lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Strattera Discount Card Recherche Avancée

Arkanoid

Section Test.


Arkanoid, capture d'écran Arkanoid, capture d'écran Arkanoid, capture d'écran
Order Ciprofloxacin 500mg Mg S'il y avait bien une expression courante qui pourrait s'apparenter à un genre vidéoludique, ce serait "casser des briques"! En effet le jeu vidéo a connu dès 1976 l'apparition d'un type de titres au gameplay très simple et permettant aux joueurs habiles de casser des briques! Mon dernier test, paru quelques jours avant celui-ci, vous faisait la revue d'une semi-curiosité commercialisée par Namco en 1987 : Quester. Je me devais de rendre justice à Taito en enchainant avec le test du plus célèbres des casses-briques (peut-être ex-æquo avec le Breakout de Atari) : Arkanoid.

Scénario: non significatif

Difficile pour les développeurs de casse-briques d'engendrer un scénario digne de ce nom. Quand on sait que très souvent à l'époque, même les jeux d'aventure en arcade n'avaient droit qu'à quelques très succinctes lignes de prétexte, on se doute qu'Arkanoid ne pouvait pas mériter un Goncourt! Pour l'anecdote sachez tout de même qu'une attaque alien est responsable de la destruction d'un grand vaisseau spatial appelé Arkanoid. De ce vaisseau ne s'échappa qu'un petit appareil appelé Vaus. Par malchance, ce dernier fut capturé et envoyé dans une faille spatiale, un espace dangereux et peuplé de "briques" et d'ennemis. Il va vous falloir parcourir l'ensemble des niveaux pour vous échapper!

Gameplay: 12/20

Qui n'a jamais connu un casse-briques? Si vous avez plus de trente ans et que vous jouez depuis l'enfance, il est impossible que vous ne connaissiez pas ce genre! Le temps file cependant et malheureusement de plus en plus de types de jeux tombent dans la décrépitude, souvent entretenus uniquement par les jeux gratuits ou à bas prix trouvables sur Internet. Pour en revenir au gameplay et pour les moins « aguerris » donc, rien de plus simple! Vous dirigez un vaisseau rectangulaire de gauche à droite dans un espace clos. Dans cet espace, qui n'est pas sans rappeler la forme de la surface de jeu d'un titre comme Tetris, c'est-à-dire plus haut que large (proportions références des écrans d'arcade d'alors), vous devrez à tout prix renvoyer une balle vers le haut de l'écran de façon à éliminer tous les blocs destructibles qui s'y trouvent! Je précise bien blocs destructibles car les niveaux possèdent toujours leur lot d'ennemis et surtout leur nombre de tuiles jaunes indestructibles. Que la balle échappe à votre "raquette" et vous perdrez une vie. Par contre, éliminez correctement chaque bloc et vous passerez au niveau suivant.

Comme vous pouvez le constater, la recette est fort simple. La version d'origine permettait de contrôler la raquette à l'aide d'une molette tout comme certaines adaptations consoles. Elle fut pourtant épicée à souhait par l'adjonction de quelques bonus, sept en réalité. Totalement aléatoires et cachés dans des blocs à détruire, ceux-ci comptent un ralentisseur de balle, un "aimant" permettant de stopper le projectile sur la raquette pour le relancer où bon nous semble, une vie supplémentaire, une extension en largeur de la raquette, un multiplicateur de balles mais aussi et surtout un laser qui autorise le vaisseau à tirer droit devant lui pour se débarrasser plus facilement des tuiles et une pastille "warp" permettant de passer directement au niveau suivant sans avoir à compléter celui en cours. Enfin, un malus réduira votre vaisseau de moitié! Bien entendu les ennemis présents dévient la balle à l'impact et la vitesse de notre projectile augmente lorsqu'il touche le fond de l'écran. Tout est fait pour que les réflexes soient de mise et que chaque tentative de jeu diffère de la précédente. Arkanoid, comme ses ancêtres ou ses descendants, est le représentant des jeux à concept, c'est-à-dire de titres qui misent tout sur une idée de base et comptent sur les subtilités et la pertinence de cette idée pour amuser encore et toujours. C'est une franche réussite et les médias de l'époque ne s'y étaient d'ailleurs pas trompés puisque c'est avec une presque unanimité que tous faisaient de ce jeu une création de référence!

Réalisation:12/20

Je l'avais mentionné dans mon précédent test de Quester mais je le redis ici: 1986 connaissait de bien plus franches réussites graphiques! Non pas que le titre soit laid, bien au contraire, l'agencement des blocs de couleurs crée un charme désuet (déjà à l'époque lorsque j'y jouais pour la première fois!) mais il est évident que nous ne pouvons toucher avec Arkanoid le sommet du pixel art. Sans doute pouvons nous justifier cela par la nécessité de proposer un fond parfaitement lisible pour percevoir les trajectoires de balle mais malgré tout nous ne pouvons nous empêcher de penser que quelques fioritures au niveau de la mise en scène auraient était un plus. Au lieu de cela et même sans parler du scénario, nous enchainons les stages avec une régularité "métronomique" presque austère. Certes les fonds d'écrans changent, mais nous n'aurons chaque fois droit qu'aux quatre mêmes motifs. Quelques adaptations modernes, en arcade avec Arkanoid Returns , sur PC avec des clones gratuits ou dans une moindre mesure sur DS avec Arkanoid DS, montrent que l'esthétisme pouvait être amélioré. Mais sans doute fallait-il aussi compter sur les restrictions techniques d'époque. En l'état des choses, admettons tout de même que l'ensemble est plaisant, toujours à cause des coloris mais aussi parce que des agencements de grosses briques, parfois disposées pour être représentatives de formes reconnaissables (mention au sixième stage représentant un Space Invaders!), cela reste toujours étonnamment agréable!

Bande son:10/20

Quelque peu passe partout, au point de ne plus se souvenir si musique il y avait quelques minutes après la fin d'une partie! Comme toujours dans ce genre de jeux, la bande son est très limitée, particulièrement axée sur les bruitages. Je serais presque tenté de dire qu'elle n'est pas significative mais la possibilité d'en faire un défi pour le compositeur reste justement la preuve du contraire. N'étant ni particulièrement stimulante, ni à contrario particulièrement frustrante, nous lui attribuerons la moyenne du minimum syndical!

Durée de vie:17/20, plus accessible que Quester mais tout de même très difficile

Arkanoid possède trente trois niveaux. Autant vous le dire de suite, ce seront trente-trois niveaux de souffrance et de patience! Le titre n'est pas particulièrement difficile, bien moins que son concurrent Quester, en particulier parce que la vitesse de la balle reste toujours dans le domaine du raisonnable vis-à-vis de la hauteur minimale des blocs et de la fréquence d'apparition des ennemis. L'adjonction d'un tir est également un gros plus, de même que la possibilité de cumuler certains autres bonus pour obtenir par exemple deux raquettes côte à côte! Cependant, les niveaux s'avèrent parfois terriblement longs à compléter à cause des innombrables blocs gris qui peuvent les composer et qui augmenteront le nombre de touches nécessaires pour les détruire de "un" tous les huit stages! Observez par exemple la capture d'écran du niveau trente et un et comptez le nombre de tuiles grises sachant qu'il leur faudra au moins cinq touchers chacune! Plus le temps nécessaire à la traversée d'un écran augmente, plus les risques de perdre la balle augmentent en conséquence et à partir de la moitié du jeu, la difficulté effectue de fait une progression significative vers le haut!

Le boss du jeu est également bien plus facile à éliminer que son homologue de chez Namco même s'il faudra forcément s'y reprendre de nombreuses fois. Au final Arkanoid est un titre long, voire même très long et qui peut être désespérant mais qui sait rester accessible et achevable pour quiconque disposera du temps et de la motivation nécessaire (et aussi d'une molette adaptée!).

Conclusion:13/20

Arkanoid est un titre qui a fait parler de lui à l'époque et pour cause, il est très bon. Il a certes vieilli et les nouvelles itérations sur consoles modernes l'ont bien compris en jouant le jeu de mises à jour graphiques et de jouabilité, mais il reste une valeur sûre du casse-brique, pratiquement celui qui a réussi à démocratiser le genre. Vingt-six ans après sa première publication, le charme aura plus de mal à opérer sur les joueurs modernes et même certainement sur les retrogamers avertis mais un minimum de patience et un retour au zen des eighties permettront tout de même de découvrir ou de redécouvrir un de ces si charmants jeux d'antan au concept simplissime mais fort. Pour rester dans la comparaison avec Quester, Arkanoid est certainement moins abouti en ce qui concerne le level design plus passe partout, mais sa difficulté inférieur le rend beaucoup plus accessible, raison pour laquelle il obtient un point de plus sur la note finale.


Article publié le 27/06/2012 Jeu testé par Tanuki