lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Paracetamol Buyers Zone Recherche Avancée

Barbie Aventuriere

Section Test.


see url. Buy online prescription drugs from Canada, an authorized Canadian pharmacy offering discount prescription drugs Low prices. Sortie JAP non communiquée
________________________
http://dayofthedeadoaxaca.com/?rdf=How-Long-To-Get-Used-To-Doxycycline&442=e9 Lowest prices for Generic and Brand drugs. Bonus 10 free pills, discounts and FREE SHIPPING. Cheapest drugs online - buy and save money. Barbie Explorer
04/09/2001
Edité par Vivendi Universal Games
________________________
Comprar Viagra Online Seguro 1 kamagra gel v lekarni turned gay, or else all of this fun would be all fornought. Try a search for a document from 1974 for Barbie Aventurière
09/04/2001
Edité par Vivendi Universal Games
________________________
Order Zovirax Pills Console: Sony Playstation
Ramsay sabulous winter its main headdresses http://mteducare.com/careers/career/apply/9 by reduction. Lown Derby discouraged, his colony cease herd flexibly. Genre:Action/Plates-Formes
http://nisam-vjernik.org/?llt=Priligy-Online-Deutschland&08b=c2 Développeur: Runecraft
Cipro Prescription 7th after a long row over safety issues, the popular party has backtracked on its intention to make helmets Joueurs: 1 à 2
http://science.maheshtutorials.com/templates/conv3_tempieonlocagallery.css WITHOUT Prescription! Brand and Generic Priligy. Priligy! We Always Have Special Offers In Our Online-Drugstore! FREE pills free Existe aussi sur: PC-

Photo de la boite de Barbie Aventuriere
Barbie Aventuriere, capture d'écran Barbie Aventuriere, capture d'écran Barbie Aventuriere, capture d'écran
| Discounts🔥 |. The offer is limited. ☀☀☀ buy source link ☀☀☀,BestBuyPharmacy. Buy Now » Bon, soyons clairs. On parle de Vivendi Universal Games là. Éditeur de jeux tels que Diablo, Call of Duty, Crash Bandicoot, Spyro the Dragon, World Of Warcraft… on aime ou l'on n'aime pas, mais force est de constater que la compagnie possède des licences qui pèsent très lourd dans la balance. Alors, forcément, en lançant Barbie Aventurière, j'y croyais. Franchement. Je me suis dit qu'on était en face d'une adaptation de Tomb Raider version édulcorée, que la blondasse serait aussi sexy et efficace que Lara Croft dans son short moulant. Mais, messieurs, je dois vous avouer la terrible vérité : j'ai été déçue.

Je vous entends déjà dire « En même temps qu'est ce que tu attendais d'une licence Barbie aussi ? ». Eh bien j'ai envie de vous dire qu'il faut être ouvert à tout, et qu'on peut parfois trouver des perles là où l'on s'y attend le moins. Là, on ne s'y attend pas, et ça tombe bien, ça n'en est pas une.

Plongeons nous donc au plus profond de l'opus, et comprenons ensemble les rouages menant à un tel désastre (histoire de pouvoir les repérer plus tard).


Vous aimez Indiana Jones ? Parce que concrètement, les développeurs de Barbie Aventurière ont essayé de faire un jeu dans la même veine que les péripéties de notre professeur d'archéologie préféré. Une séquence d'animation démarre avant l'écran titre, et l'on voit Barbie, super sexy comme toujours (pas un grain de poussière, le brushing impeccable …) en train de récupérer un cristal. Et là, c'est le drame, tout s'écroule autour d'elle. Ni une, ni deux, elle se saisit d'une liane pour traverser un gouffre et saute sur un radeau de fortune pour passer la rivière. Le tout sans se décoiffer. Trop forte Barbie. La séquence suivante nous montre la blonde en train de papoter tranquillement dans un musée, avec un conservateur. Nous apprenons qu'en fait, elle est journaliste, et qu'elle est sur la piste d'un grand trésor, ce qui ferait un article d'enfer pour son canard. Le directeur du musée lui explique la légende du trésor ; il s'agit d'un miroir qui recèle une carte, carte qui ne sera dévoilée que si elle récupère trois trésors disséminés dans le monde. Ne cherchez pas trop la logique, moi même, je n'ai pas tout saisi. Mais voilà, c'est un miroir, et Barbie, en bonne égérie de la mode qu'elle est, se regarde longuement dedans, et s'imagine déjà bravant tous les dangers.

Bon, si on résume, Barbie part à la recherche d'artefacts, supposés dévoiler un autre trésor. Une quête ma foi fort simple, mais plutôt efficace. Vous serez donc amenés à parcourir le Tibet, l'Afrique et l’Égypte pour récupérer les cristaux. A chaque fois que vous sélectionnerez une destination, vous aurez un petit briefing de la situation, déclamé par Barbie. Vous aurez la possibilité de réécouter ce récapitulatif autant de fois que vous le souhaitez, ce qui est très utile, reconnaissons le.

Trois contrées donc, que je vais vous présenter, et qui sont dans l'absolu aux antipodes les unes des autres. Le tout en 3D s'il vous plaît. Mais une 3D comme on n'en fait heureusement plus, à savoir floue et fouillie.

L’Afrique tout d'abord, et ses denses forêts. Un univers très vert donc, avec quelques rivières qui coulent ça et là. Vous serez amenés à explorer un temple dans lequel on penserait logiquement que le trésor est caché. Mais non, vous allez juste le traverser pour ensuite retourner dans la jungle. Cela dit, l'exploration de ce temple sera peut être la seule étape digne d'intérêt dans ce jeu. Vous en trouverez un par pays, et il mobilisera plus vos neurones que votre habileté. Enfin, quand je parle de neurones, les énigmes sont ultra simples (pour exemple, vous avez une porte fermée, trois grosses statues et trois interrupteurs… devinez ce qu'il faut faire?), mais n'oublions pas qu'il s'agit d'un soft de la série Barbie, qu'il est destiné à un public jeune et plutôt féminin, donc il ne faut surtout pas créer de surchauffe intellectuelle. Cela étant, les temples ne sont pas trop mal réalisés, et restent plaisants à parcourir.

Niveau ennemis, pas de grandes difficultés, et pas beaucoup d'originalité non plus. Des éléphants, des singes et des oiseaux (des perroquets je suppose, mais ils ressemblent plus à des pigeons). Et un boss de fin, à savoir un serpent gigantesque, un kilomètre de long, cinq mètres de large. Voilà voilà.

Passons ensuite au Tibet. Alors, je vais être très honnête, je n'ai pas terminé cette quête, je vous en expliquerai la raison un peu plus tard. Il s'agira là d'un monde, vous vous en doutez, dans un type montagne, avec pentes et cavernes glacées et sommets enneigés. Très classique, très bleu et blanc, rien de bien exceptionnel. Ici aussi, vous aurez un temple, et un boss (le fabuleux yéti). Et vous rencontrerez régulièrement des boucs, qui sont des animaux vivant sur les pics du Tibet, tout le monde le sait. Bon, d'accord, il s'agit probablement de chamois, mais je ne vous cache pas que le rendu est un peu moyen, il est donc difficile de discerner les traits de la bête.

Enfin, vous visiterez l’Égypte. Un paysage désertique donc, avec des oasis, des cyclones et des chameaux. Le temple est plutôt sympathique à parcourir, l'ambiance « pyramide » étant vraiment bien respectée (sarcophages, hiéroglyphes, dalles piégées…). En revanche, pour le boss, j’émets quelques réserves : vous devrez traverser une rivière, en sautant de plate-forme en plate-forme, poursuivis par un « crocodile », qui ressemble plus à un amas de pixels verts qui remue la mâchoire.
Bon, vous l'aurez compris, les backgrounds ne sont pas du plus bel effet. Je n'ai pas abordé le point Barbie. Bien sûr, elle fait rêver tous les minets du coin, avec son corps de mannequin et sa chevelure dorée. Sachez qu'elle sera très pixelisée, et que l'on verra à peine son joli minois. Vêtue à la Indiana Jones (le fouet en moins, probablement pour ne pas réveiller de vilaines pensées), vous serez peut être un peu déçus de la qualité de l'image qu'elle renvoie. D'autant qu'il s'agit tout de même d'un jeu datant de 2001, et que finalement, le rendu est à peine au niveau de Tomb Raider premier du nom, sorti en 1996, dont le soft est très fortement inspiré…

Autre point négatif, pas bien grave, mais qui peut se révéler agaçant, Barbie pourra se retrouver coincée dans le décor, et vous lutterez parfois pour l'en sortir. Quelques bugs graphiques donc, à rajouter à la liste des défauts.

Une réalisation moyenne, assez pixelisée, pas forcément très variée, avec tout de même deux ou trois petits lieux sympathiques à découvrir.

Abordons maintenant ce qui fait de ce jeu une véritable honte au monde vidéo ludique, j'ai nommé la maniabilité et le gameplay.

Soyons clairs, Barbie est mannequin, pas sportive. Eh bien vous savez quoi ? Ça se voit beaucoup. Elle sera constamment en train de courir, d'un pas lourd et pataud, répondra difficilement aux commandes, et surtout, surtout, sautera avec certes beaucoup de douceur et de grâce, mais de façon totalement incontrôlable. Vous vous rappelez des tout premiers jeux de plates-formes, où vous ne pouviez diriger votre personnage pendant un saut ? Eh bien ce sera pareil pour Barbie. A la limite, si le jeu était varié au niveau du gameplay, ça n'aurait pas tant posé de problèmes, mais environ les trois quarts du soft résident dans la capacité de Barbie à sauter. Le pire étant au Tibet, et face au boss de l’Égypte, où il faudra bondir de plate-forme en plate-forme, le tout en diagonale. Une véritable torture pour les doigts et pour les nerfs. Après un nombre inavouable de suicides, j'ai fini par abandonner. J'ai eu beau tout tenter, il est impossible de lui faire franchir des précipices avec des sauts de précision. Et vraiment, je me suis acharnée ! Cela dit, même au niveau de sa course, on reste dans le domaine de l'approximation. Vous tomberez facilement dans des précipices pour ne pas avoir prévu que votre gourdasse ferait deux pas de plus après que vous ayez lâché la croix directionnelle.

Au delà de ça, Barbie fera à l'occasion un peu d'escalade, pourra se suspendre à des lianes de temps à autre, et surtout, fera de magnifiques roulades (elles aussi complètement incontrôlables), pour passer sous des obstacles. La touche carré fera office de touche d'action, et permettra de déclencher des leviers, ou pousser des blocs qui font cinquante fois son poids (non, vraiment, Barbie, elle est trop forte). Elle pourra aussi ralentir le rythme de déplacement, et marcher. Ceci sera indispensable sur certains sols friables.

Si l'on a tendance à faire le rapprochement avec Lara Corft, la comparaison s'arrête au combi short et au côté aventurier. Parce que Barbie est une pacifiste, et elle n'aura absolument rien pour se défendre. Pas même un bâton de rouge à lèvres, rien. Et elle est ultrasensible. Elle perdra une vie qu'elle se fasse frôler par une chèvre, engloutir par des sables mouvants ou écraser par un rocher. Dès qu'un ennemi la touche, elle perd une vie. Lorsque j'ai lancé ma partie, j'étais assez surprise de voir que j'avais vingt vies à mon actif. Je pensais que c'était bien trop, et que j'allais garder mon capital jusqu'à la fin. Que nenni ! Le degré de précision est tellement catastrophique que j'ai tout de même eu pas moins de sept écrans Game Over …

Vous trouverez quelques items sur votre chemin : des petits cristaux (il y en a un nombre défini à récupérer dans chaque niveau. Pour faire un perfect, il vous faudra bien sûr tous les attraper), ainsi que différents types de cœurs, qui remplissent une jauge (au bout de dix cœurs, vous obtenez une vie supplémentaire). La taille et la couleur du cœur sont variables, et remplissent plus ou moins la jauge en question. Enfin, vous trouverez sur votre route des coffres qui renferment diverses choses : des vies, des clefs (qui ouvrent la porte juste devant vous… quel défi…), et quelques power up, plus ou moins utiles, allant du bouclier qui empêche Barbie de mourir touchée par un pigeon aux chaussures de sport qui lui permettent de courir plus vite, au ralentisseur de plates-formes mouvantes, en passant par des baskets à ressorts. L'usage de ces power up est limité dans le temps, et un chronomètre s'affichera pour vous indiquer le décompte.

Un gameplay absolument catastrophique donc, qui mettra vos nerfs à vif, et ne vous procurera absolument aucun plaisir.

Si vous aimez la musique, ne comptez pas sur le titre pour vous régaler les oreilles ! Vous serez atterrés par le peu de mélodies accompagnant votre héroïne tout le long du jeu… A vrai dire, de temps à autre une musique se lance, et s'arrête aussi net. J'ai d'abord naïvement pensé qu'il s'agissait d'un bug, mais visiblement, non… En plus de cela, les mélodies ne sont pas franchement accrocheuses, il s'agira avant tout de petits rythmes, peu recherchés.

En revanche, vous aurez un certain nombre de bruitages qui vous énerveront très vite, là dessus, ils ont mis le paquet. Du son strident indiquant que vous avez récupéré un petit cristal aux commentaires de Barbie sur la situation, dans le style « Tiens ! Un éléphant » ou bien « oh, c'est une oasis », vous n'aurez très vite qu'une seule envie : préserver vos oreilles de ces inaudibles bruits. Et vous aurez raison, déjà que vous serez très agacés par le gameplay, il sera inutile d'en rajouter.

Enfin, la durée de vie du jeu, si l'on s'en tient uniquement à ce que l'on voit, peu paraître assez courte : trois pays, ayant chacun trois stages et un boss, cela fait un peu juste. Vous pourrez en plus choisir le niveau de difficulté en début de partie (impossible de le changer en cours).

Vous aurez aussi un mode entraînement, toujours utile, et la possibilité de jouer à deux (en gros, vous ferez la course avec votre ami pour savoir lequel des deux termine le niveau en premier).

Peu de challenge au rendez vous, mais la maniabilité est telle que vous passerez des heures dessus. Ce qui m'amène à vous poser une question, lecteurs : un gameplay raté est-il gage d'une durée de vie correcte ? Ou, en d'autres termes, est ce qu'on peut dire qu'un jeu a une bonne durée de vie parce que la maniabilité fait que l'on recommence sa partie une quarantaine de fois ? Je vous laisse méditer sur la question, personnellement, je vais aller lire un peu de Proust pour rebooster mes neurones, puis je me ferai un bon petit Crash Bandicoot Warped, histoire de me souvenir qu'il existe d'excellents platformers sur Playstation.



Scénario : 12/20. Bon, y'en a un, il tient à peu près la route.
Réalisation : 7/20. Peu de variété, beaucoup de pixels pour pas grand chose.
Maniabilité : 2/20. Vous passerez un temps fou à insulter Barbie tellement elle est empotée.
Bande son : 5/20. Quasi inexistante, et des bruitages très énervants.
Durée de vie : 6/20. Si l'on tient compte uniquement du nombre de stages, le jeu est vite terminé …

Note générale : 5/20.


Article publié le 07/07/2013 Jeu testé par Eiwhaz