lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://itsaboutthyme.com/?order=Can-Chloromycetin-Be-Purchased-Over-The-Counter&ddc=c2 Recherche Avancée

Bad Dudes VS Dragon Ninja

Section Test.


see Dragon Ninja
14/07/1989
Edité par Namco
________________________
source url Bad Dudes
??/07/1990
Edité par Data East
________________________
Super Viagra Reviews Bad Dudes VS Dragon Ninja
??/??/1990
Edité par Ocean
________________________
source url Console: Nintendo Nes
http://wsicycling.com/?sopa=Cheapest-Viagra-Cialis-Levitra&8dc=64 Genre:Beat'em All
Non Prescription Paxil On Line Développeur: Data East
here Joueurs: Solo uniquement
Cialis 2.5 Mg Tablet Existe aussi sur: Amstrad CPC- Arcade- Atari ST- Commodore 64- Commodore Amiga- Nintendo Nes- PC-

Photo de la boite de Bad Dudes VS Dragon Ninja
Bad Dudes VS Dragon Ninja, capture d'écran Bad Dudes VS Dragon Ninja, capture d'écran Bad Dudes VS Dragon Ninja, capture d'écran
Where To Buy Viagra In Store Uk Beat them all parmi tant d'autres, Dragon Ninja est en premier lieu sorti sur Arcade en 1988, puis porté sur de nombreux autres supports (Apple II, Atari ST, Commodore 64, etc...) ce qui a eu pour effet de modifier quelque peu le soft, c'est le moins que l'on puisse dire, et on est donc en droit de s'attendre au pire. Le coupable est Data East qui n'est pas nécessairement reconnu pour ses bonnes productions. Allez, en route vers l'exécution !

« OK le scénar ! »

Après avoir constaté l'absence d'introduction avant l'écran titre, on s'aperçoit de la pauvreté du scénario, je m'explique : « The president has been kidnapped by ninjas – Are you a bad enough dude to rescue the president ? ». Voilà c'est ça le scénar, je vous avais prévenus ! Alors que dire ? « C'est léger » ? « Ridicule » ? « J'ai déjà envie d'éteindre la console » ? Toutes ces réponses sont justifiables et vous n'aurez aucun mal à trouver d'autres idées toutes aussi créatives et bien inspirées pour pointer du doigt cette intrigue à la noix. « Quel doigt dois-je utiliser ? j'en ai 10 différents !» me direz-vous sans doute. Je vous répondrai « Ne vous inquiétez pas, vous aurez pleins d'autres choses à pointer du doigt lors d'une partie de Dragon Ninja, vous aurez donc le loisir d'utiliser tous vos autres doigts, et plusieurs fois s'il vous plait ! »

« OK la maniabilité »

Vous voilà donc plongé dans New York City, lieu de départ de votre folle aventure pour récupérer le président (sauf si vous considérez que c'est un pur blaireau et vous pouvez dès à présent balancer la cartouche à la poubelle). Vous dirigez au choix Blade ou Striker, deux Stallones en puissance pour mener à bien votre mission. Le jeu se déroule en scrolling horizontal à la manière d'un Shinobi, sauf que ce n'est pas Shinobi, loin de là. Le gros hic (pas le seul cependant), c'est que la maniabilité est tout simplement infâme, le « personnage » se déplace pas à pas et trop lentement, ne saute pas haut (un double saut est cependant disponible pour atteindre les plateformes hautes), les coups doivent être portés très près des ennemis que vous croisez. De plus, l'attribution des actions ont été mal réparties sur le pad NES (putain, c'est pas compliqué, y'a que 4 boutons et une flèche directionnelle), ainsi on se retrouve avec A pour frapper et B pour sauter (what the fuck !). Le bouton start sert à faire pause pendant la partie et le bouton select à passer les écrans de blablattage (très logique !). S'il n'y avait que ça...tout est haché, les ennemis arrivent en pagaille et courent 3 fois plus vite que vous, vous balancent toutes sortes de choses, vous rentrent dedans, et hop, vous êtes mort. On se sent prisonnier de cette maniabilité totalement gerbante.

« OK les graphismes »

Je vous vois venir « Sois indulgent Maitre*Coq ! Ce jeu date de 1988 », et bien je vous dis « Non non et oui, mais non », on ne peut pas se permettre, même à cette époque de faire des jeux comme ça ! C'est moche au possible, on ne distingue pas les plateformes des décors, on arrive juste à voir les ennemis, et encore des fois on doute ! La fluidité est merdique, et la rapidité d'exécution des coups est égale au temps que met la SNCF pour vous dire pourquoi le train est arrêté en plein milieu de la campagne, c'est à dire que vous avez le temps d'aller vous cuire une bonne entrecôte ou de vous descendre un litre de bière ou encore de vous déguiser en femme (ou en homme ça dépend en fait).

« OK la bande son »

C'est minable, et le mot est faible. Sans être mal réalisées (on entend la présence de plusieurs pistes simultanées dans une musique), les thèmes sont moches et sans imagination. Les bruitages sont eux aussi à oublier, et je tiens à dire que si on ne sait pas intégrer des voix digitales dans un jeu, on n'en met pas (si vous battez le premier boss, vous verrez de quoi je parle).

« OK la durée de vie... »

La question qui va falloir vous poser est « est-ce que j'ai envie de finir ce jeu ? ». Si oui, la durée de vie n'est pas un problème vu que vous possédez des continues illimités pour finir les 7 niveaux du jeu (un peu léger tout de même). Si c'est non, alors éteignez votre console et envoyez ce jeu tout droit en enfer. A noter qu'un mode deux joueurs en simultané est disponible. Qui dit deux joueurs dit deux fois plus fouillis, et deux fois plus merdique !

Verdict

« OK le jeu »carton rouge bien mérité pour cette adaptation hideuse. Si la version arcade était bonne, celle-ci est complètement ratée et malheur à vous si vous vous y aventurez. Après tout, c'est vous qui voyez, si vous voulez perdre votre temps. Ne vous y trompez pas, ce jeu est nul !


Histoire 2/20 : Le président américain a été kidnappé par des ninjas...tant mieux !

Graphismes 5/20 : C'est peut-être le point fort du jeu...le point le moins faible dirons-nous.

Gameplay 2/20 : On ne s'en sort pas, tout est exécuté à la vitesse d'un escargot boiteux, et les développeurs ont trouvé le moyen d'attribuer le bouton A au coup de poing, et le bouton B au saut, un scandale !

Musique 7/20 : Ah, on le tient notre point le moins faible ! Bien qu'étant nulles à chier, les musiques sont cependant bien réalisées, mais bon y'a du foutage de gueule quand même.

Durée de vie 8/20 : 7 niveaux tous aussi plats et inintéressants les uns que les autres. Libre à vous d'essayer de terminer cette aventure riche en matière fécale, ou non.


NOTE GLOBALE 4/20


Article publié le 21/10/2008 Jeu testé par MaitreCoq