au dessus de vous, il vous faudra presser select puis peu de temps après la flèche haut. Un timing délicat, d'autant que la moindre erreur dans cette manipulation se soldera par un saut ridicule de la part de Batman. Pour descendre d'une plate-forme, on revient dans quelque chose de plus conventionnel avec une combinaison entre la flèche bas et la gâchette R. En ce qui concerne les combats, les mouvements des héros se résument à deux types de coups : poings et pieds. Il est cependant possible d'embarquer des armes secondaires mais je dois bien reconnaître que le principe de leur maniement m'est resté obscur. Probablement une étrange combinaison de touches supplémentaires, qui contribuerait à rendre la maniabilité de ce Batman Forever un peu plus bancal encore...

Pas au point le Batsonar

La partie musicale du soft est, quant à elle, complètement ratée. Entre les musiques super discrètes et ultra répétitives et les horribles bruits d'impact des coups (tous identiques au passage), rien ne viendra sauver cette bande son de la catastrophe. Certains bruitages hanteront vos nuits tant ils sont horribles vous faisant bénir la présence du bouton « mute » sur votre télécommande.

Verdict

Un jeu à licence tiré d'un mauvais film ne pouvait que donner naissance à un nanar vidéoludique. La logique est donc respectée avec ce Batman Forever. Ne nous voilons pas la face, le jeu est aussi insipide que le film. Entre les décors constituant un véritable obstacle à l'amusement, les persos pompés sur Mortal Kombat et les contrôles aussi affreux que le reste, Difficile de se convaincre d'aider le chevalier Noir à sauver Gotham City.


Scénario: 12/20 Un scénario qui essaye de suivre celui du film
Graphismes: 12/20 Des beaux fond, des avants plans gênant et des modélisation moches
Jouabilité : 10/20 Un jeu de combat dans un jeu de plates-formes mauvais ménage
Musiques : 12/20 Les musiques sont très discrètes, accompagnées par de mauvais bruitages
Durée de vie: 10 /20 la difficulté énorme m'a empêche de savoir combien il y a de niveaux, d'autant que le gameplay ne fait rien pour rendre l'aventure plus accessible!
Animation: 10/20 raide comme des piquets

Total: 11/20


Article publié le 26/04/2010 Jeu testé par Aglamau